AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782812907449
296 pages
Éditeur : Editions De Borée (26/10/2012)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 27 notes)
Résumé :
En 1940, durant l'exode, Margaux échappe à la vigilance des siens. Kidnappée par Clémence, elle se retrouve à fuir sur les routes avec une inconnue qui la chérit comme sa propre fille. Tout d'abord terrorisée, elle finit par accepter son sort, sans pour autant oublier sa vraie famille. Cette dernière est à la recherche de la petite disparue mais la France de l'Occupation recèle bien des zones d'ombre qui pèseront sur le destin des uns et des autres…
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Bonheur_Lecture
  13 octobre 2014
« Loin de Margaux », un de plus à ma collection sur la Seconde Guerre Mondiale, et encore un nouvel aspect dont on parle peu et qui pourtant, après quelques recherches, était pourtant assez répandu.
C'est l'histoire de la famille Saurel. Il y a le père, Antoine, la mère qui se prénomme Liliane et les enfants, Joachim, Adrien et Margaux, mais il y a aussi Toscane, le chien.
Alors que ces derniers tentent de fuir leur ville pour échapper à l'occupation, un bombardement se produit, les obligeant à quitter leur voiture. Margaux, qui a seulement 4 ans, dans la panique, décide d'aller chercher son chien, resté dans la voiture et échappe donc à la vigilance de sa famille. Elle sera kidnappée par Clémence, un être en mal d'enfant, qui va, sans le savoir, changer le destin de cette petite Margaux…
J'avoue avoir acheté ce livre, sans même avoir lu entièrement la quatrième de couverture. Les deux premiers mots ont suffi à me convaincre : « Juin 1940 ». Tout ce qui se rattache à cette période me fascine. J'en veux toujours plus. J'ai soif d'apprendre sur cette Histoire si tragique, si inimaginable, et qui pourtant est malheureusement belle et bien réelle… Et encore une fois, je n'ai pas été déçue, quoique j'en attendais quand même un peu plus. J'ai découvert un aspect sur la Seconde Guerre Mondiale dont je n'avais jamais entendu parler. Effectivement, je savais que des enfants Juifs étaient placés dans des familles qui faisaient partis de la Résistance. Ces familles qu'on appelle bien honorablement « Les Justes ». Mais j'étais à mille lieues de me douter que des enlèvements avaient lieu durant cette période si atroce…
Je me suis beaucoup attachée à tous les personnages, à la famille Saurel et également à Margaux, ou Agathe, comme vous voulez. J'ai également, comme tout ceux qui ont lu le livre, détesté Clémence, cette femme qui enlève Margaux. C'est vrai que l'on passe énormément de temps avec ces deux personnages. J'ai ressenti de la colère, de la peine, de l'angoisse. J'ai eu envie de prendre Margaux dans mes bras, et de lui murmurer que tout se passera bien…
Mais, j'en attendais encore plus. Au fond, la façon dont l'histoire est écrite n'est pas assez élaborée pour moi. Tout se déroule très vite, un peu trop vite. J'ai eu l'impression que cette histoire n'était pas assez recherchée. Je pense que ce roman méritait un minimum d'approfondissement, de recherche. C'était le moment pour moi, d'en dévoiler un peu plus. Ici, nous n'apprenons pas grand-chose, pour ainsi dire rien. Je suis sûre que Karine Lebert aurait pu écrire un roman merveilleux et inoubliable, ce qui du coup, n'est pas le cas. Tant pis, j'ai passé un très bon moment tout de même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
zabeth55
  08 juillet 2015
Un bon roman à l'eau de rose sous fond d'atrocités nazies. Paradoxal non !
L'histoire : pendant l'exode, Clémence, en mal d'enfants, kidnappe Margaux Saurel, quatre ans.
On suit leur parcours, ainsi que celui de la famille Saurel pendant toutes les années de guerre.
Il faut reconnaître que sans que ce soit de la grande littérature, ça se lit très bien. Des personnages sympathiques, même Clémence, et des pages qui se tournent vite pour voir où tout cela va nous mener.
Reste une petite pointe d'insatisfaction intellectuelle Mais bon, les livres sont là aussi pour nous distraire, et celui-là y réussit
Commenter  J’apprécie          200
Sea
  29 janvier 2017
Loin de Marguaux
Karine Lebert
7/10
Vive les enfants
L'histoire se déroule pendant la seconde guerre mondiale. La traque des juifs est un fléau effroyablement bien organisé. La famille de Margaux va payer pour ses origines.
Clémence perd son premier enfant à cause d'une erreur d'inattention. Elle désir au plus profond d'elle-même un autre enfant mais les médecins l'induise en erreur en la convainquant qu'elle ne peut plus en avoir par les voies naturelles. Elle profite d'un moment d'égarement de la mère de Margaux, pour la subtiliser. Margaux est encore très jeune mais elle possède une très bonne mémoire. Jamais elle n'oubliera sa vraie mère ni sa vraie famille. Antoine, le père de Margaux ira jusqu'au bout de tous ses efforts pour retrouver son enfant.
le kidnapping n'est pas excusable mais Clémence sauve un peu Margaux de cette traque immonde en lui offrant une nouvelle identité. Liliane la maman de Margaux ira jusqu'à pardonner Clémence.
C'est dans cette ambiance triste de la guerre que tout se joue pour les personnages de cette histoire qui pourrait être vraie. Les guerres ont réellement bouleversé le destin de nombreuses familles. Clémence réussira aussi à dépasser ce chagrin qui la dévore et un heureux évènement lui attendrira le coeur de nouveau.
Loin de Margaux est une lecture agréable et un hymne à l'enfance, parce qu'ils nous rendent heureux et que leur manque nous fait commettre les pires erreurs. Lisez ce livre si vous aimer les romans qui se passe pendant la guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Pixie-Flore
  12 juillet 2013
Les enfant disparus pendant l'exode, un thème peu évoqué; un contexte de Seconde Guerre mondiale qui me fascine; une diversité de personnages et de situations. Ce livre avait tout pour m'envoûter, et pourtant...
Karine Lebert aurait pu faire un excellent roman, mais celui-ci n'est finalement qu'un roman banal. Tout d'abord parce qu'elle a choisi la facilité. Aucune surprise dans l'action, ces dernières s'enchaînant d'ailleurs rapidement sans être approfondies. de plus, elle ne travaille pas assez ses personnages. Il aurait fallu qu'elle les développe plus ce qui m'aurait peut-être permis de m'y attacher. C'est ce manque d'approfondissement qui rythme le livre qui m'a le plus gêné et qui m'a laissé carrément sur ma faim.
Je dois tout de même reconnaître que la façon dont se termine l'histoire m'a plu. L'auteur laisse une part sombre qui rend le tout un peu réaliste et qui évite de tomber dans la niaiserie d'une histoire où tout finit bien dans le meilleur des mondes. Disons que c'est une maigre compensation qui diminue un peu ma déception.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
brinvilliers
  22 mars 2015
Nous sommes en 1940 et c'est l'exode, les bombes et les familles sont dispersées. C'est à ce moment, que Margaux, 4 ans disparaît. Clémence, jeune bourgeoise en mal d'enfant, l'enlève. Elle quitte son frère et s'enfuit pour Paris, tout en changeant le nom de Margaux en Agathe. La petite ne la reconnaît pas comme sa mère mais a déjà compris que pour son bien qu'elle ne devait rien dire. Pendant ce temps toute la famille Saurel recherche Margaux, mais en vain. Antoine, le père, part seul à sa recherche, il ne sait pas que le reste de sa famille va s'enfuir, ils sont juifs. Sans le savoir, Clémence sauvera Margaux d'une mort certaine, elle ne connaît pas sa religion. Ce livre nous parle de l'exode et nous faire connaître les destins brisés qui s'en sont suivis, mais il nous rappelle surtout à une sombre et douloureuse période de notre histoire.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   04 août 2018
Elle avait déjà connu pareil chaos. La lumière des avions, le bruit des moteurs, les explosions, les hurlements, les pleurs, les gens qui quittaient la route pour courir dans tous les sens et se cacher où ils pouvaient... Sa main dans celle de sa mère qui criait, sans qu’elle comprît un mot... Les petits garçons que leurs parents emmenaient loin de la voiture... Les bagages qu’on abandonnait comme... comme Cane ! La chienne demeurée dans le véhicule et qui risquait d’y mourir, si personne ne se préoccupait de son sort en ouvrant la portière pour la libérer... Seule Margaux pensait à elle, tandis que sa mère la protégeait de son corps sur le sol où l’herbe lui griffait les joues...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   04 août 2018
Le fait de n’être pas seule à avoir choisi cette option était un facteur à la fois rassurant et périlleux. Tant qu’elle ne serait pas loin de sa région natale, elle s’inquiéterait de croiser une connaissance qui pouvait s’étonner de la voir fuir sans son frère, en compagnie d’une fillette inconnue. Pourtant, à mesure qu’elle s’éloignait de son foyer, Clémence comprenait que ses angoisses étaient vaines ; ses compagnons d’infortune se moquaient pas mal de son identité, de ses projets, de son existence même. Chacun se concentrait sur sa propre survie sans se préoccuper du malheureux qui mendiait du pain et de l’eau sur le bas-côté de la route. Dans tous les esprits, un seul but : franchir la Seine puis la Loire si possible, se diriger vers l’ouest ou le sud, échapper à la progression allemande et aux stukas dont on percevait les sifflements avant même qu’ils ne lâchent les bombes sur leurs cibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brinvilliersbrinvilliers   18 mars 2015
- Elle des parents, des frères et soeurs ?
- Je n'en sais rien, mentit Clémence en finissant son breuvage.
- Donc, il est possible qu' à cet instant, c'est même plus que probable, une mère cherche cette fillette, la peur et le désespoir au ventre ?
Clémence soupira en contemplant son verre vide.
- Oui... Quoi que tu soutiennes, Charles, ma décision est prise : je la garde.
- Tu t' arroges le droit de dévaster toute une famille et l'existence de cette enfant ?
- Je crois qu'elle sera heureuse avec moi. Et je suis sincèrement peinée pour ses parents, s'ils existent, mais leur souffrance est le prix à payer pour ... mon bonheur. Tu le sais bien. Je vais finir par me tuer autrement.
- Cesse ce chantage ! s'offusqua Charles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pixie-FlorePixie-Flore   12 juillet 2013
D'ailleurs, elle eut vite l'impression qu'on l'écartait, que les Français ne tenaient pas à mesurer la gravité de la guerre dans les regards hébétés de ceux qui revenaient des camps. Le visage et le corps émaciés de Liliane renvoyaient ses compatriotes à leur impuissance, à toutes les compromissions dont ils s'étaient rendus coupables pendant les années d'Occupation, à ces horreurs qu'ils refusaient de regarder en face comme si feindre de ne pas les voir pouvait les effacer à jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   04 août 2018
Pour la première fois de sa vie, elle était libre de ses mouvements, au sens propre du terme : personne ne pouvait l’empêcher d’agir comme bon lui semblait, à l’exception des aléas de l’exode. Car le paradoxe était qu’elle se réjouît de cette indépendance alors que les Français s’estimaient prisonniers d’une situation qui leur échappait. Elle s’inquiétait de la pénurie de nourriture et d’essence ; le reste importait peu. Avec son argent, elle pourrait facilement se loger. Quand le calme serait revenu, d’ici quelques années, elle retournerait au manoir avec Agathe qu’elle présenterait comme sa fille. Nul n’aurait l’idée de lui en contester la maternité. Elle devait aux Allemands et à leur victoire éclatante l’un des plus grands bonheurs de son existence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Karine Lebert (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Karine Lebert
Karine Lebert, auteur de la collection Terres de France, parle de sa passion pour l'écriture. Retrouvez son dernier roman paru aux éditions Presses de la Cité, "Ce que Fanny veut..." ! En savoir plus : http://bit.ly/21OIMFz
autres livres classés : mèreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1967 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..