AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070658404
144 pages
GALL JEUN GIBOU (06/03/2014)
3.59/5   145 notes
Résumé :
Être un véritable chevalier, aujourd'hui, est-ce encore possible ?

À travers sept épreuves initiatiques, des jeunes se lancent dans l'aventure : une expédition nocturne dans la forêt de Brocéliande, l'escalade de la façade de Notre-Dame en cordée, l'intensité d'un combat à mains nues, la découverte d'une danse oubliée avec une cavalière sensuelle...


Autant de façons de vibrer, de prendre position dans la société, de dire NON
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (70) Voir plus Ajouter une critique
3,59

sur 145 notes

sheila
  01 avril 2014
Un livre sublime qui remet en question la société et notamment l'Homme. Tout au long de ce livre, Erik L'Homme nous expose son point de vue sur ce qu'est la vrai liberté. Il remet en cause l'addiction de la télé pour les jeunes, ou encore le fait qu'on ne réagit pas quand on est témoin d'une bagarre. A travers ce roman, les sept bacheliers vont comprendre ce qu'est la vie, le véritable, pas celle que nous montre la société. Ils vont oser pour la première fois faire des choses qui n'aurait jamais fait.
Ce sont des mots qui nous transperce, pour se planter dans le coeur. Des mots qui nous font réfléchir sur le sens de la vie.
Si il y a une chose a retenir de ce livre, c'est que la vie est une aventure et qui ne faut pas avoir peur de la vivre.
Commenter  J’apprécie          240
kuroineko
  18 avril 2017
Ce livre signe ma première incursion dans l'univers littéraire d'Erik L'Homme. le beau titre qu'il a donné à son ouvrage m'a attirée, ainsi que l'idée de vérifier si le concept de chevalerie, terme désuet qu'on ne trouve plus guère que dans les livres historiques ou fantasy, pouvait encore exister et avoir un sens au XXIème siècle.
Sa préface présageait beaucoup d'intérêt dans les propos à venir.
Plus qu'un roman, on a affaire ici à un recueil de sept nouvelles, en contre-point desquelles s'inscrivent des extraits d'un (pseudo) texte médiéval intitulé Les Sept Bacheliers ou l'Épreuve périlleuse, signé d'un certain Cisme d'Aleyrac en 1190. L'ensemble forme un tout cohérent moins en tant que récit qu'en tant que cheminement initiatique.
Car cette quête est bel et bien le thème majeur de ce livre. Chaque nouvelle présente deux personnages principaux qui, sous des traits et des genres différents, représentent un système dual très classique: le guide et son disciple. Ce que revendique explicitement Erik L'Homme dans sa préface, arguant que "les liens initiatiques unissant un padawan à son Maître Jedi, qui ont traversé les siècles pour s'écraser contre l'indifférence du nôtre, m'ont paru suffisamment décalés pour illustrer, là aussi, cette révolte contre le monde moderne."
L'auteur, au-travers de son récit, invite le lecteur à réfléchir. Sur la société contemporaine, ses dérives et ses excès. Et sur soi-même. Surtout sur soi-même d'ailleurs. Les jeunes apprentis subissent diverses épreuves aussi surprenantes que diversifiées les amenant à dépasser le conformisme et la pensée commune pour apprendre à se déterminer en vertu de leurs propres critères, après réflexion ou dépassement physique. le corps et l'esprit s'allient dans ces nouvelles pour amener les disciples au bout de leurs épreuves.
Erik L'Homme n'hésite pas à faire appel à moult références littéraires et cinématographiques pour expliciter son propos. Pêle-mêle on retrouve Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand et le Seigneur des Anneaux, 1984 d'Orwell et Star Wars, Mr Keating du Cercle des poètes disparus et le roi Arthur. Et j'en passe.
Si l'idée générale m'a paru très intéressante et bien amenée, j'émets juste un bémol: le besoin, surtout pour les jeunes lecteurs, de lire en sachant aussi prendre du recul face à ces récits. Ceux-ci se présentent sous une forme hiératique et idéalisée. le ton employé par l'auteur, surtout dans les dialogues, se veut intentionnellement formaliste, voire emphatique. Pris sans nuance, l'ensemble peut donner l'impression d'un rejet total du monde moderne et du sacro-saint Système. Un extrémisme aussi dommageable que le conformisme exacerbé.
Comme dans tout récit multiple, j'ai mes préférés. J'ai surtout apprécié la douce poésie du premier, "Commando mazurka" (l'occasion pour moi également de découvrir le poète québécois Émile Nelligan) et l'expédition nocturne au coeur de la forêt de Brocéliande - et de soi-même- du second, "L'odeur des ombres".
Un livre à découvrir pour une plume de qualité et une invitation à réfléchir par soi-même au lieu de gober ce que d'autres nous mâchent... Petite piqûre de rappel jamais inutile. En gardant l'esprit critique (et non de critique) ouvert, bien sûr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Mladoria
  27 décembre 2020
Cadeau de Noël de ma maman cette année qui ne sera pas restée longtemps dans ma pile à lire puisque je l'ai dévoré !!
Et quel coup de coeur !! Bon avec Erik L'homme rien de très étonnant avec moi, ayant eu un coup de coeur pour chacun des tomes de A comme association mais là on s'engage sur un sentier bien plus poétique et initiatique.
Ce roman est difficile à définir, choral, recueil de nouvelles et récits mythiques.
On va suivre 7 bacheliers, loin de potasser pour la philo, ils aspirent à devenir chevaliers des temps modernes par l'élévation de l'âme. Les épreuves qu'ils vont affronter ne sont pas des dragons mais vont faire se cabrer leurs certitudes, vont ressortir les aspects les plus héroïques de leurs personnalités.
Les scènes de nuit sont toutes assez improbables mais de celles que l'on aimerait vivre au moins une fois dans sa vie (bon sauf celle qui fait penser à Fight club ^^). Recontactant l'homme à l'infini de la nature et surtout de son moi profond. On s'approche de la quête mystique sur fond de geste arthurienne.
Le style est comme toujours très moderne, les différents duos d'amis physiquement très différents et reconnaissables, quelques figures féminines emblématiques (à l'image de la geste arthurienne, elles sont des personnages clés pour les "chevaliers" qu'elles rencontrent). Les en-têtes de chapitres sont des mantras extraits de la pop culture et de la littérature. Chaque chapitre est une aventure nocturne aux confins du possible, là où on dépasse les convenances et les attendus sociétaux.
Rejoindre l'Ordre me plairait assez à la lecture de ce roman. Un plaisir de lecture absolument jouissif et plein de pragmatisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
Maliae
  27 avril 2014
Ce livre est très spécial et d'une originalité qui m'a beaucoup plu. Sept histoires nous sont racontées, ou plutôt devrais-je dire quatorze histoires, car chaque histoire en comporte deux, celle d'adolescents de notre époque et celle de Bachelier du Moyen-âge, toutes deux sont liés et ont un rapport. Les Bacheliers à cette époque n'étaient pas les jeunes qui allaient passer leur BAC comme vous pouvez vous en douter, il s'agissait en fait des jeunes hommes qui comptaient devenir Chevalier et devaient faire leur preuve.
Les sept histoires se font échos et c'est à la fin qu'on comprend leur lien. Dans ce livre il est question de justice, de quête de la vérité, il s'agit également d'une critique de notre société moderne – notamment du contrôle de la population au travers la télévision par exemple, ou bien le non-respect des femmes, l'écrasement de chaque petite révolution, la perte des valeurs, l'oublie de l'Histoire…
Le livre est très poétique, un brin philosophique, on se laisse entraîner par des petites leçons de vie. Il ne se passe pas grand-chose, mais j'adore comme les adolescents sont guidés et cherche à réfléchir, à s'ouvrir, ne se contentent plus de leur vie telle quelle, ils cherchent à en faire quelque chose, de fou et d'incroyable, de vrai. Ils se révèlent et c'était chaque fois une petite aventure.
Chaque petite histoire est formée de la même manière, il est question de deux jeunes qui se connaissent et l'un initie l'autre à quelque chose. Que ce soit grimper sur la cathédrale de Notre Dame, ou danser La Mazurka dans un parking au milieu de la nuit, visiter la forêt de Brocéliande, et d'autres choses encore. Chaque fois on a le droit à une leçon de vie, à des réflexions sur la société, sur soi-même et ça ne se lit pas facilement. J'entends par là que ça fait réfléchir, ce ne sont pas des dialogues qui forment une histoire, mais plutôt qui pose un questionnement et ne propose pas forcément de réponse.
J'ai adoré ce livre, les réflexions, les remises en question, c'était super agréable dans un sens.
La construction très spécial du livre peut rebuter, moi ça m'a beaucoup plu, même si au début j'étais intrigué. Je me suis laissée porter par ces mystères.
La fin m'a beaucoup plu, elle relie les sept petites histoires, les sept messages, et nous montre que l'on doit faire nos choix en accord avec nous même.
J'ai donc passé un super moment avec ce petit livre, pleins de belles réflexions et de messages intéressants. de désir de justice, de vérité et de beauté. Ça donne envie de faire sa propre révolution.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CdiJulesFil
  21 août 2014
Le Regard des Princes à Minuit est un livre d'Erik L'Homme, un livre agréable à lire même pour les personnes qui n'aiment pas lire.
le Regard des Princes à Minuit est découpé en sept petites histoires qui se passent la nuit, dans ces petites histoires chaque personnage principal se lance dans l'aventure à travers sept épreuves : une expédition nocturne dans la forêt de Brocéliande, l'escalade de la façade de Notre-Dame en cordée, l'intensité d'un combat à mains nues, la découverte d'une danse oublié avec une cavalière sensuelle. Erik L'Homme est né il y a une quarantaine d'années dans les montagnes du Dauphiné. Il est l'auteur d'une vingtaine de livres dédiés à la jeunesse qui se sont vendus à ce jour à plus d'un million d'exemplaires.
Ce livre est coupée en sept partie avec des personnages et des lieux différents. le livre est facile à lire, Erik L'Homme met en relation chaque partie avec un des bacheliers de Cosme d'Aleyrac qui a écrit "Les Sept Bacheliers ou l'Épreuve périlleuse" en 1190, qui comme les personnages du livre passe une épreuve pour devenir chevalier.
Erik L'Homme a bien su doser entre l'aventure et l'action qui se passe. le seul point négatif que je trouve perturbant est qu'on ne sait jamais de quels personnages est le point de vue des histoires.
Je vous conseille de lire ce livre qui mérite vraiment son succès auprès de la jeunesse.
(Laetitia C.)

Ce magnifique roman qui parle de l'art de devenir chevalier aujourd'hui à travers des épreuves initiatiques très modernes et très empreintes de liberté de découverte de soi au profit d'une noble cause.
Chaque fin de chapitre renvoie à l'épreuve périlleuse des 7 bacheliers qui allaient devenir chevalier en 1190.
Les personnages et les épreuves sont si différents que l'on pourrait ne voir aucun lien entre eux mais l'avant dernier chapitre révèle un secret et le dernier fait monter le suspense d'un cran.
C'est extrêmement bien écrit et construit comme chaque roman d'Erik L'Homme. C'est très beau et très pur et en même temps cela pose beaucoup de questions sur soi et l'appartenance à une communauté.
(LE CDI)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
Ricochet   23 octobre 2014
Le talent de raconteur d'Erik L'Homme est mis au service d'un magnifique livre dont on souhaiterait qu'il soit un peu plus long tant il est riche et rafraîchissant.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (68) Voir plus Ajouter une citation
sheilasheila   09 avril 2014
Le Graal appartient aux hommes et pas aux dieux, quels qu'ils soient. Le Graal est lié au sens de l'honneur et de la responsabilité que l'on montre devant les événements de la vie. Moi, j'aime cette idée d'hommes libre : libre de donner au monde un sens et une forme, dans les limites et le respect de la Nature, car nous appartenons a la Nature, et la sagesse nous commande de suivre ses lois. Le Graal est aussi le symbole de cette liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Livresse_des_MotsLivresse_des_Mots   10 mars 2014
En sortant, il trouva son ami devant le rideau en berne d'une libraire.
- Je suis désolé de te l'annoncer mais ce n'est pas la première librairie qui met la clé sous la porte. Et ça ne sera pas la dernière.
- Une librairie qui ferme, Hervé, c'est un phare qui s'éteint, laissant les hommes dériver, s'échouer ou se fracasser contre les récifs d'une époque.
- Tu ne peux pas dire, simplement : « Ça me fait mal au cœur de voir cette librairie fermée ? »
- Je pourrais, mais ça ne serait pas suffisant. Gageons qu'un magasin de vêtements va vite prendre sa place, consacrant le triomphe de l'apparence. Aujourd'hui, tout le monde se ressemble, pense la même chose, dit la même chose, porte les mêmes choses...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
orbeorbe   11 mars 2014
tourner le dos, s'éloigner, montrer que l'on n'est pas dupe, donner du sens à ce qui nous entoure et nous arrive, un sens différent de celui de l'air du temps ; voilà ce que le système ne supporte pas.
Commenter  J’apprécie          250
sheilasheila   09 avril 2014
Un jour, Arthur demanda à Merlin quelle était la plus grande vertu dans la chevalerie. Était-ce le courage, la compassion, la loyauté, l'humilité? Merlin répondit que ces vertus se mêlaient comme les métaux dont le mélange fait une bonne épée. Mais Arthur ne voulait pas de poésie, il était avide d'une réponse clair. Alors Merlin lui chuchota: «Je vais te dire quelle est la plus grande vertu. C'est la vérité, oui, il faut la vérité avant toute chose. Quand un homme ment, c'est une part de notre monde qu'il assassine».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
VoyageuseImaginaireVoyageuseImaginaire   14 juin 2016
C’est leur nombre et leur diversité, ainsi que la manière particulière que nous avons de les recevoir, d’être touchés, intrigués, intéressés ou déçus, qui rendent les livres précieux. Et plus encore, l’écriture elle-même. […] Ces lettres sont capables, assemblées, de faire naître en nous des images, des sons, des odeurs, des sentiments ! Tu connais une magie plus forte ? […] Les images que les livres génèrent dans nos têtes n’appartiennent qu’à nous. Si je lis le mot « chat », je vais me figurer un chat qui ne sera qu’à moi, issu de mes expériences avec les chats, de mon imaginaire félin, que sais-je ? Ainsi, chaque lecteur est renvoyé à lui-même. Le livre est un extraordinaire moyen, le dernier peut-être, de faire de chacun de nous des personnes uniques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Erik L'Homme (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erik L'Homme
Ceci est une série d'interviews effectuées à l'IMAGINA'LIVRE, un salon du livre SFFFH (SF, Fantasy, Fantastique, Horreur), par l'association Imaginarium (rien à voir avec moi, je les ai découverts après coup) sur le campus de l'université Jean Jaurès à Toulouse.
J'y ai transporté une caméra afin de poser des questions à des auteurs de tout type sur leur manière d'écrire leurs univers imaginaires.
autres livres classés : chevalerieVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz "Le regard des princes à minuit"

1/ De quelle danse parle-t-on au début du livre ?

la mazurka
Tango
Valse
Hip-hop

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Le regard des princes à minuit de Erik L'HommeCréer un quiz sur ce livre