AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2263155368
Éditeur : Solar (07/06/2018)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Désabusé par la vie, Gabriel a renoncé à ses rêves de changer le monde. À 27 ans, il est enlisé dans sa routine parisienne et partage son quotidien avec son cousin Noé, un rêveur asocial.
La vie de Gabriel bascule lorsqu'il se retrouve sans préavis tuteur d'Aziliz, sa nièce de dix ans. Avec une sagesse déconcertante, Aziliz remet en cause le simulacre de vie qu'il mène avec Noé et le pousse à écouter ses désirs enfouis. Gabriel se rappelle alors la promesse ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  22 juillet 2018
Gabriel...
Promets-moi d'être heureux.”
Si cela ne pouvait tenir qu'à une promesse.
“Le jour où j'ai compris ça, je veux dire vraiment compris......mon idée de sauver le monde était une chimère. Alors j'ai jeté l'éponge.”
Vingt-sept ans, et déjà désespéré.....

Aziliz....
“je crois que j'ai besoin d'un câlin ...”
Une boule d'émotion me monte à la gorge.
“Rappelle-lui sa promesse… »
Dix ans, et déjà si mature.....
Noé.....
“Pourquoi il est comme ça, Noé ?....il ne voit jamais de copains, il ne sort jamais.”
Si jeune, et déjà en retrait de la vie....

Gabriel, Aziliz, Noé,
“Alors, on fait quoi maintenant ?”
Défier l'impossible ?
“Jusqu'au bout de nos rêves !”
Un trio d'enfer....des étoiles, Efflam, Énora...la “résurgence du vivant”.

Ne pas se perdre dans les méandres de « la civilisation »,
pouvoir vivre sa « vraie identité », essayant de vivre selon ses rêves et ses valeurs, pouvoir, savoir activer et utiliser sa propre énergie......
la suite arrive tout seul....
bonheur.
Foisonnant de vérités universelles,
une fiction qui fait du bien !
Un superbe conte optimiste,
qui m'a enchantée.
Merci Krout.

« Tout va bien, pourquoi s'inquiéter de ce qui n'est pas ? Ici et maintenant, tout va bien. »
“.....aucun aspect de l'existence n'est indigne.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          673
cicou45
  03 juillet 2018
Reçu dans le cadre d'un Masse critique Privilèges, je tiens tout d'abord à remercier Babelio ainsi que les éditions Solar qui m'ont permis de découvrir ce premier roman car là, j'avoue avoir été scotchée. C'est drôle car dans l'histoire dont je vais vous dire quelques mots, il est question de signes que l'univers nous envoie et traversant moi-même une période difficile, c'est exactement le genre de livre qu'il fallait que je lise en ce moment afin de reprendre un peu des forces et surtout foi en la vie.
Ici, le lecteur découvre Gabriel, un jeune homme de 27 ans qui travaille dans les assurances. Vivant dans un monde confortable sans soucis d'argent et ne manquant de rien, Gabriel n'est pas heureux pour autant. Cela fait maintenant plusieurs années qu'il a recueilli chez lui son cousin Noé, homme détruit par la vie qui ne sort absolument jamais de l'appartement. Pourtant, ce n'est pas cela qui ne rend pas notre protagoniste heureux. Son cousin est loin d'être une charge pour lui mais il manque un petit quelque chose. le jour où sa soeur Clara décède dans un accident de voiture, Gabriel est d'abord anéanti avant de se rendre compte qu'en tant que tuteur légal, ce sera désormais à lui de prendre soin de sa nièce Aziliz, âgée de dix ans. Ce qui est drôle (enfin, façon de parler), c'est qu'alors que ce devrait être cette petite fille qui devrait être dévastée suite à la mort de ses parents, c'est elle qui va redonner le goût de vivre à Gabriel et à son cousin. Elle va devenir leur rayon de soleil et pour elle mais aussi pour tenir la promesse qu'il a faite à sa soeur en songe (celle d'être heureux) et c'est en quelque sorte grâce à elle que Gabriel va décider de tout abandonner afin de trouver ce qui le fera réellement se sentir à sa juste place dans le monde. Cependant, pour cela, il va devoir abandonner son petit confort parisien pour s'aventurer, avec son cousin et Aziliz, sur les routes de la Bretagne profonde, celle qui recèle en elle plein de secrets et surtout de merveilles. Il croisera la route d'un druide qui l'aidera à avancer et à découvrir qui il est vraiment et quelle est exactement sa mission sur Terre. C'est un peu ce que nous cherchons tous, non ? Et si la réponse était tout simplement bien cachée au plus profond de nous et que nous la connaissions depuis le départ sans jamais avoir osé se l'avouer ?
Pour un premier roman, je me trouve admirative et ne sait pas quoi ajouter de plus pour vous inciter à le découvrir. Célestin Robaglia, bien que ne faisant que redire des vérités universelles sait trouver le ton juste et le lecteur ne peut que s'attacher aux personnages tout en se remettant en question. A découvrir et à faire découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Krout
  18 juillet 2018
Pour la Bretagne, pardi. Pour la Bretagne, par Toutatis. Pour les chemins creux, les chênes majestueux. Pour les mégalithes inamovibles, les lumineuses clairières au sortir d'une sente invisible. Pour les lacs, le chant des ruisseaux et celui des oiseaux. Pour les souvenirs et les heureux présages de nouvelles découvertes. Pour le mot promesse et pour le mot rêve, en quatrième de couverture, j'ai répondu positivement à cette masse critique en suivant mon intuition. Merci à Babelio et aux éditions Solar, quelle belle rencontre. Il n'y a pas de hasard, je reçois avec joie ce cadeau, au bon moment.
C'est un beau roman, c'est une belle histoire. Lorsqu'Aziliz tout à trac me confie : " Maman me dit toujours que la vie apporte son aide quand on suit sa propre légende ! " p.66, l'Alchimiste lance son charme, réminiscences d'une autre lecture. J'ai dix ans, je suis à ses côtés. Et du coup, je me fous bien de savoir s'il s'agit plus d'un roman d'apprentissage ou d'un conte onirique. J'ai dix ans, au diable les facteurs limitants, dont je me suis entretenu avec une babeliote, il y a déjà si longtemps. Ce qui me plait, étrangement, c'est cette pointe de merveilleux. Merveilleux, mais pas mielleux, en tout cas pas écoeurant.
C'est super d'être en vie. Steeve Mc Queen trouvait qu'un tel miracle, la folie serait de ne pas en profiter à fond la caisse, d'où sa passion pour les courses automobiles et à moto. Quant à Sophie Marceau je me souviens toujours de sa jolie phrase : "La vie est plus belle quand on l'écrit soi-même. " Bravo à Célestin Robaglia pour ce premier roman. Et quand le roman se referme sur lui-même en s'enroulant, ce que j'aime tant, je devine une bonne part autobiographique.
Quelle bonne idée de l'éditeur de terminer par une série de pages blanches comme une invitation au lecteur à continuer l'histoire, à y inscrire sa propre histoire. Alors curieux j'ai été localiser Ploenevez-Moëdec et Loc-Envel dans le Trégor qui sonne comme Trésor. Et puis j'ai lu le revers de couverture mentionnant l'implication de Célestin dans un potager collectif, et la référence au mouvement Colibris et Pierre Rhabi.
J'ai dix ans et j'entends une petite voix me dire : " Super ta chronique ! J'adore. Tu es top, maintenant il va en vendre plein de livres Célestin et pouvoir encore mieux développer son écohameau. "
Alors ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3623
anlixelle
  10 juillet 2018
« Retour à soi et à la nature pour âmes cabossées et bricoleurs-inventifs qui s'ignorent » pourrait être le titre (certes long, mais juste aussi) de Promets-moi d'être heureux de Célestin Robaglia.
J'ai été un peu dubitative tout au long de la lecture de ce premier roman, qui a pour cadre principal la Bretagne dans sa partie la plus verte et la plus spirituelle. C'est que les visites oniriques de la défunte, les effets énergétiques d'une pierre mégalithique bretonne, les demandes au « Grand-tout-univers-à-qui-on-demande-de-l'aide », la loi de l'attraction-clé de l'harmonie entre les hommes, la révélation du déplacement pieds-nus sur mousses et terres boueuses, les noeuds telluriques, les conseils du voisin-Druide, etc… tout ça a été (probablement à tort) associé par mon faible cerveau à un mouvement babacool post-soixante-huitard qui m'a fait d'abord sourire.
Cependant, miracle, alors qu'il m'était impossible de renoncer à cette lecture, un charme tout à fait inattendu s'opérait fortement à mesure que l'histoire avançait.
Par l'entremise d'une jolie plume, maline et fluide, grâce à une galerie de personnages parfaitement décrits et attachants, malgré tout, ce texte a fait de ce récit un roman initiatique parfait.
Quand j'ai accepté de laisser de côté les poncifs de l'aventure de Gabriel-celui-qui-se-voit-comme-un-raté-total et ses amis (le deuil, les bonnes nouvelles tombées du ciel, la rencontre amoureuse amicale et inattendue), quand j'ai fait vibrer ma nature humaine désengagée du poids du quotidien (vous voyez de quoi je parle) et de notre société consumériste, j'ai enfin été en mesure d'intégrer, de ressentir, d'apprécier, au mieux cette jolie histoire peut-être académique pour certains, mais hautement libérative pour d'autres, dont je fais partie.
Alors, les paroles du voisin mi-druide mi-elfe ont pu poser dans mon esprit les plots d'une sagesse universelle : reconnexion à la nature, entraide comme base de fonctionnement, pouvoir de l'intuition, plongée au coeur de nos aspirations profondes, pouvoir du libre arbitre, sagesse du corps libéré du mental, exploration de nos blocages mentaux, conditionnement de nos croyances, et j'en passe…
Des idées auxquelles j'adhérais déjà totalement, mais, qui, glissées subrepticement dans cette aventure bretonne permettront à ce roman de devenir un très joli précis de développement personnel que j'ai bien l'intention de partager autour de moi avec quelques explications de départ.
C'est bien que des jeunes de cette trempe se mettent à écrire.
Merci donc à BABELIO et aux éditions Solar pour cette belle découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Fandol
  16 juillet 2018
Voilà un livre qu'il faut lire pour retrouver le moral et le goût à la vie lorsque tout va mal et avance de guingois ! Promets-moi d'être heureux est donc une bonne surprise permise par Masse Critique de Babelio et les éditions Solar que je remercie car Célestin Robaglia mène bien l'histoire de Gabriel avec suffisamment d'obstacles pour éviter le roman dit « à l'eau de rose ».
D'ailleurs tout commence dans le drame et le deuil laissant la jeune Aziliz orpheline confiée à son parrain, son oncle Gabriel (27 ans) qui héberge Noé, un cousin complètement largué à la suite d'un autre deuil. « L'existence est le plus grand miracle qui soit, et les gens passent leur temps à le fuir. » Cette évidence devrait être rappelée souvent et Gabriel devra se la répéter, s'il veut tenir cette promesse faite à la maman d'Aziliz, Clara, sa soeur : « Promets-moi d'être heureux. » Était-ce dans un rêve ? Peut-être, mais c'est une superbe et exigeante promesse.
D'une écriture tout en délicatesse, pleine de sensibilité et de naturel, Célestin Robaglia prouve un grand talent dans ce premier roman qui nous emmène sans trop tarder dans cette Bretagne qu'il adore, nous faisant partager sa passion pour la nature.
La personnalité d'Aziliz est cernée avec beaucoup d'acuité car elle observe les adultes et pense très justement : « le monde des grands est totalement stupide, et plutôt que d'essayer de le faire aller mieux, les adultes passent leur temps à vouloir expliquer pourquoi c'est normal qu'il soit aussi nul. »
Au fil des pages, chacun des trois principaux protagonistes tente de réaliser son rêve mais c'est Gabriel le responsable, lui qui, en plaquant son travail au service contentieux d'une grande société d'assurances, a décidé de vivre pieds nus. Une belle inconnue inquiète le lecteur que je suis, toujours impatient de savoir si l'amour triomphera ou non.
