AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782253079989
128 pages
Le Livre de Poche (19/01/2022)
3.81/5   224 notes
Résumé :
L'organisme de Diane tente de s'adapter doucement. Elle dort moins, devient plus forte et développe une endurance impressionnante. L'employée modèle qu'elle était peut encore plus se surpasser au travail. Or des effets insoupçonnés de l'intervention qu'elle vient de subir l'affolent. L'espace dans sa tête se resserre, elle sent du métal à la place de ses os. Tout est plus vif - sa vision, son odorat, sa respiration. Comble de la panique, ses cheveux et ses poils dev... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (81) Voir plus Ajouter une critique
3,81

sur 224 notes

HundredDreams
  12 mai 2021
Pour un premier roman de l'auteure québécoise Mireille Gagné, je trouve « le lièvre d'Amérique » particulièrement réussi.
J'avais d'abord repéré la magnifique couverture avec ce lièvre qui accroche le regard. Et les avis de nombreux lecteurs ont fini de me convaincre.
*
« le lièvre d'Amérique » est une fable animalière qui m'a surprise par sa modernité, son étrangeté et son originalité. Elle nous invite à nous interroger sur les dérives de la vie moderne, la souffrance au travail qui incite à toujours plus de performances, mais occasionne par la même, anxiété, stress, fatigue et dépression.
« Elle s'assoit devant son ordinateur et ouvre ses courriels. Déjà cent-vingt-huit non lus ; deux-cent-vingt-quatre notifications. Et ça la frappe en plein visage. L'humain pourra-t-il survivre à ça encore longtemps ? »
*
Ce roman est court, rythmé, mais surtout très surprenant par sa construction que je trouve vraiment brillante, très curieuse par son aspect fragmentaire et le changement de style littéraire. Ce procédé littéraire est une grande réussite et m'a tenu en haleine jusqu'au bout.
Le lecteur suit Diane à trois moments clés de sa vie. Chaque temporalité s'adapte à merveille à chaque période de sa vie, offrant un mode de narration différent, des émotions différentes.
Le récit est entrecoupé de petits textes documentaires sur le lièvre d'Amérique, permettant de faire sens avec l'histoire de la jeune femme.
« le lièvre d'Amérique (Lepus americanus) est un petit mammifère … largement répandu au Canada et au Québec… À l'opposé de son cousin le lapin, le lièvre préfère fuir plutôt que de se cacher pour échapper aux prédateurs. »
Si le début du roman demande un petit temps d'adaptation à cause de l'écriture et de l'intention de l'auteure de nous laisser dans le flou, l'envie de comprendre le lien entre Diane et le lièvre d'Amérique est la plus forte.
*
Diane, quelques jours avant l'opération chirurgicale
Diane est perdue, proche du burn out.
Un texte sans ponctuation, une succession ininterrompue d'actions montrant Diane au bord de la rupture, courant après le temps et son désir de perfection.
L'aliénation par le travail.
« Elle se réveille toujours à la même heure se douche s'habille se prépare déjeune s'en va travailler sept jours sur sept emprunte le même chemin ne parle à personne sauf si c'est pour exécuter une tâche sept jours sur sept ne possède aucune relation en dehors du travail fille unique ça fait au moins quinze ans qu'elle n'a pas vu ses parents ni ne leur a parlé bosse dur toute la journée sept jours sur sept exécute toujours davantage de tâches que les autres ne montre aucun signe de fatigue ni de défaite … »
Jour 0
Diane se réveille chez elle après voir subi une opération chirurgicale.
Laquelle ?
L'auteure reste très vague pour le plus grand plaisir du lecteur qui intrigué, va reconstituer petit à petit le cheminement de la jeune femme qui la conduise à désirer cette opération et à subir les conséquences sur sa vie future.
Les jours suivant l'opération
Les effets secondaires apparaissent rapidement.
Le lecteur suit jour après jour ses transformations physiques, mais aussi les changements de personnalité et de comportements.
La vie de Diane bascule peu à peu alors que ses rêves la ramènent, adolescente, sur son île natale et à son premier amour, Eugène, un jeune adolescent fasciné par les animaux en voie de disparition.
Je me suis demandée si Mireille Gagné n'avait pas choisi le prénom d'Eugène en rapport avec le courant de pensée eugénique.
