AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les Enquêtes de Qaanaaq Adriensen tome 4 sur 4
EAN : 9782757898901
408 pages
Points (12/05/2023)
3.82/5   285 notes
Résumé :
À Nuuk, capitale du Groenland, Qaanaaq Adriensen, le chef de la police locale, mi-Inuit mi-Danois, est chargé d’organiser la première réunion de la Scandinavian Police Association. Les plus grands flics islandais, danois, norvégiens et finlandais se retrouvent à Kangerlussaq, à l’ouest du grand pays blanc, pour sauver le Danemark d’une guerre des gangs qui menace sa stabilité. Mais tout se complique quand l’un d’entre eux disparaît…

Malgré la situatio... >Voir plus
Que lire après SummitVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (95) Voir plus Ajouter une critique
3,82

sur 285 notes
Direction le Grand Nord pour une lecture totalement immersive, déjà le quatrième opus des enquêtes de l'inspecteur Qaanaaq Adriensen, chef de la police locale de Nuuk, capitale du Groenland. Si cette enquête se veut indépendante, il y a tellement de références aux trois romans précédents qu'il me semble important de les avoir lus afin de vraiment apprécier cet opus.

Cette fois-ci, Qaanaaq est chargé d'encadrer le premier séminaire de la Scandinavian Police Association ( SPA ), réunissant des flics criminologues de Norvège, Islande, Danemark, Suède et Finlande, placé sous l'égide du grand patron de la PJ danoise, Arne Jacobsen, afin de mutualiser les forces dans la lutte anti-gang. Sauf que rien ne se passe comme prévu. Un des flics disparait à peine après avoir atterri. Puis le trek en traineaux prévu dans l'Inlandsis tourne au fiasco, comme si quelqu'un cherchait à saboter la réunion et à décapiter la SPA.

Des quatre, c'est sans doute le roman dans lequel l'enquête m'a semblée la plus « secondaire ». Non pas qu'elle ne soit pas intéressante en elle-même, non pas qu'il n'y ait pas les rebondissements nécessaires pour happer, mais dans le sens où c'est vraiment le Groenland qui se place en majesté dans la tête du lecteur. le Français Mo Malø ( c'est un pseudo ) y a séjourné longuement. Ça se sent, comme on sent son amour et son respect pour le lieu et ses habitants. A travers ses mots, il réussit parfaitement à laisser le lecteur voir les scènes, totalement immergé dans le Pibloktoq, la folie polaire de celui qui se retrouve perdu en plein Inlandsis, ce glacier aux vastes étendues dont l'épaisseur de glace peut atteindre des milliers de kilomètres.

« Sous les -40°C, Molsen n'avait pas menti, la véritable douleur du froid commençait. Celle qui oppressait la poitrine. Brûlait la peau aussitôt dénudée. Engourdissait le moindre geste. Pétrifiait toute trace liquide instantanément. Mais sous les -50°C, une autre dimension s'ouvrait encore. La sensation n'était plus seulement physique – ces poignards qui lardaient les poumons au moment d'inspirer – elle prenait un tour spirituel. Chaque pensée, lorsqu'elle n'était pas juste grippée, semblait vouloir s'échapper de cet enfer. On se trouvait, dès lors, dans l'au-delà de la cristallisation. Là où l'esprit se libérait du parfait assemblage moléculaire de la glace et se faisait ondes. »

Le blizzard, la faim, le froid, la paranoïa, des ours polaires affamés, tout est là pour dépayser le lecteur, mais avec du fond, au-delà des clichés. Si tout sonne authentique, c'est aussi parce que Mo Malø fait porter son récit par des personnages attachants, à commencer par Qaanaaq, né au Groenland, adopté par un couple de Danois, élevé au Danemark, découvrant sur le tard la terre de sa naissance, des secrets importants liés à sa naissance seront révélés.

Plus que jamais, il est rongé par la difficulté d'accorder ses devoirs de policier danois et son identité inuite qui a ressurgi. Face à des dilemmes forts dictés par les événements, il doit quasiment choisir entre trahir son pays d'adoption ( la terre natale ) ou celui de ses racines avec lequel il a conclu un pacte de coeur avec Nuna en se faisant tatouer de façon traditionnelle et en épousant Massaq. La société et la culture inuite sont au coeur du roman et c'est vraiment une chouette idée que de les faire découvrir grâce à cet excellent polar en mode huis clos glacé.

Lu dans le cadre d'une Masse Critique privilégiée Babelio.

Commenter  J’apprécie          1245
Avant de lire le nom de l'auteur, c'est la magnifique couverture du livre qui a accroché mon regard. On y découvre un ours polaire face au lecteur, beauté fascinante et menaçante.
Je n'ai pas été surprise de découvrir tout de suite après, le nom de l'auteur, Mo Malo. Cet auteur français publie sous ce pseudonyme une série policière originale se déroulant au Groenland.
Dans ce quatrième tome, l'auteur nous emmène sur le territoire de ce redoutable prédateur, animal emblématique du Groenland.

Son premier titre, « Qaanaaq », m'avait laissé une belle impression. Il faut dire que je suis attirée par la culture inuite très respectueuse de la nature, leurs mythes transmis oralement. Et c'est donc sans hésitation que j'ai sollicité la lecture de ce roman auprès de NetGalley et des éditions De La Martinière que je remercie.

*
Qaanaaq Andriesen est à la tête de la section criminelle de Politigarden de Nuuk, au Groenland. Il est chargé d'organiser un séminaire en vue d'améliorer la cohésion, la solidarité entre les différents services de la police judiciaire scandinave et d'accroître leur efficacité face aux guerres de gangs qui font rage au Danemark.
Ainsi, les plus grands criminologues norvégiens, finlandais, suédois, islandais, et danois se retrouvent pour quelques jours à Kangerlussuaq, à l'ouest du pays.

Cette première rencontre de travail aurait pu bien se passer, mais dans un polar, rien ne se passe comme prévu. Très vite, la tension monte après la disparition de l'agent islandais. le programme se poursuit malgré tout et le groupe part en expédition pour quelques jours dans l'Inlandsis, là où règne en maître le roi de l'Arctique.

« L'inlandsis.
Il ne peut s'agir que de cela. Cet infini de vent et de glace, insondable. Ce vide absolu, négation de toute vie, animale, végétale ou humaine, si ce n'est la sienne, égarée là, et si précaire à présent. »

L'expédition est loin d'imaginer les périls qui les attendent sur cet immense désert de glace.
L'intrigue est prenante et contre toute attente, des histoires du passé de Qaanaaq ressurgissent.

*
Comme dans les précédents tomes, le dépaysement est total.

Le lecteur est totalement immergé dans cette atmosphère de nuit polaire par de magnifiques descriptions de paysages.
Le décor crépusculaire génère une atmosphère inquiétante et cet aplat blanc bleuté qui recouvre toute cette étendue désertique a un effet hypnotique qui apporte une sensation apaisante et douce. Les apparences sont bien souvent trompeuses, car, même si je me suis sentie étrangement bien, comme dans un cocon ouaté, certaines paroles m'ont rappelé l'inhospitalité et la dangerosité de ces étendues glacées.

« … l'Inlandsis rimait avec danger, mort, folie. »

La rudesse du climat n'est qu'un élément qui permet de parfaire le décor car l'auteur prend aussi en considération les divers enjeux du Groenland sous administration danoise en ne négligeant pas d'évoquer les dimensions sociale, culturelle, politique et environnementale dans le pays.
Ainsi, l'intrigue policière intègre le mode de vie traditionnel, la culture et les coutumes des Inuits, ce qui nécessairement provoque une réflexion sur l'identité et la reconnaissance de ce peuple.

*
Le personnage principal, Quaanaaq, est un personnage particulièrement intéressant par sa double identité. Mi-Inuit mi-Danois, il est un pont entre deux cultures très différentes.
J'aime beaucoup ce policier, ses faiblesses, ses interrogations, ses conflits intérieurs, son besoin de connaître ses origines groenlandaises. Ce tome permet de découvrir un nouveau pan de son passé.

« Choisir entre les siens et sa passion pour son métier. Entre son foyer et les folles équipées. Entre Nuuk et Copenhague. Entre un présent qui désormais s'inscrivait pleinement dans ce territoire, et un lointain passé. Choisir entre l'Inuk et le Danois qui s'affrontaient en lui.
Ou pas. Ces deux pôles étaient-ils aussi antagonistes… ? N'existait-il pas une voie médiane, celle d'un compromis acceptable par tous ? »

Entouré de ses coéquipiers, de sa femme, je prends plaisir à le voir évoluer au fil des enquêtes. A la fois rugueux, taiseux, imprévisible, c'est un personnage plus fin et intelligent qu'il n'y paraît au premier abord.
L'intrigue laisse la place à de beaux personnages, et en particulier à sa femme Massaq et à son partenaire Appu.

*
Mais le ressenti de lecture sera, je pense, très différent si vous avez lu, ou pas, les précédents romans de l'auteur.
En effet, même si ce quatrième tome se lit indépendamment des trois autres, l'auteur fait référence, à de nombreuses reprises, aux enquêtes précédentes, à des histoires personnelles et au passé de Qaanaaq.

Si cette série vous intéresse, je vous conseille donc très fortement de commencer par le premier tome de la série, « Qaanaaq», sinon vous risquez d'être déçu..

*
Certains lecteurs aiment lire les romans suivant la saison qu'ils évoquent. Mais je dois reconnaître qu'il n'y a rien de mieux pour se rafraîchir que de la littérature d'hiver. J'ai pris beaucoup de plaisir à parcourir ces grands espaces glacés pour oublier la chaleur écrasante de la journée.
« Summit » est un roman policier d'ambiance dépaysant et inattendu que je vous conseille si vous avez déjà apprécié les tomes précédents.

#Summit #NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          5928
Summit, voici le roman idéal par ces temps caniculaires. Je vous envoie dans la banquise. N'y cherchez pas une quelconque contrepèterie, ma préférée étant en ce moment : il fait beau et chaud.
Anna Karina aurait très bien pu chanter :
♫ Sur la banquise exactement
♫ Pas à côté, pas n'importe où
Sur la banquise, sur la banquise ♫
Toutes les enquêtes policières ont tendance à se ressembler un peu comme un paysage de banquise. C'est pourquoi j'ai besoin de m'accrocher à des thrillers qui prônent une différence.
Nous sommes bien au Groenland par -40 degrés. Oui, vous en rêvez en ce moment tandis que vous avez la même température chez vous mais avec le signe inverse devant. Je vous assure que le Groenland, bien que terre magnifique, n'est pas un monde forcément toujours idyllique. La preuve, ici. Allez, on part ? En traîneau, entraîné...
Nous sommes à Nuuk, capitale du Groenland, un certain Qaanaaq Adriensen, dont j'ai fait la connaissance avec plaisir il y a quelques semaines dans le roman éponyme, Qaanaaq, est devenu le chef de la police locale, mi-Inuit mi-Danois. Il est aujourd'hui chargé d'organiser le premier séminaire de la SPA, entendez par là : Scandinavian Police Association, m'est avis que cette réunion s'apprête à rassembler de drôles de zèbres !
Après Qaanaaq, Disko et Nuuk, Summit est le quatrième opus des enquêtes de Qaanaaq Adriensen au Groenland, écrit par un certain Mo Malø.
Une amie bienveillante, sachant que je m'apprêtais à lire Summit, m'avait conseillé de lire les trois premiers opus pour mieux comprendre certains éléments du récit. Merci Sandrine, je t'ai écoutée mais qu'à moitié voire au tiers, je n'ai lu que le premier opus et cela m'a un peu aidé dans la connaissance des itinéraires de certains personnages. J'ai découvert cependant qu'il y avait dans ma compréhension globale du récit quelques trous dans la raquette à neige...
Le Danemark est confronté à une guerre des gangs qui menace la stabilité du pays. Les plus grands flics islandais, danois, norvégiens et finlandais se retrouvent à Kangerlussaq, à l'ouest du grand pays blanc, pour aider le Danemark. Les relations ne sont pas terribles entre les membres, mais il faut trouver un intérêt collectif qui dépasse les crispations individuelles. Il y a comme un froid et il faut dégeler au plus vite les relations.
Rien de mieux qu'un petit séminaire avec un trek à la clef pour rompre la glace entre les membres ! L'idée semble être venue d'un certain Arne Jacobsen, alias la Fourmi, directeur de la police judiciaire danoise, qui semble vouloir tout piloter l'affaire de son bureau, comme s'il n'aime pas le grand air.
Qaanaaq Adriensen est l'homme de la situation pour coacher ce séminaire, cependant qu'on ne lui laisse guère le choix.
Le groupe doit partir en expédition dans l'Inlandsis – une nappe de glace recouvrant la terre ferme et qui peut atteindre plusieurs milliers de mètres d'épaisseur.
Tout commence à se compliquer quand l'un des membres participants disparaît, à peine débarqué de l'aéroport…
Puis pendant le voyage, d'autres événements de plus en plus inquiétants se produisent : les balises de repérages des participants sont désactivées, ils évitent un accident de justesse, deux autres participants disparaissent à leur tour… On a fait renifler du sel aux chiens de traineau pour qu'ils perdent délibérément leur chemin. Et si quelqu'un cherchait à provoquer leur perte ?
Dans cette atmosphère angoissante, Qaanaaq, devenu pour moi presque un ami lors du premier opus, doit affronter une blessure ancienne, liée à un secret de famille qui vient de refaire surface...
Au milieu du blizzard et des blocs de glace, tous sont désormais coupés du monde : si la faim et le froid n'ont pas raison d'eux, ce pourrait bien être la folie polaire…
J'ai découvert ainsi qu'il existait ce concept de folie polaire. Comme il existe peut-être, j'imagine, une folie caniculaire...
Il y a des personnages récurrents qui reviennent ici, ont une vie, une histoire, qui ont évolué, les relations entre certains ont elles-mêmes évolué, comme la vraie vie finalement.
J'ai découvert aussi dans ce récit la souffrance animale, thème auquel je suis très sensible, la maltraitance des mushers à l'égard de leurs équipages animaliers m'a étonné, ceux-ci traités comme des bêtes de somme. Au bout de cinq ans, on les écarte, c'est-à-dire que le plus souvent ils sont abattus, comme les chevaux de course chez nous, je fais allusion à un récent scandale qui faisait croire à des soi-disant maisons de retraite pour chevaux hors course. Mes dernières illusions d'un peuple respectueux de leurs bêtes se sont terriblement effondrées à ce moment-là, alors que je pensais que dans la culture inuit, le respect du vivant était primordial, inscrit dans leur culture. Triste.
Je me suis alors éloigné de l'enquête policière qui commençait à m'ennuyer pour me promener dans cet Inlandsis qui devenait brusquement un territoire intéressant pour autre chose : justement cette culture inuit, la dimension invisible qui la porte et que je n'oserai pas tenter de visiter mais qui est très forte autant dans la culture inuit que dans le roman, des personnages égarés dans cette histoire à laquelle ils n'étaient pas préparés.
Je me souviens de cette phrase notée sur mon petit carnet « Déjà lorsqu'on s'égare, on regarde mieux le paysage. » J'ai oublié de noter la référence du livre où j'ai cueilli cette perle. Aidez-moi s'il vous plaît, j'aimerais retrouver l'auteur.
Mais je m'en suis servi pour observer le paysage de Summit, qui pour moi représente un des personnages principaux, sinon le personnage principal.
Naïvement, je pensais que le Groenland était plat.
Le Summit, c'est le sommet du Groenland. C'est aussi le sommet de l'intrigue.
Ce que j'ai aimé dans ce roman, ce n'est pas le coeur de l'intrigue, mais c'est une déambulation à la fois géographique et intemporelle.
J'ai adoré le désarroi de mon ami Qaanaaq. Quel semblant d'ordre il va devoir remettre dans ce chaos-là.
Et puis cela parle d'animaux, de prédateurs même, l'ours polaire en est un, mais j'ai découvert ici, preuve à l'appui, que le plus grand prédateur de la planète n'est ni un ours polaire, ni une fourmi, ni un chien de traineau, mais, j'ai nommé ici l'homme, l'homme avec une grande hache...
J'ai aimé ce voyage qui prend l'allure d'une errance dans le désert.
Se perdre, être privé de repères.
On prend chaud, on prend froid. Il faut faire attention de ne pas être frigorifié dans sa transpiration et transformé en glaçon, à la façon de cet explorateur qui découvrit justement le Summit et mourut ainsi, façon Jack Nicholson, alias Jack Torrance dans Shining, mort de froid figé en statue givrée à la fin du film. J'espère pour lui et les siens qu'il n'avait pas le même sourire.
Un grand merci à NetGalley et aux éditions De La Martinière qui m'ont permis de découvrir ce roman et son auteur.
#Summit #NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          5013
Plus nordique que ça, tu meurs ! C'est sur l'irnlandsis, au coeur du Groenland que se déroule l'action de ce thriller aussi glaçant que glacial !

