AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Gilbert Pestureau (Éditeur scientifique)
EAN : 9782253140887
185 pages
Le Livre de Poche (01/10/1997)

Note moyenne : /5 (sur 0 notes)
Résumé :
Longtemps la chanson n'a retenti qu'aux carrefours des rues ou dans les cabarets.
En moins d'un siècle, le micro, la radio, le disque en ont fait une industrie internationale. Auteur de chansons devenues classiques -Le déserteur, J'suis snob, On n'est pas là pour se faire engueuler...-, Boris Vian a été le témoin de cette mutation, dans une époque qui vit briller les noms de Montand ? Brassens, Gréco, cependant qu'après le jazz, le rock se préparait à franchi... >Voir plus
Que lire après En avant la zizique... et par ici les gros sousVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Boris Vian , le touche à tout de génie , s'attaque ici à un domaine où il s'illustra en tant que musicien d'orchestre , compositeur et parolier , celui de la chanson . Il nous offre une sorte de petit traité présenté par chapitres sur chaque personnage .
Tous les acteurs de cette création populaire , un peu futile et pourtant si importante pour l'imaginaire des gens y passent .
D'abord l'auteur et le compositeur pour lesquels il est plutôt plein de tendresse . Puis l'interprête qui peut énormément pour lancer ou détruire la création des précédents .
Moins tendre envers le producteur qui gagne de l'argent en ne faisant pas grand chose et dont on devrait pouvoir se passer .
Peu amène envers l'éditeur et son contrat : " Il y a généralement dans le contrat de cession imprimé en petits caractères , et que vous ne lisez pas , mais que vous signez , une clause telle qu'au bout de 4 mois , c'est vous qui devez de l'argent à l'diteur ."
Terrible vis à vis du critique qui se permet de juger sans y connaître grand chose . " La critique n'a aucun intérêt . Une bonne critique fait du bien , mais une mauvaise ne fait pas de mal ."
Ce livre n'est pas de la veine poétique ou fantastique de l'oeuvre de Vian , mais il est plein d'humour tout en traitant le sujet avec sérieux et intelligence . On passe un agréable moment en se demandant tout ce qu'il aurait pu dénoncer s'il avait connu les "Star Academy" et autres "Popstars" . Il n'en était qu'à la "Radio Diffusion Française" qui " est une branche annexe de ce corps vague appelé Etat qui revêt les apparences d'un fromage de gruyère géant dont on distribue les trous au public et la matière aux rats censés représenter ledit public au sein du fromage en question . " Bien vu , non ?
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
Commenter  J’apprécie          80
Voila un livre atypique dans l'oeuvre de Boris Vian.
Il y fait la un état des lieux du monde de la musique. Étant musicien, chanteur et parolier, il sait évidement de quoi il parle et ne mâche pas ses mots avec certaines professions.
Un livre qui reflète le monde radiophonique de l'époque mais qui correspond au monde télévisuel actuel. Impressionnant.
Un livre agréable à lire.

Commenter  J’apprécie          50
Boris VianEn avant la Zizique et par ici les gros sous – 28 octobre 2023

Livre lu dans le cadre de ma licence de musicologie. Forcément c'est Boris Vian, romancier, trompettiste, jazzman, compositeur, auteur, bref…le multi cartes Boris Vian. le livre cherche à savoir comment on écrit une « bonne » chanson et il passe tour à tour tous les protagonistes de cette aventure depuis l'auteur, jusqu'à la maison de disque…le livre date de 1958 et il n'est pas si daté que ça. On sent quand même notre Boris un peu gêné aux entournures (il passe beaucoup de temps à s'excuser des saillies qu'il commet) mais c'est rafraichissant indéniablement.
Commenter  J’apprécie          10
Avec "En avant la zizique", Boris Vian nous parle d'un monde qu'il aime plus que tout : celui de la musique. Ou plus particulièrement, l'industrie de la musique comme elle existait de son temps.
Avec tout son humour et sa virtuosité linguistique, il nous décrit et critique tous les acteurs et étapes conduisant à la diffusion d'une oeuvre musicale, en y ajoutant par touches son avis personnel sur les grands musiciens d'alors.
Vian a beau être critique et parfois acerbe, ce livre transpire de son affection pour les compositeurs, auteurs et interprètes de l'époque.
Commenter  J’apprécie          10
Talentueux mais daté.

Drôle sans être méchant, Boris Vian critique les travers de la profession de la chanson avec lucidité et finesse. Tout le monde en prend un peu pour son grade mais tout en étant cultivé et expert musical, il sait rester modeste et saluer les talents d'artistes différents.
Visionnaire parfois (par exemple en imaginant des radios libres grâce à la FM dès 1958), il nous épate. le hic, c'est que tous les professionnels (éditeurs, arrangeurs, critiques…) qu'il cite pour illustrer son propos ont disparu depuis un bail. A part quelques célébrités, cela parle peu au lecteur du 21ème siècle.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
"… Si l'influence exercée par le jazz sur la chanson s'est traduite d'un côté par l'éclosion de talents originaux comme celui de Trenet, elle s'est exercée de façon beaucoup moins flagrante et plus subtile, en profondeur, sur des gens comme Georges Brassens. Et ceci se manifeste dans son interprétation: la manière de chanter de Brassens est souvent comparable à celle des chanteurs de blues, notamment par sa mise en place et sa façon d'attaquer un peu en retard sur l'accompagnement, si caractéristique dans La chasse aux papillons. La netteté du style de Brassens et la fraîcheur de son expression l'apparentent d'ailleurs aux chanteurs folkloriques noirs en ce qui concerne la teneur même de ses chansons."
Commenter  J’apprécie          40
Quelle que soit la période où vous vous insériez dans une structure historique, il se trouve une bande de schnocks pour affirmer "de notre temps, c'était mieux" et qui oublient que ce "c'" ne désigne qu'eux-mêmes. De leur temps, c'est eux qui avaient vingt ans...et ils étaient mieux, c'est certain; il n'y a qu'à les voir maintenant, ils ne pouvaient pas être pires, ça ne serait pas humain.
Commenter  J’apprécie          70
René Fallet l'a bien senti, qui écrivait dans un programme de l'Alhambra ces mots, à propos de Brassens :
"S'il fallait vraiment comparer Georges à quelqu'un ou à quelque chose, j'aimerais le comparer au saumon qui remonte le courant, la cuiller de la douleur clouée au coin de la gueule. Brassens remonte, lui, tout un courant d'âneries que je ne citerai pas, par indulgence d'une part, par manque de place, d'autre part. Le public ne s'y trompe pas, puisque vous êtes là aujourd'hui."
Le public de Brassens ne s'y trompe pas. Mais certains essaient de le tromper.
Commenter  J’apprécie          10
Dès que l'on commence à tenter de se consacrer exclusivement à la chanson, c'est-à-dire d'en vivre, on est amené à accepter une adaptation qui ne vous inspire guère, une musique qui ne vous tente point, ou des paroles qui vous laissent froid mais qui plaisent à une vedette que vous aimez bien. Ne jetons pas l'anathème sur la chanson "alimentaire". Mais par grâce, essayons au moins d'en faire une Volkswagen, si nous ne pouvons pas en faire une Rolls. Rien que des Rolls, ça serait monotone, c'est entendu... rien que des Volks aussi, d'accord... mais rien que des bagnoles en panne, ça serait encore plus pénible, non ?

Nous n'avons ici de compte à régler avec personne ; mais il y a une éthique de chaque métier. Si c'est un métier, qu'on le fasse honnêtement ; et si le client demande de la viande avariée, qu'on lui dise "Je regrette". Mais s'il n'a pas d'idée arrêtée de ce qu'il veut, qu'on ne lui colle pas de la viande pourrie en la lui présentant pour du filet...
Commenter  J’apprécie          00
La critique n'a aucun intérêt. Une bonne critique fait du bien, mais une mauvaise ne fait pas de mal.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Boris Vian (99) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Boris Vian
Dimitri Kantcheloff présente "Vie et mort de Vernon Sullivan", paru chez Finitude. Ce livre retrace l'histoire vraie d'un Boris Vian qui a 26 ans et voit un prix littéraire lui passer sous le nez, un prix qui lui aurait permis de quitter son emploi d'ingénieur pour se consacrer à l'écriture à plein temps. Il se lance alors le défi d'écrire un best seller en dix jours pour un ami éditeur dont la maison menace de fermer. C'est ainsi qu'est né "J'irais cracher sur vos tombes" qu'il écrira en quinze jours, un pastiche de roman noir américain publié sous le pseudo de Vernon Sullivan dont le succès fut aussi controversé que fulgurant et le suivra pour le pire et le meilleur jusqu'à son dernier souffle.
Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
+ Lire la suite
Dans la catégorie : ChansonVoir plus
>Musique dramatique>Musique profane>Chanson (331)


Lecteurs (0) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz sur l'écume des jours de Boris Vian

Comment s'appelle le philosophe du roman

Jean Sol Partre
Jean Pol Sartre
Sean Pol Jartre
Pean Sol Jartre

8 questions
2793 lecteurs ont répondu
Thème : L'écume des jours de Boris VianCréer un quiz sur ce livre

{* *}