AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9791021032590
Tallandier (11/10/2018)
4.67/5   9 notes
Résumé :
L’intimité des rois et des reines nous fascine, mais les historiens parlent surtout de leur vie amoureuse, sur laquelle les ragots colportés de génération en génération l’emportent souvent sur les preuves, mais rien ou presque, en général, sur leur vie intellectuelle, sur leurs lectures, sur leurs goûts personnels, sur leurs distractions, leurs manies, leurs habitudes. Ce sont pourtant ces passions-là qui nous en disent le plus sur eux et qui nous donnent le plus de... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
deidamie
  20 novembre 2021
"Bonjour les Babélionautes! Aujourd'hui, on va faire un peu d'histoire!
Or donc, à quoi s'occupe-t-on quand on s'ennuie et qu'on est roi ou reine d'un pays? Tout le monde connaît la passion de Louis XVI pour la serrurerie... mais quid des autres rois et reines d'Europe? Marie Petitot répond à cette question avec ce gentil livre de vulgarisation. Elle choisit un angle original: ces minibiographies ne s'intéressent qu'aux loisirs des têtes couronnées. Théâtre, sport, protection animale, danse, musique et sciences: si vous voulez savoir qui s'adonne à quoi, pas le choix: lisez-le!
Je me suis bien amusée, je dois le dire! Et j'ai appris des choses tout à fait passionnantes! Bon, pour certaines, j'étais au courant: la passion de Joséphine de Beauharnais pour les plantes, par exemple.
...
Ben alors, Méchante Déidamie? Tu ne te moques pas de moi parce que je regarde Sous les jupons de l'histoire?
-Trente-deux mille...
-Plaît-il?
-TRENTE-DEUX MILLE?! Mais comment c'est possible?!
-Alors, je crois que les gens ne savent pas de quoi tu parles...
-Dans la première bio, là, celle de la daronne de Louis XIII!
-Elle s'appelle Marie de Médicis, la daronne.
-Oui, elle! Elle collectionne les perles et les pierres précieuses, et se montre dans une robe ornée de trente-deux mille perles! TRENTE-DEUX FOIS MILLE!!!
-Euh oui...
-Mais comment tu en rassembles autant à ce siècle?
-Apparemment, elle disposait de prospecteurs chargés de les lui rapporter...
-Mais ils les trouvaient où? Comment tu collectes un tel trésor? Et elles sont devenues quoi après?
-Ah, ça, le livre n'y répond pas...
-Bah c'est dommage, j'aurais bien voulu savoir, moi! Je me demande d'ailleurs si c'est une discipline, l'histoire des joyaux?
-Je n'en sais rien... Quoi qu'il en soit, j'ai passé un excellent moment avec ce bouquin! Comme je le disais plus haut, l'angle est original et...
-Moi, je regrette les maladresses.
-Pardon?
-Oui! L'écriture reste tout le long de bonne facture, mais j'ai noté quelques maladresses d'expression. Albert II de Monaco, il ne peut pas être le trisaïeul d'Albert Ier!
-Ah oui, en effet, c'est bizarre... Bref, comme je le disais plus haut, l'originalité de l'angle apporte quelque chose de rare en histoire: de la tendresse et de l'humanité.

En se focalisant sur le divertissement, la passion ou la vocation de ces personnes, Marie Petitot les rend humains. Elle me pousse à les apprécier, même si je n'éprouve au départ que de l'indifférence, voire du mépris.
-Ouais, Napoléon III, c'est pas mon pote!
-Non certes, cependant le découvrir par la passion qui a guidé sa vie le rend moins antipathique. Plus généralement, ce livre m'a laissée rêveuse sur le XIXe siècle. Tu te rends compte? L'essor du capitalisme et de l'industrialisation ont écrasé et fait souffrir tellement de gens, et pourtant, il a existé des personnes qui voulaient démocratiser la connaissance en ouvrant des musées, des jardins, en encourageant les recherches tous azimuts...
-Et en s'accrochant au pouvoir comme des arapèdes ou en utilisant leurs spécialités à des fins propagandistes...
-Bon, c'est compliqué, Méchante Déidamie! le XIXe siècle reste une centaine d'années remplie de terribles contradictions, ça le rend d'autant plus passionnant. La reine Victoria en représente un bon exemple.
Royales passions représente un objet agréable à lire en présentant l'histoire sous l'angle de la petite! On apprend en s'amusant et j'ai terminé ma lecture convaincue que ce livre fournissait un complément passionnant aux biographies traditionnelles."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
arthur05
  30 mars 2019
Dans le cadre de l'opération Masse critique , j'ai pu lire Royales Passions de Marie Petitot .
Tout d'abord ce qui m'a étonné est que ce livre d'histoires a été écrit par une jeune historienne de vingt cinq ans , la valeur n'attend pas.....
Ce livre révèle au gré ses chapitres les passions de différents royales personnes , Louis XIII et la musique, Louis XV et la chasse, La Reine Victoria et ses animaux de compagnie , une façon de nous les rendre plus humains ,nous conte L Histoire sous un autre angle , la jeunesse de son auteur n'y est surement pas étranger , un vrai plaisir de lecture , vivement son second livre , celui-ci étant le premier . L'histoire devient vivante , humaine c'est une heureuse découverte.
Merci à Babelio et aux éditions Tallandier et un grand bravo pour son auteur
Commenter  J’apprécie          231
Zippo
  05 mai 2020
Que font les rois et les reines lorsqu'ils ne sont pas dans le décorum du pouvoir ? Quelle est leur véritable personnalité, comment s'exprime-t-elle ?
Dans ce livre délicieux, intéressant et tout à la fois distrayant, Marie Petitot nous dévoile l'intimité d'une dizaine de souverains, non pas leurs vies amoureuses maintes fois commentées et objet de tant de ragots…
Très souvent, la "grande histoire" est opposée à la "petite histoire". Mais n'y-a-t-il pas tout simplement L Histoire celle des individus, des nations, des principes politiques, ces éléments s'entrecroisant au fil des siècles ?
Dans ce livre, nous constatons que l'enfance, les passions personnelles ont souvent influé sur le règne des souverains.
Au fils des pages passionnantes de cet ouvrage, nous croisons :
Marie de Médicis, épouse d'Henri IV, collectionneuse acharnée de bijoux et de pierres précieuses, mais généreuse avec ses proches auxquels elle offrait de précieux présents. Elle encouragea les arts du début du XVIIème siècle et connut une triste fin en exil, du fait d'une profonde mésentente avec son fils le roi Louis XIII.
Louis XIII définitivement considéré comme falot car fils du populaire Henri IV et père du glorieux Louis XIV.
Louis XIII avait de solides qualités dans plusieurs domaines artistiques, notamment en musique, il jouait de plusieurs instruments et composait des mélodies. Il était par ailleurs un peintre doué. Ses talents artistiques lui permettaient de se distraire lors des longues campagnes militaires.
Henriette de France, reine d'Angleterre, jeune soeur de Louis XIII qui, en épousant Charles 1er Stuart, devint reine d'Angleterre. Passionnée de théâtre, elle dut lutter pour faire admettre aux Anglais, notamment à la noblesse, que rien ne devait empêcher les femmes de devenir comédiennes. Elle encouragea le développement du théêtre britannique en se faisant la protectrice d'auteurs dramatiques.
La tsar Pierre 1er le Grand dont nous découvrons le goût prononcé pour la chirurgie et les monstres humains et animaux. Son entourage fit les frais de ses pulsions chirurgicales…
Caroline d'Ansbach, princesse allemande devenue reine d'Angleterre d'une vive intelligence qui connut et correspondit longtemps avec les savants Leibniz et Newton.
Louis XV, dont l'auteure nous parle avec toute sa sensibilité d'une enfance des plus malheureuses du fait des ravages causés par la maladie dans son entourage familial et qui, à l'âge adulte, timide et taciturne, se consola par l'amour des femmes et dans une passion forcenée pour la chasse.
Ha ! Et Joséphine, l'incomparable Joséphine de Beauharnais, qui fit de son parc de la Malmaison un pur enchantement. Cette véritable fée fit de grandes choses pour l'acclimatation de plantes exotiques sur notre sol. Elle introduisit également en Europe des animaux d'autres continents. L'auteure nous relate ce passionnant aspect de la personnalité de Joséphine avec talent et émotion...mais peut-on parler ou penser à la famille Beauharnais sans être ému ?
Napoléon III, le neveux de Napoléon 1er, longtemps sous estimé par l'historiographie (mais cette situation change depuis quelques années) était un véritable érudit en matière d'Antiquité. Admirateur de César, il en écrivit une biographie.
Comme tous les Beauharnais, fils d'Hortense de Beauharnais, et donc petit-fils de Joséphine, il vécut sa passion avec ferveur. Joséphine le fit pour la botanique, sa fille la douce Hortense pour la compositions de mélodies.
La reine Victoria, dont la seule consolation au cours de son enfance malheureuse seront les animaux, et notamment les chiens. Tout au long de sa vie elle aura un amour immodéré pour les bêtes. Chaque mort de l'un de ses animaux de compagnie lui causait une immense douleur.
Albert 1er de Monaco, le prince océanographe, qui fit tant pour le développement de l'étude des océans. A bord de ses bateaux, il découvrit tant d'espèces. Dès la fin du XIXème siècle, il s'inquiétait des ravages causés par l'homme aux océans. Nous lui devons la création du Musée Océanographique de Monaco.
Voilà donc un beau voyage dans les coulisses de l'Histoire. C'est souvent triste, émouvant et parfois gai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
PatrickCasimir
  29 octobre 2021
J'ai cru pouvoir aborder cette oeuvre comme un livre de distractions historiques légères ; mais j'ai été très agréablement surpris par ce qu'il révèle aux lecteurs.
Des passions royales très disparates dont la plupart ont eu des conséquences positives significatives au regard des legs dont elles sont à l'origine.
Héritage culturel, bien sûr ; héritage scientifique certainement. Marie de Médicis aimait pathologiquement les pierres précieuses, le luxe ; cependant, grâce à elle, la France a connu et profité du développement du beau et du goût italiens.
De Louis XIII à Henriette de France et d'Angleterre, la danse, le théâtre, la peinture ont été considérés comme de grandes affaires, des activités importantes, absolument pas futiles.
On peut, certes, passer outre la passion de Louis XV pour la chasse, passion qui a failli lui coûter la vie. En tout cas, elle a donné de beaux tableaux de chasse, si je puis m'exprimer ainsi, grâce au talent des artistes peintres qui ont su immortaliser la geste cynégétique du souverain.
La culture a encore droit de cité avec Caroline, cette autre reine consort d'Angleterre qui se passionne pour le savoir, les sciences et qui aime la fréquentation des savants, notamment, Leibniz, son grand ami, et Newton. Elle se fera la médiatrice de leur querelle...
A la frontière de la science et du morbide, se trouve la passion de Pierre le grand pour les difformités humaines. Il se révèle un dangereux collectionneur pour ses sujets, mais la science a pu s'intéresser à sa collection d'horreurs.
En revanche, la reine Victoria adorait les chiens, et d'autres animaux ; l'histoire de son enfance solitaire pourrait expliquer cette puissante passion pour les canidés. En tout cas, sous son règne et par son influence, tout a été fait pour atténuer la cruauté envers les animaux dont le peuple Anglais était accusé (à tort ou à raison). Son esprit doit sans doute planer sur la SPA anglaise de nos jours.
Les passions scientifiques sont les plus intéressantes, selon moi, et les plus inattendues. Marie Petitot nous révèle une impératrice Joséphine botaniste reconnue et respectée des gens de science, surnommée l'impératrice des roses. Son parc, l'un des plus remarquables d'Europe à Malmaison, acclimatait la flore et la faune de sa Martinique natale et de bien d'autres contrées exotiques ; flore et faune qu'elle a appris à bien connaître. Son oeuvre ne lui a pas survécu, mais le château de Malmaison et les alentours, en conservent, cependant, la mémoire.
L'archéologie a aussi trouvé un essor formidable en France grâce à Napoléon III, ce souverain passionné par l'Antiquité. C'est lui qui a permis le développement des fouilles sur tout le territoire national afin de retrouver l'histoire antique de ce pays. Il est à l'origine de l'érection de la statue représentant Vercingétorix à Alise-Ste-Reine en Côte d'or, statue réalisée par Aimé Millet. Son action en faveur du développement l'archéologie française a été considérable, peut-être au détriment de l'exercice du pouvoir. Il me souvient d'un ouvrage de Philippe Seguin, réhabilitant l'oeuvre de Napoléon III malmené par l'histoire, sans doute à cause de Victor Hugo, (sûrement à cause de Sedan !)
Enfin, cet ouvrage s'achève sur le bel hommage (repris en citation) rendu au Prince Albert 1er de Monaco dont l'oeuvre océanographique est universellement connue. Sa passion, c'était les océans, il en a fait une discipline scientifique véritable : l'océanographie ; le chapitre le concernant est tout à fait remarquable...
Pat

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
bebi
  19 avril 2019
Je suis une fan d'Histoire. Et surtout fan de ceux qui me racontent des histoires qu'on ne trouve pas forcément dans les manuels scolaires. Ceux qui m'expliquent comme se comportaient réellement ces figures emblématiques que l'on admire.
Marie Petitot fait partie de ceux-là. Grâce à ce livre, elle nous raconte les passions qui consumaient les dirigeants européens. Des fleurs aux animaux, en passant par la chasse, chacun avait quelque chose qui le tenait très à coeur.
