AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743637293
Éditeur : Payot et Rivages (25/05/2016)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Une époustouflante fresque familiale, aux allures de roman noir, dans le Grand Ouest américain, avec en toile de fond la bataille la plus célèbre de la guerre de Sécession, la bataille de Gettysburg. Une histoire de vengeance entre deux frères, de rédemption, mais c'est aussi l'histoire de la construction d'une nation, un récit de guerre, de cruauté dans l'atmosphère du grand Ouest sauvage, de villes champignons et d'un New York balbutiant, ville de débauche et de v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
tynn
  26 septembre 2016
1840: dans la sudiste Savannah : un homme blanc fuit.
Un fratricide a été commis et la chasse à l'homme est ouverte.
Et en dépit des années qui passent, d'une autre identité, et d'autres rencontres pour se reconstruire, rien ne s'oublie et la vengeance ou l'opportunisme est au coeur des hommes.
Par petits chapitres courts, c'est le drame immense d'une famille juive américaine qui explose, faite de la culpabilité d'un vieux père, d'un fils honni et rejeté, d'un héritier abandonné en langes qui va grandir dans le ressentiment, de l'amour filial qui malgré tout perdure et invite au pardon.
Sur une trentaine d'années entremêlées, voici un film narratif, dépouillé de dialogues, visuel et violent, dans un monde d'hommes à travers une nature vierge et l'immensité des États pas encore unis. Des villes poussiéreuses du Vieux Sud aux neiges des hivers de l'Illinois, en passant par un New York façon Scorcese, le fil familial s'effiloche parfois mais ne se casse jamais ...
L' écriture est très belle, lyrique et pourtant précise, capable de brosser un tableau réaliste d'un vieux Sud débarrassé du romantisme des plantations et crinolines, de batailles sanglantes de la guerre de Sécession, de cabanes de trappeurs et de bagarres avinées de saloons. Une écriture élégante et travaillée pour une atmosphère brute et âpre.
J'ai beaucoup aimé...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
belette2911
  22 juillet 2016
Direction le vieux Sud profond de 1840, quand l'Amérique était encore toute jeune après sa guerre d'Indépendance (1775-1783) et où les esclaves avaient juste le droit de ne pas en avoir (de droits).
Savannah, ville de Géorgie où la famille Delmar vient de vivre un drame à la Caïn et Abel puisque Elijah, l'aîné, vient d'assassiner son cadet, David, après avoir fait un enfant à la femme de son frère.
Un fratricide doublé d'un adultère, si ce ne sont pas les ingrédients d'un bon drame familial, je ne m'y connais plus. Sans oublier que l'auteur en rajoute une couche avec les grands-parents qui retirent le jeune enfant à la mère adultérine…
La sécession est double, dans ce roman : celle qu'un père mit en place entre ses deux fils en les élevant dans la rivalité et celle qui déchira les États-Unis entre 1861 et 1865.
Les conséquences seront catastrophiques des deux côtés puisque cela se soldera par du sang coulant en abondance (mais plus dans le cadre de la guerre que du fratricide).
Roman choral passant en revue presque 30 ans de l'Histoire agitée des États-Unis en pleine construction ou en pleine guerre fratricide, qui, dans sa narration, se permettra même des sauts dans le temps, vous faisant passer de 1862 avec Isaac en pleine guerre de Sécession à Elijah, en 1842, qui arrive du côté de Manhattan.
Cela peut-être déconcertant si on n'est pas attentif aux dates signalées en début de chapitre.
Ce que j'ai apprécié dans ce roman, c'est le réalisme saisissant des champs de bataille et des conséquences des razzias menées par des groupes de soldats indépendants, mais j'ai trouvé la narration assez froide et assez empesée même.
J'aurais aimé en savoir plus sur l'enfance des deux frères et ce que leur père, Amos, avait pu bien pu poser comme comportement pour faire naître cette rivalité, j'aurais aimé un Elijah moins « distant » car cela le rend difficile à apprécier et ma foi, plus de dialogues auraient rendu le récit plus facile à ingurgiter.
Ils sont peu nombreux et une grosse partie des dialogues sont présentés de la sorte « Je lui demandais bla-bla-bla et il me répondit que bla-bla-bla » et cela alourdit le récit déjà ponctué d'assez bien de mots qu'on utilise peu dans son vocabulaire courant.
De plus, j'ai sursauté sur deux coquilles énormes. L'auteur parle du cheval d'Elijah, un de race morgan (une race chevaline de selle originaire des États-Unis et qui a la particularité d'être issue d'un seul étalon) et qu'est-ce que je lis ? « Il scellait le morgan » au lieu de « Il sellait le morgan » parce que je pense qu'il n'allait pas le marquer d'un sceau.
Autre horreur pour les yeux, « […] et tira sur les reines de son cheval » parce que c'est bien connu, on dirige son cheval avec la femme du roi… Pourtant, quelques lignes plus loin, c'était bien orthographié « rênes ».
Et puis, cerise sur le gâteau, lorsque le fils retrouve son véritable père, rien, pas plus que « Il demanda à son fils de le suivre dans son bureau ». Cela fait 25 ans qu'Elijah a disparu en tant que fugitif, ils ne se sont jamais vu et on a droit à rien de plus ?? Dommage.
Un drame familial horrible, une belle fresque américaine qui couvre plus de 25 ans d'Histoire trouble, tourmentée, on voyage énormément puisque l'on passera des plaines du Vieux Sud aux villes de New-York et de Chicago, en passant par les champs de bataille de la guerre de Sécession. Hélas, j'ai trouvé le style un peu trop chargé, trop lourd à lire et à un moment donné, j'ai même décroché un peu.
Certes, on pourra me rétorquer que le style empesé va comme un gant à la solennité que l'auteur donne à l'intrigue, mais cela ne rend pas la lecture facile.
Un roman exigeant, une ambiance lourde qui sent le drame, la poudre des fusils, l'odeur métallique du sang, des cadavres en décomposition et qui plaira sans nul doute aux amateurs de littérature un peu pointue.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
LeaTouchBook
  07 juin 2016
Lorsque les auteurs français s'imprègnent et s'inspirent de la littérature américaine, c'est un pari risqué qui est lancé, un pari réussi pour Olivier Sebban !
Un drame incroyable à l'intrigue extrêmement bien ficelée et qui rend parfaitement hommage à tous les romans du genre. Deux périodes, deux hommes, deux destins liés par le sang et les larmes, par le meurtre et l'adultère, par la terre et la guerre : voilà un livre qui ne peut que me ravir ! C'est une histoire vraiment passionnante qui va permettre à l'auteur de décrire toute une période de l'histoire des Etats-Unis au travers du destin familial.

Sécessions : la guerre et la famille, deux scissions qui amènent Elijah à fuir sa famille suite au meurtre de son frère, qui engendre Isaac qui va s'engager dans la guerre et qui va aussi poursuivre son "oncle" qui en réalité son père. La tragédie est imminente dans cette fresque qui fait défiler les paysages urbains et ruraux pour mettre en avant toute l'ambivalence, la richesse de ce pays. Des destins vont ainsi se fracasser sur le pilori de l'Histoire.
Malgré un style plus poussé et exhaustif que les modèles américains, il n'en reste pas moins qu'Olivier Sebban écrit un livre d'une grande profondeur et d'une forte puissance narrative. Alternant les époques et les points de vue, il offre une palette large d'émotions et de mises en perspective. Je me suis tout simplement régalée ! Les éditions Rivages ont vraiment le don de repérer ce genre de talent comme le brillant Jérémy Fel dont Les Loups à leur porte est sûrement un des meilleurs premiers romans que j'ai eu l'occasion de lire dans ma vie.
En définitive, pour tous les amoureux du genre, vous allez adorer !
Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
jo75
  14 août 2016
Eté 1840, Géorgie. Elijah, meurtrier de son frère cadet, se cache dans les marais, poursuivi par son père et une troupe armée. Fuyant vers le Nord, il changera d'identité, tentera d'échapper à la culpabilité, aux remords. Centré sur le destin d'Elijah, de son fils Isaac, et de son père Amos, ce roman-fleuve raconte aussi, à travers ces destins individuels, la construction violente des Etats-Unis, la croissance effrénée de New York et Chicago, l'Ouest sauvage, et bien sûr, la guerre de Sécession. L'écriture d'Olivier Sebban est cinématographique, on est transporté au coeur des villes grouillantes, dans les grands espaces vierges et le chaos de la bataille de Gettysburg.
Trente ans s'écoulent, sur un rythme d'enfer, dans une tension maintenue jusqu'aux dernières pages. Un grand roman américain.
Commenter  J’apprécie          30
PanoramaLivresque
  08 septembre 2016
L'histoire nous plonge au coeur d'une Amérique très jeune où les esclaves n'avaient pas de droit et au coeur d'une famille juive pas vraiment différente des autres. L'auteur va nous faire suivre pendant près de trente ans la vie de 3 générations d'une même famille.
Nous suivons surtout Elijah, l'aîné de la famille, qui après avoir eu un enfant avec la femme de son frère, a tué son propre petit frère et a décidé de prendre la fuite.
Dans ce roman, nous alternons différents points de vue, Elijah, bien sûr, mais aussi son père et par la suite le fils d'Elijah. Chacun nous montre une parcelle de vérité de l'histoire afin de comprendre l'enjeu global de ce qu'il se passe. de même au niveau des différentes époques, en effet durant les 30 ans qui nous sont racontés, tout n'est pas mis dans l'ordre chronologique. Il faut donc bien faire attention à chaque début de chapitre.
Même si je dois avouer que j'ai apprécié de m'immerger dans cette époque des Etats-Unis (avec les scènes de combats et les scènes de vie difficile) et de trouver que l'histoire est assez réaliste d'un point de vue global, je n'ai pas été emballée par cette histoire. Je n'ai pas réussi à m'attacher à un seul personnage. La façon dont est écrit le texte m'a donné une sensation de lourdeur et j'ai eu du mal à finir ce livre. de plus, je trouve dommage qu'il y ait presque une absence totale de dialogue, les il m'a dit que… m'ont assez vite lassée. Sans oublier que j'aurais aimé avoir un peu plus d'émotions dans l'histoire, ce n'est pas les scènes qui manquent, mais c'est comme si tout coulait de source, quoi qu'il se passe c'est normal. Ce n'est pas trop mon style ^^
Au final, même si l'histoire est originale et intéressante, j'ai vraiment eu du mal à adhérer à la façon d'écrire de l'auteur, j'ai ressenti pas mal de lourdeurs qui ont parfois failli me faire abandonner ma lecture…
Lien : http://panoramalivresque.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Olivier Sebban (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Sebban
Postface: invité de Josyane Savigneau Olivier Sebban sur RCJ
autres livres classés : chicagoVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1022 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre