AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Louis Postif (Traducteur)S. Joubert (Traducteur)
EAN : 9782752903839
224 pages
Éditeur : Phébus (19/02/2009)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 10 notes)
Résumé :

De son expérience dans le Grand Nord Jack London a tiré des textes poignants, à la beauté brute et intense. Les nouvelles qui composent ce recueil annoncent de bien des manières les grands romans futurs. notamment L'Appel saurage et Croc-Blanc.


Dans cet univers extrême, dominé par la glace. et le règne animal, les hommes n'ont d'autre choix que de se dépouiller des conventions et des faux-semblants pour se confronter à l'essentiel... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Mimeko
  06 février 2021
Le dieu de ses pères est un recueil de onze nouvelles, publié par Jack London au début de sa carrière, à 25 ans, à un moment où il n'a pas encore écrit les romans qui vont le faire connaître. Dans ces nouvelles, il installe déjà un style, des personnages, des paysages qui seront ceux qui vont constituer les grands romans comme l'appel de la forêt ou Croc blanc. de la suprématie de la nature destructrice et contre laquelle même le plus futé comme Montana kid, roublard et opportuniste dans "Au bout de l'arc-en-ciel" ne peut pas lutter, ou dans l'évocation du respect des traditions même cruelle, qui demande un sacrifice humain et qui, déniée par quelques chercheurs d'or, va leur coûter la vie "Là où bifurque la piste", Jack London met en lumière, la vie de chercheurs d'or, d'aventuriers dans le grand nord canadien et les met dans des situations extrêmes pour en extraire leur véritable nature. Pour certaines nouvelles, le respect des femmes indiennes, admirables '"L'abnégation des femmes" ou encore la critique de l'invasion de l'homme blanc qui veut imposer son dieu à des peuples qui ne demandent rien que d'être respecté "Le dieu de ses pères", Jack London montre un engagement plus politique. Des nouvelles dans lesquelles Jack London se garde bien de happy end, et qui reflètent une réalité qu'il a bien connue et dont il réussit à recréer la beauté des paysages, la dureté des conditions de vie, le sublime ou le plus méprisable de la nature humaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Erik35
  02 septembre 2017
VIVE LES FEMMES !
Publié en 1901 chez Mc Clure, Philips & C, le Dieu de ses pères est rien moins que le second volume de nouvelles jamais publié par le bientôt célèbre Jack London. Il publiera en effet le désormais fameux "Call of the wild" (qu'une mauvaise traductrice transformera idiotement en "L'Appel de la forêt" dans notre langue) l'année suivante. On retrouve, bien évidemment, l'âme du grand nord, sa froidure, sa difficulté à vivre et même à seulement survivre dans ce recueil-ci, que l'on soit blanc ou indien, homme ou femme, être civilisé ou animal. Comme on le sait désormais, particulièrement grâce à cet écrivain redoutable d'efficacité d'écriture et de sens du racontar, ce grand nord canadien et l'Alaska proche furent envahis par des hommes obsédés par l'irrépressible soif de l'or en cette fin de décennie 1890 (1897-1898 pour être précis). Souvent épuisés par la mauvaise alimentation, voire la famine, après avoir bataillé de longs mois contre le sol gelé, lutté parfois jusqu'à la mort contre des grand froids pouvant atteindre les -50°C, nos valeureux chercheur d'or finissent souvent par tourner en rond. C'est aussi le moment propice pour tomber amoureux ! Certains vont choisir une indienne ("Siwash", "La grande question", "Là où bifurque la piste"), d'autres courir après une blanche au fort caractère ("une fille de l'aurore"), certaines vont tomber sincèrement amoureuses de l'homme qui les a choisi, d'autre assumer ainsi une vieille vengeance. Mais dans tous les cas, seules ces femmes semblent être à même de maintenir un semblant d'ordre, un soupçon d'élégance, un reste de civilisation ; elles seules semblent capable d'empêcher les hommes de retomber dans les mêmes antiques travers : alcool, vol, lâcheté, meurtre, individualisme...
Si l'enfance de Jack London ne fut pas d'une franche gaieté, du moins en ce qui concerne ses relation avec une mère qui n'avait jamais voulu de lui, c'est pourtant du côté des femmes que les rares moments de bonheur dans une existence pauvre et difficultueuse surgirent. Que ce soit avec la vieille nounou noire (celle qui lui prêta affectueusement l'argent de son premier bateau) ou sa sœur aînée (d'un premier mariage de son père adoptif. Ce que Jack n'apprendra qu'à l'âge de vingt ans), que ce soit avec la bibliothécaire, poète reconnue de la ville, qui su, peut-être la première, reconnaître en ce jeune et passionné lecteur un esprit original et prometteur, que ce soit encore, quelques années plus tard, avec sa seconde épouse Charmian qui fut tout autant son aimée, son amie que sa partenaire à part entière (ce qui n'était pas si fréquent en ces années-là où il se devait qu'une bonne épouse sache rester à sa place), Jack London fut, à n'en point douter, l'aimé des femmes. Et l'auteur du futur Croc-Blanc, l'amoureux, certes malheureux, de Martin Eden le leur rendit bien au fil de sa carrière, jusqu'à épouser la cause féministe et à demander, avec une vingtaine d'année d'avance sur les faits, leur égalité civique.
C'est un peu de ce Jack-là que l'on retrouve au fil des onze très belles nouvelles de ce recueil méconnu (avec un satisfecit tout particulier pour son "Siwash" et pour le terrible "L'abnegation des femmes"), dans ce monde dur, sans équivoque possible (sans quoi c'est la mort assurée), où les êtres et les choses sont tour à tour violents et poétiques, intrépides et sans but, courageux et pusillanimes, mais un monde où, sans la figure de ces quelques trop rares femmes, la vie ne serait plus autre chose qu'une vulgaire jungle -jungle de glace mais jungle tout de même- sans foi, ni loi, ni amour, ni honneur. Des leçons de vie comme nous aimons en recevoir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          215

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Erik35Erik35   02 septembre 2017
- Quand tu étais venu au Chilcat et que, sans daigner me regarder, tu m'as achetée comme on achète un chien et emmenée, mon cœur était irrité contre toi et rempli d'amertume et de crainte. Mais tout cela est bien loin. Tu as été bon pour moi, Charley, comme on est bon pour un chien. Il n'y avait pas de place pour moi en ton cœur ; pourtant, tu m'as traitée avec bienveillance et avec justice. J'étais à tes côté dans des actes de hardiesse que tu as accompli et dans les grandes entreprises que tu as dirigées ; je t'ai comparé aux hommes des autres races, j'ai vu que tu pouvais tenir ta place parmi eux avec honneur, que ta parole était sage et ta langue véridique. Je suis devenue fière de toi, au point que tu as fini par emplir tout mon cœur et toutes mes pensées. Tu étais pour moi comme le soleil d'été lorsque sa piste dorée tourne en cercle sans jamais quitter le ciel. Et partout où je je jetais les yeux, je contemplais le soleil. Mais ton cœur restait froid, Charley, et il n'y avait toujours pas en lui la moindre place pour moi.
- C'est exact. Il était froid et ne contenait pas de place pour toi. Mais c'est le passé. A présent mon cœur fond comme la neige au printemps, lorsque le soleil réapparaît. Tout se détend sous le grand dégel : l'eau court en bruissant, la verdure bourgeonne et pointe. On entend le vol des perdrix, le chant des rouge-gorges et une grande harmonie : l'hiver est vaincu, Passuk, et j'ai appris ce qu'est l'amour d'une femme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MimekoMimeko   05 février 2021
Vivre, c'est peiner et souffrir durement jusqu'au moment où la vieillesse s'appesantit sur nous et que nous laissons tomber nos mains sur les cendres froides des feux éteints. La vie est cruelle. C'est dans la souffrance que l'enfant aspire son premier souffle, et dans la douleur que le vieillard exhale son dernier soupir.
Nouvelle "L'abnégation des femmes".
Commenter  J’apprécie          140
MimekoMimeko   03 février 2021
Quand je parle pour eux, c'est pour moi-même que je parle; nous demandons qu'on nous laisse en paix; nous n'avons que faire de votre race; si nous vous permettions de vous asseoir à nos foyers, bientôt votre Église, vos prêtres et vos dieux suivraient. Sache-le je ferai renier son dieu à tout homme blanc qui entrera dans mon village. Tu es le premier et je te fais grâce. Mais tu ferais mieux de filer, et sans tarder.
Nouvelle - Le dieu de ses pères.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MimekoMimeko   05 février 2021
Quand on est mal nourri, le froid mord dur, et nos visages étaient noirs et gelés, au point que nos propres mères ne nous auraient pas reconnus.
Nouvelle "L'abnégation des femmes"
Commenter  J’apprécie          130
MimekoMimeko   04 février 2021
Oui, qu'était-il ? Un homme grand, épais, grossier, matérialiste, sourd à la gaieté, aveugle à la beauté, mort à l'intelligence. Son embonpoint montrait sa paresse, ses joues flasques et son gros ventre disaient sa gloutonnerie.
Nouvelle - La grande question.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Jack London (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jack London
Jack London : Faire un feu (France Culture / Samedi noir). Émission “Samedi noir” diffusée sur France Culture le 12 novembre 2016. Production : Blandine Masson. Image : dessin de Patrick Chabouté pour son adaptation en bande dessinée de la nouvelle “Constuire un feu” de Jack London. Un homme qui voyage seul dans le Yukon confronté au plus destructeur de ses ennemis : le froid. Traduit par Marc Chénetier. Réalisation : Christophe Hocké. En direct du studio 110, de la Maison de la radio. Lecture Carlo Brandt. Musique composée par John Greaves. À l’occasion de la parution dans La Pléiade des “Romans, récits et nouvelles” de Jack London en octobre 2016, édition publiée sous la direction de Philippe Jaworski. “Faire un feu” (paru en août 1908 sous le titre “To build a fire” dans le Century Magazine) est “le compte rendu” terrible et tragique " (pour reprendre le titre de l'essai de London sur les thèmes et les ressorts de la grande littérature), minutieusement agencé, d'une inexorable descente dans l'enfer du froid, la plus brutale description, et littérairement la plus parfaite, de la rencontre meurtrière du chétif corps humain, minuscule atome de vie perdu dans un infini de la blancheur, avec le plus immatériel et le plus destructeur de ses ennemis. Le récit n'est nulle part ailleurs chez London aussi dépouillé et concentré que dans ces pages. Comme dans bien d'autres nouvelles, ce n'est pas une intrigue qu'il déploie ou qu'il développe, mais une situation d'affrontement, un état de tension, qu'il mène, degré par degré, jusqu'au point de rupture. […] Dans un silence jamais rompu par aucune parole directement prononcée se déroule, rythmée par le passage des heures, la tragédie de la lente détérioration du corps, en même temps que s'amenuise l'espoir de survie. […] Marc Chénetier. Note publiée dans La Pléiade, extraits. Musiciens : John Greaves, Piano, chant Laurent Valero, Alto, violon, flûte, bandonéon Scott Taylor, Accordéon, kalimba, percus, cuivres Assistant à la réalisation : Pablo Valero Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : grand nordVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

l'appel de la foret

comment s'appelle le chien ?

holly
Buck
Billy
Rachid

3 questions
179 lecteurs ont répondu
Thème : L'appel de la forêt de Jack LondonCréer un quiz sur ce livre