AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Tanguy Kenec'hdu (Traducteur)Marguerite Yourcenar (Préfacier, etc.)
ISBN : 207071456X
Éditeur : Gallimard (31/03/1989)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 25 notes)
Résumé :
La Mer de la fertilité, testament littéraire de Mishima, réunit quatre romans qui couvrent l'histoire du Japon de 1912 à 1970, sur quatre générations :
Neige de printemps ;
Chevaux échappés ;
Le temple de l'aube ;
L'ange en décomposition.

- " Et pouvez-vous dire avec certitude que, tous les deux, nous nous sommes déjà rencontrés ?
- Je suis venu ici il y a soixante ans.
- La mémoire est comme un miroir f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
RogerRaynal
  27 septembre 2018
Bon, ici, on est dans la catégorie « poids lourds ». du Nobel en barre, ou peu s'en faut, 1200 pages d'absolu. Une suite de quatre romans qui s'étendent du Japon de 1912 à celui des années 1970. Une fresque somptueuse et parfois dérangeante, écrite avec une virtuosité confinant au génie par un auteur qui n'avait plus rien à prouver, mais tout à dire, comme on écrit un testament, un chant du cygne voulu et assumé.
Les quatre romans décrivent la vie de Shigekuni Honda, un homme dont la vie reflète l'histoire du Japon, qui va tenter de retrouver et d'entrer en relation avec les réincarnations successives d'un de ses amis de jeunesse, le beau Kiyoaki. C'est donc aussi l'histoire d'une amitié absolue, par delà la mort, guidée par le « journal des rêves » que tenait Kiyoaki et dont Honda héritera, s'en servant comme un guide tout au long de sa vie.
Neige de printemps, le premier roman, décrit l'histoire d'amour complexe entre Kiyoaki et la belle Satoko (ne me demandez pas pourquoi, mais je suis tombé amoureux de ce personnage féminin, au point de choisir son prénom pour être celui de l'héroïne de mon propre roman !). le bonheur est à portée des deux jeunes gens, tout semble aller de soi, et pourtant les tergiversations, l'indécision de Kiyoaki, incompréhensibles pour Honda, son ami intime, vont compliquer ce qui semblait si simple, et marquer du sceau de la tragédie cette histoire d'amour entrevue à vingt ans.
Chevaux échappés raconte comment Honda, à trente-huit ans, rencontre par hasard l'athlétique Iinuma, en qui il identifie la réincarnation de Kiyoaki. Iinuma se lancera dans des activités politiques basées sur un mysticisme assumé et un nationalisme forcené. Alors que tout lui souriait, son obstination à faire triompher ses vues le conduira à sa perte, dans les voies de l'honneur. Il est bien difficile au lecteur averti de ne pas voir en Iinuma Mishima lui-même, et l'annonce de ce qui advenir après la rédaction de la mer de la fertilité.
Le temple de l'aube décrit comment Honda retrouve l'âme de son ami dans le corps d'une fillette, Ying Chan, princesse thaïe (oui). Honda deviendra proche de la princesse, au destin étonnant, et organisera sa vie dans un seul but : avoir la confirmation de la réincarnation de son ami dans le corps de Ying Chan. Ce roman contient pas mal de détails sur les différentes doctrines de la réincarnation qui peuvent rendre sa lecture parfois un peu ardue, mais il n'y a rien là d'insurmontable (et des passages peuvent être sautés sans peine). Là aussi, la tragédie conclura cette histoire, malgré la fortune qui favorise Honda.
Dans l'ange en décomposition, C'est un Honda fatigué qui retrouve, à soixante-seize ans, l'âme de son ami de jeunesse dans un jeune homme, Toru Yasunaga, qu'il finira par adopter, et lui causera bien des déceptions. Pour Honda, c'est le temps des questions, de la réflexion et d'un certain désenchantement de vivre. le roman, et l'oeuvre, se concluront par la visite que Honda se décidera à faire à Satoko, dont la réaction sera des plus énigmatique, pouvant plonger le lecteur dans un certain embarras, voire une certaine déception. Une telle oeuvre ne se conclut pas en une minute. Deux ans après l'avoir lue, je réfléchis encore au sens des paroles de Satoko.
Au final, cette tétralogie n'est donc pas seulement un moment de distraction. Il n'a clairement pas été écrit pour cela. Ce sont les derniers mots d'un condamné qui a choisi son chemin, sa sentence et sa fin. C'est une oeuvre puissante et poignante. Je ne dirais pas que l'on en ressort transformé, mais, à coup sûr, on en vient à réfléchir à de nombreux points que, sans ce texte, on n'aurait sans doute pas abordés.
Chacun des quatre romans peut se lire indépendamment, mais je vous conseille de commencer tout simplement par le premier, le plus facile à lire, si je puis dire, le plus « beau ». le temple de l'aube est peut-être, au début, plus difficile à aborder, mais on est rapidement payé de ses efforts.
Pourquoi ce titre, au fait, la mer de la fertilité ? Je laisse la parole à Mishima lui-même : « j'ai fait la suggestion de diviser mes quarante-cinq années de vie, une vie si pleine de contradictions ! - en quatre fleuves, « l'écriture », « le théâtre », « le corps » et « l'action », qui tous finissent par se jeter dans la mer de la fertilité. »
Lorsque j'ai terminé la lecture de la mer de la fertilité, je me suis senti très triste, et une larme a bien failli couler sur ma joue. Je vous souhaite de vivre les mêmes émotions que celles que j'ai ressenties à sa lecture.
L'édition Quarto compte 1200 pages, c'est donc une longue lecture. Si vous voulez plus de détails, un numéro d'apostrophe, avec M. Yourcenar et Jean d'Ormesson, a abordé cette oeuvre.
La tradition voulait qu'avant de se faire seppuku, le samouraï vaincu ou déshonoré compose un poème. La mer de la fertilité est ce poème. Voici sa fin (qui ne révèle en rien l'intrigue, mais annonce paradoxalement la tragédie, bien réelle, qui s'ensuivit) « le plein soleil d'été s'épandait sur la paix du jardin ».
Une phrase dont, finalement, je ferais bien, après le dernier de mes jours, mon épitaphe...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Guillaume72
  07 avril 2018
Une révélation... Ce roman, ou plutôt cette somme de 4 romans fut pour moi une véritable révélation. Mishima nous a livré une oeuvre intemporelle sous forme de testament littéraire puisque quelques mois après le point final il se fera seppuku.
J'ai adoré "neige de printemps" dont les héros sont longtemps venus peupler mes rêves. Mishima sait manier une forme d'onirisme un peu sombre.
L'univers qu'il a créé est passionnant, il touche aux valeurs du bouddhisme.
D'ailleurs le choix du titre, cette mer sur la lune était selon Mishima à l'image de la vie que l'on pense pleine d'espoir alors qu'elle est vide.
Commenter  J’apprécie          40
sergio82
  22 septembre 2015
Cycle de 4 romans et testament littéraire de Yukio Mishima couvrant l'histoire du Japon de 1912 à 1970 et quatre générations : Neige de printemps, Chevaux échappés, le Temple d l'Aube, l'Ange en décomposition. Remarquable introduction en préface par Marguerite Yourcenar.
Commenter  J’apprécie          30
Lagardiere
  25 janvier 2017
Une saga d'une profondeur particuliere dans le sens de son contenu philosophique et spirituel. Nous nous croyons au début dans un roman d'amour au temps de l'aristocratie japonaise avec tous les interdits et la finesse des scènes puis, peu à peu nous nous retrouvons dans un entrelacs de relations, d'incarnation, de décomposition d'une société qui voit ses traditions ancestrales se fossiliser. Écrite par un auteur lui-même acteur souterrain de ce grand roman.
Commenter  J’apprécie          00
Tu_vas_voir_ce_que_tu_vas_lire
  25 janvier 2019
Le 25 novembre 1970, Yukio Mishima envoie à son éditeur le manuscrit de la Mer de la fertilité, qu'il vient de terminer. le soir-même, il se suicide après une tentative ratée de coup d'état. Des circonstances qui donnent une aura particulière à cette tétralogie dans laquelle Mishima semble retracer son propre parcours psychologique au travers des multiples réincarnations de son héros Kiyoaki. Garçon souffreteux mort à vingt ans, celui-ci renaît sous les traits d'un jeune homme nationaliste, d'une princesse thaïlandaise et enfin d'un orphelin cruel, le tout sous le regard de Shigekuni Honda, ami de lycée de Kiyoaki.
Débutant dans une atmosphère contemplative évoquant les maîtres Kawabata ou Soseki, La Mer de la fertilité s'achève dans un climat de déliquescence presque beckettien. Entre deux, au fil de 1200 pages qui traversent 50 ans d'histoire du Japon, Mishima explore avec une intensité rare le thème central de son oeuvre : la recherche de la pureté, entre pulsion érotique et pulsion de mort. Clé de voûte d'une oeuvre incandescente, La Mer de la fertilité traduit, dans un dernier geste artistique fascinant, le désir d'absolu de l'auteur hors-normes qu'était Yukio Mishima.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   17 août 2018
Pendant la guerre, Honda consacra entièrement ses loisirs à son étude du samsara et de la transmigration, se plaisant à dénicher de vieux livres qui y étaient consacrés. À mesure que la qualité des publications nouvelles se dégradait, le luxe poussiéreux s’accroissait des librairies d’ancien du temps de guerre. Là seulement était librement dispensé le savoir et permise la poursuite d’un passe-temps qui transcendait l’époque. Comparé à l'enchérissement de toute autre chose, le prix des livres, tant japonais qu’européens, demeurait faible.