En amont de l'histoire actuelle, la disparition d'un enfant de 11 ans, qui a échappé quelques minutes à l'attention de ses parents dans cet aéroport de Kangerlussuaq, quelques années plus tôt on y reviendra.
Pour l'heure, en 2022, l'inlandsis va être le théâtre d'une opération de renforcement de la cohésion des équipes de police islandaises, norvégiennes, danoises et finlandaises. Autant dire que le projet ne fait pas l'unanimité …
Pendant l'expédition, les incidents se multiplient, trop nombreux pour être le fruit de la malchance alors que les guides sont des pros expérimentés. Quelqu'un aurait-il organisé cette aventure macabre pour assouvir une vengeance ?

Le décor, sans mauvais jeu de langage, fait froid dans le dos, il suffit d'un détail pour que la vie soit menacée, les conditions d'orientation sont complexes et le réseau est loin d'être fiable. Les cadavres ne manqueront pas.

Il faudra toute l'ingéniosité de Qaanaaq, le chef de la police du Groenland pour tirer l'équipe de ce mauvais pas et faire le clair sur l'histoire, à laquelle sont mêlés les terribles bandes de motards ennemis, Hells et AK 81, sans que l'on sache au départ leur rôle dans le coup monté. Bien entendu, les gentils et les méchants ne sont pas si faciles que ça à identifier : autrement dit, il faut se méfier de tout le monde.

On souffre terriblement avec ces pauvres aventuriers malgré eux, dans les conditions extrêmes de leur périple.

L'intrigue est bien menée et on ne devine pas rapidement le noeud de l'affaire.

Une belle expérience qui fait trembler mais pas que de froid !


#Summit #NetGalleyFrance
400 pages Martinière 3 juin 2022

Lien : https://kittylamouette.blogs..
Commenter  J’apprécie          621
Il y a un moment que je voulais découvrir cet auteur et j'avais des envies de froid, polaire ou pas en cette période presque caniculaire et de surcroit la couverture magnifique est une incitation au dépaysement…

L'histoire m'a plu, l'idée du voyage initiatique avec les flics les plus chevronnés, islandais, danois, norvégiens et finlandais qui composent la Scandinavian Police Association, dans une sorte de chasse au trésor flirtant avec Koh Lanta, sans réseau, avec uniquement un équipement rudimentaire (kit de survie) …

On se promène dans l'Inlandsis, avec des températures frôlant les moins 50°, en butte à la gourmandise des ours polaires, des techniques qui respectent peu la biodiversité et les espèces protégées et, cerise sur le gâteau le chef (qui dirige bien au chaud dans son bureau) n'a qu'une idée en tête se débarrasser de Qaanaaq

En principe, ce livre, le 4e de la série est censé se lire même si on n'a pas lu la trilogie, mais c'est très frustrant car il y beaucoup de choses, d'événements personnels ou liés aux intrigues qui gâchent le plaisir… à mon humble avis, il faut absolument avoir lu les précédents pour apprécier vraiment « Summit ». Je vais essayer de lire « Qaanaaq » pour ne pas avoir de regrets.

Je pensais découvrir un auteur nordique et je me suis rendue compte que derrière Mo Malo se cachait un auteur français écrivant sous plusieurs identités, j'ai appris quelque chose, mieux vaut tard que jamais.

Que l'ours polaire soit sans inquiétude, je l'assure de toute ma compassion, car ses prédateurs ont encore de longues années devant eux hélas… Par ailleurs, la réflexion sur le comportement de l'homme vis-à-vis de la Nature et des espèces protégées me plaît énormément car je suis sur la même longueur d'ondes…

Un grand merci à NetGalley et aux éditions De La Martinière qui m'ont permis de découvrir ce roman et son auteur.
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
Commenter  J’apprécie          440


critiques presse (3)
LesEchos
06 janvier 2023
L'auteur a su créer une atmosphère à la fois oppressante et rafraîchissante , avec ce héros, orphelin né au Groenland mais élevé à Copenhague, tiraillé entre ses deux cultures.
Lire la critique sur le site : LesEchos
LesEchos
18 août 2022
Drôle d'idée de réunir les as de la police scandinave au milieu de nulle part, dans la froideur du Groenland. Surtout quand un meurtrier s'en prend aux invités. « Summit », le nouveau Mo Malo, traîne le lecteur dans l'Inlandsis. Beau et magique.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Culturebox
03 août 2022
Summit est le nouveau polar de Mo Malo qui se déroule au Groenland avec toujours ce même enquêteur de la police danoise, mais d'origine Inuit, Qaanaaq Adriensen.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
Symbole absolu de l'impact du réchauffement climatique sur la biodiversité, cette espèce jouissait en effet dans l'opinion mondiale d'une côte d'amour inégalée. En retour, cette aura faisait peser sur la chasse traditionnelle dont l'ours était l'objet à Nunavut, au Svalbard ou au Groenland, une forte réprobation. Quand on n'était pas soi-même Nuit pur jus, chasseur de père en fils, il devenait de plus en plus difficile d'assumer publiquement sa participation à une chasse au plantigrade.
Commenter  J’apprécie          160
Il n’y a plus ni nord ni sud ni est ni ouest.
Pas plus qu’il n’y a de soleil, de lune ou d’étoiles dans le ciel éteint.
Où que l’homme ne pose son regard, ne subsiste qu’un aplat uniforme et sans cap, d’un blanc bleuté dans la nuit polaire. C’est tout juste s’il distingue les quelques accidents d’un vague relief, séracs, failles ou pics rocheux qui hérissent l’horizon lointain.
L’inlandsis.
Commenter  J’apprécie          160
La surprise annoncée arborait une chevelure blonde relevée en chignon et des yeux d'un bleu irréel. Sous le halo d'un projecteur fixé au bâtiment principal, une tourelle à section carrée qui dominait le quartier général de la patrouille tapissé de neige fraîche, elle apparut à Qaanaaq comme une créature échappée d'une légende scandinave. Si diaphane qu'on hésitait à valider son existence.
- Camilla Feg, dit-elle en tendant une main menue.
"Poigne molle et fuyante".
La présentation était suffisante. Biographe et écrivaine suédoise de renom, épouse du criminologue Henrik Kudström, le représentant officiel de la police suédoise au sein de la SPA, la quadragénaire s'était illustrée à plusieurs reprises en participant à des enquêtes criminelles, toutes largement médiatisées. Les journalistes l’affublaient du surnom de Sexy Marple, en référence au personnage de détective créé par Agatha Christie. Le chapeau cloche en moins et la beauté glaçante en plus.
Commenter  J’apprécie          40
L'inlandsis était comme ces toiles monochromes, uniformes si on les considérait de loin ou distraitement, mais dont un examen plus attentif révélait la richesse du travail effectué sur le volume et la matière.
Ainsi, même dans le blanc le plus absolu, tout n'était pas si immaculé.
Commenter  J’apprécie          70
Si les romanciers devaient s’entraîner à tuer dans la vraie vie pour pouvoir raconter leurs histoires, les morgues ne désempliraient pas. Les prisons non plus, et les éditeurs manqueraient de plumes pour alimenter les librairies.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Mo Malø (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mo Malø
[SMEP22] RENCONTRE AVEC SONJA DELZONGLE - PATRICE GAIN - MO MALO
autres livres classés : groenlandVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (677) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2900 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}