AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Cathy Muller (Illustrateur)
EAN : 9782203391154
56 pages
Éditeur : Casterman (16/01/2004)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 43 notes)
Résumé :
"Mais rassure-toi, il ne s'est rien passé à Paris entre Geneviève et moi. Elle aimait beaucoup le cubisme, mais sur les toiles... pas sur les gueules ! "

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  18 avril 2015
12 novembre 1918, la guerre touche à sa fin avec la signature de l'armistice. Augustin Dortet va pouvoir rentrer chez lui, dans les Pyrénées. Une joie immense l'envahit, heureux de pouvoir serrer sa douce Geneviève dans ses bras. Il ne recevait que très peu de réponses à ses lettres, au début de la guerre, qui plus est, pour la plupart pleines de reproches. Mais depuis quelque temps, elle lui écrivait de superbes lettres d'amour, de vraies "valentines", sur lesquelles elle se dessinait. Mais, avant de rentrer chez lui, il passe d'abord par Paris. En effet, il a promis à André, son compagnon d'armes mort au combat, de remettre en main propre, à sa compagne, sa dernière partition. Malheureusement, le retour chez lui ne se passe pas comme prévu...
A coup de flashbacks, l'on retrouve ici et là Augustin sur le front dans les montagnes ardennaises, au camp de prisonniers en Belgique ou bien à Paris, dans les bras d'une prostituée. Augustin Dortet, ce héros qui aura survécu à cette maudite guerre, ne s'attendait évidemment pas à de si mauvaises nouvelles à son retour dans les Pyrénées. Une véritable plongée en enfers pour lui qui pensait avoir surmonté le pire. Christian de Metter nous offre un scénario efficace et remarquablement illustré. L'histoire est passionnante et poignante. Ses aquarelles sont de toute beauté, d'une grande profondeur et intensité. Remarquable...
Le sang des valentines laissera des traces...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          441
missmolko1
  08 avril 2014
Encore un coup de coeur pour un BD. le sang des valentines est déjà remarquable par ces dessins, des aquarelles magnifiques.
Le scénario m'a également beaucoup plu. le héros part a la guerre, il a peu de nouvelles de sa femme et on peut dire que leur couple bat de l'aile. En effet en 1913, ils ont eu un petit garçon qui est décédé peu de temps après. Cela a été un choc pour la jeune femme. le personnage principal, qui est sur le front de la Première Guerre Mondiale reçoit donc peu de lettres et leur contenu est souvent très froid. Et puis un jour tout change, les lettres sont très amoureuses, très érotiques parfois. L'armistice est signé et le personnage principal va retourner chez elle et espère y trouver sa femme mais rien ne se passe comme il l'a imaginé.
C'est en tout cas un très bel album, cette année en plus ont célèbre les 100 ans du début de la guerre, c'est encore plus l'occasion de faire un travail de mémoire pour ne pas oublier les atrocités de cette guerre. S'il fallait juste faire une critique, je dirai que la fin est assez prévisible et que je me doutais un peu de ce qui allait arrivé. Malgré tout j'ai pris beaucoup de plaisir a la lecture.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Crossroads
  04 mars 2013
De Metter , un gars qui commence à me plaire !
Vers le Démon puis Shutter Island m'avaient déjà convaincu , le Sang des Valentines vient largement confirmer l'énorme potentiel de ce dessinateur scénariste au trait si immédiatement identifiable !
Augustin , personnage emblématique de ce récit , revient chez lui après avoir été l'un de ces nombreux héros anonymes ayant activement participé à une première guerre mondiale totale que l'on qualifiait , alors , de dernière...
Il se remémore ses jours dantesques passés sur le front Ardennais mais surtout Geneviève , sa douce , qui d'une première lettre accusatrice l'affligeant alors de tous les maux se fendit ensuite d'étranges missives énamourées , objets de si nombreux questionnements bien légitimes .
Si ce récit ne possède pas la puissance d'un Tardi sur le sujet , il n'en demeure pas moins passionnant , ces superbes aquarelles venant avantageusement soutenir une troublante histoire personnelle emprunte d'un épais mystère familial qui viendra finalement scotché le lecteur sans qu'aucun coup de semonce annonciateur ne soit tiré ! Petit coquinou de De Metter va !
Un homme hanté par un récent passé et devant désormais faire face à une réalité amoureuse qu'il était loin de soupçonner , voilà le pitch bien réducteur d'une BD oppressante intelligemment maitrisée !
Le Sang des Valentines : à déguster cul sec ! Prosit !
http://www.youtube.com/watch?v=7KsPZ1f7MDs
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Under_the_Moon
  28 avril 2014
Cela faisait 10ans que cette bande dessinée m'appelait depuis la bibliothèque familiale. Hé bien ça y'est, c'est enfin chose faite : je l'ai lu ! Et je me demande pourquoi j'ai attendu aussi longtemps.
L'armistice vient d'être signée, Augustin est impatient de retrouver sa femme. Mais avant de rentrer chez lui, il fait un petit détour par l'appartement de la soeur d'André, un frère d'arme tué au combat.
Et c'est là que l'histoire commence, avec de nombreux flashback qui permettent à l'auteur de dresser différents portraits, de la guerre et de ceux qui l'ont vécu. On oscille entre :
- Augustin, le rescapé qui devra vivre avec la culpabilité et la solitude ;
- Geneviève, la femme d'Augustin ;
- Félicien, un ancien mondain devenu gueule cassée (sacré karma!) ;
- André, un jeune tué dans les tranchées parce qu'il avait peur d'aller à l'attaque ;
- une prostituée qui a l'habitude des soldats ;
- un général tyrannique récompensé par le karma.
Bref, des portraits de personnages assez "classiques" lorsqu'on parle de la Première Guerre mondiale. La petite touche De Metter, c'est qu'avec différentes techniques de graphismes, il nous parle de la mort omniprésente à laquelle on tente de ne pas penser, des fantasmes et de la perte. Il y a aussi de l'humour, assez grave. Grâce à la fiction, l'auteur décide que le karma frappera ceux qui le mérite de façon assez ironique, voire même cruelle et qui met en lumière l'absurdité de la guerre, une fois que les tambours et les trompettes se sont tues, que reste-t-il ? Où sont les "héros" ? Où est passée leur vie ?
Une histoire poignante et bien construite, même si la fin telle qu'elle a été faite aurait appelé une suite - à mon goût du moins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
jamiK
  14 janvier 2018
La première guerre mondiale est fini, Augustin sort des camps de prisonnier en allemagne et prend le chemin du retour pour rejoindre sa femme dans les Pyrénées. Les illustrations sont travaillées au pinceau, chargé de matière, de pâte et de lavis. le dessin est beau et tragique. L'ambiance générale est assez lourde, les sons semblent étouffés dans cette neige pesante et ces couches épaisses de peinture. La peinture, il en est aussi question dans cette histoire. Geneviève peignait et lui envoyait du courrier illustré. Mais sa captivité en Allemagne ont coupé les liens, pendant un an, il ne sait pas ce qui c'est passé dans son village où le monde le croit mort. Ce retour ne va pas bien se passer, on s'en doute. J'ai trouvé cette ambiance particulièrement bien réussie, ce retour à la vérité superbement tragique. Un petit défaut m'a cependant gêné dans la deuxième partie de l'histoire, celle qui se passe dans son village. Les révélations s'accélèrent un peu trop vite, et les personnages de Louisa et Félicien m'ont parut trop peu approfondis. du coup, la fin paraît abrupte, il manque 25 pages de plus pour pouvoir s'attacher d'avantage à ces deux personnages qui auraient mérité un plus important développement. Cela reste quand même une BD de grande qualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Under_the_MoonUnder_the_Moon   26 avril 2014
- C'est comment la guerre ? Vous avez tué des gens ?

- Non et j'en suis fier. Deux jours de guerre... Veni, vedi et j'ai pris un gros obus sur le gueule.
Commenter  J’apprécie          151
marina53marina53   18 avril 2015
A croire qu'il faut frôler la mort pour comprendre la beauté de la vie.
Commenter  J’apprécie          310
MurielTMurielT   16 septembre 2014
- Je vais te tuer !
- Non, ne bouge pas Firmin. Il ne va pas tirer... ...Il m'aime...
Commenter  J’apprécie          50
Under_the_MoonUnder_the_Moon   26 avril 2014
On s'est foutu sur la gueule pendant quatre ans... Et maintenant, on rentre chacun chez soi, comme des cons.
Commenter  J’apprécie          20
issablagaissablaga   17 janvier 2014
Regarde-moi bien, Augustin, mon visage... ma jambe en moins. La guerre m'a tué de la pire manière qui soit... en me laissant la vie.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Christian de Metter (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian de Metter
Second volet du Vidéo-Blog Grif''GRAPHE sur le salon BD de Montargis: 3 interviews-dédicaces de dessinateurs talentueux et polymorphes, qui ont le vent en poupe: -Christian de Metter dont on connait les adaptations de polars très noirs chez Rivages-Casterman : pour l'heure, il abandonne le picturalisme pour faire retour sur le trait : un trait incisif comme à la pointe d'un couteau - l'occasion également de renouveler le genre Western. -Kokor qui rend hommage à Beuville, Morris et Gus Bofa ('Excusez du peu!) : le critique n'a plus rien à faire: l'auteur est entré en osmose avec ses pairs et pourtant en parallèle, il propose la caméra un trait vif et Kokoresque à nul autre pareil -même si on le décrypte mieux...- -Riff Rebs' ou la "Défense et illustration" de l'adaptation littéraire, à condition que cette "re-création" soit l'occasion de propositions visuelles fortes, donc faite avec ses tripes et pas sur injonction éditoriale.Sabre de Bois, frères de la côte, buvons à la santé de Jack London et Pierre Mac Orlan ! Ca bouge, ça s'agite et ça cogite dans la BéDé : Montargis le Festival animé par Arnaud Floc'h le reflète bien !
+ Lire la suite
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Rois Charles.

Fils de Henri II et Catherine de Médicis, deuxième d'une fratrie de 3 rois, il succède à son frère François II à l'âge de dix ans et meurt sans enfant mâle légitime à l'âge de vingt-trois ans. Son règne déboucha sur le massacre de la Saint-Barthélemy. Il épousa Elisabeth d'Autriche

Charles I
Charles II
Charles III
Charles IV
Charles V
Charles VI
Charles VII
Charles VIII
Charles IX
Charles X

10 questions
31 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , roisCréer un quiz sur ce livre

.. ..