AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081289636
Éditeur : Flammarion (05/06/2013)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 169 notes)
Résumé :
" Si un écrivain a cherché à éclairer les lois profondes presque insaisissables de l'âme humaine, c'est Gérard de Nerval dans Sylvie. Cette histoire que l'on a qualifiée de peinture naïve, c'est le rêve d'un rêve. Gérard essaie de se souvenir d'une femme qu'il aimait en même temps qu'une autre. En évoquant ce temps dans un tableau de rêve, il est pris du désir de partir. Il arrive... dans un pays qui est plutôt pour lui un passé et ce qu'il voit alors, pour ainsi di... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
PhilippeCastellain
  06 mars 2017
Fut une époque où tout le monde ou presque avait lu ce charmant petit livre plein de nostalgie. Aujourd'hui, bien qu'un peu passé de mode, il reste largement connu et étudié. Nerval y exprime toute sa douceur, sa nostalgie, ses regrets tardifs. Un soir, au sortir d'un théâtre, dans le tumulte et le bruit de Paris, une envie irrépressible le prend de revoir le pays de son enfance. Sur le champ il se met en route, quitte à voyager toute la nuit… Là-bas l'attendent Sylvie, son amie d'enfance, et également le souvenir d'Adrienne, son premier amour.
Nerval chante la beauté des campagnes, ignorant l'industrialisation naissante. Dans ses vieilles forêts moussues, ses paisibles villages, tout est beau, aimable et paisible. Et cependant il n'y est pas véritablement heureux. Il sent ce monde disparaître lentement, il se remémore son enfance, et il voit que tout change et vieillit autours de lui – sauf son âme.
Il est indiciblement lié à ces lieux. Son coeur est ici. Son amour pour lui se confond avec sa passion – romancée – pour Adrienne, et son attirance – réelle – pour Sylvie, avec qui il aurait pu couler des jours heureux, s'il avait pu comprendre à temps ses propres sentiments. C'est pour cela, peut-être, que le fait de les avoir perdues l'une comme l'autre ne lui pèse pas temps. Il les englobe dans son amour d'enfant pour ce pays qu'il est en train de perdre lui aussi, mais lentement, bribe par bribe.
Il est dur d'aimer passionnément un endroit loin duquel on est contraint de vivre. A chaque retour se mélange la joie de retrouver les lieux, et la tristesse de voir ses souvenirs d'enfants s'y diluer, ses paysages changer, ses villages mourir, les gens qu'on y a connu disparaître... Nerval, du haut de son immense culture et de son raffinement, ne peut dépasser cette nostalgie, et reste piégé dans ses souvenirs. Malheur à celui qui a trop aimé le pays de son enfance...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          334
Dixie39
  04 décembre 2015
Je n’avais encore rien lu de Gérard de Nerval. c’est chose faite avec Sylvie !
Ce très court ouvrage nous permet d’apprécier la belle plume de cet écrivain : il y a une poésie, une résonance à la lecture des mots, si bien choisis, que rien que pour cela, c’est un régal. Voilà pour la forme.
En ce qui concerne le fond, je n'ai pas accroché plus que cela. Je ne sais pourquoi, mais, à le lire, c'était comme si je ne savais plus m’investir avec un œil neuf, une insouciance et une envie de découverte, face à cette histoire classique, qui en rappelle tant d'autres. c’est terrible. Et je le regrette. Mais les états d’âme de ce jeune parisien, dilapidant la fortune familiale, « aux tavernes et aux filles », qui, un soir de grand désœuvrement (parce que, pour lui aussi, « la vie c’est pas du gâteau ! »), réalise qu’il a laissé filé son (ses) amour(s) de jeunesse, et qui se précipite, de nuit, à leur rencontre pour essayer de sauver des eaux ce qui pourrait éventuellement l’être, m’ont laissé de marbre.
Heureusement, cela n’a entamé en rien le plaisir ressentit face à cette beauté enivrante des mots, qui suspendent le temps et se déroulent en douceur dans une lecture fluide et agréable, et qui vaut à elle seule, le temps passé à s’attarder entre les pages de ce court récit.
J'ai beaucoup aimé par contre, le dernier chapitre et ses réflexions sur la poésie qui émane des chansons et histoires populaires des temps anciens, qui égale tout autant celle plus classique qui tient salon mais qui malheureusement tombe dans l'oubli ou l'indifférence, faute de préciosité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          348
cicou45
  27 septembre 2012
Curieuse de tout et n'ayant jamais rien lu de Gérard de Nerval jusqu'à présent, j'ai décide de combler un peu mes lacunes en matière de littérature française avec ce petit ouvrage. le narrateur est un jeune homme qui a passé toute son enfance en Province avant de s'exiler pour Paris. Au cours de son enfance et adolescence, il aura pour amoureuse une jeune fille de village prénommée Sylvie jusqu'à ce qu'il découvre la elle Adrienne, une chanteuse d'opéra et qui représentait alors pou lui son idéal féminin. Ce n'est que bien des années plus tard, après son retour de Paris et des autres villes dans lesquelles il a voyagé et croyant à nouveau avoir trouvé l'amour auprès de la jeune et belle actrice de théâtre, Aurélie, que le narrateur se rendra compte qu'en réalité il n'a connu que deux fois le véritable amour dans sa vie, Adrienne qui représentait la Perfection et la Gloire et Sylvie qui aurait pu devenir pour lui la réalité et une épouse aimante et attentionnée.
Un court ouvrage sur les amours d'un jeune citadin, qui, bien qu'ayant beaucoup voyagé, en reviendra toujours à son village, celui de son oncle et celui qui l'a vu grandir. La morale de ce dernier est de savoir reconnaître un trésor lorsqu'on l'a auprès de soi et non pas bien plus tard, car celui-ci, finira tôt ou tard par s'envoler vers d'autres réalités plus concrètes !
Un ouvrage très bien écrit, avec un langage un peu vieillot et dépassé de nos jours, il faut bien l'avouer mais qui se laisse lire en un rien de temps. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Darkcook
  19 juin 2015
Vouant un culte au XIXème et aux romantiques, cela faisait de longues années que je devais lire Gérard de Nerval. Depuis un cours impressionnant sur son oeuvre, ses obsessions, sa folie, Aurélia, la maison de santé, le suicide mystérieux... Je teste enfin avec Sylvie, et mon impression est mitigée, mon attente est trompée, même s'il ne s'agit peut-être pas d'un écrit absolument représentatif de la production de l'auteur.
Nerval, un peu comme Rimbaud, fait partie de ces auteurs qui ont tellement l'étiquette du marginal qu'ils sont lus par n'importe quel ado rebelle qui s'identifie à leur ostracisme. Mais avec tout le mythe autour de son culte d'Aurélia et de sa mort, je m'attendais à un hyper-romantisme, une exaltation de tous les instants. On ne peut pas dire que Sylvie nous offre ça. Très court récit pastoral, où le narrateur, désormais à Paris, retourne dans la campagne valoise de son enfance et vers son premier amour, ce texte nous livre quelque chose qu'on attendait pas... Du Proust, soixante ans avant l'heure!! Car oui, Nerval et Sylvie sont une influence majeure de Marcel pour sa saga légendaire, et le phénomène de remémoration soudaine au gré d'une lecture ou d'un voyage, est le coeur de la première moitié de Sylvie! L'énumération de pâtelins aux noms bien franchouillards provoque aussi un écho aux lieux récurrents et chers à Marcel.
On est donc un peu dérouté, ballotant entre Rousseau et Proust, et pas vraiment dans la lecture d'un texte passionné du XIXème. Rousseau, très présent, finit par être dézingué lorsque le narrateur perd ses illusions, réalisant que la campagne n'est que restes d'un passé disparu, infidèle aux souvenirs et à l'idéalisation, et surtout avec le personnage du Père Dodu qui ridiculise Jean-Jacques. L'écriture elle-même est datée. Malgré quelques visions fulgurantes du narrateur, on est loin des transports propres à cette époque et à ce courant, sur le plan littéraire.
Je lirai Aurélia un jour, pour vérifier mon ressenti, mais pour l'instant, je ne fais pas partie des inconditionnels de Gérard de Nerval (même si j'ai adoré sa traduction de Faust!), mais c'est une histoire de goût. Tout au long de la lecture, on est vraiment plus du côté de l'idôle adoptée par Proust, et d'un bilan en demi-teinte sur Rousseau lors d'un retour à la campagne, que du côté du romantisme enflammé d'Hugo, Baudelaire (qui ne s'y associait pourtant pas!), Musset, Vigny... Et j'ai appris à respecter Marcel, mais reste que ce n'est pas ma tasse de thé ni quelque chose que je lis avec passion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
CDemassieux
  20 juin 2014
Avec le poème « El Desdichado », Sylvie est sans doute le texte le plus délicat du tourmenté Gérard de Nerval. C'est une rêverie poétique en prose, un voyage entre le présent de Paris et la province idéalisée par les souvenirs. C'est aussi et surtout, avant Zweig, la confusion des sentiments d'un narrateur fragile, écho d'un auteur en proie à la folie, achevant sa vie par le suicide.
