AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

François-René Daillie (Traducteur)
EAN : 9782070773695
210 pages
Éditeur : Gallimard (03/03/2005)
Résumé :
Anne a quitté ses Antilles natales pour venir en Angleterre.
Figurante dans une troupe théâtrale minable, elle vit d'expédients. Son premier amant qui a de l'argent la quitte un jour sans prévenir, Anne se terre dans une pension de famille. Elle rencontre un Américain qui s'en va à son tour. Désemparée et misérable, Anne finit par racoler n'importe qui dans la rue. Elle se trouve enceinte et se fait avorter. "Vous autres, filles, vous êtes vraiment trop naïve... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Ingannmic
  02 avril 2014
Quand, pour Joseph Conrad, les ténèbres se tapissent au coeur de la forêt africaine, elles se matérialisent pour Jean Rhys dans la grisaille des rues de Londres. Comme dans "La prisonnières des Sargasses", nous suivons tout au long de ce "Voyage dans les ténèbres" une jeune femme en perdition.
Après la mort de son père, Anna est emmenée par sa belle-mère en Angleterre, après avoir toujours vécu aux Antilles, où elle est née. Alors âgée de dix-huit ans, elle doit pourvoir à ses propres besoins. Pour cela, elle intègre comme figurante une médiocre troupe de théâtre, dont les cachets lui permettent à grand peine de loger dans des pensions sordides. Pour pallier l'irrégularité de ses revenus, elle se lie parfois à des hommes, avec lesquels elle entretient des relations plus ou moins longues, au gré des desiderata de ces messieurs...
Elle mène ainsi une existence morne et sans perspectives, plombée par un environnement au sein duquel elle s'étiole peu à peu. Car c'est surtout d'elle-même, qu'Anna est en perdition. Seule, déracinée, dans l'incapacité de trouver sa place dans une société conçue par et pour les hommes, elle se laisse doucement sombrer dans une passivité morbide.
La parole que la narratrice fait entendre est à l'image de son délitement psychologique. Elle décrit son expérience londonienne du ton indifférent -et, paradoxalement, glaçant- de ceux qui ne trouvent plus d'attrait à l'existence. Ses propos, parfois décousus, trahissent son égarement et une détresse poignante.
Jean Rhys parvient, avec ce "Voyage dans les ténèbres", à nous faire oublier que c'est elle qui tient la plume...
Elle nous imprègne avec force de l'état d'esprit de son héroïne, nous faisant pénétrer dans son univers de torpeur tragique.
Lien : http://bookin-ingannmic.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Malice
  30 mai 2010
Anna Morgan, dix-huit ans, quitte la Dominique dans les Antilles pour s'installer en Angleterre. Son père est décédé, Hester Morgan sa belle-mère vit en Angleterre et elle s'est occupée d'elle. À Londres, elle rencontre Walter Jeffries, un homme riche et plus âgé, qui l'entretient. Alors qu'elle est amoureuse et espère le mariage, Walter, lassé, la quitte. L'argent lui manque terriblement ainsi que la solitude, Anna s'accroche au passé, elle est bercée par cette nostalgie son l'enfance antillaise, le déracinement. Anna est une fille largué perdue, elle se sent seule, elle ne trouve pas sa place dans la société londonienne. Tout le roman est basé sur le froid et le chaud. C'est aussi un roman qui sent la misère et la tristesse. Elle se réfugie souvent dans l'alcool pour s'oublier, le whisky-soda, le rhum, le mauvais vin ... La froideur de Londres s'oppose à la chaleur des Antilles.
Lien : http://livresdemalice.blogsp..
Commenter  J’apprécie          10
Pickwick
  09 septembre 2010
Voyage dans les ténèbres m'a fait l'impression d'un anti-conte de fée. Voyez : une jolie petite nana, orpheline bien sûr, affublée d'une marâtre évidemment, qui vit dans le souvenir de son enfance - son âge d'or - et qui cherche un prince charmant… Et patatras. La vie - la vraie quoi ! - la rattrape rapidement.
(...)
Un sombre roman initiatique qui se déguste rapidement - c'est court - et aisément - quel style !
(...)
Pourtant, il a manqué quelque chose pour totalement me convaincre - et ce quelque chose est certainement de l'ordre de l'intrigue...
Lien : http://lemondeselonpickwick...
Commenter  J’apprécie          10
alexischiffon
  31 mai 2010
Il fait si froid
Lien : http://alexischiffon.canalbl..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
MedelieMedelie   28 décembre 2012
C’était comme si un rideau était tombé, dissimulant tout ce que j’avais connu. C’était presque comme de venir au monde une seconde fois. Les couleurs n’étaient plus les mêmes, plus les mêmes les parfums, plus la même l’impression laissée par les choses tout au fond de soi. Pas simplement la différence entre chaud et froid ; violet et gris ; lumière et ténèbres. Mais une différence dans ma façon d’avoir peur et ma façon d’être heureuse. Pour commencer, l’Angleterre me déplut. Je ne pouvais m’habituer au froid. Parfois je fermais les yeux et faisais comme si la chaleur de feu, ou celle des couvertures dans lesquelles je m’enroulais, était la chaleur du soleil ; ou bien je me faisais accroire que j’étais devant la porte de la maison, suivant des yeux la rue du Marché jusqu’à la baie. Quand il y avait de la brise, les paillettes étoilaient la mer, par millions ; et les jours de calme plat, elle était pourpre comme Tyr et Sidon. La rue du Marché sentait le vent mais les ruelles sentaient le nègre, la fumée de bois et les beignets de poisson salé frits dans le saindoux. (Quand les femmes noires vendent les beignets dans la savane, elles les portent sur la tête dans un plateau. Elles crient : « Beignets de poisson, doux mes beignets, succulents mes beignets. ») C’était drôle, mais voilà à quoi je pensais plus qu’à toute autre chose — l’odeur des rues et le parfum des frangipaniers, le jus de limette, la cannelle et les clous de girofle, les bonbons au gingembre et à la mélasse, l’encens après les enterrements ou les processions de la Fête-Dieu, et les malades qui attendaient à la porte du dispensaire voisin, et l’odeur de la brise marine, et celle, toute différente, de la brise de terre.
Parfois, c’était comme si j’étais de retour là-bas et que l’Angleterre ne fût qu’un rêve. Et parfois c’était l’Angleterre qui était la chose réelle, et là-bas le rêve, mais jamais je ne pouvais les faire aller l’un avec l’autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PickwickPickwick   09 septembre 2010
Il revint dans la chambre et je l'observai dans la glace. Mon sac était sur la table. Il le prit et mis de l'argent dedans. Avant de le faire, il regarda dans ma direction, mais crut que je ne pouvais le voir. Je me levai dans l'intention de dire “Qu'est-ce que vous êtes en train de faire ?”, mais arrivée près de lui, au lieu de dire : “Ne faites pas cela”, je dis : “Très bien, si vous voulez - tout ce que vous voudrez, comme vous voudrez” et lui baisai la main.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MedelieMedelie   28 décembre 2012
— Je vais m’habiller, dit Maud, et après, vaudrait mieux aller prendre l’air. On ira jusqu’au théâtre voir s’il y a des lettres. C’est un livre cochon, que tu lis là ?
— Y a des passages pas mal, dis-je.
— Je le connais, dit Maud. C’est l’histoire d’une putain. Je trouve ça dégoûtant. Un homme qui écrit un livre sur une putain, je te parie que d’une manière ou d’une autre il dit des tas de mensonges. D’ailleurs tous les livres sont comme ça — c’est rien que du bourrage de crâne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MedelieMedelie   28 décembre 2012
Je songe aux murs de la maison de la vieille plantation, toujours debout, avec de la mousse dessus. C’était ça le jardin : une pièce en ruine pour les roses, une pour les orchidées, une pour les fougères arborescentes. Et du chèvrefeuille tout le long de l’escalier raide qui descendait vers la pièce où l’intendant rangeait ses livres de comptes.
Commenter  J’apprécie          30
MedelieMedelie   28 décembre 2012
— Ne soyez pas comme ça, dit-il. Ne soyez pas comme une pierre, à qui j’essaie de faire remonter la pente mais qui redescend toujours.
« Comme une pierre », il avait dit. C’est étrange comme on se dit : « Tant que tu ne bouges pas, ça ne fait pas mal. » Alors on reste absolument immobile. Même le visage se fige.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Jean Rhys (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Rhys
Book Review | Wide Sargasso Sea by Jean Rhys.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3788 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre