AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782277219248
Éditeur : J'ai Lu (26/02/2001)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 53 notes)
Résumé :
Mon père a été tué pendant la Seconde Guerre mondiale, peu de temps après je suis né en 1943. Ma mère m'a eu de la difficulté de sensibilisation et en même temps occuper un emploi, alors elle m'a mis dans un orphelinat et plus tard dans une série de foyers d'accueil.

J'ai grandi pas sûr de qui j'étais, avait désespérément besoin d'une figure paternelle.

Livres et films ont été mon évasion. Finalement, j'ai décidé d'être un écrivain et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Renod
  14 avril 2019
A mes yeux, Rambo se réduisait à un acteur bodybuildé capable d'anéantir un régiment soviétique à la mitrailleuse. J'ai donc été surpris quand Gallmeister a réédité le roman à l'origine du film. le récit repose sur un affrontement entre deux hommes. John Rambo est un vétéran du Vietnam qui a servi dans les Forces spéciales. de retour aux Etats-Unis, il vit en marge de la société et vagabonde sur les routes du pays. Il croise un jour Wilfred Teasle, le chef de la police d'une petite ville du Kentucky. le premier symbolise la révolte, le second l'ordre. Au départ, le litige qui les oppose est dérisoire mais aucun des deux ne cèdera. Ce qui les conduira à un duel sans merci. Une chasse à l'homme s'engage dans la forêt. Rambo devra lutter contre ses poursuivants et survivre dans la nature sauvage. le roman est construit sur une alternance des points de vue Rambo / Teasle. Les deux protagonistes sont traités équitablement. L'auteur parvient à maintenir son récit sous tension ce qui en rend sa lecture palpitante mais éprouvante… J'ai eu du mal avec les derniers chapitres, comme si le fil de l'intrigue s'était rompu à force d'avoir été tiré. Mais le roman ne se réduit pas à une succession de scènes d'action. Les personnages sont étoffés, le style est dense et l'intrigue repose sur une idée forte : le transfert de la guerre du Vietnam sur le sol américain. La postface de l'auteur est intéressante, j'y ai appris par exemple que le patronyme Rambo venait de Rimbaud…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
musaraneus
  03 mai 2020

Le shérif Teasle fait régner l'ordre dans sa petite bourgade du Kentucky. Il croise un jour Rambo, un gamin aux cheveux longs qui vagabonde aux abords de la ville. Craignant qu'il ne trouble la tranquillité des habitants, il l'escorte jusqu'à la sortie, mais le gamin revient... le conflit paraît inévitable, suivra une véritable chasse à l'homme dans les montagnes qui bordent la ville.
Car le « gamin » est en fait un redoutable adversaire : de retour du Vietniam, il est conditionné pour la survie, programmé pour tuer. Teasle quant à lui ne comprend pas la colère de Rambo et va l'attiser de plus en plus, jusqu'au drame.
Loin, très loin de l'épouvantable (mais culte !) film d'action des années 80 qu'on connaît tous, ce roman puissant montre formidablement bien la difficulté d'adaptation des soldats de retour au pays, au niveau psychologique mais également social.
Sans jamais prendre parti (les voix de Rambo et de Teasle alternent sans complaisance de l'auteur) David Morrell transpose le contexte de guerre dans les montagnes américaines et invite le lecteur à en observer le mécanisme. A chacun, alors, de se faire son opinion.
J'ai trouvé particulièrement intéressante la postface de l'auteur, expliquant son intention de départ et les différences avec le film. David Morrell vit son époque comme la plupart des américains : dans l'ambivalence des sentiments vis à vis de la guerre. Car dans l'amérique des années 70, le débat entre pro et anti guerre du Vietnam fait rage. le pays est coupé en deux et c'est dans ce contexte politique complexe que Rambo a été écrit.
Cette phrase de la postface résume bien l'intention du livre : « qui est le héros, qui est le méchant, ou est-ce que tous les deux sont des héros ou bien des méchants ? La confrontation finale entre les deux montrerait que, dans cette version microcosmique de la guerre du Vietnam et des réactions de l'Amérique, l'escalade de la violence conduit au désastre. Personne ne gagne. »
Stress post traumatique, instinct de survie, mécanique de la traque... autant de thèmes que j'ai trouvé intéressants, enrobés dans un formidable roman d'action, qu'on a du mal à lacher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          205
M_a_r_c
  26 décembre 2020
Avant d'être un succès cinématographique planétaire, Rambo est d'abord un livre, First Blood, écrit par David Morrell en 1972.
Comme le film, le livre oppose un vétéran du Vietnam de retour au pays et le responsable de la police locale, qui ne veut pas d'un vagabond dans sa ville. Si le film, manichéen comme toute production hollywoodienne, faisait de Rambo une victime de l'intolérance et de l'ingratitude de ses concitoyens et de Teasle un policier obtus n'hésitant pas à abuser de ses fonctions, le roman est plus nuancé.
Rambo est un ancien Béret vert revenu du Vietnam. Il erre sur les routes, sans parvenir à retrouver une place dans un monde en paix. Souffrant probablement d'un trouble de stress post-traumatique, il est aussi ce que l'armée américaine a fait de lui : une implacable machine de guerre qu'excite le sang et dont le seul objectif est d'être plus fort que ses adversaires. Face à lui, Teasle est un policier intransigeant certes, mais loin de l'imbécile obtus qui maltraite gratuitement Rambo dans le film.
Pour marquer l'opposition entre ses deux (anti ?) héros, David Morrell, chapitre après chapitre, met tour à tour le lecteur dans la peau de l'un et de l'autre. Jusqu'à ce que cette opposition se transforme en lutte à mort qui s'achèvera tout à fait autrement que dans le film.
Si le roman de David Morrell évite le côté manichéen du film, il est assez compliqué, après avoir vu et revu celui-ci et ses suites, d'abandonner complètement le héros incarné à l'écran par Sylvester Stallone et d'appréhender Rambo comme un individu qui est certes un héros de guerre décoré de la Medal of Honor (la plus haute distinction militaire américaine), mais qui réagit à la moindre provocation comme s'il s'agissait d'une déclaration de guerre.
De même, il n'est pas facile de voir en Will Teasle autre chose qu'un policier stupide, se croyant tout permis pour faire respecter dans sa ville ce qu'il estime être l'ordre. Morrell fait d'ailleurs aussi de Teasle un héros de guerre – presque au même titre que Rambo ; il a reçu pour ses faits d'armes en Corée la Distinguished Service Cross, une distinction militaire que seule surpasse en prestige la Medal of Honor – mais qui a mieux réussi que son cadet son retour à la vie civile.
La lecture de First Blood est compliquée également par le rythme un peu saccadé du récit, lié au passage d'un protagoniste à l'autre à chaque chapitre, mais aussi au style haché de Morrell, un style assez brut qui colle bien à l'environnement dans lequel se déroule l'histoire mais qui manque parfois de fluidité.
Il est souvent préférable de lire d'abord, de regarder ensuite. Quand le film, quelles que soient ses forces et ses faiblesses, est devenu un classique, l'exercice est encore plus difficile. Raison pour laquelle, en plus de ses caractéristiques propres, j'ai eu un peu de mal à entrer vraiment dans First Blood. Qui n'en reste pas moins un (très) bon bouquin qui pourrait servir de point de départ à de longues discussions sur la guerre, l'armée, la réinsertion des combattants, l'ingratitude des civils, etc.

Lien : https://livrelecteur.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Bruno19
  11 février 2009
Acheté et découvert en 1985-86 sans avoir vu le film, j'ai adoré plonger dans l'histoire de john Rambo soldat des forces spéciales rentré au pays après le Vietnam pour s'y retrouver rejeté isolé car tous ses anciens camarades de combat sont morts. le traitement un peu rude du sheriff et des ses adjoints reveillera ses traumatismes (tortures dans un camp de prisonnier) le poussera à fuir et à se défendre comme on l'a appris à le faire: sans pitié.
Plus réaliste, plus desespéré que le film (mais le 1er Rambo reste assez proche du roman)
A lire (comme james Bond, le personnage du roman est interessant à découvrir meme si on a moyennement aimé celui des films)
Commenter  J’apprécie          90
Fab72
  05 août 2014
Contrairement à ce que l'on pourrait croire (et le laisse entendre la couverture), ce roman n'est pas une simple novélisation du film « Rambo » réalisé par Ted Kotcheff avec Sylvester Stallone. En effet, David Morrell a publié son livre en 1972, dix ans avant la sortie du film. Je conseille aux sceptiques de lire sa nouvelle « Orange pour l'angoisse, bleu pour la folie » afin de mesurer la qualité d'écriture de l'auteur. Dans cette nouvelle, l'écrivain mêle art, folie, horreur et SF à travers une intrigue passionnante. Bien que plus classique, on retrouve dans ce « Rambo First Blood » la force de la version filmée (difficultés d'intégration des anciens combattants, brutalités policières…), bien sûr sans Stallone ni l'excellent Brian Dennehy en shérif. La plus grosse différence entre le livre et le film se trouve à la fin. le dénouement du roman est plus brutal et réaliste mais potentiellement moins rentable : Rambo meurt.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
DarlicDarlic   21 mai 2019
- On dirait que vous êtes presque fier de lui, dit Teasle.
- Vraiment ? Pardonnez-moi, ça n'était pas mon intention. Simplement, c'était un des élèves les plus brillants que notre école ait eus, et s'il ne s'était pas battu ainsi, on aurait pu se poser de sérieuses questions sur la formation que nous dispensons.
Commenter  J’apprécie          20
DarlicDarlic   21 mai 2019
- Tu te comportes comme un type intelligent et tu parles comme un type intelligent, alors évidemment, moi j’ai cru que t'avais compris. Et puis voilà que tu reviens dans le coin pour te payer ma tête. Il y a de quoi se demander ce qui se passe dans la tienne. Il y a quelque chose qui cloche chez toi, c'est ça ?
Commenter  J’apprécie          10
DarlicDarlic   21 mai 2019
- Votre gars ?
- Enfin pas directement peut-être. Ce n'est pas moi qui l'ai formé, ce sont mes hommes, mais comme c'est moi qui ai formé mes hommes, d'une certaine façon, c'est mon gars aussi. De nouveaux dégâts ? Aux dernières nouvelles, il avait descendu treize types.
Commenter  J’apprécie          10

Video de David Morrell (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Morrell
Rambo I First Blood (1982), Réalisation : Ted Kotcheff Trailer
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2103 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..