AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Estelle Roudet (Traducteur)
EAN : 9782020977692
461 pages
Éditeur : Seuil (04/02/2010)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 310 notes)
Résumé :
Benny Griessel, tome 2

Le Cap. 5h36: une Américaine monte la côte de Lion's Head en courant, traquée. 5h37: l'appel réveille l'inspecteur Griessel. Il y a eu meurtre. Une femme. 7h02: Alexa Barnard découvre le cadavre de son mari volage. 9h00: Griessel comprend que former une nouvelle génération de flics risque d'être compliqué. Passé 12h00: la course contre la montre pour sauver une jeune touriste vire au cauchemar. Et à 5h30, on tire sur Griessel. T... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (57) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  29 avril 2020
Ca fait 156 jours qu'il n'a pas bu une goutte d'alcool Benny, et il espère de toutes ses forces que lorsqu'il aura atteint les 6 mois de sobriété exigés par sa femme, elle acceptera de lui ouvrir à nouveau leur maison et son coeur. Benny est touchant dans sa volonté de reconquérir son épouse toujours aimée et de normaliser ses relations avec ses enfants, depuis longtemps perturbées par l'alcool.

Nonobstant (j'adore ce mot !), il est toujours l'un des meilleurs policiers du Cap, expérimenté et intuitif, à la mentalité saine et ouverte, sans préjugés, dans la nouvelle Afrique du Sud post apartheid. En dépit de réactions parfois épidermiques, ses collègues afrikaners, zoulous ou xhosas forment une équipe soudée et efficace, capable de dépasser les particularismes de chaque communauté au profit de l'intérêt général.

C'est à 5h36 qu'une jeune touriste américaine est retrouvée assassinée sans raison apparente. Moins de 2 heures plus tard, une ex-chanteuse sort d'un coma éthylique quotidien pour découvrir son mari mort près d'elle, sur un tapis ensanglanté, sans qu'elle se souvienne de rien. Entre le premier meurtre et la résolution de ces deux brillantes intrigues proposées par Deon Meyer, 13 heures s'écoulent.

Mené à un train d'enfer, 13 heures est un roman bien construit et bien écrit, qui entraîne le lecteur dans une folle course contre la montre dans tous les quartiers du Cap pour retrouver avant les tueurs qui sont à ses trousses, Rachel, l'amie de la jeune morte. Mais il serait réducteur de ne considérer 13 heures que comme un excellent polar, car Deon Meyer analyse aussi avec finesse les nombreuses problématiques auxquelles l'Afrique du Sud est confrontée, notamment pour terrasser des miasmes colonialistes et racistes résistants. Sans minimiser les difficultés à résoudre, sans être angéliste, il porte sur la mosaïque sud-africaine, son pays, un regard à la fois lucide et plein de tolérance, d'humanisme et d'espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          633
carre
  07 août 2014
13 heures est un polar rondement mené. Des personnages plutôt bien campés, à l'image de Benny Griessel, flic brillant, ex alcoolique, qui espère bien retrouver le chemin du coeur de l'être aimé.
Deux enquêtes à résoudre en 13 heures, Benny et ces collègues ont de quoi faire, l'une d'elle consistant à mettre la main sur la jeune Rachel Anderson citoyenne américaine, avant une bande de tueurs sadiques, l'autre de découvrir le meurtrier d'un producteur de musique, dans une Afrique du Sud postapartheid, ou même si la réconciliation est en marche, la route parait encore escarpée.
Déon Meyer réussit un polar musclé, sans temps morts, l'adrénaline coule à flot dans les veines de ces personnages et dans les notre par la même occasion. Difficile de lâcher le bouquin tant le rythme est soutenu et les enquêtes passionnantes. D'une efficacité imparable. Meyer s'affirme comme un auteur incontournable de polar.
Que Meyer et son flic Benny soit bénis.
Commenter  J’apprécie          640
caro64
  19 août 2011
J'ai un peu tardé à lire le dernier roman de Deon Meyer. Parce que j'avais un peu peur d'être déçue, peut-être … Et bien, contrairement à d'autres fans de cet auteur sud africain, j'ai été aussi emballée par 13 heures que par les précédents romans.
Bienvenue en Afrique du Sud. Bienvenue dans la ville du Cap qui semble au bord de l'implosion. Il est tôt, 5h36, et pourtant une femme court (on apprendra par la suite qu'elle est américaine) sur les hauteurs du Cap . Elle n'est pas la seule. Elle est poursuivie par 5 hommes qui en veulent à sa vie. 5h37, l'inspecteur Benny Griessel est réveillé par un coup de téléphone de son collègue Vusi (Vusumuzi Ndabeni) lui annonçant la découverte du cadavre d'une jeune fille retrouvée égorgée. 7h02: le corps d'Adam Barnard, grand ponte de l'industrie du disque, est découvert dans son salon par la femme de ménage ; sa femme est endormie face à lui, ivre morte, un pistolet à ses cotés. Il a reçu deux balles dans la poitrine. La journée commence, elle s'annonce longue et éprouvante. Elle va l'être. Alors qu'une course poursuite contre le temps s'engage dans les rues du Cap pour retrouver la touriste américaine, l'inspecteur Griessel se retrouve avec deux enquêtes à mener de front et très peu de moyens pour le faire. Sous ses ordres, une toute nouvelle équipe d'inspecteurs inexpérimentés originaires d'ethnies différentes. Tiraillé par l'envie de boire (cent cinquante six jours d'abstinence), obligé de jongler avec les exigences de chacun, il met toute son énergie en jeu, allant jusqu'à risquer sa vie pour sauver celle d'une inconnue.
Dynamique, rythmé, accrocheur, le dernier livre de Deon Meyer est une petite merveille d'intrigue policière. le suspens est palpable, la traque haletante. Deux enquêtes se chevauchent, se superposent, s'entremêlent tout au long de cette journée menée à un train d'enfer. Impossible de lâcher le bouquin, surtout passé la moitié quand la course contre la montre est clairement lancée. Cela paraît banal, et on peut lire la même chose dans pas mal de thrillers. Détrompez-vous, c'est du grand art, du millimétré. Avec cette trouvaille géniale de faire du protagoniste principal un "mentor" obligé de courir pendant tout le roman d'une affaire à l'autre, d'une urgence à l'autre. Je vous promets qu'on referme le bouquin aussi fatigué que Benny !
J'ai pu lire que Deon Meyer avait sacrifié le côté "sociologique" de ses romans précédents au profit d'un pur thriller. Je ne suis pas d'accord. A travers ce texte on assiste à une véritable réflexion sur l'Afrique du Sud. L'auteur observe avec précision et clarté la complexité d'un pays en pleine mutation sociale. Discrimination positive post-apartheid, adaptation des techniques policières "occidentales", réorganisation des effectifs selon les origines ethniques, pressions gouvernementales dans la résolution des affaires liées au tourisme… mais malgré cela, l'immense énergie qui se dégage des personnages tend à nous montrer une société en plein bouillonnement qui va de l'avant, qui cherche à retrouver ses marques et à se forger un avenir commun. L''aspect social est peut-être moins mis en avant que précédemment, mais il est là, bien présent. Non décidément, toujours aussi fort ce Deon Meyer.
Alors oui, juste une bonne histoire, retorse à souhaits, juste des personnages attachants, touchants dans leurs faiblesses, leurs peurs, leurs failles, mais aussi leur honneur et leur dignité. juste un contexte aussi passionnant que maîtrisé, juste un sens du rebondissement impeccable. Oui, juste. Mais beaucoup, beaucoup de plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
MaggyM
  21 avril 2020

Et voilà un très très bon polar. L'intrigue s'étale sur plus de 500 pages et tient en 13 heures. C'est trépidant, haletant, hyper rythmé... un vrai page turner !
A travers des chapitres très courts et des passages alternés d'une affaire à l'autre, le roman est construit autour d'une horloge de treize heures. Treize heures d'enquête pour retrouver une jeune touriste américaine pourchassée par des assassins, treize heures pour résoudre deux homicides, treize heures pour tirer son épingle du jeu politique,... treize heures très dépaysantes dans la ville cosmopolite du Cap.
Deon Meyer signe avec ce roman la deuxième aventure de l'inspecteur Griessel. L'homme, un peu désabusé, alcoolique, est attachant malgré tout. Dans une police sud-africaine aux arcanes compliqués, le lecteur sera confronté à deux meurtres distincts de quelques minutes en ce matin de novembre. Et c'est toute la complexité de la société Sud-africaine après Apartheid qui sert de toile de fond. Entre les blancs, les noirs, les métis, les zoulous, les afrikaners, les xhosas... les relations entre les individus ne sont pas simples, surtout au sein de la police.
L'auteur étant lui-même sud-africain (afrikaner), il connait le sujet et s'est très bien documenté par ailleurs. Ce qui induit que même le néophyte peut appréhender cette "civilisation" finalement peu connue des européens que nous sommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
mesrives
  18 novembre 2014
Le Cap, 5h 36. Les foulées d'une jeune américaine résonnent dans nos oreilles dès les première lignes et notre rythme cardiaque s'emballe. Rythme endiablé pour ce polar passionnant avec en prime un panorama de la société sud africaine et de ses maux.
Commenter  J’apprécie          230

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   26 avril 2020
Mes genoux ne supportent pas le jogging, mais le vélo est moins violent pour des articulations de vieil homme. J'ai commencé doucement, cinq, six kilomètres par jour. Et puis je me suis pris au jeu, parce que c'est agréable. L'air frais, les odeurs, le soleil. On sent la chaleur et le froid, on voit les choses sous un autre angle et parce qu'on avance à son propre rythme, on a l'impression que son monde est en paix. On a le temps de penser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
namelessnameless   28 avril 2020
[Fransman Dekker, Métis] :
- Est-ce que tu as été marginalisé toute ta vie ? Maintenant que vous, les Blancs, vous avez la discrimination positive sur le dos, maintenant vous croyez comprendre. Vous comprenez que dalle, moi je te le dis ! C'était maître ou esclave, on a toujours compté pour des prunes, pas assez blancs, pas assez noirs maintenant, ça n'en finit jamais, coincé au milieu de cette putain de palette de couleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
SachenkaSachenka   17 juin 2016
Il leva les yeux. C'était une matinée parfaite. Lumineuse, avec à peine un souffle d'air, excepté une brise légère qui emportait les senteurs marines jusqu'au sommet de la montagne. Ce n'était pas une heure pour mourir.
Commenter  J’apprécie          240
namelessnameless   29 avril 2020
Est-ce qu'on a le droit ? De changer les gens ? Pour qu'ils nous conviennent ? Pour qu'ils puissent nous protéger de nous-mêmes ? Est-ce qu'on ne fait pas un transfert de responsabilités ? Mes faiblesses contre les siennes...
Commenter  J’apprécie          170
namelessnameless   28 avril 2020
Elle ne l'aimait pas. Sa fausse cordialité légèrement condescendante était typique de l'attitude de nombreux Afrikaners d'âge mûr vis-à-vis des Noirs
Commenter  J’apprécie          230

Videos de Deon Meyer (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Deon Meyer
South African Author Deon Meyer launches book in Windhoek -nbc
autres livres classés : afrique du sudVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "13 heures" de Deon Meyer.

Quel objet tient Alexandra dans sa main quand elle se réveille dans la bibliothèque de Brownlow Street ?

un livre
un couteau
un pistolet

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Treize Heures de Deon MeyerCréer un quiz sur ce livre

.. ..