AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266262041
Éditeur : Pocket (26/05/2016)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 65 notes)
Résumé :
De l'Inde luxuriante aux quartiers sordides de Newcastle, de l'existence privilégiée des colonies aux combats des suffragettes, l'itinéraire d'une femme déterminée et courageuse, décidée à se battre contre l'adversité pour assurer son indépendance.

Clarrie Belhaven vit une jeunesse idyllique sur la plantation de thé indienne de son père, avec sa soeur Olivia. Mais l'alcoolisme et les dettes de ce dernier mettent en péril leur patrimoine et, lorsqu'il ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
jeunejane
  04 août 2016
En 1904, Clarrie et Olivia Belhaven vivent en Inde, sur les plateaux d'Assam dans une plantation de thé. Leur mère est morte jeune et leur père est inconsolable. Rongé par l'alcool et la drogue, il est ruiné et meurt à son tour.
Clarrie est attirée par le beau voisin Well Robson et c'est réciproque mais des inimitiés entre les deux familles vont les éloigner.
Les deux soeurs sont recueillies à Newcastle par un cousin Belhaven mais devront servir de souillons.
Heureusement, elles croiseront sur leur chemin des voisins riches et accueillants et pourront retrouver leur dignité.
Le roman continue jusqu'en 1919 où nous continuons à suivre cette belle personne qu'est Clarrie.
J'ai beaucoup aimé ce roman qui m'a fait passer par beaucoup d'émotions.
J'y ai retrouvé une influence de "Dickens" pour le côté dur de la vie des orphelins et la rencontre de personnages plus bienveillants.
J'ai aussi retrouvé de loin, la trame de Jane Austen dans "Orgueil et préjugés" où on se demande si les deux amoureux se retrouveront.
La toile sociale du début de siècle au Royaume-Uni est bien abordée avec les différences de classes sociales et les suffragettes qui occupaient beaucoup la scène politique à cette époque.
Le style d'écriture et la traduction sont de belle qualité.
C'est le premier roman traduit en français de l'Ecossaise Janet MacLeod Trotter.
Challenge pavés 2016- 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Laviniaa
  10 août 2015
Clarissa a grandi dans une plantation de thé à Assam avec ses parents et sa petite soeur. Lors d'un terrible tremblement de terre, sa mère enceinte meurt et son père ne se remettra jamais de cette épreuve.
Clarrie essaye alors tant bien que mal de s'occuper de tout le monde mais la plantation périclite de plus en plus. Après sept ans de souffrances mentales, son père meurt, laissant ses deux filles couvertes de dettes. Elles n'ont pas d'autre choix que de tout laisser et de commencer une nouvelle vie en Angleterre, chez le cousin de leur père. L'acclimatation sera difficile, surtout pour Olivia, la plus jeune. La femme de leur nouveau tuteur les utilisera rapidement comme des esclaves, leur faisant faire toutes les corvées difficiles dans leur pub mal famé, bien décidée à profiter que les jeunes filles n'aient pas de solution de rechange. Malheureusement pour elle, Clarissa n'est pas prête à laisser la situation s'éterniser..

J'avais très envie de lire ce roman au résumé prometteur.. et au contenu encore plus intéressant! J'ai tout de suite été happée par l'histoire de Clarissa, une héroïne attachante au courage sans limite.
Le début sert surtout à poser les bases de l'histoire de nos personnages, ça met un peu de temps à bouger réellement mais c'est nécessaire pour mieux appréhender d'où viennent nos deux héroïnes. Les souvenirs qu'a Clarrie de son pays d'origine - l'Inde - sont tout pour elle et je pense que l'espoir d'y retourner est ce qui lui permet de tenir pendant toutes ces années tourmentées. Son courage ne faiblit jamais et pourtant on pourrait la comprendre si elle baissait les bras! Dès que les choses semblent aller mieux, quelqu'un se met en travers de sa route et gâche tout ou en tout cas rend tout très difficile. Il y a quelques méchants très méchants qui m'ont bien énervée, j'ai bien eu envie de leur donner un coup de pied aux fesses.. Et plus d'une fois! La soeur de Clarrie en fait partie même si ce n'est pas une vraie méchante, je dois dire que j'ai juste eu du mal à comprendre ses réactions pendant une grosse partie du livre, je n'ai donc pas vraiment accroché avec elle.
J'ai beaucoup aimé tous les contextes et les sujets abordés, que ce soit la plantation de thé en Inde, le pub mal fréquenté d'Angleterre, les salons de thé, la deuxième guerre mondiale.. On se laisse transporter par les lieux où vit Clarrie, même quand ils sont peu agréables à vivre, sa force de caractère n'en étant que plus admirative.
Bref, un excellent roman porté par une héroïne incroyable. Je garde en tête le nom de Janet MacLeod Trotter et j'attend avec impatience ses prochaines oeuvres.

Lien : http://mamantitou.blogspot.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
LadyRomance
  09 mai 2017
Les lumières d'Assam est un roman coup de coeur. Il est un vrai divertissement.
L'histoire est celle de Clarissa et sa jeune soeur qui vivent avec leur père dans la plantation familiale de thé en déclin à Assam en Inde en 1904. En effet, depuis que sa femme, métisse indienne, est morte dans un tremblement de terre sept ans auparavant, Jack Belhaven noie son chagrin dans l'alcool. Clarissa s'inquiète de la ruine qui les guète et tente en vain de mobiliser son père pour que les affaires reprennent. C'est dans ce contexte inquiétant qu'elle rencontre Wesley Robson débutant dans le commerce du thé dont la famille est l'ennemi de toujours des Belhaven selon Jack. Même si les deux jeunes gens s'intéressent l'un à l'autre, les événements font que les difficultés financières préoccupantes des Belhaven deviennent dramatiques avec la mort soudaine de Jack. La perte de la plantation est inévitable et les deux jeunes soeurs n'ont d'autres solutions que de trouver de l'aide auprès d'un cousin et de sa femme résidant à Londres. Ceux-ci les acceuillent en réalité pour les exploiter et travailler pour leur seul bénéfice en les réduisant quasiment à l'état d'esclave. Clarissa va alors déployer beaucoup de courage dont elle ne manque pas pour toujours garder à ses côtés sa jeune soeur totalement dépassée et apeurée par la situation et tenter de les en sortir coûte que coûte. C'est une histoire qui se déroule sur une quinzaine d'années et qui se lit avec beaucoup de plaisir. On ne s'ennuie pas une seconde dans cette histoire qui sort un peu de l'ordinaire dans un soucis de réalisme dans le contexte difficile que vivent les deux soeurs à savoir, comment peuvent-elles sans aide subvenir à leur propres besoins en partant de rien dans une époque qui commençaient tout juste à évoluer pour les femmes ?
J'ai beaucoup aimé le fait que l'on soit dans l'action avec une trame peu conventionnelle sous de nombreux aspects. Mais j'aurais souhaité aussi pour tout vous dire que l'on puisse profiter d'un aspect plus léger, plus réjouissant en poursuivant ma lecture avec un retour en Inde par exemple pour voir évoluer également l'héroïne dans une vie plus facile et nouvelle. Mais ce ne fut pas le cas. Oui, j'aurais aimé que cela prenne une autre direction avant que ce ne soit la fin pour profiter un peu encore des personnages lorsque tout va mieux !!! Cela prouve que les personnages étaient attachants et que j'étais pleinement dedans !
Avec Les lumières d'Assam, j'ai passé un très agréable moment de lecture que j'aurais bien poursuivi encore avec une suite ! Cela m'a donné envie de découvrir d'autres romans de cette autrice, c'est certain !
www.ladyromance.over-blog.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SuzyBess
  04 août 2018
Destin de femme au début du XXe siècle, cette histoire m'a captivée.
Après la mort de sa femme, Jock Belhaven, un anglais installé en Inde pour y cultiver du thé, se laisse totalement aller et ne s'intéresse plus ni à sa plantation au bord de la faillite, ni à ses deux filles, Clarrie et Olivia. Ces dernières se retrouvent sans ressources lorsque la vie quitte leur père; à contrecoeur, Clarrie décide de demander l'aide de leur oncle qu'elles ne connaissent pas et d'aller vivre auprès de lui en Angleterre. Mais sur place, les jeunes filles se retrouvent confrontées au racisme - le métissage indien de Clarrie étant flagrant -, à la violence et au mépris. Elles découvrent avec horreur que l'épouse de leur oncle pourtant si aimable est une femme irascible, hargneuse, tout simplement malveillante; celle-ci a, en effet, tôt fait de profiter de la faible position de ses nièces désoeuvrées pour les exploiter. Mais pour le bien-être d'Olivia, son aînée est prête à tout subir, jusqu'à la hargne du fils des Stock, une riche famille voisine avec laquelle les relations ne vont cesser d'évoluer, tandis qu'elle se prendra d'une profonde amitié presque maternelle pour le cadet, le jeune Will.
Avant de débuter ce roman, je croyais qu'il serait très prévisible et m'imaginais déjà les évènements qui pourraient s'y produire... je me suis bien fourvoyée puisque je n'ai cessé d'être surprise tout au long du récit ! Cette histoire aborde de nombreux thèmes - il va m'être impossible de parler de chaque point mais cette diversité fait sa force. Des conditions de vie abominables des cueilleurs de thé indiens aux traitements qui leurs sont infligés, de la recherche d'identité à l'esclavage, des mouvements féministes du début du XXe siècle à la première Guerre Mondiale... les situations mettant en scène les protagonistes sont donc variées. Et si l'on peut penser que l'auteure aurait pu se limiter à moins de sujets de fond tout en rendant un roman aussi satisfaisant, je trouve que la construction telle quelle est vraiment agréable.
Janet MacLeod Trotter nous fait aimer ou détester ses personnages avec facilité et je me suis attachée à eux sans vraiment m'en rendre compte: en effet, je pensais suivre leur évolution avec un intérêt, certes, présent mais limité, jusqu'à ce que les larmes me montent finalement aux yeux en fin d'aventure. En pensant qu'il y aurait profusion de romantisme, je me suis également trompée; ce n'est pas le cas, et les quelques instants où l'on peut en trouver m'ont même étrangement parus peu nécessaires, pas vraiment à leur place.
Le contexte historique est très bien exploité, détaillé sans qu'il y en ait trop. En plaçant son histoire principalement dans les quartiers ouvriers de Newcastle, l'auteure apporte une vision d'égalité au sein de la société, un mix des castes vraiment intéressant.
La densité d'évènements de cette histoire familiale a donc su me surprendre, j'ai été ravie de cette lecture.
Lien : http://letoucherdespages.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
LauraDarcy
  14 novembre 2016
C'est début juillet que j'ai craqué sur ce poche. La couverture m'a tout de suite attiré l'oeil. Je suis programmée depuis ma plus tendre enfance pour réagir aux couleurs roses, mon côté princesse qui refait surface. Je raffole de cette couleur, je n'y peux rien.
Une fois, le roman en main le résumé a fini de me convaincre qu'il fallait que je reparte avec lui. Pourtant ce n'est pas faute d'avoir une pile à lire qui déborde. Mais quand on aime, on ne compte pas, c'est bien connu.
L'histoire de Clarrie et Olivia Belhaven m'a fortement fait penser aux sagas romanesques télévisuelles qu'on retrouvait chaque été sur les grandes chaînes. Avez-vous vous aussi connu Terre Indigo, Tramontane ou Château des oliviers ? Ces sagas qui mêlaient grande héroïne, romance et rebondissements.
Transportées dans une plantation de thé en plein coeur des montagnes de l'Inde, les soeurs Belhaven vivent dans le luxe. À la suite de la mort de leur mère, Jock le père, sombre dans l'alcoolisme. Tout ce qu'elles ont toujours connu est sur le point de disparaître, englouti par les dettes. Non loin de là, l'exploitation des Robson prospère. Mais les Robson et les Belhaven sont ennemis alors quand Wesley Robson propose de racheter la plantation, les vieilles rancoeurs font surface. Jock sombre toujours plus jusqu'à en mourir. Clarrie et Olivia vont devoir abandonner l'Inde pour rejoindre un proche parent en Angleterre.
Être une femme au début du XXe siècle n'a rien de simple surtout lorsque vous avez été habituée toute votre vie à un certain confort. Clarrie est une femme entêtée, courageuse et travailleuse qui va avoir à coeur de supporter les aléas de la vie et en sortir la tête haute. Son moteur est son amour inconditionnel pour sa soeur Olivia, une jeune fille chétive, capricieuse et orgueilleuse qui n'aura aucune reconnaissance envers sa soeur.
Rien qu'avec cette dernière phrase, vous pouvez déjà en déduire que j'ai détesté le personnage d'Olivia. Elle compte toujours sur sa soeur pour s'en sortir et survivre. Et lorsque son aide n'est plus nécessaire, elle raye très facilement Clarrie de sa vie la laissant seule à supporter un mari qu'elle n'aime pas et un beau-fils cruel. Il faut qu'Olivia soit à nouveau en position de faiblesse pour renouer un lien avec sa soeur. Malgré les années passées, Olivia n'a pas changé d'un iota, elle reste une petite fille prétentieuse et jalouse. Clarrie est en difficulté, mais à aucun moment Olivia ne prêtera attention à ses problèmes.
Depuis qu'elle a quitté l'Inde, la vie n'a pas été facile pour Olivia. J'ai admiré son personnage qui traverse les épreuves la tête haute avec l'espoir qu'un jour elle trouve le vrai amour. Cet amour est incarné par Wesley Robson, famille ennemie des Belhaven depuis de nombreuses années. La haine aveugle Olivia qui n'arrive pas à reconnaître les qualités de Wesley. Doit-elle être fidèle à la mémoire de son père ou vivre sa vie comme elle l'entend?
Janet MacLeod Trotter a une plume très agréable qui a réussi à me faire voyager dans les plantations de thé de l'Inde britannique où l'ascension sociale y est plus facile, dans les bas fonds de Londres où les soeurs Belhaven seront traitées comme des esclaves par des gens peu scrupuleux qui n'arrivent pas à s'habituer à l'industrialisation du pays, ou encore dans les cuisines d'une maison bourgeoise.
J'ai connu avec ce roman un maelström d'émotions. Il est rare que je pleure durant une lecture et même si je n'ai pas pleuré à chaudes larmes, mon coeur et ma gorge se sont contractés sous le chagrin.
Si vous avez l'occasion de croiser ce roman en librairie et que vous aimez les grands destins de femmes, laissez-vous tenter!
Lien : https://darcybooks.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   04 août 2016
- Ce sont des coquillages, expliqua-t-elle. Ils viennent d'une plage du Northumberland, en Angleterre. Mon père les gardait pour se souvenir de la mer du Nord. Mon père disait qu'elle a souvent la couleur des nuages d'orage.
Elle plaça les coquillages dans la paume du vieil homme.
- Je me suis dit qu'ils seraient jolis dans votre jardin.
Commenter  J’apprécie          130
AtasiAtasi   09 septembre 2014
L'arôme des feuilles brunes, fort et terreux, évoquait une chaleur humide. Le sachet suivant était plus parfumé, le troisième contenait du thé fumé et le quatrième offrait un mélange de feuilles de qualité inférieure. Fermant les yeux, elle revit les méandres sombres du Brahmapoutre, les collines plantées de pluie. Elle ouvrit un dernier sachet et inhala. Aussitôt, son délicat parfum épicé lui rappela le bois de santal et le chêne, l'eau de source et la brume matinale. Elle fut saisie par une nostalgie douce-amère. C'était le parfum de Belgooree.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AtasiAtasi   09 septembre 2014
[...] Il avait le sourire de Kamal. Mais avant même sa visite surprise, je m'étais remise à penser à Belgooree et à en éprouver le manque.
- L'Inde a le pouvoir d'envoûter. Tous les endroits paraissent ternes en comparaison.
- Vous aussi, vous le ressentez ?
Il hocha la tête.
- Quand on l'a connue, on a du mal à s'installer ailleurs. Mais je croyais que vous étiez heureuse au salon de thé ? Will m'a raconté à quel point il comptait pour vous.
- J'y suis heureuse. Les dernières années ont été une lutte de chaque instant, mais les choses s'améliorent. Et je ferais tout pour que ça dure.
Il lui sourit.
- Voilà qui ressemble davantage à l'esprit combattif des Belhaven.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AtasiAtasi   09 septembre 2014
Après deux jours à bord, elles arrivèrent à Rangpur, où elles prirent le train pour rejoindre Calcutta. Clarrie n'avait que de très vagues souvenirs de ce trajet qu'elle avait emprunté autrefois avec ses parents, quand ils étaient allés à la grande ville pour affaires, mais aussi pour s'acheter de nouveaux vêtements et passer une soirée au théâtre. Olivia, quant à elle, ne se le rappelait pas du tout. Plus elles s'éloignaient de l'Assam, plus la jeune fille s'enfonçait dans le silence. Lorsqu'elles arrièvent à Calcutta et se rendirent à la maison de la mission où elles devaient passer deux nuits avant de quitter l'Inde, elle ne disait plus le moindre mot.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JustineprouvyJustineprouvy   25 juin 2017
N'oubliez pas qu'après la pluie vient le soleil
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : indeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Janet Macleod Trotter (1) Voir plus




Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
79 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre
.. ..