AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782081495630
320 pages
Flammarion (03/06/2020)
4.08/5   33 notes
Résumé :
1928, États-Unis. Betty Robinson, jeune lycéenne, est repérée par un entraîneur et commence l'athlétisme. Sa vitesse et sa détermination vont avoir raison des préjugés sur la compétition féminine et permettront à Betty de marquer l'histoire des Jeux olympiques.
Que lire après Une fille en orVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
A Riverdale dans la banlieue de Chicago, en 1928, Elizabeth dite Betty Robinson est au lycée de Thornton Township High School de Harvey. Elle vit dans un petit immeuble avec ses parents, Harry, immigré irlandais aujourd'hui devenu directeur de banque et Lizzie née Wilson, tandis que ses deux soeurs, Evelyn et Jeannette habitent avec leur famille respective aux autres étages.

Betty est repérée par son professeur de sciences, Charles Price, qui est aussi l'entraîneur d'athlétisme du lycée, pour sa rapidité à la course à pied alors qu'elle rattrape un train en marche au départ de la gare près du campus. Elle commence à s'entraîner dans le club d'athlétisme avec les garçons mais des qu'elle commence la compétition, elle est remarquée par l'Illinois Women's Athletic Club (IWAC) et elle est alors entraîné par les coachs de l'université DePaul. Elle travaille avec la championne du monde, Helen Filkey.

Elle participe aux sélections de NewArk pour les Jeux Olympiques d'Amsterdam et sort deuxième, elle est sélectionnée et elle quitte New-York à bord du SS Président Roosevelt en juillet pour les jeux olympiques d'Amsterdam ou elle gagne la médaille d'or du cent mètres et la médaille d'argent du quatre fois cent mètres en relais. Elle revient aux Etats-Unis auréolée de gloire de la première femme championne olympique d'athlétisme. Un tel bonheur est-il destiné à durer ?

Philippe Nessmann a choisi de raconter l'extraordinaire histoire de la première femme médaillée aux jeux olympiques en athlétisme en 1928 à Amsterdam, Elizabeth Robinson. le récit commence par les succès éclatants de cette jeune fille que rien ne prédestinait aux jeux olympiques quand son professeur de biologie se rend compte de ses capacités en la voyant courir pour rattraper son train en marche, il l'intègre à l'équipe d'athlétisme du lycée qu'il entraîne et en quelques mois, la jeune Betty remporte des compétitions nationales et est sélectionnée pour les jeux olympiques. Cette success story met en relief les difficultés pour les femmes de participer à des compétitions sportives alors réservées aux hommes.

Cependant, la seconde partie du roman est encore plus passionnante quand l'héroïne semble condamner à ne plus pouvoir courir après un tragique accident d'avion. Les ennuis s'accumulent avec la crise financière puis économique de 1929 quand son père perd son emploi de directeur de banque. Betty va faire preuve d'une incroyable résilience pour surmonter ses handicaps et participer aux jeux olympiques de 1936 à Berlin.

La narration est sobre, les événements s'enchaînent dans l'ordre chronologique avec quelques descriptions des sentiments de la jeune héroïne et de nombreux dialogues avec ses entraîneurs successifs, ses parents, ses soeurs et son beau-frère. le narrateur ajoute quelques considérations sur la condition féminine de l'époque, sur les réalités économiques et sociologiques des Etats-Unis d'Amérique des années 1930 et sur l'Allemagne nazie à l'occasion des jeux olympiques de 1936 à Berlin.

Ce style a le mérite de laisser toute sa place, sans aucun artifice, à l'incroyable histoire de cette jeune femme extraordinaire, méconnue en France. Son parcours avait néanmoins été abordé dans le documentaire de Chrystelle Bonnet et Anne-Sophie Bourdet, illustre par Pénélope Bagieu, A Contre-Courant - Super-Héroïnes : Les vies méconnues et extraordinaires des pionnières du sport publié par L'Equipe en 2019, p. 22-34.

Commenter  J’apprécie          251
Incontournable Août 2021


"Cours, Betty, cours!"


Roman 2021 à saveur biographique et historique, "Une fille en or" nous fait découvrir l'étonnante et résiliente Betty Robinson, première championne Olympique en athlétisme féminin de l'Histoire des Jeux, alors âgée de 17 ans et originaire des États-Unis. Un roman très à propos en ces jeux Olympiques de Tokyo 2020 ( reportés à 2021), car les Olympiques que Betty aura fait par la suite furent ceux de Berlin 1936, alors que l'Allemagne nazie était au pouvoir et que la Grande dépression faisait ses ravages. Comme pour Tokyo, ce furent des jeux très particuliers.


Betty est originaire de Riverdale, banlieue de Chicago (Illinois), et alors qu'elle courait pour attraper un train, sa bonne foulée tombe dans l'oeil de l'entraîneur de Club d'athlétisme et son prof de science, monsieur Price. Elle intègre alors le Club d'athlétisme, qui à l'époque ( nous sommes en 1928) ne comportait que des garçons. Il faut comprendre qu'à cette époque, on admettait encore la supériorité des mâles en matière de sports et si on admettait certaines forces physiques pour les femmes, c'était dans des domaines où les hommes ne risquaient pas d'être présents. Bref. Betty avait beau être excellente, elle aura vécu de la discrimination de genre et cela explique entre autre son intronisation à l'IWAC ( Illinois Women's Atlethic Club), qui peaufinera son entrainement avant ses premiers jeux Olympiques, à Amsterdam et ce , la même année! Betty y remportera la médaille d'or, devenant la première championne en athlétisme féminin de l'Histoire. Alors qu'elle rentre aux USA, des projets d'études en tête, deux grands évènements viendront marquer sa vie: le premier, un crash d'avion, qui abimera sa jambe gauche ( trois fractures au fémur) et son bras droit. le second est le crash économique de 1929, qui plonge les États-Unis dans la Grande dépression. Et pourtant, Betty a un objectif: les jeux Olympiques de 1938 se déroulant dans la capitale de l'Allemagne nazie: Berlin. Les jeux eux-même sont compromis. On appelle au boycott en raison de l'antisémitisme d'Hitler et ses sbires, la dépression économique force certains des athlètes à payer eux-même leurs jeux et le climat festif des jeux d'avant fait place à une atmosphère lourde, tendue, où les athlètes américains ont surtout envie de faire perdre la face à Hitler et ses idées raciales. Betty se retrouve une fois de plus aux Olympiques, mais cette fois, elle et les autres filles, ainsi que leur homologues masculins ( dont le légendaire Jesse Owens) sont déterminées à gagner, pas seulement pour elles.


J'ai beaucoup aimé ma lecture, c'était passionnant et très instructif! J'ai rarement la chance de voir des ouvrages sur des sportives, il y en beaucoup moins que sur les sportifs ( tiens, quand on parle d'équité de genre...). Betty est une jeune femme remarquable, comme le sont souvent les athlètes olympiques, il faut dire, mais ici, elle est également pionnière se sa discipline, qui venait d'être autorisée aux femmes, en plus d'avoir du se battre contre une blessure importante. J'ai beaucoup aimé la fresque historique qui se déploie autours d'elle: les Olympiques et leurs débuts, la parité homme-femme encore très inégale, la Grande Dépression, les prémisses de la seconde guerre mondiale,etc. On a aussi rarement l'opportunité de voir des femmes aussi accomplie à cette époque.


Betty était un personnage attachant, courageuse, résiliente, très axée sur sa famille et capable de raisonner. je n'ai eu aucun mal à la suivre dans son histoire. Monsieur Price était avant-gardiste en osant la prendre dans le Club d,athlétisme, c'était un monsieur de conviction. Enfin, les parents de Betty aussi étaient touchants, pas toujours adroits, mais pleins d'amour pour leur fille. C'était merveilleux de voir leur appuis, leur support et leur ouverture d'esprit. Je salue aussi le formidable athlète également mentionné dans l'histoire ( plus à la fin) Jesse Owens, afro-méricains qui aura rafler quatre médailles d'or en athlétisme au nez raciste d'Hitler et ses tout aussi racistes compatriotes. Un passage assez jouissif!


