AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782072972652
Gallimard (11/01/2024)
  Existe en édition audio
3.87/5   439 notes
Résumé :
Alors qu'il sombrait dans la déchéance, l’ex-policier “Zet” van Heerden se voit confier la tâche, apparemment simple, de retrouver un testament sans lequel une certaine Witna van As ne pourra hériter de son ami décédé. Celui-ci, Johannes Jacobus Smit a été retrouvé mort chez lui, tué d'une balle de M116 dans la nuque après avoir été torturé à la lampe à souder. Van Heerden comprend qu'il y a anguille sous roche lorsqu'il s'aperçoit que le coffre-fort du défunt a été... >Voir plus
Que lire après Les soldats de l'aubeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
3,87

sur 439 notes
Une simple histoire de testament volé... Mouais... Ben non... Mélange de polar, roman noir, biographie... Un livre très riche...
La quête de ce bout de papier va vite nous entraîner dans les méandres d'un polar très bien orchestré, qui nous laisse entrevoir le sac de noeud géo-politique de l'Afrique du Sud au temps de l'Apartheid et nous plonge dans les prémices du profilage, opposés aux méthodes policières plus traditionnelles et aux procédés militaires quelque peu expéditifs.
Mais il y a plus encore... cette aventure est doublé des confidences de vie de Zet, ancien flic à la dérive, devenu provocateur et asocial.
Et, tout en suivant l'évolution de son périple, on est suspendu aux lèvres de ses épanchements, on veut savoir comment un homme d'esprit et de réflexion, vibrant à la seule pensée du grand amour, porté par l'inconditionnel mais discret amour de sa mère, au démarrage magistral de carrière, peut sombrer presque suicidairement dans un sombre et violent marasme.
Plus friande de thrillers que de polars, je suis agréablement surprise par le rythme trépidant et le style d'écriture. L'auteur alterne avec brio et une grande fluidité la narration intime à la première personne et la densité de l'enquête: actions à rebondissements, des personnages addictifs qu'on adore aimer ou détester... Il jongle pour notre plus grand bonheur avec les appositions, créant un style haché, spontané, allant droit à l'essentiel... presque avec brutalité.
J'ai aimé Zet, cet homme torturé par ses idéaux, réfugié derrière un mur d'agressivité et de sarcasmes, habité par sa vocation policière, dont la flamme renaît par cette enquête et par la confiance que lui vouent malgré tout les femmes: Joan, sa mère et Hope, l'avocate.
J'aime la pudique promesse d'accéder à la lumière au bout de son tunnel.
J'aime l'humour des scènes dans lesquelles Zet est obligé de se servir d'armes à feu, comme s'il tenait une patate chaude... un régal, un comble pour un flic!
J'ai aimé (oui... encore!) l'histoire de P'tit Mpayipheli, noir parmi les blancs, bercé depuis l'enfance dans les bras de la sauvagerie et du racisme, servant un mafieux mais au sens aigu de l'amitié. Un grand ours bourru au grand coeur.
Et la fin.. la fin... le dénouement de l'enquête, le passé déroulé rejoignant le présent de Zet... belle apothéose fracassante d'un côté et tout en pudeur de l'autre...
En bref, j'ai été séduite par le style de cet auteur, son écriture sans faux semblant, le rythme imposé, le fond riche de ses personnages et du décor créé...

Commenter  J’apprécie          230
Un homme assassiné dans sa maison, un testament volé et une veuve qui, n’étant pas mariée au défunt, va devoir faire une croix sur les pépètes.

Voilà un début aussi trépidant qu’un épisode de l’inspecteur Derrick.

Son avocate qui demande à van Heerden, ancien flic de faire la lumière sur ce papier volé…Passionnant comme un Derrick, toujours.

Là, je m’étais dit qu’au lieu de m’attarder en Afrique du Sud, j’aurais mieux fait de décoller pour l’Europe ou de me taper un roman noir américain. Et j’aurais eu tort de quitter l’Afrique du Sud ! Bien fait de prolonger le voyage, même.

Certes, ça commence un peu lentement, mais une fois accroché, la surprise est de taille !

L’écriture ? Un plaisir ! La narration ? Alternance de récit à la troisième personne (pour les faits présents) et certains chapitres à la première personne parce que Zatopek (Zet) van Heerden va nous raconter une partie de sa vie afin d’expier ses fautes passées.

Van Heerden… Un personnage trouble, troublé, torturé, aigri, mais sans sombrer dans la caricature habituelle. Voyez-vous même : Zet a le caractère d’un Dr House croisé avec un pit-bull qui aurait une épine dans le coussinet, le tout avec des relents d’un Mike Tyson. Monsieur est mélomane aussi.

Il y a de la profondeur dans ce personnage auquel on s’attache immédiatement. Un Erlendur du grand Sud, presque (sauf pour le côté Rocky).

Durant son enquête, tout en ronchonnant et en distribuant quelques coups de poings, on va découvrir son passé, ce qui est arrivé lorsqu’il était enquêteur, ainsi qu’une partie de sa jeunesse.

La mort de son père, ses masturbations, son dépucelage (ah, j’en vois qui relèvent la tête, intéressés), ses études… C’est Zet qui nous écrit sa propre histoire, non pas comme un romancier, mais plutôt comme le témoin de sa propre vie.

Deux mystères dans le roman : qui a tué Jacobus Smit et forcé son coffre et que s’est-il putain bien passé ce jour maudit pour l’affecter autant ?? Comment est-il passé d’un enfant souriant à un homme aigri ? Surtout qu’il nous répète que tout le monde se trompe sur la cause de son mal-être. Rhâââ, suspense.

Ma seule petite critique sera que je n’ai pas vraiment senti (au début de ma lecture) que j’étais en Afrique du Sud : hormis les noms des personnes et les noms des journaux à forte consonance hollandaise. C’était plus prégnant dans "La tuerie d’octobre".

C’est plus loin dans le récit, que l’on sentira alors tout le poids de l’apartheid, toujours fidèle au poste, cette haine latente entre les Blancs et les Noirs, cette haine des Boers, les programmes de développement séparés. Ce sera surtout au travers des souvenirs d’un autre personnage du livre, P’tit Mpayipheli, que nous aurons droit à quelques souvenirs sur cette période trouble.

Niveau personnages, Zet n’est pas le seul a être bien travaillé, les autres aussi, de l’avocate aux mercenaires, en passant par les flics, les militaires et tutti quanti. L’auteur ne les a pas laissé en rade et s’est bien penché sur eux aussi.

Ce roman qui avait tout des airs d’un Derrick pépère se révèle donc plus profond que ce que j’avais pensé au début. Le suspense est présent, savamment dosé et le mystère ne sera dévoilé qu’à la fin des 7 jours d’enquêtes (on est en juillet 2002).

Personnages au poil, avec un Zet qui a les manières d’un Rick Hunter – la précision de tir en moins – la sagacité d’un Sherlock et le caractère d’un ours mal léché qui aurait gagné Master Chef, vu la manière dont il nous mitonne des bons petits plats.

On aura un passage limite "Piège de cristal" avec des balles qui siffleront à vos oreilles et là, je vous conseille de vous planquer derrière le divan parce que vous risquez gros si vous restez planté comme des imbéciles au milieu de la pièce.

Un très beau voyage en Afrique du Sud et je compte bien encore réitérer l’expérience avec l’agence de voyage Deon Meyer.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
Commenter  J’apprécie          160
Ce roman, Prix Mystère de la critique 2004, est une aventure trépidante avec des personnages crédibles que l'on suit dans leur quête.

J'ai adoré : haletant, très bien écrit, avec de l'action à foison, du suspense à gogo, du début à la fin, le tout en Afrique du Sud, donc au passage on voyage dans un paysage magnifique, décidément je kiffe grave Deon Meyer (yo) !
Commenter  J’apprécie          180
J'ai tout de suite apprécié cet auteur afrikaner, découvert il y a quelques années : ses romans policiers m'ont accrochée par leur rythme, le style d'écriture, mais aussi, et probablement surtout, parce qu'ils m'ont fait découvrir l'Afrique du Sud de l'intérieur, sa société déchirée et sa « réconciliation » difficile. C'est ce que me disent les personnages de Deon Meyer.
Il est important toutefois de préciser qu'il écrit en afrikaans, la langue des blancs de ce pays, mais à l'exception de trois romans, les traductions françaises sont faites à partir de traductions en anglais du texte d'origine. Gros risques de déperditions donc en cours de route !!
Dans « Les soldats de l'aube », le lecteur retrouve un procédé que M.Meyer semble affectionner, à savoir le découpage de l'enquête en jours ou en tranches horaires, en partant ici du jour 7 : le compte à rebours a commencé car l'inspecteur n'a que sept jours pour résoudre cette affaire, sinon la compagne de la victime ne pourra pas hériter. le crime odieux (torture à la lampe à souder) oriente Zet vers la mafia, mais est-ce bien le cas ?
Comme dans tous ses romans que j'ai lus jusqu'à présent, il ne s'agit pas que d'une enquête policière : l'auteur se livre également à une étude psycho-sociologique des personnages, du principal aux secondaires en passant par ceux qui sont morts.
Comme Benny Griessel, un autre personnage de Deon Meyer, policier lui aussi, Zet van Heerden est un (ex)-policier qui souffre depuis l'enfance, qui a sombré dans l'alcool et l'agressivité, mais qui est bon dans son domaine d'expertise. Un ami avocat lui tend une perche en le faisant embaucher comme privé par une jeune avocate.
La construction du roman est originale : des chapitres écrits à la troisième personne alternent avec des chapitres à la première personne, dans lesquels Zet se raconte au lecteur, Zet qui ne parle pas ou que peu aux autres ! Il remonte jusqu'à son enfance, le lecteur se retrouve donc sur deux lignes temporelles en parallèle tout au long du livre.
SI vous ne connaissez pas cet auteur, n'hésitez pas à partir à sa découverte et celle de son pays.


Commenter  J’apprécie          80
Ven Heerden, ancien policier devenu détective privé, est appelé par un cabinet d'avocat. Il doit retrouver un testament pour une cliente dont le mari s'est fait assassiner plusieurs mois auparavant. L'enquête sera difficile et devra faire resurgir des événements vieux de quinze ans. Parallèlement au récit de l'enquête, nous découvrons la vie de van Heerden, qui acquiert peu à peu de l'épaisseur psychologique.

Voilà un excellent polar bien noir. La société y est décrite sans complaisance, les crimes relatés n'étant que la conséquence de la déliquescence des dirigeants d'Afrique du Sud avant l'arrivée au pouvoir de Nelson Mandela. Bien que l'apartheid ne soit pas le sujet du livre, il est omniprésent par les rapports de pouvoir qu'il a instaurés dans le pays jusqu'à ces dernières années.

Le personnage même de van Heerden qui apparaît comme un solitaire, plutôt blindé dans sa carapace de détective privé, est quelqu'un qui a eu d'autres désirs, d'autres ambitions, et que l'état de la société a définitivement ( ?) déçu et rendu lucide.
Commenter  J’apprécie          101


critiques presse (1)
Telerama
01 février 2012
Deon Meyer ne se veut pas porteur d'un message, se contente d'éclairer les traces, à l'aise dans son rôle d'écrivain qui agrippe le lecteur en lui offrant tout à la fois du suspense, du sentiment, de l'espionnage, de l'enquête policière.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
A peu près un mois avant, il avait lu un article sur les enzymes dans un manuel scolaire, ces très grosses molécules qui provoquent une réaction chimique des cellules humaines en prenant une apparence qui facilite cette réaction même. Il y avait réfléchi et avait découvert en lui-même la métaphore de cette interaction biologique. Toute sa vie, il s’était laissé porté par le cours sanguinaire d’un monde auquel il présentait une apparence qui encourageait la violence, jusqu’au jour où il en avait été dégoûté, jusqu’au moment où, pour la première fois en trente-sept ans, il avait pu prendre du recul par rapport à lui-même et avait trouvé ça répugnant. La seule différence était que les enzymes ne pouvaient pas changer de nature. Les humains, si. Parfois, quand il le faut.
Commenter  J’apprécie          60
Le sport, nous a-t-il encore dit, c'est la guerre du pauvre,ça met en jeu les mêmes principes.C'est "nous contre eux". C'est se rassembler pour affronter un ennemi supérieur.Être solidaires.User de tactique et de stratégie et ressentir les mêmes émotions profondes.Et exactement comme la guerre, pour finir, le sport nous apprend des choses sur nous-mêmes.Il nous apprend à nous tester, à évaluer nos capacités, notre caractère individuel et collectif...
Commenter  J’apprécie          70
Le Broodryk auquel il avait fait référence était un adjudant (dans l’ancienne terminologie). Grand, brutal et ambitieux, il devait s’illustrer comme l’un des tortionnaires les plus impitoyables de Vlakplaas après avoir déjà montré sa propension à rosser les personnes qu’on amenait au commissariat de Sunnyside.
Commenter  J’apprécie          90
Pourquoi faut-il donc que quand il s'agit de porter un jugement sur la vie d'autrui, les gens se contentent d'arrondir au chiffre supérieur ? Alors que pour leurs propres vies ils sont prêts à jongler avec des milliers de chiffres, à multiplier, ajouter et soustraire jusqu'à ce que, les comptes étant bien truqués, le résultat final leur convienne ?
Commenter  J’apprécie          70
Je n'avais rien. Parfois je me demandais si mon père buvait, lui aussi, et si sa mère, elle aussi avait divorcé, si... S'il était né dans les bas-fonds. Comme moi. Mais il m'avait, lui, et je l'avais, moi, et nous n'avions besoin de rien d'autre. C'est pour ça que je lui ai jamais rien demandé. Même quand je suis tombée enceinte. Parce que les enfants ne méritent pas les cruautés de ce monde et qu'on ne peut pas les protéger. Je ne lui ai rien demandé à ce moment là car j'ai compris qu'on l'avait battu. Comme un chien. Trop souvent. Alors je suis allée me faire avorter, tout simplement. Et je me suis fait faire ce qu'il fallait pour ne plus jamais retomber enceinte. Parce que je savais que nous n'avions besoin que de nous-mêmes.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Deon Meyer (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Deon Meyer
Dans cet épisode, c'est Annaïk, libraire au rayon polar de Dialogues, qui nous partage ses coups de coeur de la rentrée.
Bibliographie : - le Tableau du peintre juif, de Benoît Séverac (éd. Manufacture de livres) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20654028-le-tableau-du-peintre-juif-benoit-severac-manufacture-de-livres
- L'Or vert du Sangha, de Pierre Pouchairet (éd. Filatures) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20911097-l-or-vert-du-sangha-pierre-pouchairet-filatures
- cupidité, de Deon Meyer (éd. Gallimard) https://www.librairiedialogues.fr/livre/21310372-cupidite-deon-meyer-gallimard
- Les Sentiers obscurs de Karachi, d'Olivier Truc (éd. Métailié) https://www.librairiedialogues.fr/livre/21362642-les-sentiers-obscurs-de-karachi-truc-anne-marie-metailie
- Obscuritas , de David Lagercrantz (éd. HarperCollins) https://www.librairiedialogues.fr/livre/21401049-obscuritas-le-nouveau-polar-nordique-de-david--david-lagercrantz-harpercollins
+ Lire la suite
>Littérature des langues germaniques. Allemand>Autres littératures germaniques>Littérature néerlandaise (126)
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (1154) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "13 heures" de Deon Meyer.

Quel objet tient Alexandra dans sa main quand elle se réveille dans la bibliothèque de Brownlow Street ?

un livre
un couteau
un pistolet

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : 13 Heures de Deon MeyerCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..