AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757845489
Éditeur : Points (04/09/2014)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 43 notes)
Résumé :
En 1953, José Saramago remit un roman manuscrit à une célèbre maison d’édition de Lisbonne qui ne lui répondit pas et ne lui renvoya jamais son texte.

En 1989, lors d'un déménagement, cette même maison d'édition retrouva le manuscrit et proposa à l'auteur de le publier. Saramago refusa et s’opposa à toute édition de son vivant.

La Lucarne nous parvient donc avec soixante ans de retard. On y raconte la vie des habitants d’un immeuble dan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
andman
  27 septembre 2014
“Personne n'est obligé d'aimer qui que ce soit, mais nous avons tous l'obligation de nous respecter les uns les autres”.

C'est par cette assertion teintée d'amertume que José Saramago a réagi un jour de 1989 où une maison d'éditions lisboète lui proposa de publier son roman “La lucarne”. Les feuilles dactylographiées “dormaient” chez l'éditeur depuis trente six ans et le phénomène déclencheur de cet étonnant réveil éditorial avait sans doute à voir avec la notoriété grandissante de l'écrivain lusophone.
Le futur nobel de littérature a-t-il craint que ce roman de jeunesse interfère sur son oeuvre déjà conséquente ? Toujours est-il qu'il refusa la publication de “La lucarne” de son vivant.
Il faudra attendre 2011 pour découvrir ce cadeau posthume qui paradoxalement me permet aujourd'hui une première incursion dans l'oeuvre de cet auteur humaniste.

L'intrigue de ''La lucarne'' se passe dans un immeuble, situé au coeur de Lisbonne, dont les résidents se répartissent les six appartements. Les différentes familles occupent les lieux de longue date si bien que tout le monde se connaît plus ou moins et converse à l'occasion.
Après une présentation liminaire des différents personnages, de courts chapitres permettent au lecteur de passer alternativement d'un appartement à un autre, de se familiariser avec ce petit monde rassemblé sous un même toit par les hasards de la vie.

En ce début des années cinquante, le régime dictatorial de Salazar sévit depuis déjà deux décennies au Portugal ; l'auteur se garde bien d'en parler ouvertement mais une étrange impression de suspicion semble flotter au quatre coins de l'immeuble. le manque d'argent, dénominateur commun aux six ménages, ajoute encore à la sinistrose ambiante.

A seulement trente ans, Saramago dissèque avec une étonnante maturité les états d'âme, les amours cachées, l'égoïsme de ces petites gens. Sans jamais tomber dans le voyeurisme ou le vulgaire, l'auteur dépeint un quotidien de vies ratées où le machisme est très prégnant, un quotidien de misère humaine sans doute pas loin de l'enfer.

Rédigé dans un style usuel, ce roman agrémenté de dialogues fournis est d'une lecture facile. Certains d'entre vous, habitués au style chaotique et à la ponctuation épurée des écrits ultérieurs de Saramago, découvriront par cette prose de jeunesse une autre facette de ce romancier portugais issu d'un milieu modeste.

La lucarne” porte assurément en son sein les germes d'un grand écrivain en devenir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          590
bilodoh
  27 juin 2015
Quelle est cette lucarne ? de quelle fenêtre magique José Saramago disposait-il donc pour observer ainsi avec tant de précision les profondeurs de l'âme humaine ?

Une écriture magnifique et c'est étonnant que ce soit le premier roman de Saramago, écrit alors qu'il était dans la vingtaine. Un texte pourtant très abouti et un regard d'une grande lucidité sur les êtres qui l'entourent.

Le cadre est simple, un immeuble de Lisbonne où vivent des personnes différentes : un vieux couple heureux qui logera un pensionnaire, une femme entretenue qui reçoit son amant, une épouse qui déteste son mari alors que lui trouve son bonheur auprès des putes, un couple frustré, coincé dans une vie sans bonheur, se jalousant l'amour de leur enfant, les parents laids d'une jeune fille trop belle et une veuve vivant avec sa soeur et ses deux filles.

