AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070378314
Éditeur : Gallimard (25/05/1987)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 611 notes)
Résumé :
'Le livre du rire et de l'oubli' est un roman en forme de variations. Les différentes parties se suivent comme les différentes étapes d'un voyage qui conduit à l'intérieur d'un thème, à l'intérieur d'une pensée, à l'intérieur d'une seule et unique situation dont la compréhension se perd dans l'immensité.
C'est un roman sur Tamina et, à l'instant où Tamina sort de la scène, c'est un roman pour Tamina. Elle est le principal personnage et le principal auditeur ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  01 janvier 2018
Milan Kundera a cherché à bâtir un " roman " comme on composerait une oeuvre musicale ; la structure y est fondamentale. Mais si l'on comprend aisément la mécanique de la composition musicale classique, un petit côté mathématique, des thèmes qui se répondent ou qui disparaissent puis reviennent avec une légère transformation, ou qui se superposent après s'être juxtaposés, etc. (je vous passe les secrets et les formules de la composition musicale à laquelle d'ailleurs je ne pige pas grand-chose).
Bref, si l'on voit à peu près comment cela peut fonctionner et s'articuler en musique et concourir à une homogénéité d'ensemble, il en va tout autrement d'un " roman " selon moi. J'ai pris la peine d'apposer des guillemets autour du mot roman car, lorsqu'on le tronçonne en " thèmes " différents, faisant intervenir des personnages, des lieux, des époques ou des tons différents, il est difficile de ne pas y voir autre chose que des nouvelles indépendantes et non plus un roman, stricto sensu.
Alors, il y a deux solutions : soit vous choisissez la méthode Faulkner, apparue relativement tardivement dans l'histoire du roman, qui consiste à mélanger des tronçons d'histoires parallèles ayant pour but de converger et de nous faire saisir le lien et la cohérence de l'ensemble à la fin. C'est un peu la stratégie narrative d'un film comme 21 grammes du réalisateur mexicain Alejandro González Iñárritu. (Le fait qu'il soit mexicain n'est peut-être pas totalement un hasard car on sait combien Juan Rulfo est admiré en son pays et combien ce dernier a rendu digeste la technique narrative de Faulkner, chose qui ne l'est pas forcément sinon.)
La deuxième solution est, quant à elle, très ancienne, car elle est même apparue avant le roman moderne (imputable à François Rabelais) sous la plume de l'inévitable Giovanni Boccaccio (Boccace pour les francophones) et de son recueil de nouvelles fondateur : le Décaméron. C'est plutôt vers cette solution que semble s'être tourné Milan Kundera : accoler des nouvelles a priori dissemblables dans le but que leur combinaison produise un effet supérieur à la somme de leurs individualités.
Le projet est beau, bon d'après moi, mais, toujours d'après moi, pas extrêmement bien réussi ici. Il y a des différences de ton, de style, de posture narrative qui font que l'ensemble m'apparaît hétéroclite et inégal. Certaines des variations m'ont paru inutiles ou désolidarisées de l'ensemble (d'où leur inutilité selon mes critères).
Le livre comporte sept parties, avec deux séries de deux nouvelles ayant le même titre et revenant comme dans les règles de la composition musicale à laquelle on sait que l'auteur est à la fois sensible et expert. Personnellement, j'ai particulièrement aimé la première, intitulée Les Lettres perdues dont le style m'a semblé net et épuré à l'extrême, quasi cristallin. J'ai également été sensible à la deuxième, intitulée Maman puis à la cinquième intitulée Litost. Toutefois, cette cinquième partie est d'un style tout à fait différent, proche du symbolisme et/ou de l'essai.
En revanche, j'ai totalement perdu pied dans les troisième et sixième parties, intitulées toutes deux Les Anges : je ne voyais plus du tout où l'auteur voulait m'emmener ni à quoi il faisait référence. L'histoire de Tamina, supposément censée être la colonne vertébrale de l'ouvrage, ne m'a pas du tout intéressée. D'autre part, les longues et pesantes digressions, tout au long du livre sur les ébats et les réalisations sexuelles des protagonistes m'ont semblé gratuites et ennuyeuses. Cela m'apparaît même être une sorte de fixation chez l'auteur, tant cela revient souvent dans son oeuvre.
Sur le fond, qu'en est-il ? Difficile à dire. On y voit de criantes résonances avec le vécu de l'auteur, à savoir le musellement dont il fut la victime dans la Tchécoslovaquie communiste (en gros de 1948 à 1968, date de l'invasion soviétique de Prague dans le but de lui couper toute velléité d'émancipation de la grande soeur U.R.S.S.), puis son exil en France et son questionnement sur les pieds de nez de l'histoire, sur l'insignifiance de l'être (on sent déjà poindre l'interrogation majeure de son futur et magistral roman suivant, L'Insoutenable légèreté de l'être).
Mais sortie de ces très grossières constatations ce n'est pas très clair pour moi et les digressions nous emmènent sur des terrains brumeux. Tout semble être contenu dans le titre. Je vais même vous faire un petit aveu : je crois qu'une bonne somme des interrogations et des cheminements personnels de Kundera apparaissent dans ses titres de livres si on prend la peine de les ordonner chronologiquement.
Il y eu tout d'abord La Plaisanterie, celle qui lui vaudra de se faire éjecter du parti communiste tchèque et qui lui assurera ultérieurement pas mal d'ennuis. Le refuge ensuite dans de futiles aventures, focalisation et canalisation de la libido débordante de l'auteur, les fameux Risibles Amours, puis, après 1968, quand la situation devint réellement intenable pour lui dans son pays, La Vie est ailleurs et les promesses d'un exil à l'étranger.
Mais une fois arrivé en France, le questionnement existentiel, politique et historique le reprend et finalement, tout ce qu'il a vécu, mieux vaut en rire et l'oublier, d'où ce titre, le Livre du rire et de l'oubli. Mais là ne s'arrête pas les questions existentielles. Finalement qu'est-on ? quand on est rayé des listes de son pays, victime d'un rototo de l'histoire mondiale, dérisoire à l'échelle des siècles mais énorme à l'échelle individuelle ? D'où L'Insoutenable légèreté de l'être.
Viendront ensuite des questionnements logiques sur l'identité et sur l'immortalité, questionnements typiques d'un écrivain et/ou d'un exilé… Bon j'arrête là mes divagations sur un livre qui, comme c'est tout de même du Kundera, ne m'a pas totalement déçue, mais comme c'est du Kundera et qu'on sait de quoi il est capable dans ses meilleurs crus m'a forcément un peu déçue quand même. Toutefois, souvenez-vous que ceci n'est qu'un risible avis, et qu'il vaut peut-être mieux l'oublier car, dans le fond, il est insoutenablement léger, c'est-à-dire, pas beaucoup plus qu'une plaisanterie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          650
Sachenka
  30 septembre 2017
Le livre du rire et de l'oubli est un recueil de nouvelles. Je ne voudrais pas contredire son auteur, Milan Kundera, mais je n'y arrive pas. Il insistait pour prétendre le contraire, stipulant qu'il s'agissait d'un « roman en forme de variations », c'est une façon de voir la chose, mais je n'y adhère pas. Oui, les thèmes se mêlent et s'entremêlent, donnant parfois l'impression évanescente d'une certaine unité ou continuité, surtout que la plupart des histoires se déroulent autour de Prague, quelque part après l'instauration du communisme mais… Il y a ce mais, qui provient de mon esprit trop cartésien pour suivre l'auteur dans son emballement.
Quelques unes de ces histoires m'ont beaucoup plu. La première, celle de Mirek qui cherche à récupérer chez son ancienne maitresse des documents compromettants (je rappelle qu'on est au début de l'ère communisme, les intellectuels sont activement surveillés, toute critique du régime est sévèrement réprimée) me semblait particulièrement réussie, surtout avec son dénouement inattendu. Quant à la suivante, celle de Marketa, Karel et sa mère, si elle n'était pas enlevante, elle était tout de même intriguante. J'avais gardé un bon souvenir de la seule autre oeuvre que j'avais lue de cet auteur, L'insoutenable légèreté de l'être. Ça remontait à assez loin, mais j'étais très emballé à l'idée de redécouvrir sa plume (évocatrice, incisive, un brin humoristique quand on considère qu'il attaque avec l'absurde) et les premières nouvelles m'ont répondu positivement à mon attente.
Puis les choses se sont gâtées. Cette histoire des deux américaines qui commentent Rhinocéros… bof. Mon intérêt s'est ravivé (légèrement) avec celle de Tamina puis après je n'ai plus rien compris. Il me semblait que le livre devenait un essai, où il est question de musique, de poètes et d'écrivains morts, de considérations sur la philosophie et la littérature (sa théorie du litost, quand je lis avant de me coucher, pas évident !). J'ai trouvé que c'était long, dense et ennyeux. Puis, on nous ramène à Tamina mais aussi sur la politique, ce fameux dirigeant communiste Gottwald, mais c'était trop tard : l'intérêt n'y était plus, Kundera m'avait déjà perdu. Puis, j'ai rêvé ou le tout finissait en un voyage fantastique sur une ile peuplée d'enfants cruels ?
Comme beaucoup de recueils de nouvelles, il me semblait que le livre du rire et de l'oubli était inégal. Ça n'enlève rien à la portée ou à l'importance de l'oeuvre mais, dans tous les cas, ça m'en a éloigné. Il est vrai qu'elle aborde et soulève des thèmes marquants (et délirants !), des thèmes qui m'interpèllent. L'exil et la nostalgie réussissent toujours à m'accrocher et me retourner. Toutefois, j'avais l'impression que ça allait dans tous les sens. Si les liens, les variations dont parlait Kundera étaient bien présents, permettaient-ils d'établir une trame narrative continue ? J'en doute. Je termine ce livre encore profondément mystifié…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
ahasverus
  05 octobre 2013
Le lecteur qui attend d'un livre de Kundera qu'il lui raconte une histoire sera certainement déçu. Pourtant l'univers de Kundera existe : je l'ai rencontré !
Il y a 7 chapitres au Livre du Rire et de l'Oubli. Malgré ce que je viens d'écrire, je vais en résumer les sujets :
chapitre 1.- Les lettres perdues : Mirek a eu voici 25 ans une liaison avec Sdena. Il reprend contact avec elle en vue de récupérer et de détruire ses vieilles lettres d'amour car il a honte de cette relation. Obsédé par cette idée futile, il néglige de se débarrasser de documents politiques compromettants, ce qui amène son arrestation et son emprisonnement par la dictature tchèque des années 70.
chapitre 2.- Maman : Karel et Markéla supportent mal Maman, mais ils décident de l'inviter une semaine à la condition qu'elle parte samedi pour ne pas compromettre leurs jeux libertins avec Eva. Mais Maman feint d'oublier le jour du départ.
chapitre 3.- Les Anges : Michèle et Gabrielle, étudiantes préférées de Madame Raphaël, doivent analyser devant sa classe le Rhinocéros de Ionesco. Elles axent leur intervention sur l'effet comique de la pièce et sont tournées en ridicule par Sarah, une rivale. Michèle et Gabrièle sortiront victorieuses de cette situation grâce au soutien de Madame Raphaël.
Nous suivons en parallèle l'histoire de la jeune R. qui soutient l'écrivain Kundera, dissident, en lui permettant d'écrire des horoscopes alimentaires dans le journal où elle travaille. Il en profite pour tourner en ridicule le directeur de ce quotidien.
chapitre 4.- Les lettres perdues : Tamina a fui la république tchèque avec son mari, décédé quelques mois après. Elle souhaite récupérer des carnets intimes abandonnés dans sa fuite afin de reconstituer son passé.
chapitre 5.- Littost : le soir où il doit recevoir à Prague sa maîtresse, l'étudiant est invité par son ami Voltaire à une soirée à laquelle participe le Grand Poête.
chapitre 6.- Les Anges : Raphaël vient chercher Tamina pour la conduire sur une île ou elle se retrouve au milieu d'enfants. Elle sera acceptée, adorée, puis traquée avant de quitter l'île à la nage et de se noyer.
En parallèle Kundera évoque l'agonie de son père.
chapitre 7.- La Frontière : Jan oscille entre des aventures sexuelles décevantes et des conversations aux amis. Comme il s'apprête à quitter définitivement la ville, il consent à aller à une orgie organisée par Barbara. Il assiste également à l'enterrement de Passer, qu'un incident rend drolatique.
Voici pour les histoires.