Enfin, dans cette Bretagne profonde aux ressources naturelles si riches, il y a Efflam (70 ans), personnage-ressource indispensable pour Gabriel. Ici, l'auteur choisi l'ésotérisme, une connexion surnaturelle à laquelle je n'adhère pas mais qui a le mérite d'être bien mise en scène. Efflam parle de la déesse… respecte les plantes et sait les faire vivre et se développer.
Gabriel se connecte alors avec la nature dans ses moments de doute et lorsqu'il enlace un frêne, je pense au livre de Peter Wohlleben, La vie secrète des arbres, un auteur découvert grâce à François Busnel, dans La Grande Librairie.
Beau moment de lecture, Promets-moi d'être heureux est un hymne à la nature et à tout ce qu'elle peut apporter aux humains qui, au lieu de l'exploiter et de la maltraiter, doivent retrouver communion et respect sous peine de disparaître. Gabriel, Aziliz et Noé, au coeur des légendes bretonnes ont bien su le faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou45   02 juillet 2018
"Tout ce que tu vis est le fruit de croyances. Il n'y a pas de vérité unique. Une fois qu'on a admis cette impossibilité de connaître la vérité absolue, il ne reste qu'une question : tes croyances te servent-elles ou te desservent-elles Es-tu plus heureux en détestant l'espèce humaine, et toi-même par la même occasion ? Le monde est-il un endroit plus beau ? La nature est-elle mieux préservée ?
_OK...Mais ça ne se décide pas, ce qu'on croit !
_Ah bon ? Cela ne t'est jamais arrivé de changer d'avis ? Tu serais bien le premier que je rencontre !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
BookycookyBookycooky   21 juillet 2018
L’existence est le plus grand miracle qui soit, et les gens passent leur temps à la fuir. Je ne les juge pas.
Commenter  J’apprécie          360
LeBlogLitteraireLeBlogLitteraire   11 juillet 2018
Il y a soixante-cinq millions d'années, un corps céleste de près de dix kilomètres de diamètre s'écrasait dans l'actuelle province mexicaine du Yucatán. La puissance du choc, plusieurs milliards de fois celle de Hiroshima, porta rapidement la température de l'atmosphère à des centaines de degrés et projeta tant de poussières dans le ciel que le soleil ne brilla plus des années durant, ce qui entraîna une période de glaciation. Ce cataclysme, comparable à un hiver nucléaire, est selon toute probabilité la cause de la disparition des dinosaures et de millions d'autres espèces. Pourtant, les siècles, les millénaires passèrent, et la nature continua de déployer une incroyable diversité pour devenir celle que nous pouvons voir aujourd'hui, ou plutôt celle que nous pouvions voir il y a quelques décennies, avant que notre monde commence à dérailler. Brûlez une forêt, carbonisez-la jusqu'au dernier tronc, irradiez-la, il y aura tôt ou tard une pousse qui surgira à nouveau ici ou là, une colonie d'insectes qui s'appropriera ce terrain déserté. C'est, à dire vrai, le seul espoir qui me reste, le seul que je me permets: celui que la nature survive après l'inévitable cataclysme qui emportera les humains une fois qu'ils auront pollué la dernière source, transformé le dernier arbre en papier, consumé la dernière goutte de pétrole.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LeBlogLitteraireLeBlogLitteraire   11 juillet 2018
Je balaie du regard les gens amassés dans la voiture. La plupart d'entre eux, regard vissé sur leur Smartphone, sont déconnectés du monde extérieur. Ils ne remarquent pas la jeune femme qui pleure discrètement, courbée sur son siège, ou le SDF qui agite sous leur nez son gobelet en plastique. L'existence est le plus grand miracle qui soit, et les gens passent leur temps à la fuir.
Commenter  J’apprécie          50
LeBlogLitteraireLeBlogLitteraire   11 juillet 2018
C'est seulement que, pour moi, c'est dans l'ordre naturel des choses d'aider son prochain. C'est trop souvent oublié de nos jours, mais l'entraide est à la base d'une très grande partie des interactions dans les écosystèmes. Dans la nature, tout communique. Les Celtes, comme bien d'autres peuples, le savaient parfaitement. La science moderne est tout juste en train de le redécouvrir. Les arbres, par exemple, se transmettent des informations et des substances nutritives sur des distances incroyables grâce à la coopération de leur réseau de ramifications souterraines avec celui des mycorhizes, des champignons avec lesquels ils vivent en symbiose. La coopération est une des grandes lois de la nature, et il est grand temps que l'être humain se le rappelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : natureVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Les rois maudits

Par qui la prophétie a-t-elle était lancée?

Jacques le Fataliste
Jacques Coeur
Jacques du Molay
Jacques Turpin

40 questions
31 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , culture générale , rois de france , films , littérature française , acteur , auteur français , historiensCréer un quiz sur ce livre
. .