AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081345919
Éditeur : Flammarion (29/04/2014)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 96 notes)
Résumé :
L'affaire paraissait insoluble à l'époque: une riche héritière et son fils kidnappés en Ecosse, une remise de rançon catastrophique aboutissant à la mort de la femme et à la disparition de l'enfant. Malgré l'indice découvert vingt-cinq ans plus tard, Karen Pirie, l'experte en cold cases en charge du dossier, a donc peu d'espoirs de résoudre la célèbre énigme.
Une autre affaire classée occupe déjà l'esprit de la détective: en 1984, au plus fort de la grève de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
nameless
17 avril 2016
Née à Kirkcaldy, petite-fille de deux grand-pères mineurs, métier dont la dureté a abrégé leur vie, Val McDermid rend, dans Sans laisser de traces, hommage à sa famille et ses origines en choisissant comme toile de fonds de son roman, la grève des mineurs qui en 1984-85 les a opposés durant une année entière à Margaret Thatcher. Conflit social le plus important et le plus jusqu'au-boutiste (de part et d'autre) du Royaume-Uni, contre lequel ont été déployées tout ce qu'un Etat compte de forces répressives policières et militaires dont la violence démesurée a empoisonné les relations communautaires pour une génération, il est surtout celui qui a enterré un secteur d'activité, criminalisé les syndicats, anéanti la classe ouvrière, clochardisé des dizaines de milliers de familles, plongé des régions entières dans la misère, au nom du système néolibéral et du nouvel ordre économique et social.
Quelle raison impérieuse peut bien pousser Misha à venir le mercredi 27 juin 2007 au commissariat de Glenrothes, déclarer la disparition de son père Mick Prentice, 23 ans plus tôt ? Car une raison, elle en a une, vitale.
Le vendredi 14 décembre 1984 à Newton of Wemyss, Mick Prentice, mineur désoeuvré et sans ressources depuis le début de la grève, quitte le domicile familial, muni de son matériel d'aquarelliste en précisant qu'il reviendrait pour le dîner. Il n'est jamais rentré. Fait-il partie de ces jaunes qui ont décidé d'aller briser la grève à Nottingham ? Nul ne le sait avec une absolue certitude, mais sa volatilisation inexpliquée confère à son épouse et sa fille un statut de parias, mises au ban de la communauté minière soudée.
Karen Pirie, désormais responsable du service des affaires irrésolues, se charge d'effectuer quelques recherches, mollement encouragées par son responsable, Lees, qui ne voit pas l'intérêt de gaspiller les maigres budgets accordés à son commissariat dans cette affaire ancienne et non criminelle. Mais Karen est tenace, et sait habilement ébranler l'autorité de son chef, qui n'a pas réussi à gagner son respect.
Au cours de ce même mois de juin 2007 et fortuitement, Bel Richmond, journaliste d'investigation indépendante est en vacances à Campora, en Toscane, chez des amis. Au cours d'une promenade dans la campagne environnante, elle visite une villa abandonnée, la casa rovina, où elle découvre une affiche qu'elle reconnait, ainsi qu'une mare de sang fraîchement répandu. L'affiche a été largement médiatisée en 1984 lors du kidnapping de Catriona Grant, fille d'un richissime homme d'affaires, et de son fils Adam, âgé de quelques mois. Les ravisseurs adressaient leurs exigences et consignes à Brodie Grant, inscrites sur cette affiche. La remise de rançon ayant tourné au désastre, Catriona a été abattue (par qui ?), et Adam a été emmené par le ou les ravisseurs. Il n'est jamais réapparu.
Bel est ambitieuse et voit dans cette découverte miraculeuse susceptible de relancer une affaire jamais élucidée, l'opportunité de faire décoller sa carrière, pourquoi pas d'écrire un best-seller, un de sang-froid du troisième millénaire. Elle rencontre Brodie Grant, qui garde secrètement l'espoir de revoir un jour son petit-fils. Il confie à Bel la mission de chercher tous les indices possibles en Toscane. Les kidnappeurs se sont-ils enfuis en Italie ? Adam peut-il s'y trouver encore ?
Voilà le lecteur embarqué dans un roman énergique qui ne laisse pas une minute de répit, dans lequel chaque nouvelle rencontre dévoile une nouvelle énigme. Simultanément en Ecosse et en Toscane, Karen et Bel mènent l'enquête sur deux affaires sans lien apparent, l'une policièrement, l'autre journalistiquement. Les retours en 1984 livrent lentement la génèse des intrigues, à travers une très belle évocation de la grève des mineurs dont Val McDermid restitue la dureté, ainsi qu'à travers l'histoire de Catriona et de Brodie Grant.
Val McDermid construit une intrigue complexe, servie par un style dynamique et humain, un sens de l'observation sociale affûté et des dialogues brillants. Elle croise, enchevêtre le destin de ses personnages dans deux histoires, deux époques, deux pays. Le lecteur doit être attentif aux indications données en tête de chapitre, qui datent et localisent l'action, afin de ne pas se perdre dans les méandres du roman, qui ressemble à un Rubik's Cube avant que toutes les informations collectées prennent forme pour devenir cohérentes, grâce au talent de l'auteur. Très, très brillant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          391
litolff
25 août 2012
Excellent polar dans lequel l'auteur met en scène la grève de 1984-1985 en Ecosse, qui opposa Margaret That­cher et les syndicats de mineurs.
La recherche de personnes disparues au moment de ce conflit majeur permet de découvrir la puissance d'une culture ouvrière aujourd'hui disparue, sa solidarité dans l'épreuve, la rudesse d'une région, l'Ecosse, et la dureté d'un conflit qui a plongé toute la population minière dans la misère.
L'héroïne, un inspecteur (une inspectrice ?) pugnace, décidé et bourré d'humanité, n'est pas sans rappeler la Barbara Havers d'Elisabeth George !
Très bon polar !
Commenter  J’apprécie          190
spleen
10 mai 2017
Val McDermid, petite fille de mineurs , a choisi de situer ce roman en Ecosse pendant la grève des mineurs de 1984-1985 , un bras de fer avec Margaret Tatcher  qui les a entrainés dans la misère .
L'histoire débute en 2007 lorsque Misha s'adresse à Karen Pirie , responsable du service des affaires non résolues pour retrouver la trace de son père Mick Prentice, disparu pendant cette grève et supposé avoir rejoint le camp des jaunes, ceux parmi les mineurs qui trahissaient leur cause .
