AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782330025052
448 pages
Éditeur : Actes Sud (13/11/2013)
3.56/5   94 notes
Résumé :
Le premier mort s appelle Grosmann. L affaire serait banale si l homme n était pas le veilleur de nuit de la société qui va construire sur le Taunus un parc d éoliennes, un projet combattu par une association de riverains. Meurtres en cascade, rivalités locales, corruption globale, Neuhaus livre un polar haletant au climat déréglé.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,56

sur 94 notes
5
6 avis
4
9 avis
3
6 avis
2
2 avis
1
0 avis

Stewartjef
  03 août 2019
J'étais plein de bonnes intentions.
Je voulais lui donner une deuxième chance.
Mais comme je ne suis pas masochiste, ce sera suffisant.
Il n'y aura donc pas de trilogie.
Trop de liens entre trop de personnages.
Tout le monde est parent, ... de la fesse gauche.
Tout le monde a encore un, voir plusieurs mobiles, pour se faire justice.
Fini l'Allemagne, je retourne en Islande !
Commenter  J’apprécie          252
Woland
  01 mai 2017
Wer Wind sät
Traduction : Jacqueline Chambon
ISBN : 9782330039431
Après recoupement, il apparaît que cet ouvrage se situe bien, chronologiquement parlant, après la rupture entre le commissaire Oliver von Bodenstein et son épouse, Cosima. Donc, directement après "Blanche-Neige Doit Mourir." Mais, comme pour tout un chacun en général, si grande que soit la douleur du divorce après tant d'années de mariage, la vie doit continuer. Et la vie de Bodenstein, ce sont les morts suspectes, les enlèvements, les trucs plutôt louches qu'il doit absolument résoudre avec son équipe. Son équipe où vient d'entrer Cem Altunay, personnage qu'on retrouvera par la suite, cela va de soi.
Dès le début, le lecteur comprend que, malgré tous ses efforts, Bodenstein est dans une période "flottante", d'autant que, élevé dans la certitude qu'il ne fallait jamais montrer ses sentiments, il a du mal à communiquer ce qu'il ressent, fût-ce à Pia Kirchhoff, sa collaboratrice la plus proche, qui revient tout juste de vacances en Chine avec son compagnon, Christof Sander. Elle se trouve d'ailleurs encore à l'aéroport lorsque son chef l'appelle pour lui annoncer qu'un cadavre a été trouvé à Kelkheim, à la société WindPro, qui vend essentiellement des éoliennes pour ainsi dire "clefs en main."
Sans défaire ses bagages, Pia fonce sur les lieux du crimes. La victime : le veilleur de nuit, Rolf Grossmann, qui n'était guère aimé des employés et avait un faible accentué pour la bouteille. Il a été trouvé raide mort au bas de l'escalier où il devait probablement faire sa ronde. L'autopsie révèlera qu'il est en fait décédé d'un infarctus mais, chose curieuse, les meurtrissures sur les côtes ont été infligées par quelqu'un qui, de toute évidence, a tenté de ranimer le défunt. Serait-ce par hasard le cambrioleur dont on a la preuve qu'il s'est introduit à la Société cette même nuit - mais pour voler quoi, on l'ignore encore - qui, ayant poussé sans le vouloir, en s'enfuyant, Grossmann dans l'escalier, a été pris de remords et est revenu sur ses pas pour essayer de réparer le désastre dont il était responsable ? Après tout, un cambrioleur n'est pas toujours un assassin, tous les romans policiers du monde vous le prouveront. Et souvent, les affaires dans la vie réelle le font aussi.
Nous entrons alors de plein pied dans l'intrigue qui tourne essentiellement autour d'un parc d'éoliennes que WindPro souhaite installer non loin de là. Mais il y a des opposants, qui se sont rassemblés sous le nom d"Initiative citoyenne" et qui comptent, entre autres, parmi eux, le père de Bodenstein, dont la propriété est dans le coin. le vieux comte est depuis des années le familier de l'un des leaders du mouvement, Ludwig Hirtreiter, propriétaire terrien pourvu de trois enfants qui ont rompu les liens avec lui et n'attendent que leur héritage. Mais Hirtreiter est solide, aussi solide que têtu. Aussi refuse-t-il énergiquement de composer avec le Directeur de Windpro, Stefan Theissen, qui cherche désespérément - il montera jusqu'à 3 millions d'euros - à lui acheter le fameux "pré aux Prêtres" où, en principe, devraient se dresser les éoliennes.
Ajoutons à cela que l'un des autres chefs de file de l'"Initiative citoyenne", Jannis Theodorakis, d'origine grecque comme son nom l'indique , n'est autre qu'un ancien cadre de WindPro, renvoyé pour faute grave, et qu'il brûle du désir maniaco-obsessionnel de se venger de Theissen. En outre, par le plus grand des hasards, et pour des raisons que l'on n'apprendra que bien plus tard, le jeune fils de Theissen, Mark, seize ans, s'est vu condamné à des Travaux d'Intérêt Général qu'il accomplit au Refuge pour animaux et à l'animalerie tenus par Ricky Franzen, la compagne de Jannis. Au milieu de tout cela, évolue l'énigmatique Nika, une "souris grise" qui s'est réfugiée chez Ricky après un clash dans son couple (enfin, tel est le prétexte donné) et travaille avec Ricky, Frauke Hirtreiter (la fille du propriétaire récalcitrant, vendeuse à l'animalerie) et, bien entendu, Jannis.
Le décès de Grossmann intrigue. Mais celui de Hirtreiter, abattu sur sa propriété de deux coups de fusil - un dans le ventre, l'autre dans le visage - en compagnie de son chien Tell, bien qu'on eût pu le prévoir dans une atmosphère surchauffée comme l'est actuellement celle de Kelkheim, se révèle bien plus sanglant et plus épineux encore à résoudre. Tant de gens avaient intérêt à voir mourir le vieil homme, à commencer par ses deux fils et sa fille ... Mais cette mort arrange aussi Stefan Theissen, cela va sans dire. Et peut-être Jannis Theodorakis, personnage narcissique et vraiment antipathique, à qui Hirtreiter faisait de l'ombre ...
Comme les démons de l'Evangile, les suspects sont légion. Et voilà que, au lieu de se préoccuper de dénicher le bon dans la masse, Bodenstein, qui a vécu une autre épreuve en manquant périr étouffé et piétiné par la foule lors de l'ultime réunion de l'"Initiative citoyenne" à laquelle avait participé Hirtreiter, ne trouve rien de mieux que de tomber amoureux. Ca arrive bien sûr à tout le monde et l'on ne sait jamais quand est-ce que cela vous dégringolera sur le nez. le problème, c'est que Bodenstein n'a plus d'yeux et de pensées que pour la fameuse "souris grise" de l'animalerie, Nika, laquelle se révèle bientôt ne pas être celle qu'elle prétend être.
Se déploie alors une seconde intrigue dont nous avions eu quelques prémices dans les vingt premières pages du livre et sur laquelle nous ne vous dirons pas grand chose, sauf qu'elle concerne les manipulations de certains pour mettre en garde le grand public contre le réchauffement climatique.
"Manipulation" est d'ailleurs le mot-clef de "Vent de Sang" car deux des héros sont, du début jusqu'à la fin, manipulés par ceux en qui ils avaient mis leur confiance. Mieux, on peut admettre que l'un des manipulateur a lui-même été manipulé jadis !
C'est le hasard pur qui a voulu que nous lisions "Vent de Sang" en cette période où la manipulation dans la presse écrite, télévisée et radiophonique atteint des degrés que l'on n'avait jamais vus (en tous cas, pas dans ma génération). Ce qui fait que, l'actualité réelle se mêlant ainsi à un polar où tout, en principe, n'est que fiction, on est poussé à réfléchir ... Cela ne fait jamais de mal, bien sûr mais cela vous fait également une drôle d'impression.
Bodenstein étant ici en état de choc ou dans une sorte d'état second, à vous de choisir (à la fin du livre, il demande sa mutation à la K11 de Berlin ), c'est sur les épaules d'une Pia rageuse mais brillante que repose pratiquement toute l'enquête. Au passage, au vu de certaines de ses réactions envers Nika, on comprend vite que, sous l'amitié sincère qu'elle voue à son chef et qu'il lui rend bien, se cache un sentiment qui pourrait bien être de l'amour - tous deux, d'ailleurs, s'en rendent plus ou moins compte même si le sujet est tabou entre eux. le style est fort, la technique et l'équilibre des intrigues qui se mêlent parfaits, l'ensemble solidement étayé avec un fil rouge qui relie entre eux les différents faits sans aucune incohérence. Quant aux personnages, ils sont toujours aussi, voire de plus en plus, attachants.
Lisez donc "Vent de Sang" en confiance mais à tête reposée. N'hésitez pas à prendre des notes, voire à relire le tout : vous ne serez pas déçus. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Taraxacum
  07 janvier 2016
Après avoir aimé le premier tome traduit, été déçue par le second, voilà que je tente ma chance avec Vent de sang... Je suis contente de l'avoir lu, il est meilleur que Blanche-neige doit mourir , mais n'est pas pour autant sans défaut et ne se hissera pas dans les listes des polars inoubliables qui marquent l'histoire du genre policier!
Vent de sang entrecroise plusieurs sujets et pas mal de protagonistes, on pourrait même dire un peu trop. A sauter sans cesse de l'un à l'autre, trop rapidement, il m'a fallu un moment pour m'y retrouver et comme souvent dans les polars, de grosses coïncidences vont finalement relier tous les fils de l'intrigue. Ce roman traite des climato-sceptiques, et aussi de la célèbre affaire qui a fini par impliquer le Climatic Research Unit, mais sans le moindre recul à vrai dire, et c'est un peu dommage. Si cela met en valeur les côtés les plus sombres de l'espèce humaine, cela manque singulièrement de subtilité...
Résultat, cela fait tout un pan du roman difficile à avaler et c'est un peu dommage car le traitement des deux enquêteurs se révèlent intéressant. Pris dans ses problèmes personnels, Bodenstein est loin d'être à la hauteur et c'est l'occasion pour Pia Kirchhoff de démontrer ce qu'elle sait faire en matière de gestion d'une enquête. Et aussi qu'elle n'est pas du genre à manquer saboter une enquête en cours, elle!
C'est une enquête avec des moments intéressants, mais pas un monument du polar et je suis assez mal à l'aise de la façon dont ça présente un scandale qui s'est révélé un pétard mouillé comme quelque chose de bien plus importants, alors qu'il existe encore tant de personnes, y compris à des postes stratégiques dans les gouvernements , qui pensent que les efforts de sauvegarde de la planète, c'est pour les autres! Malgré un certain attachement au personnage de Pia Kirchhoff, je n'ai pas encore tranché :lire la suite, ou pas?
En tout cas, pas tout de suite!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
inclassable1
  04 février 2015
Vent de Sang est le troisième volet que consacre Nele Neuhaus aux enquêteurs Oliver Bodenstein et Pia Kirchhoff.
Les riverains du Taunus sont vent debout (elle est facile) contre le projet d'implantation d'un parc d'éoliennes et le roman s'ouvre sur la mort suspecte du veilleur de nuit de la société Windpro chargée du projet.
A la tête des opposants, deux personnages que tout distingue : Ludwig Hirtreiter, veuf entêté, qui refuse de céder une prairie nécessaire au projet malgré une offre financière plus qu'alléchante et la pression de ses enfants, Jannis Theodorakis, employé congédié de la société Windpro dont le désir de vengeance lui fait prendre tous les risques.
La confrontation entre opposants et partisans du champ d'éoliennes va progressivement s'envenimer, un nouveau meurtre va intervenir.
Ce roman de Nele Neuhaus est très abouti.
Au-delà d'une enquête policière que j'ai trouvée passionnante, la duplicité, l'hypocrisie, l'ambigüité de certains personnages est traduite d'une manière époustouflante.
La construction du roman est par ailleurs en grande partie basée sur les différentes facettes des personnages découvertes progressivement, à l'exemple de Frauke, que nous connaissons d'abord comme employée d'une animalerie et va se révéler être la fille de Ludwig Hirtreiter
Cette construction, assez originale, crée de multiples angles de vue pour le lecteur et ajoute à l'enquête policière une dimension très humaine.
Par ailleurs, la couleur de fond du roman, écologique, est très convaincante, que ce soit la lutte locale liée à la construction d'un parc d'éoliennes ou bien les controverses autour du changement climatique liées aux intérêts économiques des multinationales, même si il aurait été utile de rappeler que, en ce domaine, aucun camp n'a de leçon à donner.
De véritables portraits psychologiques et une intrigue policière ancrée dans la réalité font de ce roman une grande réussite.
Lien : http://occasionlivres.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
clude_stas
  21 janvier 2014
L'écologie est devenu bien plus qu'un mode de vie alternative, même plus qu'une idéologie. Elle a pris une telle place dans notre vie que son statut est proche de celui de la religion. Comme celle-ci, l'écologie a ses gestes rituels (tri des déchets, recyclages), ses prophètes (climatologues et autres scientifiques), ses promesses d'apocalypse et, hélas, ses intégristes.
L'Allemagne fut un des premiers pays européens où les Verts eurent un poids politique. Et c'est là, pas loin de Francfort, que se déroule cette enquête policière, autour de l'implantation d'un parc d'éoliennes. En effet, comme le dit un des protagonistes, on veut des énergies alternatives mais pas les dispositifs qui les produisent devant chez soi. Bref, entre sociétés de production et associations résistantes, le combat est rude, et les moyens de pressions vont des pétitions aux manifestations. Mais quand les actes deviennent terroristes et meurtriers, la ligne rouge est franchie … et, dès lors, entre en scène la police.
Très vite, les inspecteurs évoluent dans le monde assez restreint d'amoureux des animaux, d'amateurs macrobiotiques, de jeunes idéalistes instrumentalisés aussi bien par un homme amer saoul de vengeance que par toute une escroquerie mise en place depuis des décennies. Ces personnages sont parfois caricaturaux, mais c'est pour cette raison qu'ils nous cueillent en agissant très différemment de ce qu'on attendait d'eux. Et, évidemment, cet assassin n'est pas celui qu'on pense.
Le sentiment d'un véritable gâchis, d'une utopie, une fois de plus, salie par l'avidité des hommes, d'un monde perdu, à jamais ! Mais de tout cela, peut-être que quelque chose, un petit rien, de positif naîtra.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
LesEchos   28 avril 2014
Nele Neuhaus, romancière allemande née en 1967, a connu un grand succès avec ses deux derniers livres, « Flétrissure » et « Blanche Neige doit mourir », vendus à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde. Elle est de retour avec un nouveau, polar teinté d’enjeux écologiques intitulé « Vent de sang ».
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
caro64caro64   27 mars 2015
Il était assis là comme la caricature d’un de ces commissaires chers aux romans policiers suédois : vieux, déprimé et seul.
Commenter  J’apprécie          170
monique592monique592   27 avril 2014
Le premier mort s'appelle Grossmann. Meurtre ou accident, l'affaire serait banale si l'homme n'était pas le veilleur de nuit de la société Windpro qui s'apprête à construire sur le Taunus un parc d'éoliennes, un projet combattu par une association de riverains. Deux hommes ont pris la tête des opposants : Ludwig Hirtreiter, qui refuse de céder une prairie nécessaire à Windpro malgré l'offre très généreuse de 3 millions d'euros qui lui est faite ; et Janis Théodorakis, sous couvert d'écologie. La confrontation est âpre, et lors d'une réunion consacrée au projet, une rixe éclate. Une femme décède. Le commissaire Oliver von Bodenstein, présent, est blessé. La situation ne cesse de s'envenimer et bientôt, un deuxième meurtre est commis. Entravés par la duplicité des protagonistes prompts à dissimuler leurs motivations profondes derrière la commode façade de convictions éthiques ou morales. Bodenstein et Pia Kirchhoff doivent faire face au vent meurtrier qui semble s'être abattu sur la région du Taunus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
profileuse_criminal_lectriceprofileuse_criminal_lectrice   29 décembre 2013
"Le Premier mort s'appelle Grossmann.Meurtre où accident "
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Nele Neuhaus (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nele Neuhaus
Payot - Marque Page - Nele Neuhaus - Promenons-nous dans ce bois
autres livres classés : littérature allemandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Une vie au galop

Comment s'appelle le double poney blanc que monte souvent Elena ?

Fritzi
Twix
Sirius

6 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Une vie au galop de Nele NeuhausCréer un quiz sur ce livre