À travers cette galerie de portraits, à travers les menus événements de leur vie quotidienne, on parcourt une large gamme de réflexions et d'émotions humaines. Il sera question du bonheur, de la liberté et du sens de la vie. Il sera question d'amour, de désir et de sexe, on y trouvera l'amour maternel aussi bien que la jalousie et la haine et le malheur.
Et la virtuosité de l'auteur permet de pénétrer aussi bien dans la sagesse d'un vieil homme que dans les angoisses d'une jeune fille.
Une pépite du Nobel de littérature 98.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
Annette55
  13 décembre 2014
" La lucarne "est le premier roman de José Saramago, qui reçut le prix Nobel en 1998......ouvrage écrit en 1953, refusé par les éditeurs ,perdu prés de quarante ans et enfin publié à titre posthume.
L'auteur y raconte la vie de nombreux personnages au sein d'un immeuble dans une petite ville portugaise, dans les années 50, ou les apparences et le paraître ont plus d'importance que la réalité: des couples qui se haïssent , des jeunes filles en fleur, des soeurs aigries, un cordonnier philosophe et son jeune locataire Abel, une femme entretenue par un directeur d'entreprise à qui elle donne des leçons de dignité, des couturières amoureuses de la musique surtout celle de Beethoven, et de Diderot.....tout ce petit monde est passé au crible avec bonheur et un talent de conteur indéniable...ce roman traitant de situations apparemment anodines est un véritable révélateur de la situation au Portugal, sous la dictature de Salasar au milieu du vingtième siécle, chacun garde ses secrets....derrière les non- dits, les faux semblants, c'est toute la société de l'époque qui est pointée du doigt .....en filigrane: méfiance, amours cachées ou incestueuses, haines inexpugnables, indifférence, mépris, misères physiques et morales, espoir ... Petitesses , bassesses , chacun s'observe et se mesure.....seul, Abel, jeune homme sans attaches, ( serait ce l'auteur lui même?) reste extérieur à ces vie ordinaires, banales, il philosophe avec Sylvestre le cordonnier, homme réfléchi et interessant, bon et amoureux de son épouse, la bonne Mariana...Abel se pose des questions, s'interroge sur la vie de ces petites gens ... Quels sont les secrets de Lydia qui vit de ses charmes dans l'appartement voisin de celui où habite Abel?quelles sont les motivations secrètes des couturières amoureuses de la musique classique et de Diderot?
L'auteur nous révèle un coin du voile mais sans jamais tomber dans la caricature.....pour dessiner le profil de tous ces personnages attachants. Il observe comme un entomologiste les femmes, nombreuses qui peuplent ce bel ouvrage.
Des vieilles, des jeunes fraîches et avenantes, des maigres décharnées, la grosse Mariana si belle dans sa jeunesse, des insolentes, des malheureuses, des travailleuses, résignées ou effacées ,trompées, provocatrices aussi, torturées mentalement, ou profondément en souffrance.....
Un trés beau livre au final, fin et révélateur, brillant à certains égards dans les portraits et les observations minutieuses Vives et profondes à la fois de la société de ces petites gens ou c'est l'anodin qui, parfois est le plus révélateur!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301
missmolko1
  30 mai 2015
Tout d'abord, je remercie chaleureusement Livraddict pour leurs partenariats ainsi que les éditions points pour l'envoi de ce roman qui m'a permis de découvrir José Saramago. Je le connaissais de nom bien sur mais je n'avais pas encore lu un de ses écrits. C'est donc une très bonne découverte.
Autant vous le dire de suite, il y a peu d'actions et pourtant on ne s'ennuie pas un instant. On suit plusieurs familles qui on en commun de vivre dans le même immeuble.
Concernant l'intrigue :
Commençons par le deuxième étage gauche, derrière cette porte c'est l'appartement de Lydia, une femme qui n'est pas beaucoup apprécié au sein de l'immeuble, pour la simple raison qu'elle se fait entretenir par un homme riche.
A l'étage en dessous, vit un couple avec leur fille qu'il surprotège : "Anselmo avait découvert que, dans les grands moments "ma fille" valait mieux que toute autre expression. Cela faisait sérieux, cela suggérait l'affection paternelle, l'orgueil de la paternité, avec une pointe de respect" . Grâce a Lydia, elle se trouve un travail de dactylo. C'est l'homme qui entretient Lydia qui l'embauche et très vite une jalousie envahit Lydia.
Deuxième étage droit, c'est ici une vieille femme qui vit avec sa soeur et ses deux filles. Ces deux dernières tiennent, je pense, une rôle plus importante que la mère et la tante. L'une est amoureuse de son patron, un amour pas réciproque, tandis que l'autre adore la lecture. Elle sont prisent dans leur routine : "Puis ce fut l'heure du dîner. Quatre femmes autour de la table. Les plats fumants, la nappe blanche, le cérémonial du repas. En deça -ou peut-être par-delà- les bruits inquisitorial du passé qui nous contemple et le silence ironique de l'avenir qui nous attend." Jusqu'au jour ou l'une des jeunes filles découvre La religieuse de Diderot.
Première étage porte de droite, c'est un couple, qui se déteste mais qui s'attire. Ils ont perdu une petite fille, la femme est diabétique, et surtout a un caractère tyrannique, elle veut maintenir une certaine autorité sur son mari. Lui, a une attirance sexuelle pour sa femme qui augmente au fur et a mesure que sa femme s'éloigne de lui.
Enfin rez-de-chaussée droit, c'est un couple qui se déchire, ou plutôt qui a dut mal a vivre ensemble. Elle est espagnole et a le mal du pays, tandis que lui rêve de liberté et se sent emprisonner dans ce mariage.
De l'autre coté, c'est un couple : "dans la cuisine mari et femme entamèrent le dialogue monotone de ceux qui sont mariés depuis plus de vingt ans. Des banalités, des paroles prononcées pour le simple plaisir de dire quelque chose, un simple prélude au sommeil tranquille de l'âge mûr", lui est cordonnier et pour arrondir un peu leur fin de mois, il décide de prendre un locataire.
C'est la que repose l'intrigue puisque le livre s'ouvre sur l'arrivée du locataire et se termine par son départ.
Résumer comme cela, le roman parait simple mais Saramago décrit a merveille, ses personnages sont complexes et surtout on se prend au jeu. Ce jeu de voyeur, d'observation. On rit, on pleurs, on s'énerve face a ses personnages, mais au final, on referme le livre avec une certaine nostalgie de devoir les quitter.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
Cath36
  08 mars 2014
Ce livre, qui m'a rappelé un peu le livre d'Elif Shafak "Bonbon Palace" est un petit bijou. Premier roman (non publié à l'époque) d'un tout jeune écrivain, il est déjà riche de tout ce qui fera l'oeuvre de Saramago : lucidité impitoyable sur les êtres - non dépourvue d'amour-, générosité et humanité sans illusions, écriture décapante, concise et efficace, avec en germe l'ironie qui constituera la trame de fond de beaucoup de livres de Saramago. La Lucarne nous présente ici par petites tranches la vie d'habitants d'un même immeuble, leurs relations, leurs rencontres.... comme une petite fenêtre, une lucarne justement, ouverte sur les êtres et sur leurs rapports avec la vie. Cette vie dont l'auteur nous dit qu'elle est "derrière un rideau, en train de rire à gorge déployée de nos efforts visant à la connaître". Un grand Saramago déjà, une oeuvre étonnante de maturité compte-tenu de la jeunesse d'alors de l'auteur. J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre.
Commenter  J’apprécie          260

critiques presse (1)
Actualitte   04 novembre 2013
À la qualité psychologique du livre, il faut ajouter sa dimension poétique, qui se traduit par une grande finesse d'expression. Saramago ne se laisse jamais aller à trop en dire. Ce qui n'équivaut par pour autant à une quelconque sècheresse.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   25 février 2016
Entre les voiles oscillants qui peuplaient son sommeil, Silvestre commença à entendre des entrechoquements de vaisselle et il aurait presque juré que des clartés s'insinuaient à travers les grandes mailles des rideaux. Sur le point de se fâcher, il s'aperçut soudain
qu'il était en train de se réveiller. Il cligna plusieurs fois des paupières, bâilla et demeura immobile, sentant le sommeil s'éloigner lentement. D'un mouvement rapide, il s'assit dans le lit. Faisant craquer bruyamment les articulations de ses bras, il s'étira.
Sous le vêtement, les muscles de son dos roulèrent et tressaillirent. Il avait un torse puissant, des bras épais et durs, des omoplates revêtues de muscles entrelacés.
Il avait besoin de ces muscles pour son métier de cordonnier. Ses mains étaient comme pétrifiées, la peau de ses paumes était devenue si épaisse qu'on aurait pu y passer une aiguille avec un fil sans qu'elle saigne.
Il sortit les jambes hors du lit avec un mouvement de rotation plus lent. Ses cuisses maigres et ses rotules blanchies par le frottement du pantalon qui en élaguait les poils attristaient et désolaient profondément Silvestre. Il était indéniablement fier de son
torse, mais détestait ses jambes, si décharnées qu'elles semblaient ne pas lui appartenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
andmanandman   10 septembre 2014
Le temps s'écoulait lentement. Le tic-tac de la pendule repoussait le silence, s'obstinait à l'éloigner, mais le silence lui opposait sa masse dense et lourde, où tous les sons se noyaient. Sans défaillance, l'un et l'autre se battaient, le son avec l'opiniâtreté du désespoir et la certitude de la mort, le silence avec le dédain de l'éternité.
Commenter  J’apprécie          360
bilodohbilodoh   27 juin 2015
Quand vous entendrez parler de l’homme, pensez aux hommes. L’Homme avec un grand H, comme je le vois parfois dans les journaux, est un mensonge, un mensonge qui set à couvrir toutes les vilenies. Tout le monde veut sauver l’Homme, personne ne veut entendre parler des hommes
(p. 367)
Commenter  J’apprécie          220
bilodohbilodoh   28 juin 2015
— Quand tu seras grand, tu voudras être heureux. Pour l’instant, tu ne penses pas à ça et c’est pour cette raison que tu es heureux. Quand tu y penseras, quand tu voudras être heureux, tu cesseras de l’être. À tout jamais! Peut-être à tout jamais! Tu entends? À tout jamais. Plus ton désir de bonheur sera fort, plus tu seras malheureux. Le bonheur n’est pas quelque chose que l’on conquiert.

(p.110)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Annette55Annette55   13 décembre 2014
"L'amour est le cri de ralliement des faibles, la haine est l'arme des forts. Je hais les rivaux, les concurrents, les candidats à la même bouchée de pain ou de terre, ou au même puits de pêtrole. L'amour ne sert qu'à railler ou à donner l'occasion aux forts de se délecter des faiblesses des faibles. L'existence des faibles est utile pour se divertir, elle sert d'échappatoire........"
Commenter  J’apprécie          121
Videos de José Saramago (99) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de José Saramago
https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=60058&motExact=0&motcle=&mode=AND
ALEXANDRE RITTER
Allées et venues entre deux mondes
Europe / Amérique latine
Daniel-Henri Pageaux, Constanza Alzamora
Classiques pour demain
Alexandre Ritter poète de vingt quatre ans, né à Mexico au sein d'une famille équatorienne et vénézuélienne a vécu à Caracas et vit aujourd'hui à Paris. Ce premier bilan porte sur six recueils de poésie, les deux derniers sont écrits en français. Il offre un ensemble d'études et d'hommages ainsi qu'un long entretien qui permettra au lecteur français d'accompagner la "naissance du poète".
Alexandre Ritter compte déjà deux lecteurs prestigieux, le poète Adonis dont le jugement élogieux est rappelé et celui du regretté José Saramago, prix Nobel de littérature, qui offre tout à la fois un jugement de synthèse et aussi un pari sur l'avenir.
Broché - format : 13,5 x 21,5 cm ISBN : 978-2-343-14920-2 ? 5 juin 2018 ? 258 pages
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature portugaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Le voyage de l'éléphant

En quelle année le voyage commence et en quel année le voyage se termine ?

1552-1554
1551-1553
531-534

3 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Le voyage de l'éléphant de José SaramagoCréer un quiz sur ce livre
.. ..