« J'aurais pu te dire qu'il n'y a réellement rien d'anormal sur cette île. Sauf peut-être la solitude qui s'abat quand l'hiver ne veut plus partir. D'abord toute petite, puis du jour au lendemain, intolérable. Et le temps qui se morfond. Les insulaires doivent se terrer chez eux. le sentiment d'oppression aussi qui grandit avec l'étale de la marée. L'attente qui devient insupportable. Des fois, on a l'impression d'être prisonnier, que le plein de l'eau ne veut plus nous quitter. »
*

*
Pour conclure, en dressant le portrait de Diane, « le lièvre d'Amérique » est une percutante critique de nos modes de vie. Ce roman réussit de manière subtile et efficace à nous interroger sur notre place dans la société, sur notre rapport au travail et nos difficultés à concilier métier, vie personnelle et vie familiale.
Oscillant entre conte fantastique et fable animalière, ce premier roman est une belle réussite littéraire qui puise dans l'imaginaire des légendes pour comprendre le monde d'aujourd'hui. Je vois dans ce texte une quête d'un retour à la nature et à nos racines.
Peut-être vous reconnaîtrez-vous dans Diane ?
*
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          404
Zephirine
  12 juillet 2021

Ce court roman, mi fantastique mi conte, est un petit bijou.
Le lièvre d'Amérique est un petit mammifère largement répandu au Canada et au Québec. Dès le premier chapitre, le ton est donné, on va retrouver ce lièvre et ses moeurs tout du long. La route de l'animal va croiser celle de Diane, jeune femme victime d'un burn-out dans une société où la performance au travail est question de survie.
Diane a confié son corps à la science pour qu'il devienne plus performant. C'est là qu'on atteint une dimension fantastique plutôt effrayante. Elle veut se surpasser toujours plus mais le prix à payer pour cette transformation n'est -il pas exorbitant ?
Diane revit son adolescence à l'Isle aux Grues, en compagnie d'Eugène le risque tout qui sait tout sur les animaux en voie d'extinction. Leur amourette s'arrêtera là et Diane quitte son île natale pour un travail exigeant dans une grande ville où elle découvre la solitude.
Entre souvenirs de Diane, amours perdues et monde du travail, l'histoire se déroule en quelques bonds…de lièvre.
D'une écriture ample et forte, ce roman nous embarque dans une histoire folle avec des narrations bien distinctes dans chaque partie de l'histoire bien compartimentée.
Un premier roman à découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
DoubleMarge
  02 octobre 2020
" Diane grandit au Québec, sur une île de l'archipel de L'Isle-aux-Grues. Elle y vit une enfance libre et sauvage, entre le fleuve, la forêt et la mer, jusqu'à ce qu'elle la quitte brutalement pour aller s'installer dans une grande ville. (...) Quinze ans plus tard, « sur le point de craquer de fond en comble d'éparpiller ses morceaux dans les draps », Diane se tourne vers la modification génétique. Devenir plus forte, vive et rapide, dormir moins tout en multipliant ses performances, c'est la réponse qu'elle a trouvé, du fond de son anxiété chronique et de ses tentatives de contrôle désespérées, aux injonctions productivistes.
Mais on ne mélange pas si facilement son ADN avec celle du lièvre d'Amérique. L'opération a des effets secondaires et son comportement commence à changer dans un sens inattendu.(...)
Ce n'est qu'arrivée pratiquement au bout de son manuscrit que la Québécoise Mireille Gagné a pris connaissance du mythe fondateur algonquien de Nanabozho, « envoyé sous la forme d'un lièvre par Manitou pour enseigner la sagesse aux êtres humains », dans lequel elle a retrouvé nombre de symboles clef de son texte. Elle a inscrit alors le lièvre d'Amérique dans un récit plus large, parce que, dit-elle, « le livre était déjà écrit et qu'il était le legs de quelque chose de plus grand que moi que je devais transmettre. »
Bien lui en a pris. Ce premier roman est une injonction à s'affranchir de la servitude, à tout lâcher pour partir courir les bois, se laisser tomber sur des sols de feuilles mortes ou se frotter les joues contre les écorces des arbres et la mousse humide. Transmission réussie."
Article de Kits Hilaire (extrait) pour Double Marge
Lien : https://doublemarge.com/le-l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
Bazart
  22 août 2020
Diane se réveille d'une opération qui n'a jamais été encore exercée sur un être humain. Elle sent alors des déreglements énormes et ses sens se voient surmutiplies , son endurance physique et professionnelle. Mais quelle est donc cette mystérieuse intervention qu'elle a subi?
Qu'est ce qui vous donne envie d'ouvrir un livre 📙 dont vous ne connaissez pas l'auteur ? Pour le lièvre d'Amérique, j'ai été attirée par la couverture, par l'étrangeté de l'histoire (une employée qui subit une intervention pour être encore plus productive au travail), par la maison d'édition, la Peuplade, indépendante mais à la programmation très étonnante .
Je ne suis pas une adepte de fables (je suis même passée à côté de plusieurs livres unanimement salués et présentés comme contes) mais je me suis laissée totalement embarquer sans résistance dans la vie de Diane : dans son présent, après l'intervention; dans son adolescence (qui éclaire ce qu'elle est devenue); dans son passé proche avant l'opération.
J'ai été frappée par les longues phrases de Mireille Gagné, romancière québécoise dont c'est le premier roman.
Des phrases sans point ni ponctuation, qui traduisent si bien que Diane ne veut pas s'accorder une miette de temps pour elle, comme si elle était en apnée permanente, obsédée par le culte de la performance, et en quête d'une forcément illusoire perfection absolu de sa vie
"Pour calmer son anxiété de performance et économiser des secondes Diane compte perpétuellement le nombre de pas séparant son appartement de son travail de marches entre chacun des étages de secondes entre son bureau et celui de la femme qu'elle déteste le temps que ça lui prend pour remplir une bouteille d'eau d'attendre chez le médecin que le photocopieur finisse sa phase de réchauffage elle compte les aliments absorbés par chaque aliment et dépensées sur le vélo stationnaire les murs qui l'entourent les lumières dans son appartement son bureau les craques sur les trottoirs les lettres dans chaque mot qu'elle écrit ...."
Un livre court et puissant sur les dérives du tranhumanisme qui fait forcément penser aux Truismes de Marie Darrieusecq, avec une toile de fond plus contemporaine, car l'auteure réussit aussi une critique subtile mais efficace du tout- libéralisme.
Un récit empreint de poésie où les sensations liées au corps sont omniprésentes, comme si cet éveil sensuel lié à la nature, nous l'avions étouffé, dans notre course au toujours plus.
A lire si vous cherchez un roman atypique et surprenant !
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
JIEMDE
  29 décembre 2020
De nombreuses chroniques louangeuses vues depuis quelques mois, un éditeur québécois déjà apprécié par le passé, un livre gentiment poussé jusqu'à moi et une proposition de lecture commune : cela faisait au moins quatre bonnes raisons de ne pas repousser davantage la lecture de le Lièvre d'Amérique de Mireille Gagné.
Un petit – trop petit ? – livre atypique, un conte, une fable, un songe un brin dystopique sur la métamorphose choisie de Diane, salariée exemplaire des temps modernes, adepte du toujours plus jusqu'à vouloir augmenter ses propres capacités. Ce qui n'est pas sans risque…
Car comme tant d'autres, Diane s'est égarée, s'est déréglée, au point désormais de se faire peur. Et de vouloir renouer avec ses origines, son identité, ce qui l'a construite autrefois : l'Isles-aux-Grues, la nature, l'amitié avec Eugène, et puis le drame… La tentation est forte du retour aux sources, de redevenir un de ces lièvres d'Amérique, espèce qui sait si bien s'adapter et se transformer pour faire corps avec son environnement naturel.
Généralement peu adepte de ce genre littéraire, j'ai bien aimé les variations de styles de l'auteure, sa façon de jouer avec la ponctuation, les époques et les différences de longueur pour « égarer » à son tour son lecteur, comme le figurent si bien les sombres illustrations double page qui séquencent les groupes de chapitres.
Mais un regret subsiste : c'est trop court, beaucoup trop court ! le personnage de Diane comme la réflexion de fond sur la course à la performance ou le transhumanisme auraient gagné à s'étaler sur davantage de pages. Une petite frustration personnelle qui ne m'empêche pas d'avoir apprécié cette lecture si apaisante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330


critiques presse (2)
Actualitte   10 février 2021
Un roman étonnant et très fort, La Métamorphose de Kafka à l'ère des openspaces, mâtinée de grandes marées et de sous-bois.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LeJournaldeQuebec   12 octobre 2020
La talentueuse et très imaginative Mireille Gagné a puisé dans ses souvenirs d'enfance pour écrire son nouveau roman, Le lièvre d'Amérique.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
DoubleMargeDoubleMarge   02 octobre 2020
Elle se réveille toujours à la même heure se douche s’habille se prépare déjeune s’en va travailler sept jours sur sept emprunte le même chemin ne parle à personne sauf si c’est pour exécuter une tâche sept jours sur sept ne possède aucune relation en dehors du travail (…) elle aspire à une vie exempte de toute imperfection elle rêve d’un jour où le temps serait intarissable mais le corps reste indomptable toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Alice_Alice_   28 novembre 2020
Le porte-bonheur
Bien qu'il n'ait aucune valeur commerciale pour sa fourrure et très peu pour sa viande, le lièvre d'Amérique est très apprécié par les chasseurs de petit gibier. Au fusil, avec un chien ou par colletage, le lièvre est relativement facile à chasser. Certains le mangent ou conservent sa fourrure ; d'autres préfèrent garder les pattes comme porte-bonheurs ou talismans pour éloigner les mauvais esprits. Les pattes arrière sont souvent préférées aux pattes avant en raison de leur grande taille qui serait la marque d'une plus grande puissance. Afin de conserver une patte de lièvre, il faut d'abord la couper net avec un couteau de boucherie ou une scie à os, la faire ensuite tremper dans l'eau savonneuse, la rincer abondamment, couvrir la patte d'alcool dans un bocal et la laisser reposer pendant quarante-huit heures, la retirer et la laver soigneusement avec un mélange de borax et d'eau, la rincer de nouveau et la placer sur une serviette pour laisser l'eau s'évaporer. Une fois sèche, la patte pourra être entièrement préservée et procurera de la chance à celui qui veut y croire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
HundredDreamsHundredDreams   14 mai 2021
Je. Moi. À ton nom, j’ai figé. J’ai senti mon corps revenir dans le paysage. J’ai aperçu ses fentes. Ses battures fissurées. Depuis combien d’années étais-je ainsi ? Livrée aux grands vents. Vulnérable. Incapable de me ressaisir. De me recoller. Depuis combien de temps n’avais-je pas repensé à toi ? Toi. Ton regard. Moi. Ma défilade. Les battures. Le foin de mer. Ta liberté.
Commenter  J’apprécie          110
HundredDreamsHundredDreams   14 mai 2021
Aujourd’hui, il y a beaucoup de machines. Autrefois, les bras travaillaient dur. Il fallait prévoir, économiser. C’était l’occupation du désir. On se contentait de peu. Mais ce peu avait un prix parce qu’on le tirait presque entièrement de soi-même. Aujourd’hui, quand l’homme travaille, il pense à autre chose.
Félix-Antoine Savard
Commenter  J’apprécie          100
ZephirineZephirine   08 juillet 2021
Tu t'es précipité vers le lièvre, qui ne bougeait plus, terrifié. A genoux, tu l'as pris dans tes bras. L'aigle lui avait arraché la fourrure ou peut-être cassé des os. Il y avait du sang sur tes mains. Pendant une seconde, je me suis demandé à qui il appartenait.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Mireille Gagné (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mireille Gagné
Le Salon dans tes oreilles - S1E17 - Cabaret de poésie féministe
Joignez-vous à nous pour un événement festif dédié aux femmes poètes québécoises et à la poésie des femmes.

Avec:
Nora Atalla, autrice Laurence Gagné, autrice Alex Thibodeau, autrice Salomé Assor, autrice Mireille Gagné, autrice Marie St-Hilaire-Tremblay, autrice Rosalie Lessard, autrice Catherine Cormier-Larose, animateurice Gaële , Musicien
Livres:
Nora Atalla, Morts, debout!, Écrits des forges Alex Thibodeau, Infantia, le lézard amoureux Laurence Gagné, Les jardins de linge sale, le lézard amoureux Salomé Assor, Un, Éditions Poètes de brousse Marie St-Hilaire-Tremblay, Noctiluque, Éditions Les herbes rouges Mireille Gagné, le ciel en blocs, éditions l'Hexagone Rosalie Lessard, Les îles Phoenix, éditions du Noroît
Le Salon dans tes oreilles est un balado issu des entrevues, tables rondes, et cabarets enregistrés dans le cadre du Salon du livre de Montréal 2020. Écoutez des auteurs, autrices et personnalités parler de livre, de lecture et d'écriture et échanger autour des cinq thématiques suivantes: le Féminisme, la Pluralité des voix, 2020, et après?, Récit et inspiration et Famille et enfance. Bonne écoute!
Abonnez-vous: https://feeds.buzzsprout.com/1678609.rss
+ Lire la suite
autres livres classés : fablesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
196 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre