AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782878271973
Éditeur : Rackham (10/05/2016)
4.3/5   247 notes
Résumé :
Une certaine partie du corps de la femme, celle que Gustave Courbet a évoqué dans son tableau L’origine du monde, a suscité et continue de susciter l’intérêt un peu trop "vif" de certains représentants de la gent masculine.
C’est ainsi que le Dr. Kellogs, l’inventeur des corn-flakes, a pu affirmer que la masturbation provoque le cancer de l’utérus et le Dr. Baker Brown a pu préconiser l’éradication de l’onanisme féminin par l’ablation du clitoris (la dernière... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
4,3

sur 247 notes
5
14 avis
4
11 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

MissSherlock
  07 septembre 2017
Très bonne surprise que cette BD, L'origine du Monde. Je suis tombée dessus à la médiathèque et la couverture ne m'inspirait pas plus que cela mais j'ai commencé à la feuilleter et je l'ai emprunté illico.
Liv Strömquist nous parle ici du sexe de la femme, sexe qui semble avoir suscité une curiosité un peu trop poussée au cours des siècles.
La BD s'articule en trois parties : dans la première, l'auteur nous parle de ces hommes (psy, scientifiques, religieux, philosophes) s'étant intéressés d'un peu trop près au sexe des femmes au point de pondre des théories farfelues aux conséquences dramatiques. À titre d'exemple, le docteur Kellog prétendait que la masturbation féminine provoquait le cancer, l'épilepsie ou encore la folie. Il fallait donc empêcher les femmes de se masturber en versant de l'acide sur leur clitoris. Voilà, voilà...
Dans la seconde partie, Liv Strömquist revient sur la représentation du sexe féminin (son apparence, la façon dont il est perçu). On apprend ainsi que beaucoup confondent vulve et vagin et que, même dans des livres de SVT, le sexe féminin est défini uniquement en fonction du vagin comme si le clitoris et les lèvres n'en faisaient pas partie. Certains gynécos doivent en baver avec leurs patientes.
Dans la troisième partie, l'auteur s'exprime sur l'orgasme féminin, les règles et la honte que ressentent de nombreuses femmes face à leur propre sexe. Cette partie est aussi passionnante et édifiante que les autres mais en même temps dramatique car les témoignages des jeunes filles et des femmes, trouvés sur des forums, sont attristants. Il est terrible de se dire que des femmes modernes puissent avoir une image d'elle-même aussi dégradée.
Ce bouquin est formidable car hyper documenté, c'est très sérieux. Une bibliographie riche est fournie à la fin du livre.
Ce qui m'a plu c'est que, même si le sujet est important, il est traité de façon humoristique. le ton est piquant mais aussi très drôle, parfois même loufoque. J'ai beaucoup ri aux gags et aux blagounettes de Liv Strömquist.
Cette BD - dont les dessins sont naïfs et peu détaillés - fait réfléchir de façon ludique. C'est le genre de livre que tout le monde devrait lire quel que soit l'âge et le sexe du lecteur.
En ce qui me concerne, c'est un immense coup de coeur et ma plus belle découverte de l'année 2017.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          238
lemillefeuilles
  22 juillet 2019
Ayant découvert cette autrice un peu atypique avec son ouvrage Les sentiments du prince Charles, qui permet de réfléchir sur les relations amoureuses entre femmes et hommes, j'étais franchement curieuse de découvrir cette bande-dessinée.
Le sujet, c'est la vulve et le tabou qui peut l'entourer, mais aussi la fascination (un peu trop importante) de certaines personnes pour celle-ci. Ainsi, Liv Strömquist retrace l'histoire de ce que Gustave Courbet a nommé L'origine du monde. du manque de connaissance aux mensonges éhontés, la vulve et le clitoris ont connu des périodes bien sombres. Il fait s'interroger sur les raisons pour lesquelles ces organes ont été diabolisés.
En tant que féministe convaincue, je trouve ce livre absolument indispensable. En effet, lorsqu'on a un vagin, une vulve et un clitoris (je préfère ne pas parler de "sexe féminin" parce que toutes les personnes qui en ont ne sont pas des femmes et certaines femmes ont un pénis : le terme "sexe féminin me semble donc erroné), il est fort probable que des personnes trouvent le moyen de les diaboliser et les rendre responsables des malheurs du Monde.
Encore aujourd'hui, la représentation de ce sexe (dans les manuels scolaires, par exemple, mais pas que) n'est clairement pas conforme à la réalité (la vulve est appelée bien souvent vagin, et le clitoris reste absent, comme s'il n'existait pas). Il suffit aussi de voir le dessin grotesque (et sexiste) publié dans Charlie Hebdo lors de la Coupe du Monde de foot féminin en 2019 pour voir que le travail qui reste à faire...
Grâce à cette bande-dessinée, j'ai appris énormément de choses et c'était très instructif. Encore une fois, ça me semble être un ouvrage indispensable pour tous·tes. L'autrice parle du tabou des règles, du clitoris, des mensonges autour de ce dernier... Au niveau des illustrations, nous restons sur quelque chose de très simple (avec un dessin qui ne plaira pas à tout le monde) mais le contenu importe plus que le trait de crayon, pour cette fois.
Lien : http://anais-lemillefeuilles..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          195
SeriallectriceSV
  02 décembre 2016
Une bande dessinée décapante sur le ...sexe féminin.
Tout un ouvrage qui met en scène les femmes et leur sexualité à travers le temps : la perception du sexe dans les anciennes sociétés et son évolution dans la société occidentale contemporaine, une société régie par les religions patriarcales.
Il fallait y penser, il fallait le faire, et c'est très bien fait !
Pamphlet politique, féministe extrêmement bien documenté et très instructif, un peu violent à l'égard de ces messieurs "Les zinzins de la zézette", et assez drôle aussi.
Dans le premier chapitre, l'auteur dresse un palmarès des hommes - médecins, religieux, obstétriciens, sexologues, psychologues, philosophes - qui se sont intéressés un peu trop au sexe de la femme et qui ont tous à leur façon "massacrer" le sexe féminin et son image. Un petit exemple avec l'un des penseurs occidentaux les plus influents : Jean-Paul Sartre, qui dans "L'Être et le Néant" décrit comme suit le sexe féminin : «...c'est un appel d'être comme d'ailleurs tous les trous; en soi la femme appelle la chair étrangère qui doive la transformer en plénitude d'être par pénétration et dilution.»
Le deuxième chapitre aborde la représentation du sexe féminin et sa définition par rapport au sexe masculin.
Le troisième se penche sur l'orgasme, alors que le quatrième et le cinquième évoquent respectivement la "Honte" ressentie par les femmes et les règles.
Le ton est acerbe, vindicatif, mais à la fois très blagueur et décalé. Liv Strömquist prend le lecteur à partie, le tutoie, l'implique dans ses réflexions, et le pousse ainsi à prendre naturellement part à la réflexion, à s'interroger, à se rendre compte de toutes les méfaits, tous les dires erronés qui ont eu trait autour des organes génitaux féminins, que l'on ne nomme d'ailleurs pas correctement, même dans les livres de sciences, c'est pour dire.
Passionnant, une mise au point percutante, à mettre dans de nombreuses mains masculines comme féminines (je pense aux adolescentes et à leurs mamans) ;-)

Lien : https://seriallectrice.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
Vexiana
  19 novembre 2020
Voici encore un documentaire BD très intéressant réalisé par Liv Strömquist et qui s'intéresse cette fois aux organes sexuels de la femme, à leurs perception à travers le temps et aux règles.
Et c'est super intéressant à plein de niveaux : scientifique, psychologique, social, sociétal, religieux, historique et même publicitaire (oui-oui).
Le tout est servi avec beaucoup d'humour et un brin de cynisme.
Bref, on apprend un tas de trucs qui changent complètement notre perception de notre propre pudeur et de notre propre corps.
Bon, la société étant ce qu'elle est, c'est pas toujours simple de replacer ce que l'on a appris dans ce livre pendant un repas de famille mais c'est une BD que je recommanderai volontiers.
Le dessin est assez simple mais n'est que le support du propos et tient parfaitement son rôle.
Commenter  J’apprécie          140
jamiK
  10 février 2021
Ce n'est pas pour son graphisme que j'ai aimé cette bande dessinée. L'objet est uniquement militant, c'est une oeuvre profondément féministe, qui s'attaque sans détour et sans pudeur à deux millénaire de patriarcat, à travers des sujets crus, mais qui ne le sont que par réminiscence culturelle. Liv Strömqvist, auteure suédoise, évoque le nom du sexe de la femme, l'orgasme féminin et les règles avec une argumentation documentée, avec quelques pointes d'humour pour dérider l'atmosphère, car le sujet est loin d'être léger. Dire que ces sujets n'ont été évoqués dans 2000 ans d'histoire de la science, jusqu'à il y a peu, que par des hommes ! Il y a de quoi se poser des questions sur leurs motivations. Ce livre remet les pendules à l'heure, sans détours, sans pudeur. sans concessions, c'est cru, mais nécessaire. A faire lire à tout le monde !
Commenter  J’apprécie          110


critiques presse (1)
BoDoi   13 juillet 2016
Liv Stromquist livre ainsi un ouvrage éclairant, utile aux hommes comme aux femmes.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
MissSherlockMissSherlock   06 septembre 2017
Dans l'Histoire, le sang menstruel a été considéré non seulement sale mais aussi toxique pourvus de forces destructives et dévastatrices.
Le naturaliste romain Pline L'Ancien (23-79 après JC), écrit dans son livre 'Naturalis historia" à propos du sang menstruel : "Les liqueurs s'aigrissent à son contact. Les plantes perdent leur fécondité. Les graines dessèchent. Les fruits tombent des arbres. Les lames et l'ivoire sont ternies. Les essaims d'abeilles meurent. Le cuir et le fer rouillent. Une odeur repoussante emplit l'air. Les chiens qui le lèchent deviennent fous et, infectés par ce poison, meurent. Même la toute petite bête qu'est la fourmi ne l'apprécie point et rejette le grain qui en est imbibé pour ne plus jamais y retoucher !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          64
MissSherlockMissSherlock   04 septembre 2017
Ces hommes, si obsédés par ce fameux "sexe féminin", sont à l'origine d'ÉNORMES problèmes de société. Tel Christophe Colomb baptisant de son nom et de celui de ses potes les pays de tout un continent, ces hommes DÉBORDANT D'ÉNERGIE ont colonisé le corps de la femme jusqu'à ses recoins les plus sombres et humides ! Avoir un passe-temps, c'est bien sympa mais plusieurs d'entre nous verraient bien ces obsédés de ce que l'on appelle "les organes sexuels féminins" faire preuve d'un peu moins de zèle et d'entrain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          94
MissSherlockMissSherlock   04 septembre 2017
Kellogg rédige donc des manuels d'hygiène dans lesquels il affirme que l'onanisme serait la cause du cancer de l'utérus, de l'épilepsie, de la folie ainsi que diverses déficiences mentales et physiques. Comme le monde est bien fait, c'est Kellog lui-même qui a découvert le remède à la masturbation et ses dangers ! Dans son ouvrage "Quelques vérités pour les jeunes et les vieux", il écrit : "Quant aux femmes, j'ai découvert que l'application d'acide phrénique pur sur le clitoris constitue un excellent remède pour calmer toute excitation anormale".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          77
MissSherlockMissSherlock   06 septembre 2017
[...] L'exemple le plus célèbre est peut-être celui du docteur Edward H. Clarke qui publie "Sex in Education" en 1874 et y affirme que les femmes ne peuvent prétendre aux études universitaires parce que le travail cérébral consommerait tout le sang dont elles ont besoin pour leurs règles.
Un an plus tard, un autre médecin, docteur Azel Ames, publie un texte affirmant que les femmes ne doivent pas travailler dans l'industrie parce que cela pourrait nuire à leurs fonctions menstruelles. Par contre que les femmes s'échinent à des tâches domestiques, genre lavage du linge à la main dans des rivières glaciales, ne semblent pas du tout leur nuire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
MissSherlockMissSherlock   05 septembre 2017
L'historien Laqueur écrit dans son ouvrage "La fabrique du sexe" qu'avant les Lumières, les orgasmes féminin et masculin n'étaient pas considérés comme deux choses distinctes. Par contre on croyait que l'orgasme était une condition préalable pour que la femme tombe enceinte !
Ainsi les manuels de sages-femmes et autres textes donnaient-ils une multitudes de conseils et d'astuces sur les moyens de parvenir à l'orgasme féminin.
Nicolas Venette, médecin français du XVIIe siècle, écrit : "Sans orgasme, le beau sexe ne désirerait point les nuptiales étreintes ; il n'y aurait aucun plaisir ni n'en concevrait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          45

Video de Liv Strömquist (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Liv Strömquist
La Rose la plus rouge s'épanouit - Liv Strömquist
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17022 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

.. ..