AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782260004783
189 pages
Editions Julliard (01/03/1987)
4.27/5   26 notes
Résumé :
Les couleurs, la lumière du soleil, la flore, le vent, autant d'images, de sensations que l'auteur a pu vivre et voir lors de ses promenades dans les paysages du massif de la Sainte-Victoire et qu'elle partage ici avec lecteur. En fin d'ouvrage, des tableaux de peintres célèbres et des photographies illustrent son récit.
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
palamede
  15 février 2016
Quel plaisir de cheminer avec Jacqueline de Romilly ! Avec elle la montagne Sainte-Victoire est celle peinte par Cézanne à toutes les heures du jour, un lieu magique éveillant chez cette femme singulière des sensations et des réflexions profondes qu'elle nous révèle.
Commenter  J’apprécie          340
domisylzen
  26 novembre 2015
Des tableaux peints avec des mots. Des promenades parmi la végétation, la beauté, l'émotion du contact de la nature, la vibration qui s'en dégage et la résonnance de l'auteur avec celle-ci. Se fondre dans l'élément avec simplicité, comprendre le cheminement et s'imprégner : des odeurs, des lumières, des couleurs de la force qui émane d'Elle. Chacun à son coin de communion, du moins je l'espère, pour que le temps soit suspendu, s'asseoir et contempler, s'asseoir et ne rien faire, s'asseoir et s'immerger. Méditer sur le sens profond.
C'est toujours le même endroit mais chaque jour, chaque heure le tableau est différent. La nature lui dicte quel chemin prendre pour profiter pleinement … pour partager ses réflexions, son émotion …
Un livre tout en poésie, plein d'amour, d'émerveillement, d'observations, de compréhension … J'suis trop fan.
Commenter  J’apprécie          220
Libellule41
  08 janvier 2022
une belle narration écrite par Jacqueline de Romilly à l'âge de 70 ans, à propos des chemins qui mènent la montagne Sainte-Victoire, la "montagne des Aixois". Effectivement, il y a plusieurs chemins, beaucoup même, qui entourent ce massif, pour ceux qui, comme l'auteure, peuvent l'explorer à volonté. A l'époque de la rédaction de ce livre, elle vivait au coeur de la campagne aixoise dans une petite maison discrète à l'ombre des platanes, une maison qu'elle qualifie de "très secrète".
Le charme de ce récit réside sue l'accent qui est mis sur l'approche infiniment variée que l'on peut faire de cette montagne. Elle culmine à 1000 mètres d'altitude, mais son intérêt ne se révèle pas nécessairement en montant à son sommet. Pour l'auteure, il vaut mieux rester plus bas pour mieux en appréhender les formes, la luminosité, les variations de tons; ce sont des approches qui, en son temps, avaient séduit Cezanne, l'enfant du pays, qui s'y est inlassablement promené avec son chevalet pour peindre ces paysages.
A cette réflexion de randonneuse, Jacqueline de Romilly y joint celle de la "venue de l'âge", selon ses propres termes; elle évoque les plaisirs de la flânerie, la recherche de la sérénité, et elle fait de cette montagne un symbole, celui de la permanence qui perdure au delà du passage du temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
karkarot
  06 septembre 2018
Un beau voyage à travers Sainte Victoire, la montagne de Cézanne et Picasso, celle des aixois, berceau de l'escalade en Provence et terre d'élection de Jacqueline de Romilly, éminente helléniste et historienne.
Celle-ci nous emmène avec elle dans ses balades, ses déambulations, ses errances même à travers les différents chemin qui quadrillent la montagne. Ils ne sont pas réguliers ni bien indiqués, ils sont autant de méandres sur les flancs de Sainte Victoire.
C'est autant de façon et d'occasion de parler de la Provence, des pins, des genêts, des arbustes de la garrigue, de ses pensées, du blanc et gris du rocher, de la ressemblance avec sa seconde patrie: la Grèce.
On sent l'odeur du thym dans ces pages et on suit avec plaisir l'auteur dans ses promenades.
Pour s'évader, se reposer, se soigner, le plaisir de marcher, la solitude, pour tout et rien, sans raison, J. de Romilly emprunte les chemins rouges et gris de Sainte Victoire que l'on reconnaîtra si on en est un sympathisant, ou que l'on aura envie de fouler si jamais on a pu voir cette magnifique montagne...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ADAMSY
  07 mars 2022
Je ne pensais pas aller au bout de ce livre et pourtant ! Quelle belle écriture pour retracer ces longues balades de l'auteur autour de et sur la montagne Ste-Victoire à Aix. Efforts physiques pour une récompense sans faille : des couleurs, la montagne qui s'impose, des fleurs... Un sentiment de plénitude, une possibilité de méditation mais aussi de rencontre avec l'autre. C'est un hymne à la nature que j'ai vivement ressenti parce que je sors d'un week-end printanier semblable, même si les endroits sont complètement différents, avec beaucoup de longues randonnées à travers la forêt, au bord de l'eau et des moments d'ascension de nos belles collines ardennaises, au point d'en ressentir les courbatures. J'ai eu droit au réveil de la nature. Et en plongeant ensuite dans ce roman pris un peu au hasard dans ma bibliothèque, j'ai eu l'impression de ne faire qu'une avec l'auteure.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
ivredelivresivredelivres   19 décembre 2010
La solitude est parfois dure à supporter ; elle comporte des coups de cafard, à l'heure où le soleil se couche et où commence une soirée vide. Mais elle dispense tant de joies ! Se lever très tôt à l'aurore et s'en aller, à son gré, à son heure, c'est déjà une joie. Sentir avec intensité tout ce que l'on ressent, parce que l'on s'y donne en entier, c'est une richesse de plus. Poursuivre un même problème, âprement, de toute son attention, et déjeuner à trois heures s'il le faut, c'est une force. Aussi ai-je parfois tendance à penser que - sauf exceptions, naturellement - dans nos vies d'ici-bas, tous les lots sont équivalents. Je veux dire par là qu'un mari, un amant, des enfants sont des sources de hautes joies, mais entraînent aussi des soucis, des inquiétudes pour eux ou à cause d'eux, des espoirs parfois trompés, des déceptions, des absences. Celui qui n'a pas les joies n'a pas non plus les soucis. et, libres d'eux, il peut découvrir, s'il sait y parvenir, d'autres plaisirs sans prix, qui n'appartiennent qu'à lui. La solitude, on peut aussi l'appeler liberté : il faut seulement, comme pour la liberté en général, savoir la vivre et en vivre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          781
ivredelivresivredelivres   19 décembre 2010
La solitude, on peut aussi l'appeler liberté, il faut seulement, comme pour la liberté en général, savoir la vivre et en vivre
Commenter  J’apprécie          460
domisylzendomisylzen   19 novembre 2015
Il faut l'avouer : je ne ferais pas un détour pour acheter une botte d'iris chez le fleuriste ; mais je fais volontiers des kilomètres pour la seule récompense de voir - juste de voir ! - ce miracle de vie jaillissant au flanc de la colline.
