AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Ariane Bataille (Traducteur)
EAN : 9782841569076
380 pages
Éditeur : Editions du Rouergue (30/11/-1)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 141 notes)
Résumé :
"Qian ouvrit le tiroir supérieur de son bureau et en sortit une chemise A4 en plastique. A l'intérieur était glissée une feuille dépliée. Il la remit à Li, puis se retira près de la fenêtre pour respirer un peu d'air frais.
Li reconnut les caractères peu soignés, à l'encre rouge : Je vous envoie la moitié du rein que j'ai pris sur une femme. Conservé pour vous. L'autre morceau, je l'ai frit et mangé." L'inspecteur Li Yan sait qu'il a en face de lui un redout... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  27 août 2014
Li Yan, le policier pékinois et Margaret Campbell, la légiste américaine, ont abandonné leur projet de mariage qui était incompatible avec le maintien de Li Yan dans la police. Ils vivent ensemble, illégalement, dans l'appartement que les autorités ont mis à la disposition du chef de section et ils y sont bien à l'étroit depuis la naissance de leur fils Li Jon Campbell. Margaret ne travaille plus et se consacre entièrement à son nourrisson, une vie qui ne lui convient guère, surtout que Li Yan, absorbé par son travail, n'est qu'un courant d'air qu'elle voit de loin en loin. Mais le chef de la section n°1 a des excuses. Quatre jeunes femmes ont été assassinées dans des conditions effroyables par un fou furieux qui reproduit scrupuleusement les crimes du célèbre Jack l'éventreur. Les meurtres sont odieux mais les indices sont minces, voire inexistants et Li Yan consacre ses jours et ses nuits à l'enquête. A la recherche du mobile, il entrevoit de terribles perspectives. Et si l'éventreur de Pékin était un policier ? Et si, au delà de ses crimes, il visait personnellement le chef de section le plus connu du pays ? Li Yan doit se rendre à l'évidence : il a un ennemi, particulièrement retors, et surtout prêt à tout pour le faire tomber.

Et voilà le sixième et dernier opus de la série chinoise de Peter MAY, le temps est donc venu du bilan. La trame est toujours à peu près la même : Li Yan enquête, Margaret pratique une ou deux autopsies et leur vie de couple connaît plus de bas que de hauts. Au fil des tomes, les répétitions s'accumulent, Margaret est une blonde aux yeux bleus dont la peau très blanche est parsemée de tâches de rousseur. Li Yan est très grand pour un chinois puisqu'il culmine à 1,80 mètres. On n'échappe pas non plus à la recette des ''jianbing'', les délicieuses crêpes dont se régale Li Yan chaque matin et on saura que la révolution culturelle a fait bien des dégâts dans la société chinoise.
Mais la série s'est améliorée au fil des épisodes et constitue un bon panorama de la société chinoise et de son évolution rapide des dernières années, avec son formidable essor économique et son corollaire, l'élargissement de la fracture sociale. Et, à côté de ses deux héros toujours empêtrés dans leur relation amoureuse compliquée, Peter MAY a su faire vivre des personnages secondaires plutôt intéressants, entre autres Wu et Qian les fidèles collaborateurs de Li Yan et Mei Yuan, la vendeuse de jianbing, intellectuelle réprimée durant la révolution culturelle, avec qui le policier se livre à des jeux d'esprit dont elle sort toujours gagnante.
La série se termine donc, sans fin véritable, l'auteur ayant choisi de laisser ses héros à leur routine et à leur destin. Finalement, elle fut intéressante et plaisante mais peut-être faut-il éviter la lecture des tomes les un après les autres pour ne pas saturer. A lire...à petites doses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
cyan
  10 janvier 2020
(...)
Ce tome 6 est assez palpitant, même si le sujet n'est pas inédit. La tension est maintenue tout au long du roman, le lecteur comme les personnages sachant quels crimes vont être commis. L'enquête est bien menée, les déductions des policiers ne semblent pas tomber de nulle part et on voit, même si c'est parfois succinct, le travail qu'ils effectuent. Les considérations sur les difficultés qu'ils rencontrent, morales et physiques, sont intéressantes.
La vie personnelle de Li Yan et Margaret permet d'en apprendre plus sur la vie en Chine et les interdits du régime (on n'a pas l'impression que les choses ont beaucoup changé depuis 2006…). La description du quotidien, à travers le développement des relations entre les personnages et les difficultés rencontrées par un couple mixte, est intéressante et bien racontée.
Le problème avec ce tome étant que, encore une fois, la conclusion est assez abrupte. Et si l'enquête est conclue de façon satisfaisante, bien que rapide, le sort des deux héros reste en suspens. Après 6 tomes à les suivre, j'aurais quand même bien voulu savoir ce qui les attendait après avoir refermé ce dernier opus.
J'ai trouvé beaucoup de défauts à cette série, même si dans l'ensemble elle m'est sympathique. J'ai bien accroché au personnage de Li Yan, un peu moins à celui de Margaret, même si les deux m'ont parfois beaucoup agacée. le point fort de ces romans reste la description de la Chine du début des années 2000 et sa comparaison/mise en parallèle avec l'Occident. Mes tomes préférés sont le 4 et le 5, mais la qualité reste la même tout au long de la série. J'en garderai un souvenir un peu mitigé. C'était agréable et intéressant à lire, mais on a vu mieux en matière de thriller à l'époque à laquelle ça a été écrit et depuis.
A lire plutôt pour le contexte chinois.
Lien : https://bienvenueducotedeche..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
camati
  24 novembre 2017
Encore une fois, un éditeur donne dans le sensationnel et le commercial en traduisant l'énigmatique « Chinese Whispers » - littéralement « murmures chinois » - par l'Eventreur de Pékin, plus racoleur. Je reconnais qu'il n'était pas facile d'adapter l'expression anglaise, mais quand même…. Cette expression est l'équivalent de notre « téléphone arabe » aujourd'hui remplacée par le plus politiquement correct « téléphone sans fil » ; vous y avez certainement tous joué dans l'enfance. Mais c'est aussi une métaphore pour une accumulation d'erreurs ou les inexactitudes des rumeurs qui courent et les effets désastreux qui peuvent en résulter. Cela correspond plutôt bien à ce qu'il se passe dans le livre de Peter May, le sixième et dernier de sa série de « China thrillers ».
Je ne connaissais de cet auteur que sa célèbre trilogie écossaise que j'avais beaucoup appréciée parce que l'enquête est finalement secondaire, l'étude des personnages, du policier en particulier, étant le sujet principal à mon sens. Alors, lorsque j'ai lu les premières pages de l'Eventreur de Pékin, bien que le titre laisse présager quelques horreurs, j'ai été surprise par la violence des meurtres et les descriptions cauchemardesques des cadavres, à tel point que j'ai refermé plusieurs fois le livre. Puis, une fois digéré le choc, j'ai repris ma lecture ,me suis attachée à Li Yan, le policier chargé de l'enquête, et l'ai suivi dans son cheminement mental. Ce n'est pas un super-héros à l'américaine ; on ne le voit jamais se battre, il ne parle pas grossièrement, il n'est pas alcoolique ; bref, c'est un être humain ordinaire avec ses soucis, ses faiblesses et ses forces.
J'ai également aimé découvrir la Chine actuelle, les rouages de la police et de la société chinoise, la vie quotidienne des gens, les difficultés sociales, la ville de Pékin, etc…. Donc après un début un peu difficile, j'ai apprécié ce roman à l'écriture très visuelle (n'oublions pas que Peter May a été scénariste pour la télévision écossaise) en particulier dans les descriptions de décors, de lieux, mais aussi des meurtres, d'où mon choc initial. Je n'ai pas eu besoin du support d'images pour les visualiser! Et j'avoue que je lirais volontiers un autre opus de la série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Puszi
  11 novembre 2017
Ainsi s'achève pour moi la lecture de la série chinoise de Peter May et quelle série ! Je suis très admirative du fond et de la forme de toutes ses enquêtes. Chacune porte sur un sujet bien précis.
Au début de ce dernier volet, j'étais un peu déçue parce que j'aurais aimé un peu plus de rythme et parce que je préférais une Margaret Campbell en pleine possession de ses aptitudes professionnelles. Réduite à l'état de mère au foyer et de pseudo épouse d'un fantôme, tellement Li Yan brillait par son absence me semblait un tel gâchis. Certes il avait du pain sur la planche afin de découvrir qui pouvait bien reproduire les crimes de Jack l'Éventreur. Tout s'est accéléré quand une scientifique américaine s'est fait assassiner parce qu'elle avait approché la vérité d'un peu trop près. La tension a encore augmenté d'un cran quand Li Yan a vu un terrible piège se refermer sur lui et c'est sur les chapeaux de roues que j'ai tourné la dernière page.
Que vais-je bien pouvoir lire maintenant ?
Commenter  J’apprécie          82
simonjean
  10 juin 2018
« L'éventreur de Pékin »  est le dernier tome de la série chinoise de Peter May .
Un tueur en série reproduit fidèlement les crimes
de Jack l' Eventreur . Il a déjà tué quatre femmes quand Li prend l'enquête en main . Margaret est professionnellement sur la touche pour cause de maternité mais elle n'est pas absente de l'histoire ! Peu après , le corps d' une cinquième victime est découvert . Mais cette fois-ci , est-ce encore l'oeuvre de ce même éventreur  ou celle d'un imitateur ? Li pense que l'auteur de ce cinquième meurtre est un homme haut placé dans la Sécurité Publique . Cet assassin fera tout pour abattre le policier , ruiner sa carrière et détruire sa famille avant qu'on ne découvre son identité .
Li et Margaret échapperont-ils au sanglant dessein de l'Eventreur ? Li, bien que suspendu , fera tout son possible pour confondre le ou les assassins . Comme dans les tomes précédents , pas un temps mort , aucune longueur dans le récit, , une fin palpitante . Un des meilleurs de la série avec « Jeux mortels à Pékin » et « Le quatrième sacrifice » .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   17 janvier 2021
- Hier, j’ai lu la critique d’un livre publié pour la première fois en Chine. Même à travers la critique, j’ai été frappé par certaines similitudes. Ce matin, je me suis précipité pour l’acheter. Et très rapidement, j’ai compris que ce n’était pas une simple coïncidence.
Il leva le livre.
- Les meurtres de Jack l’éventreur, dit-il. Le premier tueur en série attesté au monde. Il a probablement tué sept femmes dans les rues de Londres, en Angleterre, à l’automne 1888. Et quelqu’un reproduit exactement ces meurtres, ici même, à Pékin, cent quinze ans plus tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   17 janvier 2021
« L’examen du corps a montré que la gorge était entaillée profondément, entaille aux bords déchiquetés. Enlevés, mais attachés au corps, et placés sur l’épaule droite, se trouvaient une partie de la paroi intestinale, l’intestin grêle entier et ses attaches. Deux autres portions de la paroi intestinale et du pubis étaient placées au-dessus de l’épaule gauche au milieu d’une grande quantité de sang. Manquaient les parties suivantes : la partie de la paroi intestinale incluant le nombril, la matrice, la partie supérieure du vagin et la majeure partie de la vessie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   17 janvier 2021
Un groupe était rassemblé au pied de la tige. Des projecteurs sur pied vibraient bruyamment dans le vent. Le ruban entourant les traces de sang depuis le bas de l’escalier menaçait de se déchirer. Les hommes de la police scientifique, tels des fantômes dans leurs combinaisons blanches en Tyvek, passaient les marches au peigne fin à la recherche d’indices. Quelques hommes étaient accroupis autour du corps. Lorsque Li s’approcha avec ses deux acolytes, Elvis se redressa, complètement ébouriffé. Ils durent crier pour s’entendre par-dessus le hurlement du vent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   17 janvier 2021
- Qui est-ce ?
- Sais pas, chef. On n’a pas encore bougé le corps. Et il n’y a pas de trace de sac à main. Le légiste est en train de l’examiner.
Son écharpe se plaqua sur sa bouche. Il l’écarta, et poursuivit.
- C’est la même méthode. Etranglée, mais pas morte quand on lui a tranché la gorge. Ce qui explique tout ce sang. De gauche à droite, comme toujours.
En se relevant derrière Elvis, le Dr Wang aperçut Li.
- Ah Le retour du héros. Je croyais que vous étiez pris par un banquet ce soir.
- Je n’ai plus faim.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   17 janvier 2021
Lorsque Li était arrivé avec Wu, le Dr Wang en avait fini avec le corps ; il découpait le cerveau. Un travail de routine. Il avait déjà examiné les organes que le tueur avaient laissés. Il ne tarderait pas à dicter ses observations, et ses assistants reconstitueraient le corps du mieux qu’ils le pourraient, en le cousant avec de la grosse ficelle, avant de le remettre à la morgue pour le conserver au froid. La cause de la mort ne faisait aucun doute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Peter May (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter May
Replay de la rencontre en ligne organisée le 3 mars 2021 avec Peter May autour de son nouveau roman, "Quarantaine".
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
75 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre

.. ..