S'agit-il de nouvelles ? Dans son "chapitre 6 les Anges" , Kundera s'explique : "tout ce livre est un roman en forme de variations." - "C'est un roman sur le rire et sur l'oubli, sur l'oubli et sur Prague, sur Prague et sur les anges."
Un roman sur le rire, sur l'oubli, sur Prague, sur les Anges ? Pas seulement bien sûr. Mais c'est ça, et surtout ça.
Qu'est ce qu'une variation ?
Les variations sont un voyage, nous dit-il. "Le voyage des variations conduit au dedans de l'infinie diversité du monde intérieur qui dissimule toute chose."
C'est donc à travers l'infinie complexité du rire et de ses significations que le livre nous conduit. Car le rire peut être fédérateur ou discriminatoire, fait du diable ou fait des anges. Les anges peuvent ils être parfois plus cruels que le diable lui-même ? Toutes ces histoires m'amènent à le penser.
C'est à travers l'infinie déclinaison de l'oubli que nous emmène Kundera . L'oubli qui conduit Tamina à sa perte. L'oubli qui désinhibe Karel, Markéla et Eva. L'oubli qui détruit le peuple tchèque ou l'oubli qui chasse la culpabilité, ou l'oubli de circonstance de Maman. Et d'autres oublis que j'ai oublié - oui je sais, c'est facile.
Je pourrais poursuivre encore pour vous faire remarquer que toutes les scènes de sexe sont tristes alors que la scène de l'enterrement est gaie. Je pourrais attirer votre attention sur le fait que Litost, qui m'évoque le Banquet de Platon, est la seule histoire dont les chapitres n'ont pas de numéros , (si quelqu'un a compris pourquoi, je suis preneur). Je pourrais relever tous les paradoxes, tel le comportement paradoxal de Mirek qui milite contre l'oubli du passé historique en cherchant à faire disparaître son passé privé. Je pourrais affirmer, car j'en suis certain, que Raphaël est l'ange qui accompagne les voyageurs et que le récit de Tamina sur l'île est celui de son agonie. Alors je vous ferais remarquer que dans le premier récit des anges la professeure s'appelle Madame Raphaël, et moi aussi je dirais que ce n'est pas par hasard.
Je pourrais vous dire cent autre choses sur cet univers si riche, si vos yeux restent ouverts et si vous prenez votre temps.
Car l'oeuvre de Kundera est un univers, comme l'est celle de Kafka, l'autre Tchèque. Un univers de variations qui peut vous apporter un plaisir immense -et varié - si vous n'oubliez pas que la poire est plus importante que le tank, que l'invasion des villes par le merle est plus historique que l'invasion de Prague par les Russes, et que les choses ne sont pas toujours aussi simples qu'elles le paraissent.
Les variations sont plus importantes que les histoires.
Il appartient à chacun d'oublier la ronde et de rejoindre les rangs des inconditionnels de Kundera.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          275
KrisPy
  26 juin 2014
Lire du Kundera, c'est comme écouter la musique de Grieg : variations autour d'un thème.
Les émotions, les ressenties, les pensées intimes des personnages, qui vivent souvent une situation similaire, mais avec de nombreuses variations autour du même thème, se croisent et s'entrecroisent.
Sont abordés les thèmes de l'oubli, l'oubli de ce qui fait mal, l'oubli des choses qu'on ne devraient pas oublier ; le rire, le rire de la dérision,le rire cruel de la moquerie, mais aussi le rire salvateur, qui soulage, quand la culpabilité s'envole et vous laisse l'âme légère... Et rire, c'est commencé à dédramatiser, à porter un regard compatissant sur soi aussi, à pardonner, à oublier...
Milan Kundera écrit en finesse ; il suggère, il tisse une trame légère d'histoires, qui devient dense, de par notre vécu, notre ressenti. Pour ce livre en particulier, il y aura autant de niveaux de lectures qu'il y aura de lecteurs. Et chaque relecture apporte une nouvelle vision, de nouvelles idées.
Du très bon Kundera.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          355
Kittiwake
  17 mars 2012
Rédiger cette chronique n'a pas été facile. Je ne sais que dire de cet écrit dont l'auteur affirme qu'il s'agit d'un roman : je n'y ai trouvé qu'une succession d'histoires, qui certes ont un unité de temps (après-guerre et arrivée des communistes dans l'ex Tchécoslovaquie) et plus ou moins de lieu, mais j'ai plus l'impression d'avoir parcouru un recueil de nouvelles.
Différents thèmes sont évoqués et jetés pèle-mêle : les traques, les trahisons, l'exil et la nostalgie du paradis perdu, abordés aussi bien dans des récits fictifs que dans les confidences personnelles de l'auteur.
Les lettres perdues
Le premier récit met en scène un ancien scientifique dissident à la recherche de lettres qu'il avait adressé à une femme qu'il avait aimée 20 ans plutôt. Traqué par la police, il rencontre cette femme, qui refuse de lui rendre les lettres. Il sera arrêté à son retour chez lui
Maman
Intrusion de Maman, la mère de Karel, invitée à passer quelques jours chez son fils et sa belle fille, dans la vie du couple, soucieux de lui cacher leurs secrets d'alcôve. Ils comptent pour cela sur sa vue basse et ses troubles de mémoire.
Les anges
Récit complexe, mêlant fiction et biographie, ainsi qu'une réflexion sur le rire.
Les lettres perdues
C'est sans doute le récit qui m'a le plus intéressée. Tamina voudrait récupérer des poèmes et des lettres qui sont restées à Prague chez sa belle-mère. Il lui est impossible d'y retourner elle-même. Elle devra y renoncer.
Litost
Les déboires d'un abstinent sexuel involontaire, déchiré entre une groupe de poètes éméchés et une femme de garagiste adultère
Les anges 2
c'est le texte le plus obscur et le plus complexe. On y retrouve une Tamina désabusée, qui disparaît sans laisser de traces. Suit un délire onirique, où Tamina se retrouve sur une île peuplée par des enfants démoniaques.
Kundera y mêle des observations sur la musique contemporaines. Il y parle aussi de son père que la vieillesse a isolé dans un monde sans mots
J'aurai vraiment souhaité faire partie de ce voyage littéraire, rédigé par quelqu'un qui fût, brièvement rennais, ce qu'il évoque au cours du récit, mais j'ai l'impression d'être passée à côté

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273
Citations et extraits (75) Voir plus Ajouter une citation
tolstoievskitolstoievski   15 janvier 2018
Vous savez ce qui se passe quand deux personnes bavardent. L'une parle et l'autre lui coupe la parole : « c'est tout à fait comme moi, je… » et se met à parler d'elle jusqu'à ce que la première réussisse à glisser à son tour : « c'est tout à fait comme moi, je… »
Cette phrase, « c'est tout à fait comme moi, je… », semble être un écho approbateur, une manière de continuer la réflexion de l'autre, mais c'est un leurre : en réalité c'est une révolte brutale contre une violence brutale, un effort pour libérer notre propre oreille de l'esclavage et occuper de force l'oreille de l'adversaire. Car toute la vie de l'homme parmi ses semblables n'est rien d'autre qu'un combat pour s'emparer de l'oreille d'autrui.

Quatrième partie : Les lettres perdues, 1.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Nastasia-BNastasia-B   02 janvier 2018
Le rire, poursuit Pétrarque, est une explosion qui nous arrache au monde et nous rejette dans notre froide solitude. La plaisanterie est une barrière entre l'homme et le monde. La plaisanterie est l'ennemi de l'amour et de la poésie. […] L'amour ne peut pas être risible. L'amour n'a rien de commun avec le rire.

Cinquième partie, Litost : Pétrarque condamne le rire de Boccace.
Commenter  J’apprécie          351
Nastasia-BNastasia-B   02 décembre 2017
S'il voulait effacer des photographies de sa vie, ce n'était pas parce qu'il ne l'aimait pas, mais parce qu'il l'avait aimée. Il l'avait gommée, elle et son amour pour elle, il avait gratté son image jusqu'à la faire disparaître comme la section de propagande du parti avait fait disparaître Clementis du balcon où Gottwald avait prononcé son discours historique. Mirek récrit l'Histoire exactement comme le parti communiste, comme tous les partis politiques, comme tous les peuples, comme l'homme. On crie qu'on veut façonner un avenir meilleur, mais ce n'est pas vrai. L'avenir n'est qu'un vide indifférent qui n'intéresse personne, mais le passé est plein de vie et son visage irrite, révolte, blesse, au point que nous voulons le détruire ou le repeindre. On ne veut être maître de l'avenir que pour pouvoir changer le passé. On se bat pour avoir accès aux laboratoires où on peut retoucher les photos et récrire les biographies et l'Histoire.

Première partie : Les Lettres perdues, 17.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          641
SachenkaSachenka   28 septembre 2017
S'il est vrai que l'histoire de la musique est finie, qu'est-il resté de la musique? Le silence?
Allons donc! il y a de plus en plus de musique, des dizaines, des centaines de fois plus qu'il n'y en a jamais eu à ses époques les plus glorieuses. Elle sort des haut-parleurs accrochés aux murs des maisons, des épouvantables machines sonores installées dans les appartements et les restaurants, des petits transistors que les gens portent à la main dans les rues.
Schönberg est mort, Ellington est mort, mais la guitare est éternelle. L'harmonie stéréotypée, la mélodie banale et le rythme d'autant plus lancinant qu'il est plus monotone, voilà ce qui est resté de la musique, voilà l'éternité de la musique. Sur ces simples combinaisons de notes tout le monde peut fraterniser, car c'est l'être même qui crie en elles son jubilant je suis là. Il n'est pas de communion plus bruyante et plus unanime que la simple communion de l'être. Là-dessus les Arabes se rencontrent avec les Juifs et les Tchèques avec les Russes. Les corps s'agitent au rythme des notes, ivres de la conscience d'exister. C'est pourquoi aucune oeuvre de Beethoven n'a été vécue avec aussi grande passion collective que les coups uniformément répétés sur les guitares.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
KrisPyKrisPy   26 juin 2014
Qu'est-ce que la litost ?
Litost est un mot tchèque intraduisible en d'autres langues. Sa première syllabe, qui se prononce longue et accentuée, rappelle la plainte d'un chien abandonné. Pour le sens de ce mot je cherche vainement un équivalent dans d'autres langues, bien que j'aie peine à imaginer qu'on puisse comprendre l'âme humaine sans lui.
Je vais donner un exemple : l'étudiant se baignait avec son amie étudiante dans la rivière. La jeune fille était sportive, mais lui, il nageait très mal. Il ne savait pas respirer sous l'eau, il nageait lentement, la tête nerveusement dressée au-dessus de la surface. L'étudiante était irraisonnablement amoureuse de lui et tellement délicate qu'elle nageait aussi lentement que lui. Mais comme la baignade était sur le point de prendre fin, elle voulut donner un instant libre cours à sont instinct sportif et elle se dirigea, d'un crawl rapide, vers la rive opposée. L'étudiant fit un effort pour nager plus vite, mais il avala de l'eau. Il se sentit diminué, mis à nu dans son infériorité physique, et il éprouva la litost. Il se représenta son enfance maladive sans exercices physiques et sans camarades sous le regard trop affectueux de sa mère et il désespéra de lui-même et de sa vie. En rentrant tous deux par un chemin de campagne ils se taisaient. Blessé et humilié, il éprouvait une irrésistible envie de la battre. Qu'est-ce qui te prend ? lui demanda-t-elle, et il lui fit des reproches ; elle savait bien qu'il y avait du courant près de l'autre rive, il lui avait défendu de nager de ce côté-là, parce qu'elle risquait de se noyer - et il la frappa au visage. La jeune fille se mit à pleurer, et lui, à la vue des larmes sur ses joues, il ressentit de la compassion pour elle, il la prit dans ses bras et sa litost se dissipa.
[...]
La litost est un état tourmentant né du spectacle de notre propre misère soudainement découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Milan Kundera (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Milan Kundera
"l'insoutenable légèreté de l'être", de Milan Kundera (Alchimie d'un roman, épisode n°48)
Dans la catégorie : Littérature tchèqueVoir plus
>Littératures indo-européennes>Balto-slaves : Bulgare, macédonienne, serbo-croate>Littérature tchèque (42)
autres livres classés : littérature tchèqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Milan Kundera

Presque tous les romans de Kundera comportent le même nombre de parties : quelle est la structure type de ses romans ?

3 parties
5 parties
7 parties

10 questions
57 lecteurs ont répondu
Thème : Milan KunderaCréer un quiz sur ce livre
. .