Superposé à cette intrigue , Bel Richmond, une journaliste , découvre par hasard dans une maison en ruine en Toscane un des indices de l' enlèvement de la fille , Catriona, et du petit fils d'un magnat local de la ville minière , Brodie Grant , et qui s'est déroulé pendant cette même période agitée , l'affaire s'étant finie par la mort de Catriona au moment de la remise de la rançon et de la disparition d'Adam, le bébé .
Karen Pirie se voit chargée également de relancer l'enquête ...
Astucieusement construit car à chaque chapitre récent fait suite la version des faits par un des protagonistes de l'époque , ce qui apporte un éclairage souvent inédit .
Les deux histoire sont longtemps indépendantes bien que l'on se doute qu'elles vont finir par se rejoindre , c'est à ce moment là où j'ai un peu relâché la tension, les ficelles étant à mon humble avis un peu trop grosses et trop d'invraisemblances ont gâché la fin de ce thriller .
Malgré ce bémol, vivement le prochain (il est déjà dans ma PAL ...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
maevedefrance
17 mai 2011
Deux intrigues, deux héroînes (l'inspecteur Karen Pirie et Anabelle Richmond, journaliste), deux lieux d'action (le Fife écossais et la Toscane italienne), deux époque (1984-85 et 2007). On pourrait se dire que c'est risqué. Et pourtant, à la fin, tout se tient d'un bloc, d'une logique implacable, d'une cohérence parfaite. Un roman complexe et fouillé.
Il faut dire que Val McDermid, Ecossaise petite-fille de mineur, connaît son sujet. Et comme elle le dit elle-même, c'est sans doute son roman noir le plus intime, même si les personnages sont fictifs. Elle dédit d'ailleurs son livre à ses grands-parents :
"Ce livre est dédié à la mémoire de Meg et Tom McCall, mes grands parents maternels. Ils m'ont montré ce qu'est l'amour, ils m'ont enseigné l'esprit de communauté, et ils n'ont jamais oublié l'humiliation que l'on ressent à faire la queue à la soupe populaire pour nourrir ses enfants. Grâce à ceux, j'ai appris à aimer la mer, la forêt, et les livres d'Agatha Christie. Une dette non négligeable", écrit-elle.
En 1984-1985, les mineurs britanniques sont en grève, Thatcher les méprisera. C'est à cette époque que l'un d'entre-eux, Mick Prentice, disparaît, abandonnant sa femme et sa fille. A l'époque, tout le monde pense qu'il a trahi la communauté et qu'il est parti avec les "jaunes" (ceux qui ont abandonné la grève et ont quitté les lieux) à Glasgow. Pourtant, alors que tout semble accâbler un syndicaliste, au fur et à mesure, les pistes se multiplient puis se resserrent comme un étau autour du disparu lui-même...
Parallèlement, Bel Richmond, journaliste en vacances en Toscane, fait une découverte dont elle comprend rapidement qu'elle peut bouleverser sa carrière car elle renvoie à une affaire non élucidée : celle des circonstances du meurtre de Catriona Maclennan Grant, jeune et très belle héritière de la plus grosse fortune d'Ecosse et de l'enlèvement de son fils. le père de la belle n'est autre que l'entrepreneur et promoteur immobilier Sir Broderick Maclennan Grant. Un nom aussi connu que Berlusconi en Italie.
L'ensemble peut paraître sombre comme la tourbe, mais ce n'est pas le cas. L'amour est très présent dans ce roman et les meurtriers ne sont pas des psychopathes sanguinaires. Juste des gens pris dans une spirale infernale. Val McDermid réinvente ici les codes du roman noir à la Agatha Christie en ancrant sa fiction dans un contexte social fort, comme souvent dans ses romans. Elle démonte et analyse chaque rouage de la machine infernale.
J'ai aimé le personnage de l'inspectrice Karen, une femme qui lutte comme une tigresse dans un univers de macho, malgré les bâtons dans les roues que lui tend un chef qui la déteste. Une héroïne qui a une faible pour les bons petits plats que l'écrivain décrit à merveille :
"Devant elle reposait un pithiviers de filet de pigeon parfaitement présenté, entouré de toutes petites pommes grenailles et d'une tour de minicarottes et de minicourgettes rissolées. le Laird'o Wemyss était plus qu'à la hauteur de sa réputation." On en mangerait !!
L'héritière tuée des années auparavant est une femme libre, malgré sa condition privilégiée. Elle sait ce qu'elle veut : vivre une vie d'artiste et vivre avec qui elle souhaite, quand elle le souhaite, quitte à contrer les siens. La journaliste Bel est par contre trop ambitieuse (le style à avoir les dents qui rayent le parquet) pour être totalement sympathique.
Val Mcdermid creuse ses personnages au-delà des apparences et bouleverse les idées reçues et les préjugés. C'est aussi le côté intéressant du livre.
Enfin, c'est un roman noir qui a l'accent du Fife écossais (Newton of Wemyss, East Wemyss, Kirkcaldy - où Val McDermid a passé son enfance), et où le lecteur se promène sur ses plages et dans ses grottes, entre quelques escapades en Toscane.
C'est sans doute le roman le plus accompli de Val McDermid que j'ai lu jusqu'ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
XS
30 avril 2017
Sans laisser de traces met en scène un duo d'enquêteurs, cette fois ci d'affaires classées non résolues. Comme souvent, deux affaires s'entremêlent pour finir par se rejoindre. L'originalité du roman provient de la toile de fond du récit, dont les faits remontent à une vingtaine d'années: la grève des mineurs de 1984-1985 dans la Fife, ancienne région d'Ecosse. Et c'est un tour de force que réussit l'auteur tant elle arrive à rendre tangibles un microcosme social aujourd'hui disparu : les ressentis des mineurs d'alors, les tensions qui existaient avec la Direction, mais également entre eux, le vécu d'une grève contre le gouvernement Thatcher ayant finalement abouti à la disparition de tout un pan de la société ouvrière.
L'enquêtrice principale est elle-même originaire de ce milieu, ce qui lui donne un atout certain pour la résolution de la disparition d'un mineur que l'on croyait enfui pour des horizons plus clément Cette disparition datant de plus de vingt ans vient croiser une affaire de kidnapping, L'intrique n'est pas le point fort de Sans laisser de traces, mais reste suffisamment bien construite pour ne pas tomber dans les limbes de la liste des romans « agréables, aussitôt lus aussitôt oubliés ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Citations & extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless09 avril 2016
Parmi les gens avec qui Karen avait grandi, personne n'avait eu de chaussures ou de vêtements spéciaux pour la marche. On partait simplement se balader dans ses vêtements de tous les jours, avec éventuellement une couche en plus en hiver. Ce qui ne les empêchait pas de faire 13 ou 14 kilomètres avant le dîner.

Page 171
Commenter  J’apprécie          240
namelessnameless08 avril 2016
Dès le départ, les épouses [des mineurs] avaient su que c'était peine perdue. On entame une grève du charbon au début de l'hiver, quand la demande des centrales électriques est la plus forte. Pas au printemps, quand tout le monde cherche à couper son chauffage.

Page 69 - Flammarion
Commenter  J’apprécie          221
AnalireAnalire09 août 2012
Vous savez, quand parfois on reste en contact avec quelqu'un parce que c'est la seule personne restante à partager le même passé que vous ? Tu ne l'aime pas forcément beaucoup, mais il te renvoie quelque chose qui a été important pour toi. Parfois, c'est à la famille, parfois c'est à un moment de ta vie où des choses importantes se sont passées. Et tu veux te raccrocher à ce lien.
Commenter  J’apprécie          90
PiertyMPiertyM03 février 2015
Les gens font des choses qui semblent contraires à leur nature quand ils sont désespérés.
Commenter  J’apprécie          180
maevedefrancemaevedefrance17 mai 2011
Ce livre est dédié à la mémoire de Meg et Tom McCall, mes grands parents maternels. Ils m'ont montré ce qu'est l'amour, ils m'ont enseigné l'esprit de communauté, et ils n'ont jamais oublié l'humiliation que l'on ressent à faire la queue à la soupe populaire pour nourrir ses enfants. Grâce à ceux, j'ai appris à aimer la mer, la forêt, et les livres d'Agatha Christie. Une dette non négligeable.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : mineursVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Lignes de fuite" de Val McDermid.

Quel est le nom de l'alerte lancée quand un enfant a disparu ?

Hunter Alert
Amber Alert
Jimmy Alert

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Lignes de fuite de Val McDermidCréer un quiz sur ce livre
. .