Bref, un agréable plongeon...enfin, une course plutôt, dans l'histoire d'une athlète olympique américaine, véritable modèle pour les filles et sportifs de la jeunesse. On en prendrait assurément plus des roman de ce genre en librairie, pour mieux faire connaitre les personnes marquantes de l'histoire et aussi donner plus de tribune aux sportives, encore sous-représentées en littérature jeunesse. J'ajoute que ça se lit tout seul, c'est aéré et bien écrit.


Enfin, je remercie Monsieur Nessmann, l'auteur, qui en écrivant ce roman, fait ainsi paraitre le premier roman français sur Betty. Il nous donne également quelques infos supplémentaire à la fin du roman et informe qu'en fait, le roman, tout comme les Jeux de Tokyo, devait paraître en 2020. or, tout comme les Jeux, le voilà en 2021!


À découvrir!


Pour un lectorat du troisième cycle primaire, 10-12 ans.
Commenter  J’apprécie          73
1996, à l'occasion des JO d'Atlanta, une relayeuse hors norme porte la flamme olympique à proximité de Denver. Elle a 85 ans et s'appelle Elisabeth Robinson. Méconnue en Europe, elle est pourtant une figure emblématique de l'histoire des jeux olympiques et du sport féminin en devenant en 1928 à seulement 16 ans la première femme championne olympique sur le 100m. « Une fille en or » retrace le parcours exceptionnel de cette athlète loin d'être destinée à pratiquer un sport d'homme. Si la première partie de sa carrière fut une fulgurante ascension, elle dut malgré tout supporter les brimades de ses coéquipiers masculins et convaincre sa mère que ce sport ne représentait aucun risque pour les femmes. « Des études montraient par exemple que le développement de la musculature entraînait une masculinisation des filles, avec de fâcheuses conséquences : difficultés à avoir des bébés pour certaines, attirance pour les filles plutôt que pour les garçons pour d'autres, raccourcissement de vie pour toutes… » Des inepties aujourd'hui mais des à priori pesant et des carcans qu'il a fallu briser à l'époque de Betty.
Suite à un accident d'avion, la deuxième partie de son histoire, c'est Betty qui l'a écrite. Brisée physiquement et mentalement, elle n'aura alors qu'un objectif pouvoir recourir un jour et participer au JO controversés de Berlin en 1936. Force, courage, c'est également avec le soutien de sa famille, qu'elle tentera cet impossible exploit.
Un roman passionnant et émouvant, hommage à une femme déterminée à réussir malgré tous les obstacles. Un récit parsemé d'anecdotes sur l'athlétisme et les jeux olympiques qui prêtent parfois à sourire. « Pas de starting-block en 1928, les athlètes devaient creuser les trous avec une truelle pour caler leurs pieds. » Crise de 1929, avènement du nazisme en Europe, le destin de Betty est lié à la grande Histoire. Ce roman est d'une richesse exceptionnelle. On pourrait reprocher une écriture un peu simpliste ce qui lui vaut une édition jeunesse mais très franchement, je me suis laissée embarquer avec plaisir dans la fabuleuse histoire de Betty, une fille en or qui le mérite.
Commenter  J’apprécie          140
Coup de coeur pour ce roman à l'écriture sensible. Mais également coup de coeur pour ce destin hors du commun que la littérature me permet de cotoyer!
Un grand merci à l'auteur d'avoir choisi de nous raconter en français cette histoire vraie, de la sortir de l'oubli.
C'est un récit historique d'une période difficile par bien des points (crise de 1929, nazisme), mais un récit porteur de rêves et d'espoir, qui nous permet de croire en une résilience possible. Tout n'est pas vain dans l'effort, le travail et le courage.
Quelle vie romanesque tout de même que celle de Betty Robinson! Et quel beau visage rayonnant elle avait quand on regarde des photos ou vidéos sur Internet.
C'est une personnalité que je ne suis pas prête d'oublier!! Un roman que je vais partager le plus largement possible!
Commenter  J’apprécie          122
« Une fille en or » est une biographie romancée de Betty Robinson, athlète féminine des jeux olympiques. L'auteur raconte en deux parties la découverte et l'ascension de cette femme remarquable qui a gagné aux jeux olympiques d'Amsterdam e 1928 le premier titre du 100 mètres féminin.
Ce qui m'a plu, c'est de découvrir une jeune lycéenne volontaire et motivée malgré la ségrégation dont les femmes étaient victimes au début du XXe siècle. Elle est animée de valeurs qui sont attachantes. J'ai été captivée par son histoire. Elle vit avec ses parents à Riversdale près de Chicago. Elle est la benjamine de trois filles. Ses soeurs vivent dans le même immeuble avec conjoint et enfants. Elle est repérée par son professeur de sciences qui la voit courir pour attraper son train. Il lui propose de s'entraîner avec l'équipe masculine d'athlétisme mais cela ne se passe pas très bien. L'athlétisme, à cette époque, est très genré. Les garçons n'acceptent pas d'affronter une fille à la course. Elle rejoint donc l'IWAC, l'Illinois Women's Athletic Club, un club privé féminin qui met à disposition une structure sportive. En mars 1928, Betty participe à sa première compétition nationale. Elle affronte Helen Filkey, la fille la plus rapide sur la piste. Elle la bat et devient à son tour la fille la plus rapide du monde. de ce fait, elle participe aux premiers jeux olympiques ouverts aux femmes et remporte la médaille d'or du 100 mètres. Retour en fanfare dans son pays. Elle est célébrée à Chicago et à Riversdale. Savez-vous que les jeux olympiques modernes ont été créés par un français, le baron de Coubertin ?
Puis, en 1931, c'est l'accident d'avion. C'est son cousin qui pilote. A environ six cents pieds, le moteur crache une fumée noire et c'est la chute. Sa jambe est très abîmée. Pourrait-elle courir à nouveau ?
L'auteur nous invite dans la vie de son héroïne. Nous découvrons ses rapports avec son père, avec sa mère. Ses relations avec cette dernière sont conflictuelles. Plus loin dans le roman, nous apprenons pourquoi sa mère est rétive à la pratique du sport de sa fille, à son départ pour les jeux olympiques. Nous vivons aussi la crise de 1929. Son père perd son emploi à la banque. C'est une vie difficile que le foyer traverse. Mais la famille est très soudée.
J'ai pratiqué l'athlétisme dans ma jeunesse. J'adorais ça.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Seules quatre filles ne pouvaient pas - pour des raisons faciles à comprendre - s'entraîner correctement : les lanceuses de disque. Oups ! Un disque à la mer... Mel leur faisait répéter le geste, mais sans le lancer. Chez les hommes, les lanceurs de poids s'entraînaient normalement, car leurs boulets ne retombaient jamais très loin sur le bateau, mais pas les lanceurs de javelot, pour des raisons là aussi évidentes: « Oh, pardon ! je ne te visais pas... Ça pique ? »
Commenter  J’apprécie          30
Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l’appelle la renaissance.
Commenter  J’apprécie          90
Le succès, c’est tomber sept fois et se relever huit.
Commenter  J’apprécie          40
C’est en compagnie des personnes les plus proches qu’on se sent parfois le plus seul.
Commenter  J’apprécie          20
Je revois notre maison à Riverdale.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Philippe Nessmann (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Nessmann
Vidéo "En cuisine", réalisée en 2023 par le Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil. L'auteur Philippe Nessmann présente ses ingrédients pour écrire un livre.
autres livres classés : jeux olympiquesVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (64) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1674 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..