« En me retraçant ces détails, j'en suis à me demander s'ils sont réels, ou bien si je les ai rêvés », songe le narrateur, phrase reprise longtemps après par Umberto Eco en introduction du Nom de la Rose. Car Sylvie est un récit toujours sur la brèche : réalité ou rêve ?
« Telles sont les chimères qui charment et égarent au matin de la vie. »
Mais le temps, lui, ne fige rien ; il accomplit ses transformations sans souci de la mélancolie humaine qu'il provoque par sa course. le passé est spectacle que l'on peut se rejouer tant que l'on voudra, lorsque l'on quitte la scène il faut se rendre à l'évidence : « Que tout cela est solitaire et triste ! » le regard enchanté de Sylvie, ses courses folles, ses cris joyeux, donnaient autrefois tant de charme aux lieux que je viens de parcourir ! »
Il me faut donc remercier le professeur de Lettres modernes Jean-Nicolas Illouz pour m'avoir fait rencontrer cette « fée des légendes éternellement jeune » que Sylvie demeure à jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
MelleFifiMelleFifi   25 octobre 2014
La tante de Sylvie habitait une petite chaumière bâtie en pierres de grès inégales que revêtaient des treillages de houblon et de vigne vierge ; elle vivait seule de quelques carrés de terre que les gens du village cultivaient pour elle depuis la mort de son mari. Sa nièce arrivant, c’était le feu dans la maison. « Bonjour, la tante ! Voici vos enfants ! dit Sylvie ; nous avons bien faim ! » Elle l’embrassa tendrement, lui mit dans les bras la botte de fleurs, puis songea enfin à me présenter, en disant : « C’est mon amoureux ! » J’embrassai à mon tour la tante, qui dit : « Il est gentil… C’est donc un blond !... - Il a de jolis cheveux fins, dit Sylvie. – Cela ne dure pas, dit la tante ; mais vous avez du temps devant vous, et toi qui es brune, cela t’assortit bien
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Dixie39Dixie39   18 novembre 2015
Il ne nous restait pour asile que cette tour d'ivoire des poètes, où nous montions toujours plus haut pour nous isoler de la foule. A ces points élevés où nous guidaient nos maîtres, nous respirions enfin l'air pur des solitudes, nous buvions l'oubli dans la coupe d'or des légendes, nous étions ivres de poésie et d'amour.
Commenter  J’apprécie          110
cicou45cicou45   27 septembre 2012
"[...] il y a des hommes qui jouent si bien la comédie de l'amour ! Je n'ai jamais pu m'y faire, quoique sachant que certaines acceptent sciemment d'être trompées. D'ailleurs un amour qui remonte à l'enfance est quelque chose de sacré..."
Commenter  J’apprécie          150
Dixie39Dixie39   02 décembre 2015
Les femmes sentent-elles vraiment que telle ou telle parole passe sur les lèvres sans sortir du cœur ? On ne le croirait pas, à les voir si facilement abusées, à se rendre compte des choix qu'elles font le plus souvent : il y a des hommes qui jouent si bien la comédie de l'amour !
Commenter  J’apprécie          120
frandjfrandj   19 décembre 2015
Je me représentais un château du temps de Henri IV, avec ses toits pointus couverts d'ardoise et sa face rougeâtre aux encoignures dentelées de pierres jaunies, une grande place verte encadrée d'ormes et de tilleuls, dont le soleil couchant perçait le feuillage de ses traits enflammés. Des jeunes filles dansaient en rond sur la pelouse en chantant de vieux airs transmis par leurs mères, et d'un français si naturellement pur que l'on se sentait bien exister dans ce vieux pays de Valois où, pendant plus de mille ans, a battu le coeur de la France.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Gérard de Nerval (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard de Nerval
Performance qui s'est déroulée le mercredi 12 juin à 20h à la Maison de la Poésie de Paris. Pacôme Thiellement & Olivier Mellano « Dans le labyrinthe »
Pacôme Thiellement et Olivier Mellano confrontent leurs disciplines pour inventer "la conférence improvisée", une expérience où, dans un aller-retour constant, la pensée sera mise en mouvement par le son et la musique sera mûe par le sens. Partant des thèmes de prédilection de Pacôme Thiellement, ces chemins bifurqueront vers des espaces encore inexplorés... « En 1945 à Nag Hammadi, des paysans découvrent une jarre contenant des codex gnostiques : évangiles, poèmes, descriptions métaphysiques, propositions éthiques. (...) Ces pensées et visions entrent en résonance avec ce que les poètes ont apportés entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XXe, de William Blake à André Breton, de Gérard de Nerval à René Daumal. Tout cela s?apparente à une révolution, à la fois spirituelle et politique, qui n?a pas encore été décrite et qui, pourtant, est déjà là. » Pacôme Thiellement
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
7868 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre
.. ..