AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782351785546
336 pages
Gallmeister (20/08/2015)
3.79/5   28 notes
Résumé :
New York,1983. Un vieil employé de la poste sans histoire abat froidement un homme avec un antique pistolet allemand. On découvre dans son appartement la tête d’une statue italienne à la valeur inestimable. Enfermé à l’asile, le meurtrier livrera son récit. Celui de quatre soldats perdus au cœur de la campagne italienne en 1944. Celui d’un gamin de huit ans qu’ils viennent de secourir et qui ne prononce pas un mot. Celui d’un petit village coutumier des miracles en ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
mesrives
  04 septembre 2017
Italie, Alpes apuanes, décembre 1944, les Anglo-américains lançés à l'assaut de la ligne défensive allemande, la ligne Gothique, s'embourbent et s'enlisent. Une guerre d'usure s'installe sur le front italien dans ce massif montagneux situé au Nord Ouest de la Toscane alors que l'hiver est toujours aussi rude ( neige, froid).
Avec Miracle à Santa Anna, James McBride nous transpose au coeur de la 92ème division d'infanterie américaine nommée la division Buffalo en référence aux Buffalo Soldiers, surnom donné au 19ème siècle par les Amérindiens aux soldats afro-américains, pour suivre et partager la quotidien de quatre soldats en particulier, qui après s'être éloignés de leur camp traversent les montagnes toscanes.
Grâce au talent de James Mc Bride , ce roman basé sur des réalités historiques, l'action se situe quelques semaines avant le massacre de civils à Santa Anna di Stazzema, il nous introduit aussi dans un univers plein de fantaisie.
Ainsi à la lecture de Miracle à Santa Anna nous découvrons un roman qui tangue entre guerre, paix, amour … et empathie.
Un roman baroque avec l'intrusion du merveilleux, un géant en chocolat, la montagne de l'Homme qui dort, une sorcière… et des miracles.
Une adaptation cinématographique que je n'ai pas visionné a été réalisée par Spike Lee en 2008.
De mon côté j'aurai plutôt imaginé une adaptation par Emir Kusturica pour montrer les montagnes enneigées, les rencontres avec la population italienne, les délires, les moments de peur, de frayeur, de douceurs sensuelles et d'instants magiques.
J'ai beaucoup aimé la transcription des ressentis de ces quatre soldats perdus dans la campagne italienne parfois en proie au découragement et d'autres fois sujets à des visions.
Des âmes déchirées par un passé tourmenté qui s'emballent à la vue d'une bella ragazza…
Bien sûr il y a un hommage fort à tous ces soldats de la division Buffallo qui ont essuyé beaucoup de plâtre et ont eté envoyés au casse-pipe.
James McBride répare l'injustice en leur redonnant une voix, traités par la hiérarchie militaire comme de la chair à canon et des sous-hommes, ce roman leur rend la place qu'ils méritent dans L Histoire et cet épisode de la Seconde Guerre Moniale que je ne connaissais pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          650
Renod
  08 février 2016
Hector Negron, un guichetier d'un bureau de poste de Manhattan, abat un client d'une balle en pleine tête. Interrogé par la police, il ne donne aucune explication à son geste. La tête d'une statue italienne à la valeur inestimable est trouvée lors de la fouille de son appartement. L'information insolite est relayée par les médias du monde entier, notamment en Italie ; et c'est ainsi que la seule à pouvoir comprendre tous les ressorts de ce fait divers, un Romain richissime, apprend la nouvelle. Nous sommes en 1983. Quarante plus tôt, Hector, originaire de Porto-Rico, a participé à la Campagne d'Italie en qualité de soldat au sein de la 92ème division d'infanterie. A travers ce roman, James McBride rend hommage à cette unité surnommée la division Buffalo Soldiers qui avait pour particularité d'être composée principalement d'Afro-Américains. Il faut rappeler que l'Armée américaine était toujours partiellement ségrégationniste pendant la Seconde Guerre mondiale. Les Noirs ne pouvaient par exemple pas intégrer le corps des Marines ou l'US Air Force . Les Buffalo Soldiers faisaient ainsi figure d'exception. L'auteur évoque le terrible massacre de Sant'Anna di Stazzema, un crime de guerre durant lequel 560 civils furent assassinés par des Waffen-SS en août 1944.
Peu après cet événement tragique, les habitants de la vallée vont assister à de nombreux miracles. Certains se rapprochent de la sorcellerie comme lorsque les lapins du paysan Ludovico se multiplient mystérieusement. D'autres appartiennent aux mythes des lieux comme lorsque le soleil s'est couché deux fois sur la vallée. Les villageois de Bornacchi croient voir une prophétie se réaliser quand apparaissent au milieu de la nuit quatre soldats à la peau noire. Train, un des soldats, est un colosse qui a trouvé par hasard un débris de statue à Florence et un enfant sur un champ de bataille. Cet enfant est un miraculé puisqu'il est l'unique survivant du massacre. Mais il existe bien d'autres miracles sur ces terres, ces anonymes combattants ou victimes du conflit le plus meurtrier de l'Histoire, dont on garde le souvenir ; cet oubli nécessaire qui permet de continuer à vivre même après l'horreur ; ces destinées qui se recroiseront quarante années plus tard.... La leçon de ce roman est que les miracles sont la seule chose dont on peut être sûr dans la vie.
"Un miracle à Santa Anna" est un roman bien écrit et très agréable à lire qui mêle les histoires dans la grande Histoire. le récit comprend des touches de lyrisme et de fantastique. Il permet de mieux connaître l'engagement des soldats Afro-américains au cours de la Seconde Guerre mondiale. A noter que le livre a été adapté au cinéma par Spike Lee.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
kathel
  23 septembre 2016
Le roman commence dans les années 80 à New York, avec une petite incursion à Rome... Au début, les évènements s'enchaînent sans qu'on comprenne trop où cela va mener, puis le roman dépose le lecteur en Italie, au cœur d'un bataillon de soldats noirs, en 1944. Ceux à qui les positions les plus intenables, les actions les plus suicidaires sont demandées. L'un d'entre eux, nommé Train, va se trouver séparé de ses camarades, et au cœur d'une bataille, être amené à sauver un petit garçon italien dans une grange effondrée. Train et cinq autres soldats américains qui l'ont rejoint se trouvent coupés du reste de l'armée par les lignes allemandes et trouvent refuge dans un hameau proche de Santa Anna. Santa Anna est un village martyre, où la population a été massacrée en représailles, comme à Oradour-sur-Glanne. Ce fond historique est tout à fait réel, malheureusement, et seuls les personnages principaux sont inventés.
La construction du roman est originale, et l'intrigue bien menée, ce qui fait que ce roman de guerre, d'amitié et d'entraide, se lit comme un polar. D'une personne, voire d'un objet, l'histoire, tel un récit raconté au coin du feu, remonte à une autre personne, à une action qui aura son importance. C'est vraiment bien fait, et c'est le premier atout du roman. le deuxième est l'humanité qui fait ici bon ménage avec l'imagination, la chaleur qui émane de Train, un bon géant placide prêt à adopter un petit garçon esseulé, mais aussi d'autres personnages, ses coéquipiers aux profils atypiques, les italiens rescapés, les militaires restés en arrière, qui forment une galerie originale et donnent à ce roman de guerre une couleur inattendue dans ce genre de récit, d'où l'humour n'est pas absent.
Je voulais découvrir cet auteur avec son dernier roman, L'oiseau du bon dieu, dont on a pas mal parlé ces derniers mois, mais finalement, l'occasion de lire celui-ci m'a été accordée d'abord. Il m'a accompagné dans un aller et retour à Paris pour le festival America (what else ?) et je ne m'y suis pas ennuyée un seul instant !

Lien : https://lettresexpres.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
manujean137
  29 septembre 2016
En plein New York des années 80, un vieux postier sort son pistolet et abat froidement un client depuis son guichet. Rien ne relie, semble t'il, ces deux hommes, bien qu'Hector ne soit ni fou ni impulsif... La raison remonte au temps de la seconde guerre mondiale, au coeur de l'Italie ravagée par les combats; Hector et ses compagnons forment un corps de combattants noir-américains dans une armée souvent ségrégationniste, dirigés par des officiers blancs peu motivés à bien guider leurs troupes. Lui et quelques hommes se retrouvent alors en arrière des lignes ennemies et en attendant les renforts font connaissance avec les habitants d'un petit village isolé au pied de la montagne. L'ambiance y est lourde, chargée de non dits et un terrible secret étreint ce lieu, soumis à la pression de l'occupant Allemand et des Partisants.
Ce roman est donc en quelque sorte une enquête que le lecteur mène au fil des pages, faisant connaissance avec cet Hector assassin pour en comprendre la motivation à passer à l'acte. C'est aussi une ode à l'Amour, aux différents types d'Amours (parental, filial, amical, ...) dans un contexte propice à révéler le noir de l'âme humaine (et ce quelque soit la couleur de la peau), entre soif du pouvoir et de la domination de l'autre, cupidité, trahison et méchanceté. Une ode bercée par la jolie plume de mcBride, fluide, plaisante, alliant scènes d'actions vécues de l'intérieur des protagonistes et descriptions de la Nature ceignant ces vallées encaissées et soumises au fracas des bombes et au silence des hommes hurlant de douleur. Une odeur de cordite semble flotter au gré de ces pages...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
topocl
  23 octobre 2015
Il y avait là tous les ingrédients pour un roman de guerre passionnant, la 92ème division d'infanterie de l'armée américaine, 120 soldats noirs menés au casse pipe par leurs officiers blancs dans les deniers assauts face aux Allemands en Italie en 1944.
Quatre d'entre eux se sont perdus aux abords de Santa Anna, un village italien décimé dans l'incendie de l'église déclenché par les Allemands qui les y avaient regroupés.
Voilà donc une page historique méconnue (encore que une fois de plus, qu'est ce qui est vrai, qu'est ce qui est fiction?), avec des moments de belle douceur, d'humour candide, et de fantaisie poétique. Seulement le récit est assez chaotique, je n'ai pas toujours compris qui est qui, qui va où, quels mouvements les troupes opèrent. Ceci passerait à la rigueur, mais le parti pris de rédemption par l'innocence est une vraiment grosse ficelle tout au long du livre, innocence portée par le bon soldat noir benêt mais plein d'amour, le frêle enfant sauvé des balles ennemies et les si braves paysans italiens .
C'est au final plein de bons sentiments et pas très crédible, car malgré la guerre et les obus, l'amour triomphe, un peu trop naïvement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
RenodRenod   08 février 2016
Et, soudain, le petit garçon se rappela. Il se rappela tout, il se rappela la moindre chose. Et il comprit d’un coup qu’il ne lui serait pas donné de conserver le moindre souvenir de tous ces événements ; que toutes les forces de vie présentes dans le monde faisaient en sorte que certaines choses soient oubliées pour que la vie puisse continuer ; il comprit que certaines choses exigeaient l’oubli et il eut conscience que cette innocence que Dieu réserve aux enfants, et que lui-même avait reçue en partage, le quitterait bientôt, et que l’intolérable tragédie de la guerre resterait à jamais gravée dans la mémoire d’autres gens, et non dans la sienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
RenodRenod   06 février 2016
(L'Italie pendant la guerre) était comme le Far West en Amérique, sauf qu’il n’y avait rien de romantique, rien de rigolo (...) Y vivre, c’était comme de voir sa mère se tenir au milieu de la rue et se faire renverser par un deux tonnes, voir son corps voler en l’air comme une poupée de chiffon, et vouloir de toutes vos forces vous précipiter avant elle à l’endroit où elle allait retomber, tout en sachant que c’est impossible, et donc rester là où vous êtes, tétanisé, en sachant que le bruit de son corps qui heurte l’asphalte résonnera à vos oreilles jusqu’à la fin de votre vie. C’était ça : voir sa mère mourir jour après jour, encore et encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
kathelkathel   23 septembre 2016
Cette même page de canard s’était retrouvée à planer jusqu’à terre depuis la fenêtre du neuvième étage de l’immeuble Aldo Manuzio à Rome, jetée par le concierge Franco Curzi, qui en avait sa claque et voulait rentrer chez lui de bonne heure parce que c’était bientôt Noël. Après quantité de virevoltes dans les airs, la page en question avait terminé sa course à la terrasse du café Terra, sur une table située en dessous de la fenêtre, comme si Dieu l’avait placée là exprès, et c’était bien, en vérité, un fait exprès de sa part.
Car elle avait atterri juste au moment où un italien, de haute taille, élégant et à la barbe bien taillée, était en train de prendre son café du matin à la table voisine. En voyant le gros titre, il s’empara du journal et lut l’article sans lâcher la tasse qu’il avait à la main.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Fanvin54Fanvin54   23 octobre 2015
Tout ce que le type voulait, c’était un timbre à vingt cents, rien d’autre. Mais quand il poussa du doigt son billet d’un dollar sur le comptoir de la poste de la 34e Rue à Manhattan et qu’une bague en or surmontée d’un diamant colossal apparut devant les yeux d’Hector Negron, l’employé des postes, celui-ci voulut savoir qui pouvait bien se trouver au bout de ce doigt-là.
Commenter  J’apprécie          30
RenodRenod   07 février 2016
Le pays entier était un miracle, le moindre petit bout le composant, le moindre centimètre carré, le moindre gramme de terre. Parce que, sans miracles, plus personne n’aurait de raison de vivre. La guerre avait tout détruit, brisé tous les rêves, broyé tous les espoirs, anéanti toutes les habitations, et pourtant, les hommes étaient toujours là.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de James McBride (69) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James McBride
Né à Red Hook, l'un des quartiers les plus populaires de Brooklyn, James McBride a connu le succès dès son premier livre autobiographique, "La couleur de l'eau" chez Gallmeister. Il y raconte l'histoire de sa mère blanche, fille d'un rabbin polonais qui a bravé tous les interdits pour épouser un noir protestant. Celui que l'on peut considérer comme l'un des meilleurs auteurs contemporains, vient de voir son roman "L'oiseau du bon Dieu", adapté en série par Ethan Hawke et publie un dernier ouvrage, "Deacon King Kong".
Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
+ Lire la suite
autres livres classés : italieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1551 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre

.. ..