AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Robert Laffont (20/04/2017)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.84/5 (sur 125 notes)
Résumé :
Ma vie a changé un matin alors que j'ouvrais mon courrier. Une lettre anonyme m'apprenait que ma mère avait commis un crime trente-cinq ans plus tôt. L'auteur de cette lettre me donnait rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore et m'ordonnait de ne parler de cette histoire à personne. J'avais enterré Maman à Londres au début du printemps ; l'été s'achevait et j'étais encore loin d'avoir fait mon deuil. Qu'auriez-vous fait à ma place ? Probablemen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (58) Voir plus Ajouter une critique
Daniella13
05 juillet 2017
La dernière des Stanfield de Marc Lévy est un livre palpitant avec de nombreux rebondissements qui nous entraînent au coeur des secrets de la famille Stanfield
Eleanor-Rigby est journaliste pour un magazine, elle vit à Londres et un jour elle reçoit une lettre l'informant que sa mère a commis un crime 35 ans plus tôt. L'auteur de cette lettre, qui se fait appeler "le corbeau" lui donne rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore.
Georges-Harrison, pour sa part est ébéniste et vit au Québec. Il reçoit un courrier de même ampleur et le même rendez-vous.
Deux êtres qui ne se connaissent absolument pas vont réaliser qu'ils ont quelque chose en commun quand ils découvrent une photo de leur deux mères accrochée au mur de ce fameux bar.
Mais qui est ce corbeau qui a l'air de tout connaître de leur vie ? Quel crime leurs mères ont-elles commis ?
Il va leur falloir s'armer de patience pour arriver à la conclusion finale et tout apprendre du passé de leur famille...
Nous avons donc tout au long du livre, la vie de Sally-Anne (qui est la mère de Eleanor-Rigby) et May (qui est la mère de Georges-Harrison). Nous plongeons dans leur passé et découvrons leur histoire de famille.
Les grands-parents de Sally-Anne étaient Robert et Hanna Stanfield qui au temps de la seconde guerre mondiale, s'étaient rencontrés, mariés et avaient fait fortune.
Mais tout dans cette famille n'est que mensonge et trahison. Il va falloir reconstituer les pièces du puzzle pour en déterminer les tenants et aboutissants.
Nous avons des bonds en avant avec les petits enfants et des bonds en arrière avec l'histoire des parents et des grands-parents. Il faut arriver à suivre dans tout ce méli-mélo.
Mais j'ai beaucoup aimé cette histoire même si je me doutais du résultat final.
Je n'en dis pas plus pour pas vous gâcher l'histoire mais Marc Lévy a encore frappé et j'ai adoré. À vous de découvrir tous les secrets cachés de cette famille...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          363
frconstant
02 août 2017
Lire un Marc Levy est toujours pour moi un pari... Vais-je résister à l'envie de refermer le livre avant que de l'avoir lu entièrement? Car, mes expériences précédentes m'ont confirmé que la note globale que j'attribuais à cet auteur était de l'ordre de la moyenne entre une écriture facile à lire, parfois même pétillante, et un fond souvent proche de l'abîme, du zéro absolu, du vide total quant à la capacité de l'auteur à nourrir un tant soit peu une réflexion capable de poser un regard sur l'humain et sur ce qui le fait en humanité au coeur d'un paysage tellement souvent vide de sens.
Or, Daniel Pennac a beau affirmer que le droit du lecteur est de ne pas terminer sa lecture, de mon côté, je m'impose toujours d'aller jusqu'au bout. Si le livre m'a déplu, je m'impose une seconde lecture du même auteur avant que de le cataloguer dans les rubriques à suivre ou à jeter. Marc Lewy fait partie de cette catégorie, 'border line' qui me demande donc d'aller jusqu'au bout! ce qui, je dois le reconnaître, se fait sans difficulté.
La dernière des Stanfield est un récit plutôt plaisant à suivre qui nous donne de découvrir trois générations des Stanfield ou de leurs proches et d'y découvrir les grandes questions intergénérationnelles qui demandent à l'individu de se positionner quant à l'appartenance, ou non, à la dynastie dont on est issu. Ici, il s'agit de découvrir qui fut Hanna, sa vie familiale, ses enfants déchirés et les valeurs qui leur servent de fondation pour vivre ou s'étioler.
L'écriture est légère, elle se laisse avaler sans effort et, au cours des va-et-vient entre les temps de vie de ces trois générations, on découvre l'amour, la haine (ils sont souvent proches l'un de l'autre), la rancoeur, la trahison, les jeux d'influence, les mensonges et les vérités cachées ou jetées en coup de bélier à la tête des proches. Bref, tous les ingrédients connus et ressassés dans toute bonne saga familiale...
Une réalisation à la Levy (j'aurais pu dire à la Musso!?!) ... ça passe, mais ça lasse. Car le lecteur n'en sort guère nourri pour appréhender le monde, il a peu à se mettre sous la dent pour réfléchir à la vie, à ce qui la dirige et à ce qui lui donne une vraie raison de vivre.
Alors, entendons-nous! Si vous voulez vous délasser au bord de la piscine, dans le jardin ou au creux d'un fauteuil au coin - ou non - du feu, "la dernière des Stanfield" de Marc Levy a des atouts manifestes. Si vous voulez profitez du temps de lecture que vous pouvez vous octroyer pour poser sur le monde un regard interrogatif, une regard qui cherche à comprendre et promouvoir une réflexion sur l'Humain et une manière de vivre conforme à l'envie de le faire grandir, il vous faudra chercher ailleurs!
Lecture de vacances ? Profitez-en! Lecture nourricière, ne perdez pas votre temps!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
alainmartinez
13 mai 2017
Pour son dix-huitième roman, un an après « L'Horizon à l'envers » Marc Levy revient avec « La Dernière des Stanfield ». Une intrigue passionnante autour d'un secret de famille.
Eleanor-Rigby, et Georges-Harrison ne se connaissent pas. Octobre 2016, Eleanor-Rigby journaliste au National Géographic vit à Londres. Alors que sa mère est décédée depuis peu, elle reçoit une lettre anonyme affirmant que cette dernière aurait commis un délit il y a plus de 35 ans. de l'autre côté de l'Atlantique, Georges-Harrison, ébéniste résidant au Québec, reçoit lui aussi une lettre lui proposant d'enquêter sur le passer de sa mère et sur l'identité de son père. Pour en savoir plus le corbeau leur donne rendez-vous dans un bar de pêcheur sur le port de Baltimore aux Etats-Unis.
Le jour dit, Eleanor-Rigby et George-Harrison découvrent au mur du bar une photo de 1980 où leurs mères sont ensemble. Ils comprennent qu'ils sont venus pour la même raison et commencent alors leur enquête.
Comme tous les romans de Marc Levy on se laisse emporter. L'intrigue pleine de suspense nous emmène en France de 1944 sous l'occupation, à Baltimore des années 80 en passant par Londres et Montréal de nos jours. Dans style fluide l'auteur nous offre une belle saga familiale avec des personnages attachants, du rythme et des rebondissements. Un livre qu'on regrette d'avoir fini.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
Gaoulette
29 mai 2017
Heureusement que j'adore Marc Levy et que c'était une LC avec Missnefer car j'aurais abandonné.
Deux trentenaires avancés Eléonor-Rigby et Georges-Harisson reçoivent des lettres anonymes sur le passé de leur mère respective. Ils ne se connaissent pas mais ils sont liés. Chacun vivant dans deux continents différents vont se retrouver à enquêter ensemble.
La dernière de Stanfield c'est un gros plongeon dans la jeunesse particulière de May et Sally-Anne à la seconde Guerre Mondiale de la rencontre De Robert et Hanna. Mais il y a aussi une histoire de malédiction d'une riche famille, de morts, d'oeuvres d'art, de dettes….. Et oui trop d'informations tuent le roman.
Je voulais connaitre la fin à tout prix en pensant que Mr Levy allait me transcender et bien même si la fin peut un peu vous émouvoir, je n'ai pas compris le pourquoi du comment de toute cette histoire. Hanna personnage clé…. Oui mais pourquoi et comment…..
Pfff je ne sais pas quoi dire tellement je suis perplexe par cette histoire alambiquée qui retombe sur ses pattes un peu maladroitement. Il y a eu trop de suspense et trop de directions prises par l'auteur pour se satisfaire d'un final pareil. A l'heure actuelle je cherche encore à savoir ce que Marc Levy a voulu nous transmettre. L'amour d'une mère sur plusieurs générations, oui mais pourquoi être partie dans tous les sens. Hanna garde un oeil sur ses enfants quoiqu'il arrive mais pourquoi tout part en cacahuète. Non je ne peux que dire que je n'ai pas aimé du tout.
De plus cette lecture a été une petite torture pour les méninges avec cette narration qui change en chaque paragraphe et parfois se mélange un peu. Trop de complications pour un roman fleuve ou une saga familiale comme on veut. Pourquoi mettre un petit suspense voir un peu polar car nous sommes censés comprendre qu'il y a eu un crime pour nous laisser un plan.
Donc vous l'aurez compris c'est un retour pas terrible pour moi. Un grand écart entre L'horizon à l'envers et La dernière de Stanfield. D'ailleurs le titre et la couverture, je ne voyais pas vraiment l'évidence.
Déçue, perplexe et blasée. Mais je garde une étoile pour l'histoire d'amour de May et Sally-Anne que j'ai trouvé magnifique et qu'il s'est transformé en couple de Beatles (j'ai craint le pire)….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
VivianeB
24 avril 2017
Pépite ! J'ai adoré ce roman-fleuve dont j'ai vu les images comme un film pour une histoire complexe, secrète, de non-dits et d'amour, de sacrifice à diverses époques et dans différents pays. Je ne suis pas une fan de l'auteur mais là, j'ai été enchantée par cet ouvrage, de la première à la dernière ligne j'ai été séduite, émue, attendrie, interloquée… Bref ! Un bonheur de lecture.
Commenter  J’apprécie          160

Les critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec03 mai 2017
Un livre intense, émouvant, très divertissant, écrit avec sensibilité et intelligence.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Culturebox21 avril 2017
Fils de résistant communiste, une histoire familiale racontée dans "Les enfants de la liberté", Marc Levy excelle à nous faire croire qu'on ne devrait jamais douter de la bonté et du pardon.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations & extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
AminaBouzarAminaBouzar14 août 2017
Je m'appelle Eleanor-Rigby Donovan.
Mon prénom vous dit peut-être quelque chose. Mes parents étaient fans des Beatles, « Eleanor Rigby » est le titre d'une chanson écrite par Paul McCartney.
Mon père a horreur que je lui fasse remarquer que sa jeunesse appartient au siècle dernier, mais dans les années 1960, les fans de musique rock se divisaient en deux groupes. Rolling Stones ou Beatles ; pour une raison qui m'échappe, il était inconcevable d'apprécier les deux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AminaBouzarAminaBouzar14 août 2017
J'ai entretenu durant deux ans une relation que je voulais fidèle avec un reporter du Washington Post. Merveilleuse illusion. Nous avions échangé suffisamment de mails pour nous donner l'impression d'être proches, mais nous n'avons jamais passé plus de trois jours consécutifs ensemble. Bout à bout, notre union ne nous a guère permis de partager plus de deux mois de vie commune. Chaque fois que nous nous retrouvions, nos cœurs battaient la chamade, chaque fois que nous nous quittions aussi ; à force d'arythmies, ils ont fini par céder.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ChrichrilectureChrichrilecture08 août 2017
Trente - quatre ans, c'est tôt pour perdre sa mère, mais suffisant pour l'avoir mieux connue si j'avais voulu m'en donner la peine. Quelle excuse avais-je de n'avoir rien appris de l'adolescente ou de la jeune femme qu'elle avait été, d'avoir posé si peu de questions ? Avions-nous ressenti les mêmes choses aux mêmes âges ? Qu’avions-nous en commun au - delà du banal ? S'entendre dire qu'on a les yeux de sa mère, ses expressions, son tempérament ne signifie pas pour autant qu'on lui ressemble. Avant d'avoir reçu cette lettre, je ne doutais pas de notre complicité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
ChrichrilectureChrichrilecture19 juillet 2017
C'était un de ces dimanches où May s'en était allée de bon matin pour se rendre à la messe. Elle s'était affranchie de tout, mais pas de sa foi. Pourtant, lorsqu'elle entrait dans l’église, elle se sentait coupable. May ne venait chercher ici ni Dieu ni son pardon, seulement le droit de se sentir, pendant une heure, à l'abri du monde. Elle s'abstenait de prier, parce que prier aurait été faire offense à ceux qui étaient là. Elle regardait les paroissiens, tentait d'imaginer la vie de ces familles unies, observait les enfants qui bâillaient en récitant leurs litanies, distinguait les couples qui s'aimaient de ceux qui ne faisaient plus que vivre ensemble. May s'enivrait d'être libre, mais sa liberté s'accompagnait de peurs, la solitude étant la pire de toutes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Daniella13Daniella1303 juillet 2017
Bientôt, on ira demander à Google à quelle heure il faut aller pisser pour prévenir le cancer de la prostate.
Commenter  J’apprécie          292
Videos de Marc Levy (83) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marc Levy
Mélanie Morinet et Didier Debroux recevaient dimanche 25 juin 2017 recevaient dans le cadre du neuvième salon Saint-Maur en Poche sur la scène de la Griffe Noire l'auteur français Marc Lévy...
La Dernière des Stanfield de Marc Levy aux éditions Robert Laffont
Ma vie a changé un matin alors que j'ouvrais mon courrier. Une lettre anonyme m'apprenait que ma mère avait commis un crime trente-cinq ans plus tôt. L'auteur de cette lettre me donnait rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore et m'ordonnait de ne parler de cette histoire à personne. J'avais enterré Maman à Londres au début du printemps ; l'été s'achevait et j'étais encore loin d'avoir fait mon deuil. Qu'auriez-vous fait à ma place ? Probablement la même erreur que moi.
Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres. Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel. George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l'Est au Québec. Un matin, il reçoit une lettre anonyme accusant sa mère des mêmes faits. Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas. L'auteur des lettres leur donne à chacun rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore. Quel est le lien qui les unit ? Quel crime leurs mères ont-elles commis ? Qui est le corbeau et quelles sont ses intentions ? Au c ur d'un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée à l'été 44, à Baltimore dans la liberté des années 80, jusqu'à Londres et Montréal de nos jours.
" Un roman mené de main de maître. Magnifique et addictif ! " Gilles Tranchant, Librairie Cheminant " Marc Levy a toujours eu la passion des secrets de famille. Mais là, il se surpasse. " Josyane Savigneau " Entre émotion et suspense : un jeu de piste haletant. " Philippe Chauveau, Web TV Culture
9782221157855
L'Horizon à l'envers de Marc Levy aux éditions Pocket
Hope, Josh et Luke, étudiants en neurosciences, forment un trio inséparable. Lorsque Hope tombe malade, ils décident de jouer aux apprentis sorciers, alchimistes de la vie. Peut-on sauvegarder notre conscience et la transférer ? Des laboratoires secrets de l'université de Boston jusqu'à un phare perdu au bout d'une île, s'engage une course effrénée pour défier la mort. Émouvant, mystérieux, plein d'humour et d'amour, L'horizon à l'envers est un roman innovant qui explore la mémoire des sentiments.
9782266271882
Vous pouvez commander La Dernière des Stanfield sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Marc Levy

Quel est le premier ouvrage de Marc Levy ?

Et si c'était vrai ...
L'étrange voyage de Monsieur Daldry
La Première Nuit
Mes amis mes amours

9 questions
482 lecteurs ont répondu
Thème : Marc LevyCréer un quiz sur ce livre
. .