Ainsi, en lisant les pages de ce livre, je me suis promenée dans les jardins de Joséphine de Beauharnais, suivi les envies musicales de Louis XIII, cajolé les chiens de la Reine Victoria, ou encore été choquée par les musée de bizarreries en tout genre de Pierre le Grand.
Voilà un livre qui se laisse vraiment savourer, d'un bout à l'autre. Par ses recherches, l'auteur nous permet de faire prendre vie à un pan de l'Histoire que l'on connaît relativement peu. Avant d'aborder le sujet principal de chaque chapitre, à savoir la passion dévorante de la personne traitée, elle nous brosse un tableau plutôt complet de la vie de cette personnalité. Ainsi, au moment d'aborder sa passion, il est possible de comprendre comment elle a pu démarrer.
Marie Petitot n'en est pas à son coup d'essai, puisqu'elle tient un blog appelé Plume d'Histoire, sur lequel elle nous régale régulièrement d'anecdotes en tous genres. J'aime beaucoup aller m'y promener, et j'ai donc été plutôt ravie de voir qu'elle avait passé le pas d'écrire un livre.
Un bon moyen de se documenter un peu plus intimement avant d'aller se promener dans les différents lieux historiques qui ont vu ces illustres personnes évoluer.

Lien : http://au-fil-des-pages.be
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ZippoZippo   05 mai 2020
J'ai pénétré aussi loin que j'ai pu dans l'océanographie où je sentais dormir la solution des grands problèmes de la biologie ; où je voyais se dessiner le domaine le plus puissant des phénomènes physiques et chimiques d'où sont sorties la naissance, la propagation et l'évolution des êtres. Et plus la science développait devant moi ce terrain, plus elle confirmait la formation d'une philosophie nouvelle qui réserve à nos successeurs des vues agrandies sur les enchainements du monde vivant.
Vous avez couronné l'Institut océanographique où se développent les principes de la biologie nouveau-né qui se répandent parmi les collectivités scientifiques en éclairant un peu les ténèbres où s'agite notre besoin de vérité.
Le palais de la Mer, qui domine Monaco et les siècles d'ignorance, s'enrichit tous les jours avec les dépouilles que mes collaborateurs et moi avons recueillies partout où elles attendaient qu'un esprit nouveau dans l'humanité leur demandât ce qu'elles pouvaient révéler sur les origines du monde. Car il existe peu de champs du domaine scientifique terrestre dont on ne puisse prolonger la culture jusque dans le domaine maritime ; et progressivement l'Institut océanographique et le musée ont vu leurs laboratoires fréquentés par les travailleurs les plus divers, touchés par cette notion que l'océan possède une réserve immense des éléments qui ont formé notre planète et des forces qui la gouvernent.

Prince Albert 1er de Monaco,
Discours sur l'océan, prononcé le 25 avril 1921 à l'Académie nationale des sciences de Washington.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ZippoZippo   05 mai 2020
Madame,

Vous avez pensé que le goût des fleurs ne devait pas être une étude stérile.
Vous avez réuni sous vos yeux les plantes les plus rares du sol français. Plusieurs même, qui n'avaient point encore quitté les déserts de l'Arabie et les sables brûlants de l'Egypte, se sont naturalisées par vos soins ; et maintenant classées avec ordre, viennent présenter à nos regards, dans le beau jardin de La Malmaison, le plus doux souvenir des conquêtes de votre illustre époux, et la preuve la plus aimable de vos studieux loisirs.
Vous avez bien voulu me choisir, Madame, pour décrire ces différentes plantes, et faire connaître au public les richesses d'un jardin, qui égale déjà ce que l'Angleterre, l'Allemagne et l'Espagne nous offrent de plus curieux en ce genre. Daignez agréer l'hommage d'un travail entrepris par vos ordres.
Je suis avec le plus profond respect,
Madame,
Votre très obéissant serviteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PatrickCasimirPatrickCasimir   29 octobre 2021
Henry de Varigny note avec justesse dans Le Progrès de la Côte d'or "Il aurait pu se contenter du rôle de mécène ; il a voulu faire oeuvre scientifique personnelle." Et quelle oeuvre ! Le prince a consacré à l'océan "l'ardeur de sa jeunesse et l'expérience de son âge mûr", a mis à son service son intelligence, sa fortune, son existence entière. Grâce aux résultats décisifs d'Albert de Monaco, "le flambeau de la science" a pu jeter ses rayons "jusque dans les plus profondes ténèbres des gouffres".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Marie Petitot (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Petitot
Royales Passions ! Pierre le Grand et les dents
autres livres classés : histoireVoir plus

Autres livres de Marie Petitot (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2714 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre