AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782221248126
1472 pages
Bouquins (12/11/2020)
4.15/5   85 notes
Résumé :
En voyage, je vis, je respire, je cherche l'aventure. Je rencontre des êtres qui savent tenir une conversation, je croise quelques ennuis, je cueille une vision, je pousse une porte, je me sors d'un pas désagréable. Je traverse une forêt, je parle à un homme que je ne connais pas et lui confie davantage de choses que s'il était mon frère, parce que je suis sûr de ne pas le revoir.
L'énergie vagabonde, c'est la traversée de l'éphémère, perpétuellement renouvel... >Voir plus
Que lire après L'énergie vagabondeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
4,15

sur 85 notes
5
7 avis
4
2 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Je ne reprocherai jamais à Sylvain Tesson, l'un de mes écrivains favoris, d'avoir donné un peu dans le commercial en rassemblant sous le titre de L'énergie vagabonde plusieurs de ses oeuvres que j'ai eu l'occasion de savourer séparément et que j'ai parcourues à nouveau avec ce volumineux ouvrage.

Certes, il a fait du business avec cette publication, mais si elle a permis à de nouveaux lecteurs de le découvrir et de lire quelques-uns de ses textes magnifiques, n'est-ce pas l'essentiel?

Je retiens personnellement la reine de douleur qu'est devenue Notre-Dame- de-Paris après l'incendie, mais aussi la fascinante et tellement humaniste chevauchée des steppes, et, bien sûr la retraite de la Grande Armée dans Bérézina et tous les autres.

Sylvain sait transmettre les émotions qu'il ressent, il ne s'encombre pas de préalables, il balance, c'est beau, poétique, il est vraiment aujourd'hui parmi les meilleurs en matière de voyages, d'aventures humaines, de rencontres, de recherche du spirituel, c'est un plaisir toujours renouvelé de le lire.

Le hasard fait que je termine un livre de Jean-Christophe Rufin qui le cite au tout début et le remercie à la toute fin de l'avoir emmené sur l'aiguille de la République, ascension qui le conduisit à écrire "Les flammes de pierre".

Deux beaux hérauts de l'écriture qui savent porter des messages tellement riches. A nous de les recevoir et de les transmettre.
Commenter  J’apprécie          605
Un mot rapide sur ce livre dans lequel je me suis plongé avec délice. L'édition est absolument remarquable, même si on ne trouvera pas ici quelques ouvrages célèbres comme Dans les forêts de Sibérie ou les Chemins noirs. En revanche on parcourt la Russie de long en large, et pas mal d'autres endroits aussi.
le livre commence avec le Petit traité sur l'immensité du monde, un texte court d'une puissance rare, mais inclut ensuite Berezina, l'Axe du loup, des journaux et surtout de magnifiques extraits de ses carnets. Je découvre ici un talent de dessinateur évident. Les reproductions montrent de jolis dessins d'Istanbul de la Sibérie ou plus banalement des Vosges. Mais le mot est bien mal choisi, car si Tesson peut parfois un peu agacer en revanche ce qu'il raconte n'est jamais banal. Il y a parfois plus de choses saillantes en deux pages (une journée parfois !) que dans une vie complète. Est-ce pour cela, par jalousie en somme, que je ne mets que 4 étoiles (lui trouverait le principe même haïssable, n'en doutons pas !) ? Pas seulement il y a chez lui d'immenses qualités d'écriture (au prix parfois d'un peu d'auto-recyclage ), mais également des choses sur le plan politique qui, quand on le lit attentivement, me heurtent. En tout cas une lecture qui secoue parfois car il y a là une intensité d'un romantisme fou qui n'est pas donnée à tout le monde.
Commenter  J’apprécie          190
L'oeuvre condensée de l'auteur est dans ce livre, un tellement beau cadeau de noël . Quel maniement des mots, c'est beau, c'est vrai, merci à ce vagabond des temps modernes de nous raconter ces longs voyages où découlent tant d'observations, de réflexions sur le monde passé, présent et futur.
Quasiment chaque phrases pourraient être des citations.
Commenter  J’apprécie          251
Quel plaisir de suivre Sylvain Tesson dans ses voyages, ses rêveries, ses vagabondages. Vagabondages ? Pas tant que ça, ces trips sont préparés minutieusement à la fois par des lectures au large spectre : témoignages, histoire(s) Grande ou petites, poésie, géographie, et puis Sylvain Tesson prends le soin de décrire la genèse de l'idée de l'itinéraire, le processus fin conduisant au désir partagé ou non de se lancer à l'aventure, au choix du mode de transport, au choix du moment pour partir. Cet ensemble d'éléments très corrélés donnent l'impulsion, l'énergie potentielle qui ensuite lui permettra de vivre pleinement l'aventure, de surmonter les obstacles, les souffrances, les multiples tracas administratifs, voire de temps en temps de sur-vivre rien que ça !
L'ensemble de l'oeuvre constitue un livre de chevet, conjuguant la poésie, les références littéraires, philosophiques, artistiques et la réalité vécue, matérielle, spirituelle, physiologique toujours en lien avec les lieux, les territoires engendrés par la géomorphologie, porteurs des traces de l'histoire sur leur sol, dans nos mémoires accessibles principalement par la littérature et plus encore dans le génie d'habiter des hommes qui s'y sont succédés, qui s'y sont adaptés, qui les ont transformés aussi. Ces héritiers contemporains, Sylvain Tesson les rencontre que ce soit par le hasard, le plus souvent par cooptation, ou par application de la feuille de route initiale, ces rencontres s' approfondissent surtout le soir à la veillée, les modes de désinhibitions aidant, leur relation dans le récit forment un fil rouge très humanisant, la solitude qui seule permet de "s'élever" est ainsi gérée et dès le lendemain matin Sylvain Tesson (parfois avec sa petite tribu) quitte ces personnes pour continuer sa route, sans se retourner..
Merci pour cet oeuvre, magnifique viatique pour nous mortels lecteurs plutôt statiques par nos corps, mais hyper mobiles par l'esprit, les rêveries, les désirs partagés..
Commenter  J’apprécie          100
Merci Sylvain Tesson pour "L'énergie vagabonde" , véritable bouffée d'air frais, ode à la poésie du vagabondage qui permet « de cheminer pensif, le corps et la pensée enfin réconciliés ». C'est un livre qui, dans cette période de réduction de nos libertés, donne des fourmis dans les jambes et oxygène nos neurones : « le vagabond enjambe l'idéologie et les clôtures qui toutes deux empêchent de gambader ». C'est toujours un véritable plaisir de « cheminer » avec Sylvain Tesson.
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
Dans des pays de sable et de soleil, il a partagé des dîners à la table du maître de maison pendant que la mère de famille se nourrissait par terre de ce qu’on lui laissait. Il a rencontré des familles composées de petits garçons gras comme des poussahs entourés de fillettes aux côtes saillantes. Il a collecté dans ses carnets de notes quelques proverbes hideux :

Quand la fille naît, même les murs pleurent (Roumanie).
Une fille donne autant de soucis qu’un troupeau de mille bêtes (Tibet).
Instruire une femme, c’est mettre un couteau entre les mains d’un singe (Inde).
La femme est la porte principale de l’enfer (Inde).
La femme que Dieu comble de bonheur est celle qui meurt avant son mari (monde arabe).
Merci, mon Dieu, de ne pas m’avoir fait naître femme (monde juif).

Et c’est ainsi que, malgré lui, il a perdu son humanisme. Il ne comprend pas pourquoi l’humanité se rend coupable d’un gynocide permanent (dont les victimes n’ont même pas, elles, le baume du devoir de mémoire) et ne voit pas pourquoi il lui faudrait aimer ou respecter cette humanité-là. Il a été conforté de découvrir un jour que Jack London (un wanderer lui aussi, celui du Nouveau Monde !) pensait que « l’homme se distingue des autres animaux surtout en ceci : il est le seul qui maltraite sa femelle, méfait dont ni les loups ni les lâches coyotes ne se rendent coupables, ni même le chien dégénéré par la domestication » (Les Vagabonds du rail).

p. 38-39
Commenter  J’apprécie          110
J’égaille dans une clairière un troupeau de chevaux sauvages qui profitent de l’absence de l’homme pour vivre heureux. Ces terres épargnées sont gonflées de sève vitale. La taïga bourdonne comme le cœur d’un condamné en son dernier jour : les bêtes savent qu’ils seront courts les mois de leurs amours. Aussi ne perdent-elles pas une heure. Il est érotique le temps d’été arctique … « Je ne veux point mourir encore », dit la nature à peine réveillée. Chacun vaque à l’urgent : se reproduire, se dupliquer, s’apparier au plus vite avant que les froidures de l’hiver ne sonnent le glas du rut.

p. 97
Commenter  J’apprécie          160
… c’est une vallée sinistre qui pourrait s’appeler « le val de la désolation ». Ici, les Russes cherchent de l’or depuis cent vingt ans. La vallée tout entière est crevée par la mâchoire des machines. Ineptie des hommes : retourner une montagne pour trouver des paillettes ! Je n’aime pas cet or qui embellit certes le cou des femmes mais pour lequel on saccage le ventre de la terre. Ne pourrait-on pas le laisser reposer en paix ? Pourquoi le déterrer du limon pour l’enfouir aussitôt dans l’obscurité des coffres ?

p. 105
Commenter  J’apprécie          130
Dans la steppe, nul autre choix que d’avancer. L’homme ne fait que passer. Toute halte est sursis. Le paysage, les ressources, le ciel et l’horizon, tout concourt au mouvement. Voilà d’ailleurs pourquoi les hordes mises en branle ont traversé le continent entier sans s’arrêter, foulant la terre tant qu’il y en avait sous le sabot de leurs bêtes.

p. 152
Commenter  J’apprécie          140
La marche fait affleurer à la surface de la mémoire les strates de souvenirs rangés dans la boîte en os du crâne, cette caisse d’archives, le plus précieux bagage du voyageur. On fouille, on trie ; un éclair soudain et l’on se souvient d’un moment drôle presque oublié et l’on éclate de rire. Un passant nous prendrait pour un fou car il ne saurait pas que rien ne vaut de passer un bon moment avec soi-même, à parcourir les rayonnages de sa bibliothèque intérieure.

p. 13-14
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Sylvain Tesson (136) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvain Tesson
Deuxième épisode de notre podcast avec Sylvain Tesson.
L'écrivain-voyageur, de passage à la librairie pour nous présenter son récit, Avec les fées, nous parle, au fil d'un entretien, des joies de l'écriture et des peines de la vie, mais aussi l'inverse, et de la façon dont elles se nourrissent l'une l'autre. Une conversation émaillée de conseils de lecture, de passages lus à haute voix et d'extraits de la rencontre qui a eu lieu à la librairie.
Voici les livres évoqués dans ce second épisode :
Avec les fées, de Sylvain Tesson (éd. des Équateurs) : https://www.librairiedialogues.fr/livre/23127390-avec-les-fees-sylvain-tesson-equateurs ;
Blanc, de Sylvain Tesson (éd. Gallimard) : https://www.librairiedialogues.fr/livre/21310016-blanc-une-traversee-des-alpes-a-ski-sylvain-tesson-gallimard ;
Une vie à coucher dehors, de Sylvain Tesson (éd. Folio) : https://www.librairiedialogues.fr/livre/14774064-une-vie-a-coucher-dehors-sylvain-tesson-folio ;
Sur les chemins noirs, de Sylvain Tesson (éd. Folio) : https://www.librairiedialogues.fr/livre/14774075-sur-les-chemins-noirs-sylvain-tesson-folio ;
Le Lys dans la vallée, d'Honoré de Balzac (éd. le Livre de poche) : https://www.librairiedialogues.fr/livre/769377-le-lys-dans-la-vallee-honore-de-balzac-le-livre-de-poche.
Invité : Sylvain Tesson
Conseil de lecture de : Pauline le Meur, libraire à la librairie Dialogues, à Brest
Enregistrement, interview et montage : Laurence Bellon
--
Les Éclaireurs de Dialogues, c'est le podcast de la librairie Dialogues, à Brest. Chaque mois, nous vous proposons deux nouveaux épisodes : une plongée dans le parcours d'un auteur ou d'une autrice au fil d'un entretien, de lectures et de plusieurs conseils de livres, et la présentation des derniers coups de coeur de nos libraires, dans tous les rayons : romans, polar, science-fiction, fantasy, BD, livres pour enfants et adolescents, essais de sciences humaines, récits de voyage…
+ Lire la suite
autres livres classés : récit de voyageVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (439) Voir plus



Quiz Voir plus

Sylvain Tesson

Quelle formation a suivi Sylvain Tesson ?

histoire
géographie
russe
urbanisme

10 questions
329 lecteurs ont répondu
Thème : Sylvain TessonCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..