AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081452073
Éditeur : Flammarion (23/01/2019)

Note moyenne : 2.25/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Votre vie est encombrée d'une ou plusieurs créatures malfaisantes? Vous désirez surmonter cette odieuse expérience et savoir comment vous en défaire?
Avec humour, bienveillance et sagesse, ce livre propose une nouvelle éthique pour penser et soigner ce fléau de notre temps, maladie du collectif et poison de nos vies individuelles.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Sovane
  07 juin 2019
Voici un petit guide philosophique et pratique qui sera fort utile à tous ceux qui reste désemparés face à l'abyssale connerie humaine. D'entrée Maxime de Rovere insiste sur un point capital : si la connerie est universelle, personne ne peut être considéré comme un simple con. En effet, si la première doit être combattu, on ne peut décemment abattre ceux qui se vautrent dedans. Car certains se complaisent dans leur connerie au point d'épuiser les meilleurs volontés... L'auteur propose ainsi de s'appuyer sur la philosophie pour mieux comprendre les situations, mais aussi les processus à l'oeuvre lorsque l'on est confronté à cette stupidité dévastatrice qui nous submerge et met à mal notre propre intelligence. Il en va de la connerie comme des sables mouvants : plus on se débat et plus on s'enlise dedans. Elle est un véritable défi à notre humanité, car on ne peut réellement changer les personnes, c'est à la situation qu'il faut s'attaquer. Il faut toujours prendre en compte son propre rôle, car chacun à sa part de responsabilité dans toute relation humaine. Définir sa position personnelle permet non seulement de relativiser le conflit tout en dégageant les marges de manœuvre possibles. La connerie des autres doit ainsi être l'occasion de manifester sa propre valeur sociale. Il s'agit de reprendre le contrôle de ses émotions, voire même les épuiser, pour éviter l'effet "feu d'artifice" et mieux discerner l'environnement du con en question. La posture moralisante est à bannir, elle ne fera qu'aggraver les choses. L'idéal sera de sortir du jugement, d'être dans l'écoute pour permettre à l'interlocuteur de s'exprimer. Il ne faut pas non plus conceptualiser la situation, mais plutôt la dérouler, comme un récit, pour aplanir les tensions et rester dans le factuel. La narration permet de fait un processus d'incorporation, tout en rétablissant une certaine confiance, indispensable pour progresser ensemble. L'auteur termine par un chapitre édifiant sur la connerie inhérente aux institutions, qui permettra à tous de mieux comprendre certaines aberrations des services publics.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
antihuman
  24 janvier 2019
J'ai feuilleté distraitement ce livre chez un libraire (car j'achète très rarement, grand bien me fasse) et j'ai juste trouvé que ça pourrait plaire à ces vieux gars et premiers de classe qui nous gouvernent; ceux-là mêmes dont le métier est de dénoncer leurs petits copains... Et je ne parle pas là de la bonne du curé et encore moins de celle du rabbin.
Il n'y a qu'à voir comment ça fonctionne chez nous et comment les technocrates et divers imbéciles - en réalité à l'esprit fermé depuis longtemps - sont aidés par toute une caste chaque jour et chaque nuit que dieu fait. Bref, vous aurez compris que ce livre n'est absolument pas drôle et au contraire soporifique au possible.
Et puis être con c'est tout un style avec une série d'habitudes, cela est presque inné: le fait est, de plus, que la majeure partie des cons ne croit pas l'être en général. Observez donc ce grand peuple en action, vous le constaterez vous-mêmes !
Je paris donc que ce livre se vendra encore et encore. Et ce type continuera sûrement longtemps à pratiquer moult conférences.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AgnesLenoire
  05 mars 2019
Petit ouvrage de philosophie pratique, Que faire des cons ne se réduit pas pour autant ni à des propos « de comptoir », ni à une leçon magistrale. C'est d'abord un manuel de survie, mais aussi un traité de psychologie du quotidien ; car mieux comprendre les rouages de nos comportements, c'est être en mesure de mieux gérer les conflits avec les cons.
D'abord, nous savons que nous sommes tous le con de quelqu'un. Mais ce relativisme, tout évident soit-il, n'empêche pas l'existence d'une vérité des relations. Et c'est justement sur les relations humaines que l'auteur s'appuie pour nous aider à résoudre nos situations difficiles. Car on ne peut pas asséner la vérité à un con, qui n'en a cure. Alors l'auteur nous demande de retenir cette petite maxime : « Vous n'êtes pas le prof des cons. Changez les situations, pas les personnes ». Chaque chapitre se termine par une maxime de ce type, en guise de synthèse et de clin d'oeil.
Il va donc falloir renoncer, à chaque heurt avec un con, à certaines attitudes qui risquent de provoquer un bourbier relationnel (et ne pas devenir un con). D'abord, et c'est pourtant ce qui nous vient spontanément, faire appel à une autorité morale - elle est virtuelle donc absente ; faire appel à la loi, sauf si vous sentez une véritable urgence à porter plainte. Car dans les deux cas, vous avouez votre impuissance. Et vous piétinez alors ce que les sages vous ont toujours conseillé : ne pas passer tout votre temps à juger vos semblables.
L'auteur nous enjoint de ne pas déprécier nos valeurs en les introduisant dans des broutilles du quotidien mais de plutôt négocier avec les émotions de l'autre, car, même si on a l'impression d'un recul sur nos convictions morales, il est plus important « d'empêcher la connerie de nuire dans la pratique ». « Soyez des bricoleurs plutôt que des juges ! » Page 179
Maxime Rovere réussit un beau pari avec ce livre : nous parler des cons de nos vies sans acrimonie, avec originalité, sans nous noyer sous des références érudites, avec une pensée originale, bienveillante, proche de nos préoccupations. Il finit par nous convaincre que tout est relationnel et que c'est nous qui avons la clé de la résolution des conflits avec les cons. À bon entendeur…

Lien : https://blogs.mediapart.fr/a..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nomade31
  01 février 2019
L'auteur décline des variations sir les C... En fait, rien de nouveau.
On se perd dans ses réflexions philosophiques.
Je ne garderai pas ce livre.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (5)
Bibliobs   20 février 2019
Ce livre est plus intéressant qu’il en a l’air. Des textes sur l'imbécillité, la stupidité ou la bêtise, on en a lu quelques-uns récemment [...] Je n’attendais pas grand-chose du livre de Maxime Rovere, j’avais tort.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Lexpress   18 février 2019
Maxime Rovere signe un livre savoureux consacré à cette faiblesse humaine, trop humaine.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Liberation   14 février 2019
Explorant l’universalité de la connerie et la nuisance sociale qu’elle génère, le philosophe Maxime Rovere propose une éthique bienveillante visant à « faire avec », tout en ayant conscience de ses propres limites.
Lire la critique sur le site : Liberation
Telerama   30 janvier 2019
L’écrivain Maxime Rovere signe un livre de philosophie pratique pour lutter efficacement contre la bêtise du quotidien, notamment sur les réseaux sociaux. Optimiste, l’auteur estime que les cons sont une chance…
Lire la critique sur le site : Telerama
LeMonde   25 janvier 2019
Le spécialiste de Spinoza signe une enquête ironico-philosophique sur ce que sont « les cons » (aussi difficiles à définir qu’à ­éviter).
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SovaneSovane   07 juin 2019
Vous me direz que vous n'y êtes pour rien, dans sa connerie ; et moi je vous réponds que vous y êtes pour quelque chose, car vous êtes celui ou celle qui la perçoit. En ce sens, même si ça vous dégoute, le con et vous, vous faites équipe. (p. 50)
Commenter  J’apprécie          10
SovaneSovane   07 juin 2019
Pour ne pas sombrer dans la guerre contre les cons, qui serait celle de tous contre tous, nous ne pouvons qu'osciller entre trois stratégies : négocier avec ceux qui le peuvent, faire évoluer ceux qui se laissent faire, laisser être ceux qui s'y refusent. (pp. 192-193)
Commenter  J’apprécie          00
JuinJuin   13 avril 2019
Quiconque a eu la chance d’observer assez longtemps une colonie de phoques au soleil a dû reconnaître : pas plus que l'intelligence, la connerie n'est une spécificité humaine. L'espace ne manque pas sur leurs immenses rochers ; les emmerdeurs non plus. Préférant les endroits occupés aux places disponibles , ils engagent des conflits inutiles, provoquent des cris et des des blessures, empoisonnent la vie des autres par tous les moyens - soit qu'ils plongent en éclaboussant partout, soit qu'ils cherchent à déloger des plus forts qu'eux, et parfois des moins forts. Voilà le drame de toute communauté. Partout où il y a des interactions, il y aussi des cons.
( 156)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Maxime Rovere (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maxime Rovere
Connu pour ses aventures amoureuses qu'il relate dans"Histoire de ma vie", Giacomo Casanova fait du libertinage une manière de vivre, une façon pour hommes et femmes de se réapproprier son corps et donc d'être libre. le philosophe Maxime Rovère nous explique.
Culture Prime, l?offre culturelle 100% vidéo, 100% sociale de l?audiovisuel public, à retrouver sur : Facebook : https://facebook.com/cultureprime Twitter : https://twitter.com/culture_prime La newsletter hebdo : https://www.cultureprime.fr
Abonnez-vous pour retrouver toutes les vidéos France Culture : https://www.youtube.com/channel/¤££¤11Histoire De6¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : relations humainesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le Hobbit : Tolkien et Jackson

La compagnie se compose de 13 nains, d'un hobbit et d'un magicien.

Dans le film
Dans le livre
Dans les deux

15 questions
61 lecteurs ont répondu
Thème : Bilbo le Hobbit de J.R.R. TolkienCréer un quiz sur ce livre