AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9791028102951
Bragelonne (16/05/2018)
4.01/5   161 notes
Résumé :
Eté 1979. Franck Servin, 18 ans, fuit le naufrage du foyer familial pour réviser son bac. Il trouve refuge chez son oncle et sa tante, dans une ferme isolée de la Creuse où quatre ans plus tôt, son cousin a trouvé la mort sur une route qu'il connaissait pourtant depuis son enfance. Cette tragédie a ouvert une plaie qui ne s'est jamais refermée. Elle ronge insidieusement le cœur de ses proches et attend son heure pour frapper de nouveau.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (75) Voir plus Ajouter une critique
4,01

sur 161 notes

marina53
  17 septembre 2018
Ferme de la Renardière, Creuse, 3 juillet 1979. Chevauchant sa Kawasaki, Franck se dirige vers la ferme de son oncle et de sa tante, Victor et Hélène. Aujourd'hui âgé de 19 ans, cela fait quatre années qu'il n'a pas remis les pieds ici. Pas depuis qu'un corbillard contenant le corps de son cousin, Paul, était garé devant. Fuyant un foyer en plein naufrage, son père alcoolique ayant trop souvent la main lourde sur sa mère, le jeune homme est venu réviser son bac qu'il a malheureusement raté étant donné le contexte familial chaotique. Sa ressemblance avec son cousin étant frappante, sa tante et son oncle sont quelque peu ébranlés et bouleversés en le voyant, projetant évidemment ce que serait devenu leur fils s'il n'avait pas eu ce stupide accident de mobylette. Malheureusement pour Franck, cette période, qui se devait calme et sérieuse, va vite s'assombrir...

Sur son lit de mort, trente ans après ce fameux été de 1976, un été qui verra la fin de son innocence et de son adolescence, Franck raconte, par le menu, ces quelques jours passés à la Renardière, chez son oncle et sa tante. Au fil des confidences jetées sur le papier, il évoque évidemment le décès tragique de son cousin et les répercussions inébranlables. Dans cette campagne creusoise, d'apparence calme, reposante et verdoyante, Jacques Saussey nous offre un roman profondément noir où s'entremêlent un présent et un passé tragiques et sombres. Cette narration non linéaire happe le lecteur dès les premières lignes, le plongeant dans une atmosphère lourde, suffocante et mystérieuse. Campé par des personnages denses et attachants, ce roman de terroir teinté de noir, habilement construit, se révèle diablement efficace et retors.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          702
Paola93130
  22 juin 2018
Haute comme trois pommes, brune, les yeux noisette virant au vert, j'ai une vérue sur le nez et des poils aux genoux. le ménage étant l'un de mes sports favoris, je suis impitoyable avec le moindre grain de poussière. Fan de Fado et de football, je suis fervente catholique et je prie, quelques fois, la Vierge de Fatima (aaah ! Sainte Marie !.... qu'il le marque ce foutu penalti, notre Cristiano !). J'adore la morue et les « pastéis de nata », bref, j'ai tout de la portugaise typique….Je suis née au Portugal, j'aime mon pays, j'en suis fière…
Cependant, je ne serais sûrement pas la même si je n'avais pas grandi en France. Lieu commun, me direz-vous. Avec La Palice, on a fait bien mieux que moi…Mais, c'est la « vérité vraie ». Vous savez où se situe la France, pour moi ? Dans mon coeur. Bien au fond, bien au chaud. J'en ai gardé des images (aaaah, le cinéma français…), des sons (aaaaah, la chanson française..) des odeurs (de doux parfums, pour mon nez à verrue), des paysages (trop peu) et d'excellents souvenirs. Un de ces jours, je vous en raconterai (même si ça ne vous intéresse pas).
Avec ses « Principes mortels » Jacques Saussey m'a envoutée. Son écriture simple et vivante, ses tournures de langage, ses descriptions comme je n'en lisais pas depuis quelque temps, m'ont replongée dans cette France que je n'ai pas eu le temps de parcourir autant que je l'aurais souhaité, mais que j'ai la sensation de connaître comme si je m'y étais promenée, au fil des livres lus. Il m'a prise par la main et m'a emmenée dans la Creuse. Je l'y ai suivi et j'ai adoré la région, que j'ai sentie omniprésente. J'aime « m'immerger » dans les lieux que je lis comme si j'y étais… surtout si je n'y ai jamais mis les pieds ! Si pour certains le chant des oiseaux, le bruit d'un ruisseau, un relief accidenté, la caresse du vent importent peu dans un roman de ce genre, pour moi, c'est primordial de lire « avec tous les sens » : la vue, l'ouïe, l'odorat s'éveillent à la lecture, comme si c'était « en vrai ». Ainsi, l'auteur écrit ici un roman noir, une histoire prenante, pleine de secrets et de non-dit « à la française », dans « une ambiance de terroir », sans pour autant en faire un pavé et sans les « effets spéciaux » américains ou anglais (que j'apprécie, bien sûr, mais pas autant). S'il m'était possible d'en faire un film, je verrais très bien les regrettés Victor Lanoux, Annie Girardot et Yves Montand dans les rôles principaux. Pour les jeunes, j'y mettrais Pierre Niney et Louane Emera. Qu'en dites-vous? J'imagine très bien mes idoles d'il y a plus de trente ans donnant le ton aux jeunesses d'aujourd'hui que je ne connais (malheureusement) pas assez.
C'est une longue confession, d'un homme fatigué de vivre qui parle comme s'il crevait un abcès. Racontée à deux temps, avec une construction classique mais efficace, un « effeuillage » subtil des indices et même une grosse frayeur, sans descriptions sanglantes. L'auteur m'a emmenée où il le souhaitait et j'ai beaucoup aimé la promenade. J'ai repensé à Maupassant, à Pagnol…À « La petite Roque », à « Jean de Florette » plus les accents de la modernité qui s'imposaient.
Merci beaucoup à Netgallay et aux Éditions Bragelonne de m'avoir fait ce cadeau.
P.S. : au fait, je vous ai fait marcher…je n'ai pas de verrue sur le nez !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          617
Crossroads
  31 août 2018
Une histoire dans la Creuse, qui ne l'est pas.
Hu, hu, hu.
Tiens, un fou rire...
Quatre années se sont écoulées depuis le décès de Paul, son cousin.
De retour chez tonton (pas Mitterrand) et tatie (pas le magasin), Franck espère échapper au chaos familial tout en bachotant son rattrapage.
Accueil réservé, ambiance pesante.
Hey, y aurait pas comme une douce fragrance d'été inoubliable ?
Et il le fut...
Typique du bouquin d'ambiance qui ferait passer la Toussaint pour la fête à Neu-Neu, Principes Mortels vous drape de son noir manteau en vous plombant le moral tout de go et l'assumant gaillardement tout du long.
Rancoeur, non-dits, subtile vengeance ourdie, le festin est royal, la digestion délicate.
La plume acide de Saussey distille savamment son mortel poison, poussant le lecteur à moult conjectures forcément saugrenues, déductions s'appuyant régulièrement sur celles, nombreuses, de notre Sherlock de passage, j'ai nommé Francky Holmes.
Le seul truc qui m'a durablement titillé ici, c'est la maturité affichée par ce gamin de 19 piges.
Son laïus, un problème, une solution.
Véritable couteau-suisse de la débrouille, Francky dépannage assure H24.
Nonobstant ce léger désagrément, l'auteur délivre une copie magistrale. Véritable petit bijou de noirceur familiale dans son écrin de trahison au grand air, Principes Mortels revisite la citation de Jules Renard affirmant que la campagne se prête à toutes les divagations du rêve. Encore un qui n'a pas lu Jacques Saussey...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          463
AudreyT
  26 juin 2018
*****
Pauvre Franck... A 18 ans, il doit passer 6 semaines au milieu de la Creuse, dans la ferme isolée de son oncle et sa tante pour réviser son bac et passer la session de septembre. Mais le plus dur n'est pas là... Cette maison était aussi celle de son cousin, Paul, décédé 4 ans plus tôt dans un accident. Paul et lui était très proches, comme des frères, et la douleur et l'incompréhension de ce drame le hante encore. Mais il ne sait pas qu'il va découvrir que cette tragédie n'est que la partie émergée de l'iceberg...
Ce livre est une agréable surprise : de l'auteur je ne connaissais rien et du polar noir je ne suis pas lectrice habituelle... Et j'ai dévoré ce roman de Jacques Saussey en 2 jours !!! Il est fort bien écrit, les personnages sont travaillés et attachants et l'intrigue est menée avec rythme et intelligence. Un drame familial au milieu des forêts, des bêtes et des petits villages silencieux... Ne cherchez plus votre prochaine lecture, partez pour cette exaltante aventure !!!
Merci à NetGalley et aux éditions Bragelonne pour leur confiance...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          411
saphoo
  07 mai 2018
Ce genre de littérature est rarement à mon menu de lectrice, mais l'occasion s'est présentée pour que ce livre croise mon chemin, et la quatrième de couverture a titillé ma curiosité. le fait que l'action se déroule en campagne n'est pas non plus étranger à ce choix, l'époque également.
J'ai apprécié l'ambiance, donc campagnarde, un air de vacances au soleil, à la bonne odeur des moissons, un roman du terroir aux accents polar noir.
L'histoire nous dévoilée par les révélations du narrateur, avant de mourir il veut que la vérité soit faite sur une sombre histoire de famille. Il nous conte cet été maudit, où il devait passer deux mois tranquilles chez sa tante et son oncle pour oublier son propre conflit familial et réviser son bac pour un rattrapage à la session de septembre. Ça devait être donc des vacances studieuses, même si l'ombre de son cousin Paul était présente et douloureuse, Franck avait la ferme intention de profiter de cette parenthèse pour se remettre sur les rails.
Hélas, le destin était aussi de la partie, et Franck devient le patin d'une comédie meurtrière mais je ne vous révélerai point celui qui tire les fils.
Un roman addictif au possible, des personnages touchants, une ambiance qui alterne entre le souvenir douloureux et l'insouciance de l'adolescence, le souvenir d'une enfance heureuse et le drame qui se trame.
Bien sûr comme tout bon thriller, le clou du spectacle nous est offert aux dernières pages, et là on est scotché ou pas, car ma fois, on pressent quand même quelques doutes sur la situation si paisible soi-disant du couple du tonton Victor et de Tati !
Un livre qui se dévore le temps d'un après-midi, impossible de laisser le livre de côté juste le temps d'une petite pause obligatoire et c'est reparti sur les chapeaux de roues.
C'est une réelle découverte de cet auteur, et un roman du terroir mêlé au genre polar, est un excellent compromis pour ceux qui comme moi ne sont guère attirés par les romans trop noirs pour ne pas dire rouges sang et violents.
Un grand merci aux éditions Bragelonne et à Netgalley pour cette découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340


