AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072715849
Éditeur : Gallimard (04/05/2017)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Rocco Schiavone a une nouvelle affaire sur les bras, et il est bien décidé à la régler presto.
Ester Baudo est retrouvée morte dans son salon, pendue. Le reste de l’appartement a été saccagé, et ce qui semble à première vue être un suicide se révèle vite un meurtre. On fait appel à Rocco Schiavone, ce drôle d’inspecteur, amateur de joints matinaux et de jolies femmes. Dans la petite ville grise et froide d’Aoste, il croise et interroge les proches de la victi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  05 juin 2017
A Rome, en mars, le printemps fait briller le soleil et les femmes sont belles. A Rome, en mars, s'il pleut, la pluie est douce, presque chaude. A Rome, en mars, le sous-préfet Rocco Schiavone, serait tellement plus heureux qu'à Aoste. Parce qu'à Aoste, en mars, le printemps est aux abonnés absents. La pluie, glaciale, aime se faire neige et les femmes se camouflent sous leurs doudounes. Alors le sous-préfet est de mauvaise humeur et cela ne s'arrange pas quand il se retrouve avec un homicide sur le dos. Que des ennuis et de la paperasse en perspective. Pourtant il ne peut y échapper, les indices sont là. Ester Baudo a beau avoir été retrouvée pendue par sa femme de ménage, il ne s'agit pas d'un suicide mais d'un crime maquillé en suicide. A charge pour lui de retrouver le meurtrier alors que la neige tombe en abondance et lui ruine ses paires de Clarks les unes après les autres.
Après une Piste noire des plus réjouissantes, Antonio Manzini récidive avec un deuxième opus tout aussi réussi. On retrouve avec plaisir Rocco Schiavone, fidèle à lui-même, misanthrope, malpoli, mal embouché, violent, mais décidé à punir celui qui a tué la pauvre Ester Baudo. Côté vie privée, il fait capoter sa relation avec la belle Nora, incapable de s'engager, toujours attaché à son épouse Marina avec qui il bavarde tous les soirs dans la solitude de son appartement. On en apprend aussi plus sur sa mutation punitive à Aoste. Encore une preuve que derrière son côté sombre se cache un homme sensible, un écorché soucieux de justice. Ce Schiavone est un personnage ambigu, détestable de prime abord, mais qui pratique si bien l'humour et l'auto-dérision qu'il en devient attachant. Il vaut à lui tout seul la lecture des romans de Manzini. Une série coup de coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Acoun
  31 août 2017
Salut Pascal, cet été, chaud ou bien ?
- Hem... Chaud, oui merci et toi ?
- Moi ? Terrible... Hier j'étais avec une petite, chaude comme la braise et...
- Oui oui oui, j'imagine, merci de ne pas approfondir.
- Bin... Trop tard hein.
- Oui, enfin...C'est une image.
- Ha oue, mince, moi j'ai pas fait de photo, désolé, la prochaine fois, promis !
- T'es un vrai malade, toi, hein, tu t'arrêtes jamais !
- Ha bin si hein... une pause de 40 mn entre chaque, sinon j'assure pas et...
-Stoooop ! On va parler d'autre chose. Tiens, j'ai un truc pour te refroidir, ça s'appelle « Froid comme la mort ».
- Ha oue, on est loin de la baraque à frites... C'est bien ?
-Bin, non, en général, je ne conseille que des bouquins que j'ai pas aimé...
- Ha ? Bin c'est bête, ton truc !
- Grrrr, laisse tomber, c'était un brin ironique...
- Hein ???
- Non rien. Bon alors c'est un polar de Manzini, son deuxième, on y retrouve ce qui m'avait plu dans Piste noire.
- Okay, c'est qui le héro ? Un détective ?
- C'est un sous préfet , un genre de commissaire italien, il s'appelle Rocco.
- Ha oueeeee !! Mais fallait le dire tout de suite, j'ai vu tous ses films... J'adore !
Du coup je comprends mieux pourquoi il re nique...Il est trop bon lui... et les nanas, elles sont comment ?
-Heeeeu, bin il y a Ester mais elle est pendue à la page 5, Irina qui découvre son corps, Adalgisa qui en sait plus qu'elle ne le dit, Il y a Nora, si sexy, qui aimerait bien que Rocco s'engage, et surtout il y a Marina qui ne quitte pas ses pensées...
- Trop Bien !! Et il y a pas la ravissante petite instit de la dernière fois ?
- Ha non, tu confonds, on ne gagne pas à tous les coups, mais elle reviendra bien un de ces jours...
- Ok Ok Ok, bon, le Rocco, il est comment ? En forme ?
- Comme dans « piste noire », un peu bougon, politiquement incorrect, amateur de jolies femmes, il ne peut pas commencer sa journée de travail avant son petit joint du matin.
- Ha oui, en fait il est un peu comme...
- Voilà voilà voilà... Dans ce deuxième opus, on en apprend un peu plus sur le passé de Rocco, on sait pourquoi il a du quitter sa chère capitale romaine pour venir bousiller ses clarks dans la neige valdôtaine. Et Malgré ou , peut être, grâce à tous ses défauts, le sous-préfet Schiavone est un personnage sacrément attachant...
- Ha oui, bin moi aussi j'aime bien attacher, tu te souviens de la … ?
- Oui oui oui, on s'en souvient comme si c'était hier... Bon, tu le veux ce bouquin ?
- Bin oué, moi je t'ai dit, Rocco je suis fan, je les ai déjà tous vus mais j'arrive jamais à me rappeler du scénario. En même temps c'est pas le plus important.
- Écoute, là, c'est une enquête, mais comme dans tes films, c'est pas forcément le plus important. Manzini a créé un personnage qu'on a vraiment plaisir à suivre.
-Tu m'étonnes... Il assure le Rocco, hein ?
- Carrément, je le retrouverai avec plaisir pour la suite de ses aventures, « maudit printemp s ».
- Et dis, tu vas faire un article sur ton site BabyDoll , là?
-Va savoir... Tu veux pas m'aider ?
- Oh oué, trop bon, je suis sûr que toutes les lectrices vont être folles de moi.
- Je suis sûr qu'elles le sont déjà... ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1715
BOOKSANDRAP
  24 mars 2016
> https://booksandrap.wordpress.com/2016/03/24/froid-comme-la-mort-antonio-manzini/
Avis : Premier roman d'Antonio Manzini que je lis et surtout premier thriller italien il me semble que je dévore… Ah non c'est vrai j'oubliais Donato Carrisi et le fameux « Chuchoteur » que j'avais absolument adoré !
Mon avis sur « Froid comme la mort » va être moins enthousiaste, mais sachez d'ores et déjà que j'ai beaucoup apprécié ma lecture. J'en profite pour remercier les éditions Denoël pour m'avoir permis de découvrir cette histoire.
Je ne vous raconterais pas le résumé cette fois-ci car je trouve déjà que dans la quatrième de couverture, beaucoup trop de choses sont dites. C'est un thriller qui m'a complètement laissé sur les fesses. du début à la fin il y a beaucoup d'action et à aucun moment j'ai vu les choses venir. Je me suis laissée guider par ce vice-préfet grognon au grand coeur et ses coéquipiers dans une Italie en plein hiver. J'ai adoré l'ambiance si particulière des thrillers. Il y a pleins de rebondissements, on a tout simplement pas le temps de s'ennuyer.
Un des points que je voudrais aborder c'est d'abord les noms des personnages. Alors oui, l'auteur est italien fallait pas s'attendre à Pierre ou Jacques, mais j'avoue avoir été à de nombreuses reprises perdue dans le bouquin parce que je n'arrivais plus à distinguer qui était qui. C'est un petit bémol pour moi, malgré que l'auteur n'y puisse rien, mais ça m'a empêcher d'une certaines manière de me plonger complètement dans l'histoire, je l'abordais avec une certaine retenue, obligée à certains moments de me poser quelques secondes pour réfléchir à qui le personnage principal parlait. C'était assez pénible par moment je dois avouer.
Un autre point négatif et là je pense que ça touche tout le monde et que ça peut en gêner plus d'un : la longueur des chapitres. En réalité il n'y a pas de chapitre. On suit l'enquête au jour le jour. Pour que vous compreniez mieux, le corps d'Ester est retrouvée le vendredi. Et jusqu'au samedi il n'y a pas de pause dans le récit, ce qui fait qu'on peut se retrouver avec des « chapitres » de plus de 70 pages sans pause. Je dois dire que d'habitude ça me dérange beaucoup mais pour le coup, j'ai tellement dévoré ce thriller que c'est passé assez vite.
Je ne vous parlerais pas de l'intrigue en elle-même je tiens vraiment à ce que vous plongiez dedans les yeux fermés et que vous savouriez ce petit bouquin. L'auteur nous présente plusieurs personnages qu'on pourrait identifier comme des suspects et au fur et à mesure qu'on avance dans l'intrigue, on comprend que certains sont innocents ou ne sont pas les coupables pour ce crime-ci. C'était très habile de sa part de nous embrouiller de cette manière. J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir également que le suicide-meurtre de la victime n'était pas la seule intrigue de ce bouquin. En effet, Antonio Manzini mêle également une affaire du passé de son personnage Rocco. C'est intelligent.
Bien sûr comment clore cette chronique sans vous parler de Rocco en lui-même. Je l'adore, je pense qu'il n'y a pas d'autres mots. Il est grognon, macho, brusque, cinglant… Mais qu'est-ce qu'il a bon coeur. Je n'ai jamais aimé les personnages trop lisses, ceux sans histoires, sans fêlures, sans faiblesses. J'aime les personnages qui ont du répondant et et un humour piquant. Et Rocco Shiavone à toutes ces qualités. Il sait se faire respecter et en même temps on ne peut s'empêcher de sourire parfois à cause des réactions qu'il peut avoir. Il ronchonne mais il est là pour ses amis et j'ai vraiment passé un bon moment en sa compagnie.
Je vous recommande ce petit thriller qui est vraiment soft n'ayez crainte vous n'aurez aucun mal à vous endormir la nuit. Il saura vous embrouiller et défaire toutes vos certitudes… Ne pensez pas avoir deviné la finalité de cette enquête, vous vous tromperez à coup sur ;)
« Froid comme la mort » est le genre de livre bien écrit, trépidant, à suspense, avec des personnages hauts en couleur qui sortent de l'ordinaire pour vous faire passer un bon moment. Je conseille !
Pour la note : 15,5/20.
Lien : https://booksandrap.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
liliunivers
  20 avril 2016

http://liliandtheworldofbooks.blogspot.com/2016/04/froid-comme-la-mort.html
C'est ma première lecture et ma première enquête avec Rocco Schiavone et j'ai vraiment passé un bon moment avec ce personnage atypique.
Quand nous commençons l'histoire, nous pensons que c'est une histoire d'enquête banale, mais détrompez-vous. L'auteur réussit à nous embarquer dans une histoire vraiment intéressante. Nous retrouvons une femme pendue, au début nous pensons à un suicide, mais le médecin légiste nous prouve qu'il s'agit d'un meurtre. Nous allons être embarqués par une enquête vraiment prenante et j'ai été bluffé par l'enquête menée par Rocco.
Rocco est un personnage qui va jusqu'au bout et il n'a peur de rien. La seule chose que j'ai eu un peu de mal avec lui, c'est son humour, mais rien qui dérange l'histoire pour ma part. J'ai vraiment apprécié enquêté avec lui et j'ai été stupéfaite par la fin.
En conclusion, j'ai passé un agréable moment grâce à la plume fluide et détaillée de l'auteur. L'intrigue est vraiment très intéressante avec un suspense à vous tenir jusqu'au bout de l'histoire. Je vous recommande cette histoire si comme moi vous aimez résoudre des mystères.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BMR
  08 avril 2016
[...] Tu sais quoi, Italo ? Les femmes ne devraient pas vieillir.
Coup double.
Après un premier coup de coeur l'an passé avec Piste noire, Antonio Manzini récidive avec ce Froid comme la mort, deuxième enquête du commissaire, pardon : du sous-préfet Rocco Schiavone.
Et c'est avec graaaand plaisir que l'on retrouve cet italien bougon et sympa, toujours chaussé de ses Clarks trempées, aussi peu adaptées que lui (qui vient de Rome) au rude climat de la vallée d'Aoste.
Cette fois, on en apprendra un peu plus sur le passé de Rocco Schiavone et notamment sur la mystérieuse affaire romaine qui lui a valu de se retrouver exilé dans ces vallées de montagne qu'il exècre, comme une sorte de Hasbrouck italien.
Comme il se doit, l'affaire commence avec la découverte d'un cadavre, celui d'Ester, une femme pendue chez elle et que 'on' aurait peut-être bien aidée à se pendre.
On ne vous en dit pas plus sur l'enquête : il faudra se montrer patient et obstiné, à l'image du sous-préfet Schiavone qui, une fois de plus, en dépit de ses supérieurs et de ses subordonnés, réussira à dénouer les fils de l'intrigue ... dans un cimetière en présence d'un curé (décidément ! rappelons que l'enquête précédente se terminait également avec un curé mais dans une église ! c'est l'Italie sans doute).
À moins qu'un retournement de dernière minute ne vienne encore tout chambouler ?
Disons juste qu'il sera question de violences faites aux femmes.
[...] Je n'accoucherai jamais. Parce que ce sera une fille. Et elle ne le mérite pas. Sa mère suffit.
[...] Il n'existe pas de crime parfait. Vous savez pourquoi ? Parce qu'ils ont été commis. Ça suffit. Au mieux il existe des coupables très chanceux.
Comme dans tout bon polar, l'enquête policière n'est là que comme un référentiel de codes auxquels se conforment les personnages et le roman.
On n'est pas venus jusque dans la vallée d'Aoste pour trembler sous le couteau d'un serial-killer mais juste pour le plaisir de fréquenter cet infréquentable Rocco Schiavone, veuf toujours inconsolable.
Et pour apprécier la prose humaniste et l'humour finaud de Manzini qui nous donnera quelques très belles pages sur les femmes.
Si vous ne connaissez pas encore le sous-préfet Rocco Schiavone, précipitez-vous sur ces deux savoureux épisodes préparés par le dottore Antonio Manzini.
Pour celles et ceux qui aiment les femmes, italiennes ou pas, jeunes ou pas.
Lien : http://bmr-mam.blogspot.fr/s..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
AcounAcoun   31 août 2017
Au printemps tous les schémas sautent. Il n’y a plus de maigres, de grosses, de sensuelles ni de belles. À Rome, au printemps, il faut juste observer le spectacle en silence. Profiter. On s’assoit sur un banc et on les regarde passer en remerciant Dieu de nous avoir faits hommes.
Commenter  J’apprécie          123
BMRBMR   08 avril 2016
[...] Son chef avait catalogué les emmerdes par niveaux. À partir du sixième. Dans son échelle personnelle de valeurs, au sixième niveau il y avait les enfants qui crient au restaurant, les enfants qui crient dans les piscines, les enfants qui crient dans les magasins, les enfants qui crient en général. Puis les coups de fil qui offrent des contrats impossibles d’électricité-eau-gaz-téléphonie mobile, la couverture qui glisse du matelas et découvre les pieds par une froide nuit d’hiver et les apéros dînatoires. Au septième niveau, il y avait la lenteur du service au restaurant, ceux qui s’y connaissent en vin et le collègue qui avait mangé de l’ail la veille au soir. Au huitième, les spectacles qui duraient plus d’une heure et quart, faire ou recevoir des cadeaux, le vidéo-poker et Radio Maria. Au neuvième niveau figuraient les invitations aux mariages, baptêmes, communions ou simples fêtes. Les maris qui se plaignent de leurs femmes, les femmes qui se plaignent de leurs maris. Et au dixième niveau, sur la plus haute marche du podium des emmerdes, le pire que la vie puisse lui offrir pour lui gâcher sa journée, il y avait le fait d’avoir un homicide sur le dos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BMRBMR   08 avril 2016
On sait qu’il va arriver, et ces minutes d’attente sont les plus belles. On est couvert mais on sent dans ses os que tout va changer. Que le printemps arrive. Ensuite on se tourne et on s’aperçoit que les femmes l’ont déjà perçu. Le printemps. Elles le savent bien avant nous. Un beau jour on se réveille, on sort de chez soi et on les voit. Partout. On chope un torticolis, à force de les regarder. On ne comprend pas où elles étaient, avant. Elles sont comme les papillons. Elles sortent de leur léthargie et explosent d’un coup, à nous faire tourner la tête. Au printemps tous les schémas sautent. Il n’y a plus de maigres, de grosses, de sensuelles ni de belles. À Rome, au printemps, il faut juste observer le spectacle en silence. Profiter. On s’assoit sur un banc et on les regarde passer en remerciant Dieu de nous avoir faits hommes. Tu sais pourquoi ? Parce que, nous, on n’arrivera jamais à ce niveau de beauté, et en vieillissant on n’a plus rien à perdre. Mais elles si.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
vonnettevonnette   04 octobre 2017
On s'assoit sur un banc et on les regarde passer en remerciant Dieu de nous avoir fait hommes. Tu sais pourquoi ? Parce que, nous, on n'arrivera jamais à ce niveau de beauté, et en vieillissant on n'a plus rien à perdre. Mais elles si. Un jour ces couleurs s'éteindront, s'évaporeront, comme le ciel de cette putain de ville qu'on ne voit jamais. C'est terrible, la vieillesse. La vieillesse, c'est la vengeance des moches. C'est un vernis qui tue toute la beauté et anéantit les différences. Et sur notre banc, quand on les regarde, on pense qu'un jour ces créatures ne se reconnaîtront plus dans le miroir. Tu sais quoi, Italo ? Les femmes ne devraient pas vieillir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BOOKSANDRAPBOOKSANDRAP   22 mars 2016
A Rome au Printemps il faut juste observer le spectacle en silence. Profiter. On s'assoit sur un banc et on les regarde passer en remerciant Dieu de nous avoir faits hommes.
Tu sais pourquoi ? Parce que, nous, on n'arrivera jamais à ce niveau de beauté, et en vieillissant on n'a plus rien à perdre. Mais elles si. Un jour ces couleurs s'éteindront, s'évaporeront.
C'est terrible la vieillesse. La vieillesse, c'est la vengeance des moches. C'est un vernis qui tue toute la beauté et anéantit les différences. Tu sais quoi ? Les femmes ne devraient pas vieillir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Video de Antonio Manzini (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antonio Manzini
Antonio Manzini - Maudit printemps
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Maudit printemps" de Antonio Manzini.

Combien de personne sont morte dans l'accident au début du roman ?

1
2
3
4

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Maudit printemps de Antonio ManziniCréer un quiz sur ce livre
.. ..