AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Patrick Manchette (Antécédent bibliographique)
ISBN : 2754801987
Éditeur : Futuropolis (24/04/2008)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 81 notes)
Résumé :
Georges Gerfaut est cadre commercial. Marié, deux enfants, c'est l'heure des vacances en famille dans le Sud de La France. Mais un soir, Gerfaut croise sur le périphérique un accidenté de la route qu'il dépose anonymement à l'hôpital. Trois jours plus tard, Gerfaut devient une cible à abattre.
« Le malaise des cadres, c'est pas rien ! Vous avez femme, enfants, bagnole, télé et voilà que vous vous sauvez. Tout ça parce que deux rigolos essaient de vous flingue... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Sociolitte
  16 novembre 2017
Il est cadre commercial. Il mène une vie tranquille et bien rangée, jusqu'à ce qu'il sauve la vie d'un accidenté de la route.
Entre deux tueurs à gage, le délitement de son couple et le poids de sa vie sans espoir, George Gerfaut est pris entre toutes les tenailles, notamment celles de la plume âpre de Manchette dont la rugosité narrative nous envoûte totalement, et le dessin de Tardi, dont la ligne rude offre un complément superbe à l’écriture.
Dans un noir et blanc classieux, sur fond d’une intrigue classique, les auteurs photographient le portrait d’une France en négatif, qui n’est pas si révolu que cela...Magistral !
Lu en novembre 2017.
Commenter  J’apprécie          665
andreas50
  28 mars 2019
Le Petit Bleu de la côte Ouest est un roman du chantre du néo-polar français, Jean-Patrick Manchette et mis en images par son ami Jacques Tardi, illustrateur et auteur de BD de réputation internationale.
Manchette raconte la vie d'un cadre ordinaire, Georges Gerfaut, dans une France des seventies, plombée par la récession économique, par l'obsession consumériste, par un matérialisme sans freins.
Gerfaut est mal dans sa peau dans cette existence sans repères, à la limite de l'absurde, dans cette vie de père de famille, d'époux, de travailleur, dans cette vie étriquée, sans attrait, sans futur, partagée entre boulot et vacances. Ses seules passions : jazz, whisky, cigarettes.
Les premières images le montrent trainant son ennui existentiel sur le périphérique, à bord de sa grosse berline, sérieusement éméché, sous l'influence de barbituriques, des airs de jazz dégoulinant de son radio-cassettes. En ce moment, le cerveau de Georges est embrumé et son esprit confus macère de vagues idées gauchistes.
Pourtant, il n'a pas à se plaindre de sa situation. Une belle petite famille, une carrière d'ingénieur dans la grosse boîte ITT et un poste de représentant en matériel électronique. Néanmoins, il semble traîner des casseroles. Il aurait tué deux hommes au cours de l'année. Nous n'en saurons pas plus.
Le voilà sur la N19. Une course-poursuite s'engage, et l'un des véhicules s'écrase dans un arbre. Sûrement un règlement de comptes. Gerfaut, après avoir accompagné le blessé à l'hôpital, se défile de la police.
Le lendemain, le voilà parti avec sa petite famille, prendre des vacances sur le littoral atlantique. Il ne sait pas qu'à ce moment un contrat a été lancé sur sa personne. le chef du Service d'investigation militaire de la République dominicaine, tortionnaire notoire, a envoyé deux de ses sbires à ses trousses. Pourquoi ? Gerfaut a-t-il recueilli des informations du blessé de la N19 ?
Le voilà en famille sur la plage. Un moment isolé des siens, il est sauvagement agressé par les tueurs qu'il parvient à mettre en fuite. Gerfaut y voit une occasion de se rendre libre, de connaître l'aventure.
Il laisse les siens à la villa, rejoint Paris, se procure des armes, décidé à se venger, à tuer sans pitié. La chasse commence.
Dans le style d'écriture de Manchette, seuls les comportements, les actes et les faits sont décrits, jamais les états d'âme. C'est au lecteur d'en tirer des conclusions.
Jacques Tardi, quant à lui ressert du roman noir dans le noir et blanc. le graphisme, proche de la ligne claire, néglige quelque peu la finesse. Les acteurs de Manchette sont des hommes ordinaires, des anti-héros. Tardi l'a bien compris en accentuant le côté brut des personnages et l'intensité de l'action. le physique de ceux-ci est volontairement banal, parfois même contrefait. le lecteur est promené dans une société morbide, au bord de la rupture, une société qui pue l'angoisse, la violence, la sueur.
Le malaise est présent dans cet album à redécouvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
LePamplemousse
  13 mars 2015
Cette bande dessinée est l'adaptation d'un roman de Jean-Patrick Manchette. L'histoire démarre dès la toute première page, il n'y a pas de temps consacré à la présentation des personnages ou à leur caractéristique psychologique.
Dès le début on sait qu'il va y avoir des méchants, de l'action, que ça va être rapide et violent. Par contre , le héros lui, n'a pas l'air de l'avoir bien compris. Il se retrouve plongé jusqu'au cou dans une histoire abracadabrante mais s'en sort finalement pas si mal.
Pour preuve que l'auteur est quand même bien déjanté, il y a un des personnages qui se trimbale pendant toute l'histoire en slip de bain...
Ok, c'est un super méchant et il a une mission hyper importante à effectuer mais ne me dites pas que même quand on est pressé, on n'a pas le temps d'enfiler un pantalon au cours des 75 pages de l'album...
Les dessins de Tardi sont un régal, en ce qui concerne l'histoire, je suis plus mitigée, c'est assez invraissemblable et finalement, on se lasserait presque de toute cette accumulation de violence qui, par ailleurs, ne choque personne dans l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
cathe
  14 août 2015
Je trouve que les univers de ces deux auteurs vont bien ensemble.
On est habitué au beau graphisme noir et blanc de Tardi, à ses personnages croqués simplement mais de façon très suggestive, à ses atmosphères "noires", c'est le cas de le dire.
Et Manchette qui vient nous raconter une histoire incroyable : alors qu'il roule, Gerfaut voit une voiture en percuter une autre. A l'intérieur, un blessé grave; Il l'emmène à l'hôpital. Quelques jours plus tard, c'est lui qui est poursuivi et que l'on essaie de tuer. Son départ au bord de la mer n'y fera rien, son retour en cachette à Paris non plus. Deux tueurs essaient implacablement de le tuer. Et commence une folle poursuite, une planque au fond des montages, de nouveau la poursuite.
On lit cette bande dessinée d'une traite, suspendu aux traits de Tardi qui nous livre l'essentiel de Manchette grâce à ses évocations précises. Mieux qu'un polar : un polar en BD !
Commenter  J’apprécie          150
LVI
  21 mars 2012
Le temps d'alors !

En 1977 parait ‘Griffu', la première intromission de l'anar Tardi dans l'univers déjanté de l'agoraphobe et grand fumeur, mais surtout ancien militant d'extrême gauche JP Manchette (1942-1995) ; et ce n'est pas une adaptation, mais bien un scénario original que celui-ci a livré au rebelle Tardi, qui, longtemps après, reviendra aux déclinaisons policières de Manchette, en 2005 avec ‘Le petit bleu de la côte ouest', en 2010 avec ‘La position du tireur couché' et en 2011 avec ‘O dinguos, ô châteaux' .

Le roman ‘Le petit bleu de la côte ouest' date de 1976 et avait déjà été adapté au cinéma dès 80 par Jacques Deray sous le titre de ‘Trois hommes à abattre' avec Alain Delon (qui a trois Manchettes à son actif).

En 74 pages en N&B, le libertaire Tardi adapte le gaucho Manchette et nous raconte l'histoire d'un cadre commercial, mal marié, deux enfants, mal à l'aise en général et dans l'ensemble dans sa vie, qui sauve un inconnu victime d'un accident de voiture et se retrouve après cela et à cause de cela traqué par de mystérieux tueurs qui comptent bien lui faire la peau, ce qui l'amène à tirer un trait sur tout ce que sa vie a été jusqu'alors…

Rien d'étonnant à ce que le révolutionnaire Jacques Tardi se sente si à l'aise dans l'univers désillusionné de JPM : nous avons tous eu beaucoup d'espoir à l'époque (dans les années 70 donc) et nous avons tous dû laisser cet espoir au vestiaire ensuite, d'où un minimum de colère et d'amertume. ‘Le petit bleu' est un roman graphique sur la crise profonde d'un homme, reflet de celle d'un monde perdu. A la rencontre d'une inévitable violence et dans une ambiance extrêmement tendue, des tueurs qui rêvent à des châteaux (déjà !) et un héros qui n'en pas un (comme toujours chez Tardi) se croisent au rythme du jazz, du bourbon et de quelques bons films, jusqu'à l'issue sanglante, malheureuse et déterminante de cette histoire noire sans temps morts avec pas de mal de corps déliquescents de laquelle émane avant tout une certaine odeur de putréfaction. le trait réaliste et précis de Tardi sert parfaitement le récit de Manchette et donne à cette histoire sur le désarroi un triste parfum de fin d'un temps, celui de l'espoir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
SociolitteSociolitte   12 novembre 2017
S’il n’y avait pas la guerre étrangère à Saint-Domingue comme dans beaucoup d’endroits, il y avait comme partout la guerre sociale, et la fonction principale de l’armée dominicaine était comme partout de gagner la guerre sociale chaque fois que le besoin s’en faisait sentir.

Page 7, Futuropolis, 2010.
Commenter  J’apprécie          220
SociolitteSociolitte   12 novembre 2017
La raison pour laquelle Georges file ainsi sur le périphérique avec des réflexes diminués et en écoutant cette musique-là, il faut la chercher surtout dans la place de Georges dans les rapports de production.
Le fait que Georges ait tué au moins deux hommes au cours de l’année n’entre pas en ligne de compte.
Ce qui arrive à présent arrivait parfois auparavant.

Page 5, Futuropolis, 2010.
Commenter  J’apprécie          90
andreas50andreas50   28 mars 2019
-J'en ai plein le cul de la forêt, la montagne, la nature ! Qu'est-ce que c'est que cette idée de venir se faire chier dans les sous-bois ? J'ai horreur de la campagne ! Je ne suis pas un touriste !
-Alors rentrons baiser !
Commenter  J’apprécie          140
RhlRhl   14 décembre 2011
Georges GERFAUT est un homme de moins de quarante ans. Sa voiture est une MERCEDES gris acier. Le cuir des sièges est acajou et de même l'ensemble des décorations intérieures de l'automobile. L'intérieur de Georges GERFAUT est sombre et confus, on y distingue vaguement des idées de gauche.
Commenter  J’apprécie          70
raph731raph731   28 septembre 2014
- Y'a la télé ou on va?
- La télé pour quoi faire? Tu comptes peut-être t'informer en regardant le journal télévisé? Tu comptes peut-être apprendre des choses en regardant la télé?
- La télévision c'est fait pour vendre des nouilles ! (pl. 16)
Commenter  J’apprécie          50
Lire un extrait
Videos de Jacques Tardi (78) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Tardi
Max Cabanes est un grand nom de la bande dessinée et un témoin privilégié des grandes heures de la production française. L?homme natif de Béziers a la gouaille du sud mais la modestie et la discrétion d?un auteur inconnu. Et pourtant, quelle carrière ! Remarqué dans la série "Dans les villages", il travaille avec Jean-Claude Forest, scénarise ou dessine des récits fantasmagoriques et réalise une superbe fresque dans la ville d?Angoulême. Il obtient même le Grand Prix d?Angoulême en 1990 grâce à une carrière accomplie où il s?est essayé à tous les genres et tous les styles graphiques avec une inventivité surprenante. Il prend ensuite un virage serré avec l?adaptation de trois célèbres polars du maître du genre, Jean-Patrick Manchette : la fusion entre deux monstres artistiques, rendue possible par le fils de Manchette, Doug Headline, donne forcément un rendu explosif. Dans son style graphique unique où le dessin crève la planche et les couleurs marquent les esprits, Cabanes parvient à égaler Jacques Tardi dans le même exercice. Nous avons eu la chance de l?interviewer lors du festival Quai des bulles, peu de temps après la publication de "Nada". « Rencontre du 3ème super type » en exclusivité pour Planetebd?
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QUIZZ RIGOLO SUR ADELE BLANC-SEC - TARDI

Qui vole un œuf de ptérodactyle ...

Adèle est bête comme ses pieds
Adèle et la bête
Adèle est la bête
Adèle et l'abbé

10 questions
41 lecteurs ont répondu
Thème : Jacques TardiCréer un quiz sur ce livre
.. ..