Commenter  J’apprécie          120
ivredelivresivredelivres   19 décembre 2010
Ma montagne Sainte Victoire, celle des Aixois, celle de Cézanne, se voit de l'ouest : elle cache aux regards ses arrière-plans austères et s'offre sous ses formes les plus librement composées, toute en roche claire et accidentée, s'ouvrant vers la ville et prête pour le salut au soleil couchant.
Commenter  J’apprécie          80
domisylzendomisylzen   26 novembre 2015
Les iris sont fleurs du pays. A Pâques, même mon pauvre jardin les verra éclore en masse, violets et blancs, parfois panachés, puis céder leur place, quand les hautes hampes des derniers venus feront leur entrée, dressant en aristocrate leurs fleurs d'un mauve pâle.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Jacqueline de Romilly (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacqueline de Romilly
Affinités électives. Par Francesca Isidori - Avec Jacqueline de Romilly. Le 10 mai 2007, Francesca Isidori recevait la femme de lettres Jacqueline de Romilly pour l’émission “Affinités électives”, diffusée sur France Culture. Photographie : Jacqueline de Romilly © AFP Alexandre Fernandes. Née à Chartres, en 1913 (fille de Maxime David, professeur de philosophie, mort pour la France, et de Jeanne Malvoisin), elle a épousé en 1940 Michel Worms de Romilly. Elle a effectué sa scolarité à Paris : au lycée Molière (lauréate du Concours général, la première année où les filles pouvaient concourir), à Louis-le-Grand, à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm (1933), à la Sorbonne. Agrégée de lettres, docteur ès lettres, elle enseigne quelques années dans des lycées, puis devient professeur de langue et littérature grecques à l'université de Lille (1949-1957) et à la Sorbonne (1957-1973), avant d'être nommée professeur au Collège de France en 1973 (chaire : La Grèce et la formation de la pensée morale et politique). Du début à la fin, elle s'est consacrée à la littérature grecque ancienne, écrivant et enseignant soit sur les auteurs de l'époque classique (comme Thucydide et les tragiques) soit sur l'histoire des idées et leur analyse progressive dans la pensée grecque (ainsi la loi, la démocratie, la douceur, etc.). Elle a également écrit sur l'enseignement. Deux livres sortent de ce cadre professionnel ou humaniste : un livre sur la Provence, paru en 1987, et un roman, paru en 1990. Après avoir été la première femme professeur au Collège de France, Jacqueline de Romilly a été la première femme membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres (1975) et a présidé cette Académie pour l'année 1987. Elle est membre correspondant, ou étranger, de diverses académies : Académie du Danemark, British Academy, Académies de Vienne, d'Athènes, de Bavière, des Pays-Bas, de Naples, de Turin, de Gênes, American Academy of Arts and Sciences, ainsi que de plusieurs académies de province ; et docteur honoris causa des universités d'Oxford, d'Athènes, de Dublin, de Heidelberg, de Montréal et de Yale University ; elle appartient à l'ordre autrichien “Ehrenzeichen für Wissenschaft und Kunst” et a reçu, en 1995, la nationalité grecque et est nommée, en 2001, ambassadeur de l'Hellénisme. Elle a aussi reçu de nombreux prix : Prix Ambatiélos de l'Académie des inscriptions et belles-lettres(1948), prix Croiset de l'Institut de France (1969), prix Langlois de l'Académie française (1974), Grand prix d'Académie de l'Académie française (1984), prix Onassis (Athènes, 1995). Ella est élue à l'Académie française, le 24 novembre 1988, au fauteuil d'André Roussin (7e fauteuil). Son dernier ouvrage : “Tragédies Grecques au fil des ans” paraîtra en juin 2007 aux éditions des Belles Lettres. Il s'agit d'un recueil d'études sur la tragédie grecque du dernier tiers du Ve siècle av. J.-C. et ses rapports avec les mouvements intellectuels athéniens. Jacqueline Worms de Romilly, née Jacqueline David le 26 mars 1913 à Chartres et morte le 18 décembre 2010. Invitée : Jacqueline de Romilly Source : France Culture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Sud-Est de la FranceVoir plus
>Géographie de l'Europe>France et Monaco>Sud-Est de la France (68)
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3064 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre