AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gilbert Pestureau (Éditeur scientifique)
EAN : 9782253140887
185 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/10/1997)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 66 notes)
Résumé :
Longtemps la chanson n'a retenti qu'aux carrefours des rues ou dans les cabarets.
En moins d'un siècle, le micro, la radio, le disque en ont fait une industrie internationale. Auteur de chansons devenues classiques -Le déserteur, J'suis snob, On n'est pas là pour se faire engueuler...-, Boris Vian a été le témoin de cette mutation, dans une époque qui vit briller les noms de Montand ? Brassens, Gréco, cependant qu'après le jazz, le rock se préparait à franchi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
BVIALLET
  08 avril 2012
Boris Vian , le touche à tout de génie , s'attaque ici à un domaine où il s'illustra en tant que musicien d'orchestre , compositeur et parolier , celui de la chanson . Il nous offre une sorte de petit traité présenté par chapitres sur chaque personnage .
Tous les acteurs de cette création populaire , un peu futile et pourtant si importante pour l'imaginaire des gens y passent .
D'abord l'auteur et le compositeur pour lesquels il est plutôt plein de tendresse . Puis l'interprête qui peut énormément pour lancer ou détruire la création des précédents .
Moins tendre envers le producteur qui gagne de l'argent en ne faisant pas grand chose et dont on devrait pouvoir se passer .
Peu amène envers l'éditeur et son contrat : " Il y a généralement dans le contrat de cession imprimé en petits caractères , et que vous ne lisez pas , mais que vous signez , une clause telle qu'au bout de 4 mois , c'est vous qui devez de l'argent à l'diteur ."
Terrible vis à vis du critique qui se permet de juger sans y connaître grand chose . " La critique n'a aucun intérêt . Une bonne critique fait du bien , mais une mauvaise ne fait pas de mal ."
Ce livre n'est pas de la veine poétique ou fantastique de l'oeuvre de Vian , mais il est plein d'humour tout en traitant le sujet avec sérieux et intelligence . On passe un agréable moment en se demandant tout ce qu'il aurait pu dénoncer s'il avait connu les "Star Academy" et autres "Popstars" . Il n'en était qu'à la "Radio Diffusion Française" qui " est une branche annexe de ce corps vague appelé Etat qui revêt les apparences d'un fromage de gruyère géant dont on distribue les trous au public et la matière aux rats censés représenter ledit public au sein du fromage en question . " Bien vu , non ?
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
toyestes
  22 septembre 2012
Voila un livre atypique dans l'oeuvre de Boris Vian.
Il y fait la un état des lieux du monde de la musique. Étant musicien, chanteur et parolier, il sait évidement de quoi il parle et ne mâche pas ses mots avec certaines professions.
Un livre qui reflète le monde radiophonique de l'époque mais qui correspond au monde télévisuel actuel. Impressionnant.
Un livre agréable à lire.

Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
genougenou   19 mai 2015
"… Si l'influence exercée par le jazz sur la chanson s'est traduite d'un côté par l'éclosion de talents originaux comme celui de Trenet, elle s'est exercée de façon beaucoup moins flagrante et plus subtile, en profondeur, sur des gens comme Georges Brassens. Et ceci se manifeste dans son interprétation: la manière de chanter de Brassens est souvent comparable à celle des chanteurs de blues, notamment par sa mise en place et sa façon d'attaquer un peu en retard sur l'accompagnement, si caractéristique dans La chasse aux papillons. La netteté du style de Brassens et la fraîcheur de son expression l'apparentent d'ailleurs aux chanteurs folkloriques noirs en ce qui concerne la teneur même de ses chansons."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
genougenou   23 juin 2013
Quelle que soit la période où vous vous insériez dans une structure historique, il se trouve une bande de schnocks pour affirmer "de notre temps, c'était mieux" et qui oublient que ce "c'" ne désigne qu'eux-mêmes. De leur temps, c'est eux qui avaient vingt ans...et ils étaient mieux, c'est certain; il n'y a qu'à les voir maintenant, ils ne pouvaient pas être pires, ça ne serait pas humain.
Commenter  J’apprécie          70
fanfan50fanfan50   15 mars 2018
René Fallet l'a bien senti, qui écrivait dans un programme de l'Alhambra ces mots, à propos de Brassens :
"S'il fallait vraiment comparer Georges à quelqu'un ou à quelque chose, j'aimerais le comparer au saumon qui remonte le courant, la cuiller de la douleur clouée au coin de la gueule. Brassens remonte, lui, tout un courant d'âneries que je ne citerai pas, par indulgence d'une part, par manque de place, d'autre part. Le public ne s'y trompe pas, puisque vous êtes là aujourd'hui."
Le public de Brassens ne s'y trompe pas. Mais certains essaient de le tromper.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Deug21Deug21   13 février 2020
Dès que l'on commence à tenter de se consacrer exclusivement à la chanson, c'est-à-dire d'en vivre, on est amené à accepter une adaptation qui ne vous inspire guère, une musique qui ne vous tente point, ou des paroles qui vous laissent froid mais qui plaisent à une vedette que vous aimez bien. Ne jetons pas l'anathème sur la chanson "alimentaire". Mais par grâce, essayons au moins d'en faire une Volkswagen, si nous ne pouvons pas en faire une Rolls. Rien que des Rolls, ça serait monotone, c'est entendu... rien que des Volks aussi, d'accord... mais rien que des bagnoles en panne, ça serait encore plus pénible, non ?

Nous n'avons ici de compte à régler avec personne ; mais il y a une éthique de chaque métier. Si c'est un métier, qu'on le fasse honnêtement ; et si le client demande de la viande avariée, qu'on lui dise "Je regrette". Mais s'il n'a pas d'idée arrêtée de ce qu'il veut, qu'on ne lui colle pas de la viande pourrie en la lui présentant pour du filet...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BVIALLETBVIALLET   08 avril 2012
La critique n'a aucun intérêt. Une bonne critique fait du bien, mais une mauvaise ne fait pas de mal.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Boris Vian (102) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Boris Vian
En raison de la crise sanitaire, le festival Livres à vous se tiendra sous une nouvelle forme virtuelle le week-end du 21 et 22 novembre.
Retrouvez le programme complet sur livresavous.fr
------- PROGRAMME DU JOUR -------------
MATIN 10h : Rencontre avec Colin Niel autour de son dernier roman Entre Fauves 10h30 : le rendez-vous des tout petits avec Corinne Dreyfuss JEUNESSE 10h45 : le Répondeur Livres à vous : les coups de coeur des lecteurs 11h : Rencontre avec Marion Brunet autour de son dernier roman Vanda 11h30 : Apéro Lectures, un moment convivial de lecture musicale d'extraits de livres des auteurs invités
12h30-13h15 : pause déjeuner
APRES-MIDI 13h15 : Edouard raconte... 6 petites histoires JEUNESSE. Lectures par Edouard Manceau de ses albums 13h30 : Rencontre avec Sylvain Coher autour de son dernier roman Vaincre à Rome 14h : Rencontre avec Miguel Bonnefoy autour de son livre Héritage 14h45 : Atelier avec Édouard Manceau autour de son livre Merci le vent ! JEUNESSE 15h : Podcasts au Musée JEUNESSE. Autour de l'univers d'Andy Guérif. Fictions sonores réalisées dans le cadre d'ateliers menés par La Souffleuse en partenariat avec le Musée Mainssieux dans les écoles de la Murette et St-Cassien 15h30 : de l'art ou du cochon : portraits croisés sur l'art, avec Édouard Manceau et Andy Guérif JEUNESSE 16h15 : Extrait du Cabaret Boris Vian / Un groupe de jazz, des chanteurs et des lecteurs se retrouvent pour fêter le grand Boris. 16h20 : Brigade d'Intervention Poétique, en hommage au 100 ans qu'aurait eu Boris Vian, avec les élèves du Lycée Edouard Herriot. 16h30 : Podcasts Nous sommes l'étincelle, d'après le roman de Vincent Villeminot. Fictions sonores réalisées dans le cadre d'ateliers menés par La Souffleuse au collège André Malraux, Voreppe et au Lycée Ferdinand Buisson, Voiron. 16h45 : Écologie : retour à la vie sauvage avec Colin Niel et Vincent Villeminot

--------- CREDITS --------------
"Entre fauves" - Colin Niel, Editions le Rouergue, 2020.
"Pomme pomme pomme" - Corinne Dreyfuss, Editions Thierry Magnier, 2015. "Dans une toute petite pomme" - Corinne Dreyfuss, Seuil Jeunesse, 2019. "Vanda" - Marion Brunet, Albin Michel, 2020.
Apéro lectures : - "Pour Luky" - Aurélien Delsaux, Notablia, 2020. - "Sucre noir" - Miguel Bonnefoy, Rivages, 2017. - "Les buveurs de lumière" - Jenni Fagan (trad. Céline Schwaller), Métailié, 2017. - "Manuel de survie à l'usage des jeunes filles" - Mick Kitson (trad. Céline Schwaller), Méta
+ Lire la suite
Dans la catégorie : ChansonVoir plus
>Musique dramatique>Musique profane>Chanson (331)
autres livres classés : chansonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur l'écume des jours de Boris Vian

Comment s'appelle le philosophe du roman

Jean Sol Partre
Jean Pol Sartre
Sean Pol Jartre
Pean Sol Jartre

8 questions
2442 lecteurs ont répondu
Thème : L'Ecume des jours de Boris VianCréer un quiz sur ce livre