AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072786568
Éditeur : Gallimard (04/10/2018)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 9 notes)
Résumé :
«Certains jours de chaleur, à la vue des herbes brûlées sous le soleil, ou dans les arbres dépouillés du cœur de l’hiver, dans les eaux scellées, je sens monter en moi quelque chose de déchirant, un sentiment de solitude. Alors, il peut m’arriver de parler aux poissons privés de parole. Je ne quitterai donc pas cette enfance, cette grande maison de l’enfance.
Comme autrefois, je pourrais danser sous le cerisier. Juste précipiter le temps. Attendre. Attendre ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
si-bemol
  16 décembre 2018
Le narrateur - un historien d'art d'une cinquantaine d'années - est revenu vivre à “Chêne-Bleu”, la maison de son enfance, une maison construite en pleine nature, au bord de la rivière. Maison d'enfance, lieu de contemplation, de silence et d'écriture où il s'absorbe dans le spectacle de "l'eau qui passe", de la lumière qui change, des heures qui s'étirent, de la nature qui fourmille à bas bruit de vies multiples et discrètes.
Contemplation, silence, mémoire… Lui reviennent les souvenirs d'une enfance vécue loin de ses parents (un père mystérieusement “disparu”, une mère froide et non aimante qui ne le “récupère” qu'à l'adolescence), enfant de personne à qui personne ne s'intéresse, élevé tour à tour en famille d'accueil puis chez des grands-parents totalement indifférents, avant de retrouver sa mère - une parfaite étrangère et qui le restera. Des souvenirs que le narrateur nous confie peu à peu, par un dévoilement progressif, dans ce qui ressemble à une tentative de consolation offerte à son enfance abandonnée - “Qui se souviendra du petit garçon que j'étais ? Fermer les yeux et caresser son front, une caresse comme une larme qui descend le long d'une joue.”
Avec son écriture subtile, à fleur d'émotion et de rêve, Franck Maubert nous invite avec "L'eau qui passe" à un beau moment de partage où il raconte avec une tristesse d'une grande douceur l'intime d'une vie d'enfant construite dans la solitude - une solitude tempérée par la découverte de la culture, de la peinture et des livres -, dans le silence et dans une perpétuelle attente, à jamais déçue - “attendre comme j'attendrai longtemps un père qui n'est jamais venu. Attendre comme j'attendais la visite de ma mère.”
Un beau livre, mélancolique et tendre, d'un auteur que je ne connaissais pas et qui me donne envie de découvrir ses précédents romans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
ktylauney
  09 novembre 2018
Le narrateur revient à la maison de Chêne-Bleu située dans le Loir-et-Cher.
Ici coule une rivière qu'il regarde par la fenêtre de la chambre du premier étage. En même temps qu'il contemple la statue de bois à qui il se confie, posée sur son chevet.
Lui revient aussi en mémoire " L'Aurore ", une sculpture de Camille Claudel, portrait enfantin qui le projette dans le passé, face à sa propre enfance, à sa recherche de l'amour maternel.
Le buste de la fillette immortalise l'enfance perdue, l'insouciance, la douceur et la sérénité que l'on égare au fil des années.
C'est aussi dans cette maison que se sont écoulés des jours heureux en compagnie d'Irmina et Anselm, des émigrés qui l'ont recueilli. Elle est Polonaise, il est Allemand. Tous deux ouvriers agricoles, qui plus est, des gens bons comme du bon pain.
L'enfant est en phase avec la nature, la rivière, les poissons, les fleurs et les nuages que l'auteur décrit merveilleusement bien.
" Des nuages courent dans le ciel assombri soudainement, ils élargissent l'immensité. Des yeux, je suis leur architecture élusive, leurs mouvements. Je m'y perds. Ils s'ajoutent les uns aux autres, se recomposent, se détachent. J'aime leur enchevêtrement, l'aléatoire qui les guide, ce hasard qui les assemble, les sépare, les réunit à nouveau. Comment résister aux formes d'une séduction facile, nées d'un tumulte accidentel ? " ( Citation )
" C'est ainsi que j'entrai en contact direct avec la nature, habité par un sentiment d'être primitif, persuadé que l'absence de parents était une chose positive. Et j'ai grandi avec le sentiment d'être mon propre enfant. Sans me poser de questions, j'ai habité la vie, vêtu de cette solitude que j'ai tout de suite adoptée. Plus tard, j'apprendrai qu'il n'y a de solitude que dans l'attente. " ( Citation )
Car c'est aussi le roman de l'attente, de la solitude, des interrogations. Pourquoi sa mère biologique l'a t-elle laissé ? Pourquoi chacun entretient le mystère et garde le silence à propos de son père ? Qui est-il ? Est-il vivant ou mort ?
Le narrateur grandit avec ces questions qui resteront longtemps sans réponses.
Il vit heureux jusqu'à sept ans, et puis un beau jour on vient l'arracher des bras de ses parents nourriciers pour l'emmener à la ville.
Le narrateur se découvre alors une passion et une échappatoire dans l'art.
Il garde en lui des blessures profondes à cause d'une mère qui ne lui a jamais prodigué la moindre tendresse et d'un père inconnu qui a disparu de la circulation. Ce père autour duquel gravite son questionnement.
" J'avais envie de savoir. Tout. Je voulais savoir, même s'il arrive un temps où l'on n'a plus envie d'être l'enfant de quelqu'un. " ( Citation )
" L'eau qui passe " est un excellent livre où chante tellement la poésie des mots sur fond de nature ensauvagée que la beauté des lieux se matérialise à nos yeux.
Et le temps s'écoule, au même rythme que l'eau de la rivière, charriant les non-dits, les souvenirs, exacerbant la colère et la souffrance intérieure, rouvrant les plaies, pour ne laisser que solitude et nostalgie à ce petit garçon devenu grand.
Franck Maubert signe dans un style classique une oeuvre magnifique avec des phrases émouvantes, des descriptions poétiques et théâtrales empreintes de mélancolie qui ne peuvent que nous marquer et s'imprimer en nous.





+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72

critiques presse (2)
Bibliobs   17 décembre 2018
On est frappé par la force tranquille et la prose apaisée de "L'Eau qui passe", où Franck Maubert préfère exprimer sa gratitude que régler des comptes.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeFigaro   26 octobre 2018
Un homme se souvient de son enfance baladée et bucolique. Merveilleux. Voilà un roman d'une étrange beauté, d'un style admirablement classique. Les phrases ici et là caressent l'oreille et l'œil du lecteur. La douceur des mots, l'élégance de la forme n'ont d'égales que la brutalité de l'histoire, que l'âpreté du fond.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
mimo26mimo26   02 octobre 2018
J’ai tout de suite aimé cette maison au bord de la rivière et je l’ai choisie pour sa proximité immédiate de l’eau. Je savais que je l’habiterais à l’exclusion de tout autre lieu. Et que j’y écrirais. Du premier étage, une fenêtre regarde vers l’eau en contrebas. Rien qu’une fenêtre. La vue plonge. À cet endroit large, l’étendue prend l’allure calme d’un lac avant de creuser son lit et de s’élancer.

Dans les rivières le temps se joue. Le paysage se désole et se lit comme une carte. Sur les rives tout d’abord, où une brise agite des roseaux, se penchent les aulnes et s’élèvent les frênes. Une ligne de peupliers se dresse puis le cours tourne en douceur et se perd au lointain. En aval, on répare un barrage. L’eau continue à se vider et au fil des jours apparaissent les reliefs de ses fonds. Elle laisse un limon gras où déjà croît un duvet de verdure. Les bras morts, là où l’eau s’apaisait, leurs amas de branches et de troncs, de pierres et d’objets incongrus échoués, finissent par ressembler à un terrain vague. Traces de pattes d’oiseaux sur la vase mouillée. Sur les écueils de gravier, un filet suinte encore d’un trou d’argile. Des galets, des silex usés tentent de freiner son énergie. Au milieu l’eau se hâte, la chevelure des algues siffle. Elle se précipite et s’épuise, étincelante dans le poudroiement des vapeurs du matin, promesse d’une belle journée. Avec les travaux du barrage, le chant de la rivière a changé de timbre, plus allègre. Il y a cette chanson de Charles Trenet : « Quand tu reverras ta rivière, les prés et les bois d’alentour… et le banc vermoulu près du vieux mur de pierre… » Je ne savais à quel point j’y étais attaché. Je pouvais demeurer des heures dans la simple contemplation, à attendre l’apparition des fleurs de nénuphar, sous l’ardeur du soleil qui les tire vers le haut, les sauve du désastre de la part des ténèbres. Ma rivière d’enfant était mon Orénoque. Il me suffisait de traverser un champ de fenaison où sommeillaient des couleuvres pour l’atteindre. Je longeais ses bords, alerte rien ne pouvait m’arrêter. J’aurais pu craindre d’être englouti dans les remous de la roue du moulin derrière la maison. La peur de l’élément liquide, bouillonnant, s’éteignait lorsque je lançais ma ligne dans ses tourbillons. Il n’y avait alors plus que la menace de la force inconnue d’un carnassier à l’attaque. Je ne pensais pas finir dans la blancheur des écumes. L’attrait de la proie me faisait oublier la terreur des eaux. À cet âge où tout est possible, le risque ne compte pas. En m’installant à Chêne-Bleu, j’ai voulu retrouver la force de l’enfance. Il y a une tension à rester observer le vol des nuages glisser sur l’eau invisible. Le silence n’existe pas. La nature n’est jamais atone, même les jours où le soleil écrase tout et rompt le mystère des clairs-obscurs. Une simple vibration, une irisation de surface, un rien suffit. Un oiseau qui passe à tire-d’aile, des ombres qui s’allongent. Un souffle qui arrache une branche, les volutes du vent qui défont, diffusent, pénètrent le paysage. Des poussières flottent dans l’air qui prend une couleur. Une lumière qui s’étend, baigne, inonde, puis se retire brusquement aux premières ombres du crépuscule.

À tout instant se passe une action, même dans les buissons immobiles. Le trait bleu électrique d’un martin-pêcheur. Dans ce coin singulier, la nature n’est qu’un champ d’attraction si l’on a la sagesse de l’attention. Je m’y noie, je m’oublie, je m’y laisse absorber tout entier. Je me perds sur les chemins tortueux, humides même au creux de l’été. Certains jours de chaleur, à la vue des herbes brûlées sous le soleil, ou dans les arbres dépouillés du cœur de l’hiver, dans les eaux scellées, je sens monter en moi quelque chose de déchirant, un sentiment de solitude. Alors, il peut m’arriver de parler aux poissons privés de parole. Je ne quitterai donc pas cette enfance, cette grande maison de l’enfance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
dechosaldechosal   14 novembre 2018
A quoi bon envisager l'avenir, s'y projeter ? Le présent, peuplé d'hier, me satisfait. Je m'en gave, mes visions sont éclatantes. Le temps s'immobilise. "Tout enfant, j'ai senti dans mon cœur deux sentiments contradictoires: l'horreur de la vie et l'extase de la vie". Ces mots de Baudelaire me poursuivent. Comme un sourire qui regrette, comme un regret qui sourit, je me cherche dans cette ambivalence, dans cette simultanéité, fasciné par la vie, relié à elle. Un malheur qui fleurit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
BRAEMBRAEM   09 octobre 2018
Les morts clignotent au milieu de mes nuits, frêles embarcations au cœur d'une tempête. Les morts gisent partout sous les pierres. Des corps y dorment mais on ne le sait pas. Irmina, Anselm, amis disparus, anciennes connaissances aussi surgissent. Nous discutons comme si nous nous étions quittés la veille, puis ils s'effacent aux basses heures. Que me veulent-ils ? Lorsque je soulève les pierres, ils se sont volatilisés, ils ont laissé place à la poussière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ktylauneyktylauney   08 novembre 2018
Des nuages courent dans le ciel assombri soudainement, ils élargissent l’immensité. Des yeux, je suis leur architecture élusive, leurs mouvements. Je m’y perds. Ils s’ajoutent les uns aux autres, se recomposent, se détachent. J’aime leur enchevêtrement, l’aléatoire qui les guide, ce hasard qui les assemble, les sépare, les réunit à nouveau. Comment résister aux formes d’une séduction facile, nées d’un tumulte accidentel ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
ktylauneyktylauney   08 novembre 2018
Tout près de moi, trône un majestueux poste de radio à lampes, en placage de bois verni, avec ses oreilles latérales. Il est mon ami et, sur sa façade, j’ai appris à lire les noms des capitales du monde entier. Certaines nuits, en cachette, je tourne le bouton, la façade s’illumine et en déplaçant l’aiguille je voyage, j’entends des voix étrangères : New York, Berlin, Madrid, Rome, Londres, Ankara, Budapest, Alger, Stockholm, Moscou… Ces ondes lointaines me traversent, j’y guette tous les rythmes du monde, comme sous hypnose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Franck Maubert (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Franck Maubert
Franck Maubert - Les uns contre les autres .Franck Maubert vous présente son ouvrage "Les uns contre les autres" aux éditions Fayard. Rentrée littéraire automne 2015. Retrouvez l'ouvrage : http://www.mollat.com/livres/maubert-franck-les-uns-contre-les-autres-9782213686615.html Notes de Musique : ?The Life and Death of a Certain K. Zabriskie, Patriarch? (by Chris Zabriskie). Free Musique archive. Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : enfanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3307 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre