AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Nathalie Castagné (Traducteur)
EAN : 9782370550453
235 pages
Le Tripode (19/03/2015)
3.78/5   41 notes
Résumé :
Le dernier volet du cycle autobiographique de l'auteure. Elle raconte sa relation passionnelle avec la jeune Roberta, son ancienne codétenue et militante radicale. Ensemble, elles parcourent de long en large la Rome des années 1980, ville déchirée entre son histoire et un consumérisme en plein essor.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Baldrico
  27 septembre 2019
Dans ce troisième volume de l'Autobiographie des contradictions, qui fait suite à L'université de Rebibbia, je retrouve avec bonheur l'écriture et la pensée si particulières de ma chère Goliarda. Son bref séjour, volontaire, en prison lui avait permis de nouer des liens très forts avec d'autres détenues. En particulier, avec Roberta, bien plus jeune qu'elle, et qui a déjà passé de nombreuses années derrière les barreaux, pour ses activités révolutionnaires. Ce livre est la narration de sa relation avec Roberta. Relation fluctuante, difficile, incertaine, en mouvement, et qui vaut ce titre en forme d'oxymore.
Ce qui est extraordinaire dans l'écriture de Goliarda Sapienza, et qui dut être extraordinaire dans son existence, c'est sa capacité d'attention permanente à tout ce qui constitue le flux de la vie, des sentiments, des pensées. Elle est capable de donner une plénitude à chaque instant décrit, à l'enrichir d'une gamme infinie de perceptions et de réflexions. Alors la lecture de cet opus est un vrai régal de justesse dans la recherche de soi et des autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Chestakova
  08 août 2022
Sortie depuis peu de l'Atelier Noir de Annie Ernaux, hanté par les interrogations auxquelles elle confronte son écriture, j'ai pensé d'abord, face au titre de Sapienza Goliarda « Les certitudes du doute » me retrouver devant le même type de questionnement.
J'ai terminé la lecture de ce récit autobiographique avec la certitude d'avoir retrouvé dans ces lignes, la virtuosité qui m'avait déjà frappée à la découverte de « L'Art de la joie » ou encore de « Retour à Positano », Sapienza Goliarda écrit au plus près de ses émotions, dans une forme littéraire qui place le « je » dans son vécu le plus intime, elle choisit de donner vie à sa propre réalité au plus près de ses passions.
Contrairement à Annie Ernaux, la distance entre « je » et le contexte, importe peu. Sapienza Goliada parle de l'endroit où sa passion pour Roberta prend forme, les choses de la vie sont évoquées en marge, comme un décor qui a peu de prise sur l'essentiel : son admiration pour la jeune femme, le regard qu'elle a sur elle.
La prison de Rebibbia occupe néanmoins une place essentielle dans le récit, elle évoque très rapidement le vol qui l'y a conduit, toutefois, de ces années d'emprisonnement, ce n'est pas la souffrance de l'enfermement qui ressort mais la chaleur humaine, la complicité partagée avec les codétenues, la Rebibbia fait figure d'une matrice protectrice, d'un lieu porteur d'échanges et de rencontres, c'est là qu'elle a connu Roberta, engagée dans les groupes d'une gauche extrême, qui dans ces années de braise déclinait par la violence ses convictions révolutionnaires. Après sa sortie de prison elle croise Roberta dans les rues de Rome, la ville devient au fil des pages, le théâtre de leurs rencontres. L'amour pour Roberta que Goliarda Sapienza met en scène dans son récit, se décline de café en café, au fil des discussions, des rencontres, la rue de Rome, sert d'écrin à la relation magnétique qui la lie à Roberta. Aucune scène d'amour, un érotisme d'une très grande finesse, suspendu à la courbure d'un cou, la finesse d'une cheville. La réflexion que nous livre l'auteure est tout entière contenue dans la surprise que l'exploration du sentiment amoureux lui permet de découvrir, surprise d'observer l'autre, de deviner ses réactions, d'y trouver souvent comme un prolongement de soi. Dans sa relation à Roberta, c'est elle-même qu'elle retrouve, Roberta est un miroir, à travers les dialogues partagés, l'auteur aborde ainsi ce qu'est l'écriture pour elle, dans une forme différente elle rejoint Annie Ernaux dans son rapport à l'écriture, prolongement indispensable de la vie vécue.
« Pour moi, ce que nous appelons vie ne prend de la consistance que si j'arrive à la traduire en écriture » (p148)
Tout entier contenu dans le mystère de l'attirance de Sapienza pour Roberta, le livre donne forme à toutes les questions et les interrogations que cet amour génère, ce sont les doutes que l'auteur exprime, son écriture leur donne vie et les transforme en certitude.
Une écriture vibrante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
jostein
  06 novembre 2015
Ma lecture tant appréciée de L'Université de Rebbibia est un peu trop ancienne pour renouer facilement avec les amitiés carcérales de Goliarda.
Deux ans après un vol de bijoux, Goliarda est arrêtée et envoyée à la prison de femmes de Rebbibia, une volonté d'écrivain de plonger dans ce monde marginal. Elle y noue des amitiés inoubliables.
Dans ce texte autobiographique, Goliarda évoque ses retrouvailles avec Roberta dans le Rome des années 80.
Le titre affirme que nous sommes dans le cycle de l'autobiographie des contradictions et le fond confirme cette ambiance.
Attirance et méfiance, violence et tendresse, liberté et regret de l'univers carcéral, jeunesse et vieillesse, droit commun et politique. Toutes les relations entre les deux femmes soufflent le froid et le chaud avec toutefois une amitié inaltérable qui lie tous ceux qui ont connu la prison.
Goliarda s'interroge sur ses sentiments. « Est-ce qu'être attaché à quelqu'un qui vous est si profondément nécessaire ne rentrerait pas dans les catégories de l'amour? »
Qu'est-ce qui l'attire vers Roberta? L'attirance de la jeunesse pour cette gamine de vingt quatre ans qui pourrait être la fille qu'elle n'a jamais pu avoir. Cette sensation que Roberta est sa lune noire, sa jumelle, une autre si semblable à elle-même. Ce regret nostalgique de l'univers carcéral où le temps et les frontières n'existent plus.
» Parce qu'elle y a grandi, dans la réclusion, sur ce damier sans fin d'heures coupées jusqu'à l'insupportable en minutes et secondes, et peut-être en quelques mesures temporelles qui nous sont encore plus imperceptibles, à nous gens du dehors. Roberta a été élevée en prison – depuis qu'elle y est entrée pour la première fois à quatorze ans- comme vous qui lisez avez été élevés chez les soeurs ou à l'école publique ou dans quelque collège huppé d'au-delà des Alpes. »
Roberta est un être insaisissable qui peut passer de la violence aux larmes, opportuniste et dévouée à ses amis de prison. Elle perçoit les hésitations de Goliarda et la guide vers la Rome débauchée qui semble toujours la fasciner, elle la sicilienne rebelle.
Ce récit est beaucoup moins romanesque que L'université de Rebbibia ( pourtant autobiographique lui aussi) mais il met en évidence la dualité du personnage de l'auteur, sa fragilité. Lorsque Roberta qui pense que l'écriture est une chose personnelle et sacrée demande à Goliarda pourquoi elle écrit…
» Oh, pour deux raisons seulement! Pour me défoncer -exactement comme pour toi l'héroïne- cela seul me fait vivre pleinement la vie. Pour moi, ce que nous appelons vie ne prend de la consistance que si j'arrive à la traduire en écriture….la seconde est une conséquence de la première: raconter aux autres – je ne crois pas qu'on écrive pour soi-même – les visages, les personnes que j'ai aimées et ainsi, je sais que ça peut paraître sentimental et naïf mais je m'en fous, et ainsi-disais-je- prolonger de quelques instants leur existence et peut- être la mienne. »
Avec Les certitudes du doute, Goliarda prolonge quelques instants la vie des personnes qu'elle aime et trace cette manie de se parler à elle- même pour donner une vie à sa part de joie.
Lien : https://surlaroutedejostein...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
sophietaam
  14 mai 2018
Belle découverte que cette auteure inclassable. Si Les certitudes du doute appartiennent à un cycle autobiographique, il se lit également seul et constitue une entité en soi, qui donne, bien entendu, envie d'aller fouiner du côté de cette grande université improbable de Rebibbia.
Ce texte riche, intense et profondément poétique, ne m'a pas laissée insensible. On suit les revirements de Goliarda Sapienza sortie de prison (hélas, serait-on tenté d'ajouter, tant est grande la nostalgie carcérale !). Perdue dans cette vie trop vaste et pleine d'obligations, Goliarda renoue avec ses anciennes compagnes de Rebibbia, et en particulier Roberta, une jeune femme intelligente, dont elle retombe amoureuse.
Cette jeune femme lui apparaît comme son double, son sosie, son autre face, et cette gémellité de l'âme l'attire profondément. Mais, en même temps qu'une jumelle, c'est également une fille, on les prend d'ailleurs constamment pour mère et fille, ce dont joue l'auteure avec humour tout au long du récit. L'ironie est extraordinaire, si intelligente et subtile, comme le personnage insaisissable et fascinant de cette jeune fille révolutionnaire à la sagesse centenaire. Elle a été à bonne école ; la meilleure, celle de la prison de Rebibbia, qui est devenue désormais si réputée que les ex-prisonnières commettent des délits pour y retourner, mais les places sont maintenant chères !
Voilà un récit romancé, poétique, sensible, touchant, qui aborde des thèmes d'une manière très personnelle et originale : l'incarcération, l'amitié entre opprimés, la solidarité. C'est également un portrait vivant de la Rome résistante et souterraine dans les années 80, malgré le désenchantement des utopies.
Un magnifique portrait de femme, et une réflexion sur l'écriture comme témoignage de destinées atypiques (les lettres des prisonniers, un projet littéraire initié par Roberta et poursuivi par Goliarda) et en tant que vocation de l'auteure. Enfin, une relation hors norme, prenant toutes les formes de l'humanité qui peuvent unir deux êtres, en particulier deux femmes.
On plonge dans cet univers avec le désir d'y rester, nous aussi, lecteur, encore et encore…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
missk_paris
  24 décembre 2020
L'engagement politique de Goliarda Sapienza est affirmé, presque héréditaire (sa mère a été une militante socialiste assignée à résidence durant près de vingt ans). Dans ce dernier volet du cycle autobiographique de l'auteure, elle relate sa sortie de la prison pour femmes de Rome, la Rebibia.
Elle retrouve Roberta, connue en prison, pour qui elle a une attirance particulière, ayant toujours assumé sa passion pour les femmes (mais pas que !) ; nous sommes dans les années 80, ce n'est pas si commun d'assumer ce genre de position. C'est donc auprès de Roberta, dotée d'une « belle voix profonde, avec des chutes argentines de monnaie mélangées à des grondements telluriques » qu'elle va arpenter les rues de Rome, prendre des whiskys dans des bars et discuter à bâtons rompus d'engagement, de liberté, d'amitié et de tant d'autres choses. Elles se comprennent d'un regard, sans se parler, à tel point que « cette paix parfois les alarme ».
Lecture dense, parfois ardue, exigeante à tel point d'avoir failli abandonner en cours de route. Je me suis accrochée, finalement sans trop de mal, car cela reste malgré tout relativement fluide. On déambule dans les rues de la ville éternelle au même rythme que les pensées qui traversent l'esprit de son auteure, avec lenteur, douceur, incertitude mais aussi dans une certaine plénitude ; et finalement on est bien en sa compagnie.
Ce n'est certainement pas le livre le plus facile pour découvrir Goliarda Sapienza, mais ce serait dommage de passer à côté de cette écrivaine à la fois atypique et inclassable ; alors n'hésitez pas à vous plonger dans « Rendez-vous à Positano », bien plus accessible et empreint d'une poésie incroyable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
sophietaamsophietaam   14 mai 2018
— Pourquoi écris-tu, Goliarda ?
— Pour prolonger de quelques instants la vie des personnes que j’aime.
— Et avec la leur, la tienne, hein, renarde rusée ?
— Bien sûr. Qui déteste la vie au point de ne pas résister que la sienne ne soit au moins un peu prolongée ?
— Bien, alors peut-être un jour écriras-tu sur moi.
C’est cela que Roberta voulait de moi ? Renaître littérairement, personnage vivant dans un livre ? Un désarroi nouveau me prend. Parviendrai-je, moi, privée par la marâtre nature de la joie d’enfanter, parviendrai-je à façonner à l’intérieur de moi ce petit cocon informe de chair pour en faire une petite fille, sinon belle et bonne, du moins pas difforme ou ne manquant pas de quelque membre ? Voilà la terreur ancestrale que toutes les femmes éprouvent à chaque fois qu’elles se sentent grandir un être en elles… Serai-je capable de surmonter cette terreur, et prenant papier et stylo, de me mettre à ce dur travail d’accouchement charnel et mental qu’il me faudra pendant des mois et des mois affronter chaque matin et peut-être chaque heure ? Je ne sais pas, — mais j’ n’ai plus qu’à me jeter dans le vide en retournant à elle, la recherchant, me rendant enceinte de son image et la laissant mûrir en moi, la nourrissant constamment jusqu’à ce que, enfin modelée, elle puisse passer des ténèbres à la lumière : Roberta, mon enfant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BaldricoBaldrico   27 septembre 2019
Jamais la proximité charnelle d'une femme, de toutes celles que j'ai aimées mentalement, n'avait réveillé mes sens. Et pourquoi, marâtre Nature, me la mettre sous le nez quand, comblée par l'heureuse rencontre avec un homme (ou c'en est justement la cause?), j'avais remisé mon côté homosexuel dans le recoin tranquille de la sublimation où, en dépit de toutes les modes, il y a aussi du bonheur?
Commenter  J’apprécie          60
LaureaimelireLaureaimelire   14 mars 2021
Ne le sait-on pas depuis longtemps, que la littérature peut être une panacée pour toutes les maladies de l'esprit ?

*

Et il ne s'agit pas seulement (…) du danger négligeable de retourner en la fréquentant, pour la seconde fois en prison, mais de la certitude que continuer à la suivre, comme je suis en train de le faire, signifiera bientôt pour moi affronter encore une fois la destruction complète de ce que je suis, aujourd'hui 10 avril 1980, et la résurrection consécutive qui malheureusement suit toujours (comme il est plus facile de mourir une fois pour toutes !) les petites morts par amour qui nous assaillent sans relâche, nous misérables mortels.

*

Car on peut tout enlever à l'homme, peut-être, mais pas la pulsion du départ, du voyage, avec ce qui les accompagne, la découverte de nouveaux mondes à explorer.

*

Tu le sais très bien. Syndrome carcéral. Pourquoi le refuser ? C'est doux d'avoir le regret de quelque chose.

*

(…) raconter aux autres - je ne crois pas qu'on écrive pour soi-même - les visages, les personnes que j'ai aimées et ainsi, je sais que ça peut paraître sentimental et naïf mais je m'en fous, et ainsi - disais-je - prolonger de quelques instants leur existence et peut-être aussi la mienne. J'aime beaucoup la vie ! Traite-moi de connasse ringarde, mais pour moi c'est ainsi !

*

"Tu as déjà perdu des amis à cause de ce bonheur ?"
"Oui"
"Toujours la même histoire ! Tout le monde est prêt à t'être proche si on te sait seule et qu'il ne t'arrive rien de nouveau. Mais dès que tu rencontres quelqu'un ou quelqu'une qui te donne du bonheur, tout le monde est contre toi. (…) Que perdent-ils ou que croient-ils perdre ? Ca m'est arrivé à moi aussi, j'en souffre encore.

*

"Pourquoi écris-tu Goliarda ?"
"Pour prolonger de quelques instants la vie des personnes que j'aime."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
sophietaamsophietaam   14 mai 2018
— […] Pourquoi écris-tu ?
— Oh, pour deux raisons seulement ! Pour me défoncer — exactement comme pour toi l’héroïne —, cela seul me fait vivre pleinement la vie. Pour moi, ce que nous appelons vie ne prend de la consistance que si j’arrive à la traduire en écriture.
— Je comprends, ça, c’est une réponse, et l’autre ? Tu avais deux raisons.
Commenter  J’apprécie          00
mathouu51mathouu51   12 février 2022
Toujours cette mauvaise habitude d'analyser, qui comme un moustique vous fond dessus alors qu'on fait l'amour et vous démolit ce beau moment qu'après tout est la vie, parce qu'à la barbe de toutes les philosophies du monde la vie n'est faite que de moments.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Goliarda Sapienza (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Goliarda Sapienza
VLEEL, Rentrée littéraire Acte 1, 6 éditeurs présentent leur titres de rentrée littéraire 2022
autres livres classés : prisonsVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
710 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre