AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782878586152
360 pages
Viviane Hamy (14/01/2016)
3.69/5   81 notes
Résumé :
À la veille de Noël, un groupe de SDF investit Notre-Dame de Paris, revendiquant un logement pour tous. Les médias se déchaînent. Après l'éviction manu militari, le calme revient jusqu'à ce que, peu avant Pâques, on repêche dans la Seine le corps étrangement mutilé de Mouss, le porte-parole des sans-abri. Quand Claire Kauffmann, la juge d'instruction, apprend que le père Kern officiait dans la cathédrale au moment de son occupation, elle sollicite son aide pour fair... >Voir plus
Que lire après Evangile pour un gueuxVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
3,69

sur 81 notes
Le flâneur qui profite des bouquinistes quai de Montebello et quai de la Tournelle passe au dessus des gueux qui vivent entre la ligne RER et l'ex voie sur berge derrière les bouches d'aération et les plaques d'égout. Loin des yeux, loin des coeurs, ces clochards sont les vedettes de « l'évangile » publié par Alexis Ragougneau qui nous mêne aux côtés de Mouss, Stravos, Kristof et leurs disciples, loin des aménités de notre FRANCE en marche et des images touristiques valorisant le coeur de Paris.

Il s'agit plus d'une parabole que d'un polar et j'ai apprécié cette plongée dans les boues de la SEINE avec le père KERN, émouvant pasteur mobilisé avec les bénévoles d'ATD Quart Monde et Claire la juge torturée par des séquelles de son adolescence.

Une belle histoire, avec des héros engagés et l'écriture ciselée d'un romancier qui marche sur les traces de Victor Hugo en ressuscitant Quasimodo.
Commenter  J’apprécie          780
A quelques jours de la célébration de Pâques, le corps d'un homme est retrouvé dans la Seine. Il est mort de noyade mais porte étonnamment les stigmates du Christ ainsi qu'une plaie sur le flanc. La police l'identifie rapidement, il s'agit de Mouss, un SDF qui, avec une dizaine d'autres sans abris, avaient occupé Notre-Dame de Paris, deux jours avant Noël, demandant un logement pour les laissés pour compte, après de nombreuses revendications restées lettres mortes. A l'époque la police etait intervenue brutalement pour chasser les occupants sous le regard du père François Kern, demeuré etonnament passif et depuis, se sentant responsable. Cette opération de force avait été très mal vécue par les autorités religieuses et notamment par les Cohors Christi, une organisation catholique rigoriste qui avait gardé dans sa ligne de mire le chef de cette revendication ; d'autres pistes sont évoquées, avec l'entourage des sans abris, un monde de promiscuité où vengeance et jalousie sont souvent exacerbées.

Une deuxième enquête dans laquelle on retrouve quelques uns des personnages de la madone de Notre-Dame, le père François en tête, prêtre officiant à Poissy, suppléant à Notre-Dame de Paris. L'homme est très affecté par la mort de Mouss, un homme qu'il a côtoyé, aidé mais également abandonné et trahi et puis l'on retrouve la jeune juge Claire Kauffmann qui va devoir démêler les fils d'une enquête qui résonne curieusement avec la passion du Christ.
Alexis Ragougneau continue son exploration des grands épisodes de l'évangile, après le 15 août et la fête de la Vierge, c'est Pâques qui sert de contexte à sa deuxième enquête, une intrigue très érudite et savante, dans laquelle il fait preuve d'une grande connaissance des rites religieux et du contexte spirituel autour de Notre-Dame de Paris. Une intrigue christique, pas toujours vraisemblable mais diablement intelligente.
Avec l'incendie de Notre-Dame de Paris, il sera sans doute difficile de continuer ces enquêtes et cette exploration de la Cathédrale comme lieu d'investigation, mais qui sait, Alexis Ragougneau est plein de ressources et trouvera peut-être une solution pour explorer le personnage du prêtre ou se concentrer sur un autre édifice religieux...
Commenter  J’apprécie          430

La Cour des Miracles a annexé Notre-Dame de Paris au détour d'un Noël.

Événement fort médiatisé face à la naissance d'un nouveau sauveur des laissés-pour-compte, belle parabole dont l'épilogue est un cadavre, quatre mois plus tard. Celui du jeune meneur, clochard martyrisé, repêché dans la Seine.

Heureuse surprise que cet évangile! le ton ironique et sarcastique est amusant. Les dialogues sont dans leur jus populaire. Cette histoire bourrée de symboles est bien construite et décomplexée ( l'allégorie de la cène autour de pizzas Margherita est savoureuse) et donne la parole aux invisibles avec humour et efficacité. L'enquête est accessoire, menée par un prêtre à l'ascétisme façon Greco, une jolie juge sur talons aiguilles et deux improbables flics du 36 voisin.

Néanmoins, derrière la fable humoristique se cachent des thématiques plus sérieuses et bien actuelles, des relents de corporatisme et fondamentalisme religieux. Les institutions politiques, policières et spirituelles, la bonne bourgeoisie et les actions sociales se font égratigner, stigmatisant l'indifférence et la bonne conscience de notre époque face au problèmes des sans-abris.

Pas de doute qu'après cela, les gueux de nos trottoirs prennent une autre dimension.
Commenter  J’apprécie          380
Après Opus 77 je fais davantage connaissance avec Aléxis Ragougneau, cette fois par un écrit bien différent puisqu'il s'agit d'un polar social. Par la belle nuit de Noël, ce n'est pas la neige qui étend son manteau blanc mais les gueux du bord de Seine qui étendent leurs pelures mais surtout leur misère dans le coeur de Notre dame. Très mauvaise pub pour les politiques, imprévu plus que dérangeant pour la police mais peut-être bonne aubaine pour les extrémistes en tout genre. A.Ragougneaux sait nous rendre attachant chacun de ces "sans dents" sans pour autant nous épargner la réalité de la rue avec la déchéance des corps, la puanteur, la maladie, et la violence. Mais il y a aussi l'humanité, l'espoir, la poésie et la révolte. Mouss le porte parole de cette nouvelle cour des miracles ,Catherine la jolie Juge d'Instruction, Kern le petit curé de Notre Dame, Gombrowicz le flic au coeur d'artichaut , Kristoff le polonais et sa flamboyante fille laissent tomber peu à peu l'habit qui ,une fois encore, ne fait pas le moine! et nous découvrons l'intime, les blessures qui font de chacun un être singulier et poignant. A.Ragougneau nous entraîne dans le sillage déroutant et percutant du besoin de croire à tout prix, du besoin de transférer sur une icône tout le poids du monde et d'en attendre la rédemption...J'ai beaucoup aimé ce polar pour son humanisme, son originalité mais aussi pour le style de l'auteur qui sait user de sensibilité, d'érotisme, d'humour aussi bien que de réalisme.
Commenter  J’apprécie          262
Série noire chez les s.d.f parisiens, règlement de compte sous le pont Neuf, du rififi port de la Tournelle. le droit d'asile à Notre-Dame, Mouss a voulu y croire et il y a quelque mois deux jours avant Noël il fut le porte-parole médiatisé des sans-grades, des sans-noms, des sans-tout-ce-dont-on-a-besoin. Mouss, le Clopin-Trouillefout de la cloche parisienne y a cru. Seulement voilà, ce printemps, Mouss est retrouvé noyé dans la Seine, son corps porte d'étranges stigmates Christiques, quelques jours après les fêtes de Pâques.

Un polar avec pour décors les quais de Seine et ses pauvre résidents est une formidable idée. de la Sainte-Chapelle et la place Dauphine, une guerre se joue entre la République et des intégristes très catholiques ayant séchés les cours de charité chrétienne. Quand Claire Kauffman, la juge d'instruction se plonge dans le dossier elle est loin de se douter que l'affaire implique de gros bonnets et qu'elle devra se méfier du sabre et du goupillon et oui Claire, des idées rances ont survécues en ce début de siècle.

Ta vie privée et tes amours singulières ne vont rien arranger, heureusement, tu as un allié quai des Orfèvres et l'aide de la cour des miracles qui loge à deux pas du Palais de Justice.

Alexis Ragougneau a du coeur et de l'audace, articuler une enquête policière autour des sans-abris qui peuplent les quais de Seine des beaux quartiers était un défi. Pari réussi, son roman donne la parole à des hommes qui ne l'ont jamais. Même le clochard céleste ne doit pas compter sur Dieu, mais sur les hommes pour rester en vie.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          290


critiques presse (1)
Telerama
10 février 2016
Dans ce polar au style ciselé, ce sont les gueux de nos rues qui sont les vrais héros déchus.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Elles s'étaient séparées sur une porte qui claque, un bruit de talons dévalant l'escalier, un «connasse» jeté dans la cour depuis la fenêtre du premier. Elle avait débouché dans la rue en y cherchant de l'air, s’était tordu la cheville en passant le pas de la porte cochère, avait maudit ses escarpins trop hauts. Un peu plus loin il y avait une petite place où se dressait une église et s'ouvrait une bouche de métro. Les cloches sonnaient. Les paroissiens sortaient. Et elle avait pensé : « Cette fois la messe est dite. »
Commenter  J’apprécie          440
« Je veux dire, monsieur le policier du quai des Orfèvres, que les clochards sont les prunelles de Paris. Ils sont là jour et nuit et n’ont rien d’autre à foutre qu’observer. Observer et boire. Personne ne les remarque, personne n’y fait plus attention, ils sont incrustés dans le bitume de la ville. Les clochards sont partout. Ils sont partout et ils voient tout. Ils voient. Ils stockent à l’intérieur. Puis ils se taisent à jamais. Bien sûr que tout le monde ici savait qu’il était mort Mouss. Qu’est-ce que vous croyez ? Un clodo c’est mieux qu’une caméra de surveillance. »
Commenter  J’apprécie          280
- Il nous reste des œufs de Pâques à côté si ça vous tente, lieutenant. Je ne conseille à personne d’assister à une autopsie le ventre vide. C’est un peu comme de prendre l’avion : en cas de turbulences, il vaut mieux avoir l’estomac bien accroché. Ce n’est pas votre première dissection, au moins ?
Commenter  J’apprécie          140
- Ils m’ont collé chez les zinzins, vous comprenez. Tellement plus simple. Les clodos chez les fous et les fous chez les clodos. Tout le monde dans le même sac; avec nos copines les putes et nos potes les sans-papiers, on forme la grande coalition des mis au rebut, les papiers gras de la société... Imaginez si tout ce beau monde se mettait à voter ? Trois cent mille SDF en France et trois millions de mal logés ! Comme les politiciens nous feraient les yeux doux ! Comme ils nous fabriqueraient du logement social cinq étoiles !
Commenter  J’apprécie          70
Depuis qu’on s’est fait éjecter de Notre-Dame, y a pas grand monde qu’est venu nous aider. Les bénévoles de Noël, ceux qu’avaient des trémolos dans la voix, trois jours, ils sont restés. Ensuite, ils sont partis fêter la nouvelle année dans leurs appartements chauffés. On les a plus revus. Les journalistes aussi, ils nous ont tourné le dos. Ça a vite passé, la mode des sans-papiers et des clodos. La vie des stars et des sportifs, ça doit leur rapporter plus gros.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Alexis Ragougneau (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexis Ragougneau
27 oct. 2022 Rencontre en ligne Un endroit où aller du 18/10/2022 avec Alexis Ragougneau pour son roman "Palimpseste", paru aux éditions Viviane Hamy.
Il est interviewé par Nathalie Couderc.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (156) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2787 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}