Honda recueillit des informations en nombre considérable dans ces volumes où se trouvaient exposées les théories occidentales relatives aux cycles vitaux et à la réincarnation.

Une de ces théories était attribuée à Pythagore, le philosophe ionien du cinquième siècle avant J.-C. Mais ses idées sur les cycles vitaux avaient été influencées par les mystères orphiques antérieurs qui avaient envahi toute la Grèce aux sixième et septième siècles. À son tour, la religion d’Orphée était issue du culte de Dionysos qui avait allumé des incendies de démence tout au long des deux siècles précédents de guerre et d’instabilité. Le fait que le dieu Dionysos était venu d’Asie pour se confondre avec le culte de notre mère la terre et les rites agraires par toute la Grèce suggérait que tous deux provenaient en réalité d’une source unique. Le personnage palpitant de la terre maternelle subsistait au Kalighat que Honda avait vu à Calcutta. Dionysos incarnait le cycle vital de la nature qui était en évidence dans la province nord de la Thrace. Celui-ci apparaissait au début de l’hiver, mourait au cœur de cette saison pour ressusciter avec le printemps. Peu importe le personnage lascif, plein d’entrain qu’il pouvait affecter, Dionysos personnifiait les jeunes esprits du grain, parmi lesquels Adonis, jeunes gens pleins de beauté qui mouraient à fleur d’âge. Tout comme Adonis s’était sans aucun doute uni à Aphrodite, de même Dionysos s’unissait toujours à la terre maternelle en des rites mystiques observés en maints pays. À Delphes, Dionysos avait son sanctuaire avec celui de la terre maternelle, et, dans le culte mystique de Lerne, la divinité principale était leur ancêtre sacré à tous les deux.

Dionysos était venu d’Asie. Son culte qui devait engendrer le délire, la débauche, le cannibalisme et le meurtre avait ses racines en Asie et posait le problème capital de l’âme. À son paroxysme, cette religion ne laissait transparaître ni raison, ni apparence de fermeté ou de beauté pour Homme ou dieu. C’était un culte qui attaquait les champs fertiles de la Grèce dans leur beauté apollonienne tel un vol de sauterelles obscurcissant ciel et soleil, ravageant tout, dévorant les récoltes. Honda ne pouvait s’empêcher de la comparer à ce qu’il avait vu en Inde.

Toutes choses épouvantables, la débauche, la mort, la folie, la pestilence, la destruction… Comment se pouvait-il que pareilles choses pussent ainsi séduire le cœur et attirer l’âme au-dehors ? Pourquoi les âmes devaient-elles « exister », délaissant des demeures commodes, obscures, paisibles ? Comment se faisait-il que le cœur humain rejetât la sereine inertie ? (pp. 814-815)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
enkidu_enkidu_   17 août 2018
« Au cours des dernières heures, ce que j’ai dû affronter, ce n’est pas l’énigme de la mort de la princesse Chan. Au cours de la période qui va du début de sa maladie jusqu’à sa mort – non, ce sont les vingt jours depuis qu’elle est morte –, je n’ai cessé, bien entendu, de vivre dans l’inquiétude. Malgré tout, n’ayant aucune idée de la vérité, j’ai vécu presque paisiblement dans un monde faux pendant toute cette période. Voilà l’énigme.

« Je voyais distinctement la mer qui resplendissait et la plage brillante, telles qu’elles étaient vraiment. Pourquoi n’ai-je pas su voir la modification subtile survenue en profondeur dans la substance de l’univers ? Le monde changeait constamment, imperceptiblement, tout comme le vin dans une bouteille. Me voici comme celui qui ne voit pas au-delà du liquide rouge sombre dont les reflets chaleureux illuminent le verre. Pourquoi n’ai-je jamais songé à le goûter, ne fût-ce qu’une fois chaque jour, tâchant de déceler la moindre variation qui se serait produite. La douce brise du matin, le bruissement des arbres, les battements d’ailes des oiseaux et leurs cris d’appel, tout cela, mes oreilles et mes yeux ne cessaient de le percevoir. Mais je me contentais d’y voir la joie de vivre incarnée, l’essence magnifique de la vie même. Jamais je n’ai pensé que, sous l’aspect superficiel, quelque chose était en train de changer, jour après jour. Si, un beau matin, j’avais fait halte afin de goûter le monde, mon palais y découvrant dès lors une subtile altération… oh, si seulement je l’avais fait, alors, il n’aurait pu m’échapper que ce monde était devenu soudain un monde où n’était plus la princesse Chan. »

En disant cela, sa voix s’étranglait progressivement et ses paroles se voilaient de larmes. (pp. 252-253)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ibonibon   03 octobre 2014
Pourquoi me suis-je tant retenue? Comme je voudrais t'avoir appris ce que tu sais de l'amour.
( Neige de printemps - Satoko à Kiyoaki)
Commenter  J’apprécie          230
LagardiereLagardiere   25 janvier 2017
Ici, en cet aurore, il trouvait un air de pureté tonifiant, exempt du luxe étouffant qui imprégnait le cadre de vie des Mat sugae. Il eut l'impression de respirer dans un cercueil neuf de bois blanc, fraîchement taillé. Depuis sa petite enfance, tout ce qu'on lui avait appris à vénérer comme honorable et beau se situait, autant que cela concernait les Matsugae, au voisinage de la mort.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Yukio Mishima (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yukio Mishima
"le Pavillon d'Or", de Yukio Mishima (Alchimie d'un roman, épisode n°23)
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Mishima

Quel est le vrai nom de Yukio Mishima ?

Yukio Mishima évidement !
Kenji Matsuda
Kimitake Hiraoka
Yasunari Kawabata

15 questions
55 lecteurs ont répondu
Thème : Yukio MishimaCréer un quiz sur ce livre