critiques presse (1)
Chatelaine   14 mars 2014
Dans un récit d’une rare noirceur, Jacques Saussey offre une fine analyse de l’âme humaine, un huis clos étouffant où les découvertes sordides se multiplient jusqu’au dénouement… près de 30 ans plus tard.
Lire la critique sur le site : Chatelaine
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   17 septembre 2018
Y a-t-il un bon âge pour mourir ?
On a tendance à penser qu'on part toujours trop tôt. En fait, il n'y a pas de vérité. On part quand le cercle se rompt, quand les fils qui nous relient au vivant se nécrosent et pourrissent, nous abandonnent à la pesanteur d'un corps vidé de son essence.
C'est tout.
Commenter  J’apprécie          310
ZilizZiliz   15 janvier 2020
Albert pointe [les photos de famille sur] le mur, du bout rougeoyant de sa cigarette.
- La vie des gens est parfois compliquée.
Je lui jette un regard aigu, comme s'il m'avait piqué avec une aiguille.
- Ce que je veux dire, corrige-t-il, c'est qu'on n’a parfois pas toutes les cartes en main pour juger. Même si l’on souffre.
Je détourne les yeux et les repose sur la photo. Il n'y a pas de cartes qui tiennent. Mon père est coupable. C'est lui qui boit. C'est lui qui frappe. C'est lui qui blesse. Il mérite ce qui lui arrive. C'est tout.
(p. 48)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Jeanmarc30Jeanmarc30   27 avril 2019
Je ne savais pas si nous pourrions lui rendre visite à la prison, mais j'avais la certitude que ma mère ferait tout son possible, essaierait de jouer de toute son influence pour parler à sa sœur. Elle aussi la croirait innocente. C'était naturel de refuser d'instinct la culpabilité d'un membre de sa famille. De crier à l'erreur judiciaire, quitte à réfuter l'évidence. On n'accepte jamais facilement la chute de l'un des siens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
marina53marina53   17 septembre 2018
À peine le portail ouvert, elle se jette dans mes bras et éclate en sanglots. Mon petit... J'ai dix-neuf ans et j'ai encore droit à des "mon petit". Je suppose que toutes les mères du monde ont du mal à couper le cordon...
Commenter  J’apprécie          240
marina53marina53   17 septembre 2018
C'est curieux comme, quand on a manifestement la preuve que tout va au plus mal, on peut garder quand même au plus profond de soi un déni de la plus cinglante évidence.
Commenter  J’apprécie          251

Videos de Jacques Saussey (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Saussey
Toucher le noir
autres livres classés : Creuse (France)Voir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Colère noire" de Jacques Saussey.

Quel est le prénom du nom de Heslin qui aide Magne dans son enquête ?

Lise
Lisa
Lisy

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Colère noire de Jacques SausseyCréer un quiz sur ce livre