AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gérard Gengembre (Éditeur scientifique)
EAN : 9782253145028
92 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/09/1998)

Note moyenne : 3.32/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Maudit don Juan de Marana qui, après une vie de scandales, ose, un soir, provoquer Dieu et lui soustraire une de ses nonnes. A l'heure du rapt, il croise un long cortège d'âmes du purgatoire qui accompagnent sa dépouille mortelle à l'église. Son imagination lui joue-t-elle un tour ou est-ce un signe du Ciel?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
araucaria
  23 janvier 2017
Une nouvelle assez courte racontant la vie de Don Juan. Je pense n'avoir jamais lu que la pièce de Molière, et le Don Juan de Mérimée est très différent. La fin n'est pas la même non plus. le personnage est perverti par un ami, Don Garcia, et malgré une prise de conscience tardive, je le trouve toujours antipathique. Texte bien écrit naturellement, d'un grand classicisme. Captivant. A découvrir.
Commenter  J’apprécie          320
PiertyM
  24 avril 2017
Un Don Juan un peu trop spiritualisé qu'à un moment ça n'en fait pas un Don Juan! Merimée aborde légèrement les exploits du comte don Juan de Maraña dans le seul but de nous l'aseptiser jusqu'à le rendre plus blanc que la neige, Il se sert du fantastique pour rendre possible cette alchimie.
Une belle écriture et aussi une fervente volonté d'humaniser le terrible fils du diable! Une première rédemption peut se tolérer mais une deuxième rédemption pour avoir tuer froidement, et en proie à une grande colère qui convoque à nouveau sans tarder l'empire des démons en lui, Don Juan ôte la vie à Don Pédro, l'homme à qui il a déjà arraché le père et les deux sœurs. Cette rédemption devient un peu trop déroutante! Le livre est agréable à lire. L'auteur y fait régner une atmosphère de peur à partir d'un tableau qui illustre les âmes du purgatoire, une peur qui témoigne de l'impuissance de l'homme face à la mort. Mais, le héros, lui est affreusement antipathique !
Commenter  J’apprécie          190
Nelja
  13 juillet 2015
Une longue nouvelle publiée seule, sur le personnage de Dom Juan.
Le dossier et la préface, brefs mais intéressants, racontent qui est ce second Dom Juan "de Marana", en réalité nommé Dom Miguel, qui fut tellement marqué par la pièce d'origine qu'il en imita le personnage (avant de se repentir dans ses vieux jours) et que ses frasques elle-mêmes influencèrent la légende d'origine et que les deux personnages se sont confondus. C'est celui-là qui a inspiré Mérimée.
On n'a pas la mise en abîme ici, juste une histoire fantastique de corruption (par un homme qui est peut-être le fils du diable) puis de rédemption spectaculaire, avec quelques romances (très bof), des combats de cape et d'épée (sympa) et un élément fantastique que j'ai trouvé réussi. Par contre, je n'arrive pas vraiment à croire à la rédemption présentée, pas autant qu'à la corruption. Un sentiment mitigé, donc, qui le serait encore plus si le fantastique n'était pas un de mes genres de prédilection.
Commenter  J’apprécie          70
Slava
  25 mai 2016
Tout le monde connait le " grand seigneur méchant homme" qu'est Don Juan, le légendaire séducteur et esprit fort. Depuis la pièce de Tirso de Molina, le mythe s'est propagé et aujourd'hui, on qualifie de Don Juan un homme à femme. Mais saviez-vous qu'à la base, Don Juan est inspiré d'un vrai Don Juan qui a existé ? Mérimée s'y intéresse et s'y inspire pour sa nouvelle au tire mystérieux.
Don Juan de Manara naît en Espagne, dorloté entre la foi ultra religieuse de sa mère et la foi d'honneur et de bravoure de son père. Devenu adulte, il va à l'université de Salamanque et fait une rencontre décisive : Don Garcia, fils d'un ami de son père, qui va l'initier à la débauche...
Voilà une nouvelle de notre cher Mérimée, que j'ai découvert après le fabuleux Venus d'Illes, une de mes premières nouvelles fantastiques. J'étais intéresse de voir comment il aborde le fameux personnage.
Servi par une écriture délicate et fluide, il raconte la vie de l'homme ayant inspiré le mythe qu'on connait et y propose une version bien différente qu'on connait. Il donne une approche réaliste au personnage, rappelant le contexte historique troublé de l'époque : l'expulsion des Morisque, la guerre de Flandre... Pourtant le fantastique, lié au mythe, arrive à la fin de la nouvelle mais est préparée en fait. le titre indique une fascination pour Don Juan d'un étrange tableau représentant le Purgatoire et ses âmes plus où moins bénies où damnées et qui le tourmente durant le récit
La religion y est présente aussi dans cette dernière partie et c'est là qu'est proposée une fin inattendue et contraire aux versions mythiques, un peu déconcertante et contraire mais bon.
Par contre, je n'ai pas apprécié la misogynie qui flotte un peu dans l'histoire, oui il y a une pointe bien assumée, argh.
Sans compter qu'on n'insiste pas trop selon moi sur le côté séducteur de l'héros et ce malgré l'épisode des deux soeurs et du couvent...
Mais sinon une belle nouvelle réinterprétant Don Juan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Taraxacum
  01 janvier 2020
Une version de don Juan à la chute fort différente de l'habituelle descente aux enfers traîné par la statue du Commandeur. Ici, don Juan se repend, et c'est presque là que le bât blesse.
Pas qu'il soit impossible de se repentir, quelque soit le crime, c'est juste que la secousse passe si vite chez le libertin, sans aucune lutte de ses mauvais instincts, que c'en est fort étrange. C'est peut-être du fait que finalement les dernières années de sa vie n'ont droit qu'à beaucoup moins de pages que ses années de débauche. L'auteur craignait-il que ce soit moins palpitant? Certes, il rechute, mais ça va si vite, j'espérais plus de lutte entre ses deux côtés. Pas qu'il y ait beaucoup de lutte dans sa chute non plus, trois murmures de son mauvais génie et le voilà prêt à tout jeter aux orties et à violer, le mot n'est pas là mais c'est bien de ça qu'il s'agit, la soeur de sa maîtresse!
Cela n'est pas la meilleure version du personnage, mais cela reste une bonne lecture.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   16 décembre 2016
Cicéron dit quelque part, c'est, je crois, dans son traité De la nature des dieux, qu'il y a eu plusieurs Jupiters, - un Jupiter en Crète, - un autre à Olympie, - un autre ailleurs; - si bien qu'il n'y a pas une ville de Grèce un peu célèbre qui n'ait eu son Jupiter à elle. De tous ce Jupiters on en a fait un seul à qui l'on a attribué toutes les aventures de chacun de ses homonymes. C'est ce qui explique la prodigieuse quantité de bonnes fortunes qu'on prête à ce dieu.
La même confusion est arrivée à l'égard de don Juan, personnage qui approche de bien près de la célébrité de Jupiter. Séville seule a possédé plusieurs don Juans; mainte autre ville cite le sien. Chacun avait autrefois sa légende séparée. Avec le temps, toutes se sont fondues en une seule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
araucariaaraucaria   23 janvier 2017
- C'était un blasphème abominable! s'écria don Juan, scandalisé au dernier point.
- Peu après l'enfant guérit..., et cet enfant..., c'est don Garcia!
- Si bien que don Garcia a le diable au corps depuis ce temps-là, dit en éclatant de rire don Garcia, qui se montra au même instant et qui paraissait avoir écouté cette conversation caché derrière un pilier voisin. - En vérité, Périco, dit-il d'un ton froid et méprisant à l'étudiant stupéfait, si vous n'étiez pas un poltron, je vous ferais repentir de l'audace que vous avez eue de parler de moi. - Seigneur don Juan, poursuivit-il en s'adressant à Marana, quand vous nous connaîtrez mieux, vous ne perdrez pas votre temps à écouter ce bavard. Et tenez, pour vous prouver que je ne suis pas un méchant diable, faites-moi l'honneur de m'accompagner de ce pas à l'église Saint-Pierre; lorsque nous y aurons fait nos dévotions, je vous demanderai la permission de vous faire faire un mauvais dîner avec quelques camarades."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
PiertyMPiertyM   18 avril 2017
Cicéron dit quelque part, c’est, je crois, dans son traité De la nature des dieux, qu’il y a eu plusieurs Jupiters, — un Jupiter en Crète, — un autre à Olympie,
— un autre ailleurs ; — si bien qu’il n’y a pas une ville de Grèce un peu célèbre qui n’ait eu son Jupiter à elle. De tous ces Jupiters on en a fait un seul à qui l’on a attribué toutes les aventures de chacun de ses homonymes. C’est ce qui explique la prodigieuse quantité de bonnes fortunes qu’on prête à ce dieu
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
araucariaaraucaria   23 janvier 2017
En ce moment l'horloge de l'église sonna un coup : c'était l'heure fixée pour l'enlèvement de Teresa.
"Le temps est venu! s'écria une voix qui partait d'un angle obscur de l'église, le temps est venu! est-il à nous?"
Don Juan tourna la tête et vit une apparition horrible. Don Garcia, pâle et sanglant, s'avançait avec le capitaine Gomare, dont les traits étaient encore agités d'horribles convulsions. Ils se dirigèrent tous deux vers la bière, et don Garcia, en jetant le couvercle à terre avec violence, répéta : "Est-il à nous?" En même temps un serpent gigantesque s'éleva derrière lui, et, le dépassant de plusieurs pieds, semblait prêt à s'élancer dans la bière... Don Juan s'écria : "Jésus!" et tomba évanoui sur le pavé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
OliphantOliphant   15 avril 2013
Jusqu’à présent tu n’as vécu qu’avec des enfants ; tu vas maintenant vivre avec des hommes. Souviens-toi que le bien le plus précieux d’un gentilhomme, c’est son honneur ; et ton honneur, c’est celui des Maraña. Périsse le dernier rejeton de notre maison plutôt qu’une tâche soit faite à son honneur ! Prends cette épée ; elle te défendra si l’on t’attaque. Ne sois jamais le premier à la tirer ; mais rappelle-toi que tes ancêtres n’ont jamais remis la leur dans le fourreau que lorsqu’ils étaient vainqueurs et vengés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Prosper Mérimée (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Prosper Mérimée
Marianne Alphant César et toi - éditions P.O.L : où Marianne Alphant tente de dire de quoi et comment est composé son livre "César et toi", et où il est question notamment de "La guerre des gaules", de César et de Shakespeare, de Montaigne et de Mérimée, de Napoléon III et de Victor Hugo, des Helvètes et des Vénètes, des vainqueurs et des vaincus, d'Alésia et de Rome, des ronds-points et des ruines, du géocaching et des géos-trouveurs, du Musée Archéologique de Saint-Germain-des-Prés, à l'occasion de la parution aux éditions P.O.L de "César et toi", à Paris le 17 décembre 2020 "Au fond, qu'est-ce qui vous intéresse en lui ? Sa mort ? Vous perdez votre temps, il ne reste rien, c'est poussiéreux. Tâchez de simplifier pour aller vite."
+ Lire la suite
autres livres classés : dom juanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le vénus d'Ille

comment s'appelle l'hôte du narrateur ?

Monsieur de Peyrehorade
Monsieur de Pehrehorade
Monsieur Alphonse
Monsieur de Peyreorade

3 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : La Vénus d'Ille de Prosper MériméeCréer un quiz sur ce livre