AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782757808528
768 pages
Points (17/04/2008)
4.19/5   13 notes
Résumé :

Lorsque meurt Teresa Uzeda, princesse de Francalanza, tous ses proches n'ont qu'une idée en tête : connaître les détails du testament.

Car derrière les larmes, chacun espère obtenir sa part de la fortune familiale.

Impuissants face au spectacle de leur décadence, les Uzeda se réfugient dans les querelles fratricides et la violence monte.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
cardabelle
  26 avril 2016
Le roman qui inspira "Le guépard". Federico de Roberto est né à Naples en 1866 et mort en 1927. Critique littéraire et artistique, "Les Princes de Francalanza " est son plus grand roman.
Cette fresque haletante, rappelant l'univers de Goya, est un récit de la chute d'une grande famille sicilienne ,au cours des années 1850-1880.
Les personnages, des seigneurs roublards, des prêtres paillards, des comtesses hystériques, des demeurés congénitaux rivalisent d'ingéniosité pour concocter complots, bassesses, tromperies et manipulations des plus abjectes .
Un roman qui immortalise la période de décadence qu'a représenté l'unification italienne pour la noblesse du pays.
Un roman captivant, vivant qui offre un regard intéressant sur des faits historiques .
Un excellent moment de lecture .
Commenter  J’apprécie          181
ManonRL
  23 janvier 2018
Cette histoire préfigure le récit du Guépard, de Lampedusa. Elle raconte la dynastie et le déclin d'une famille d'aristocrates de Sicile, Les Uzeda de Francalanza. Dans cette famille, règne l'amour pour le sang noble, pour les mariages arrangés entre cousins (encore une fois on y est!) ce qui donne lieu à une dégénérescence omniprésente les trois quarts du roman, mais aussi le sentiment de n'être qu'entre eux comme si rien d'autre n'existait à part leur monde empreint de bigoterie et d'hypocrisie.
L'histoire commence au moment où la matriarche, Teresa Uzeda meurt, léguant toute sa fortune à son fils aîné Giacomo, laid et envahi par une grande frustration, mais aussi son troisième fils et son préféré Raimondo, mari adultère. Les autres membres de la famille ne valent pas mieux: parmi les femmes il y a Chiara, qui après s'être mariée avec un cousin, mettra au monde un enfant mort-né, malformé et faisant office de décoration dans un bocal, Lodovico qui deviendra père Benedetto (ce n'est pas le pire ni le plus important de la fratrie), soeur Maria Crocefissa, la première née de Teresa Uzeda et, une parfaite inconnue, puis Ferdinando et Lucrezia, qui épousera un avocat, Giulente, pour le plus grand déplaisir des autres membres (eh oui, le côté républicain n'a pas sa place chez les Uzeda)
De tous, seuls Consalvo et Teresina, les enfants de Giacomo, font office de héros à leur manière et de témoins d'une époque qui va disparaître pour laisser place peu à peu au royaume d'Italie, de l'Italie de Victor-Emmanuel avec son unification et sa politique issue des actions de Camillo Benso di Cavour, un des principaux acteurs de l'unification italienne.
C'est la rencontre de la féodalité face à la construction d'un nouveau pays et de son indépendance!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Ratdebibliotheque456
  24 mai 2021
Ce livre est un joyau de la littérature italienne. J'ai découvert l'existence de ce livre par "Le Guépard". Les seules choses qu'ils ont en commun c'est le Risorgimento et l'histoire d'une famille aristocrate sicilienne. Mais sinon il n'y a pas tant de choses en commun. Ce livre est bien écrit, la plume est belle. Les personnages sont très bien traités, ils ont tous une sorte de folie qui fait bien rire. L'humour de ce livre est grinçant et pinçant. C'est assez drôle. Les personnages ont tous un caractère bien précis : râleur, saint, fou etc. Ce livre se lit rapidement malgré ses 767 pages mais je trouve que 500 pages de plus n'aurai pas été de refus. Si vous tombez sur ce livre par hasard, lisez le vous le conseille. On apprend aussi beaucoup sur l'Histoire de l'unification de l'Italie et la suite de ces événements. Bref un réel coup de coeur !!!
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   28 décembre 2018
Au début de l'hiver, le retour du prince, en compagnie de son oncle le duc, de sa femme et de sa fille suscita un regain de curiosité. L'impatience était grande de voir de ses propres yeux cette jeune princesse dont on portait aux nues la beauté. Il fallut bien convenir, malgré toute la méfiance avec laquelle on accueillait les hyperboles anticipées, que la réalité dépassait toute imagination. La beauté blanche et blonde, délicate et vaporeuse de la jeune fille était sans précédent chez les vice-rois, car cette vieille race espagnole, en se mêlant à des éléments insulaires mi-grecs, mi-sarrasins, avait peu à peu perdu sa pureté et sa noblesse. Quelle différence existait-il, par exemple, entre un dom Blasco et n'importe quel frocard issu de travailleurs de la glèbe, ou entre donna Ferdinanda et une vieille fileuse quelconque ? Pourtant, à la génération précédente, le comte Raimondo faisait exception à la règle et voici que Teresa semblait venir directement d'une vieille cellule intacte du sang castillan le plus pur. Grande, les épaules étroites, une taille qu'elle prenait presque dans ses mains et dont la sveltesse accusait la courbe des hanches, Teresa avait une élégance naturelle, un port noble et charmant qui perçait même sous la gaucherie de la collégienne engoncée si longtemps dans un uniforme disgracieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ManonRLManonRL   23 janvier 2018
"Plus ils sont riches, ces animaux-là, plus ils sont pingres."
Commenter  J’apprécie          50

>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : conflits familiauxVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
694 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre