AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 978B0160K1JQM
Éditeur : Actes Sud (4 juin 1999) (30/11/-1)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 51 notes)
Résumé :
En 1960, deux ans avant de recevoir le prix Nobel de littérature, John Steinbeck entreprend, au volant de son mobil home, un voyage de onze semaines à travers l’Amérique, avec pour seul compagnon son chien Charley.
De la Pennsylvanie aux forêts du Maine, du Montana à la côte pacifique, le regard qu’il porte sur son pays est désenchanté, et c’est son désarroi, face à la montée de l’indifférence et au racisme endémique, qui s’exprime dans ces pages. Un récit de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
nadiouchka
  23 août 2017
Étant moi-même sur le point de partir en congés, il m'a pris l'envie de relire un vieux livre de voyage et j'ai ressorti celui de John Steinbeck : « Voyage avec Charley » (édition Babel de 1995, donc pas vraiment récente).
C'est à cinquante-huit ans que l'auteur qui a le virus de la bougeotte décide de traverser l'Amérique dans un mobile home (à qui il donne le nom de « Rossinante », comme le cheval de Don Quichotte) et il emmène avec lui un compagnon, son chien Charley. Ceci en 1960 et pour un road-trip d'environ trois mois. Il va ainsi parcourir le pays d'Est en Ouest et pouvoir se plonger dans l'Amérique profonde.
Lors de ma précédente lecture, je m'étais plus attachée au voyage en lui-même, tous ces États traversés, du Maine au Montana, la description des grands espaces, la beauté des paysages…
Cette fois, j'ai porté un peu plus d'attention à toutes les réflexions de l'auteur sur ses rencontres, les problèmes de son pays et surtout le racisme, le gaspillage (il se fabrique une machine à laver) et la grande pauvreté présente trop souvent.
Et puis, je le reconnais, Charley m'a beaucoup touchée car il s'est montré un compagnon plus que présent. Il ne lui manquait que la parole bien que pour s'exprimer, il émettait des « Ftt » très explicites.
D'ailleurs, l'auteur a écrit en page 37 : « C'est le seul chien que j'aie jamais connu, capable de prononcer la consonne « f ». « Ftt » indique en général qu'il aimerait saluer un arbre ou un buisson ». Puisque Charley est capable de si bien se faire comprendre, l'auteur a de grandes conversations avec lui.
Ils sont tous les deux en train de tracer une route de 16.000 kilomètres, entrecoupée de surprises (parfois bonnes, parfois moins).
Souvent à la recherche de quelque hôtel pour avoir un peu plus de confort (surtout un vrai bain) malgré que Rossinante soit super équipée.
Mais John Steinbeck qui voulait revoir son pays, est apparemment déçu quand il se rend compte qu'il a tellement changé. Il ressent une certaine désillusion, de l'amertume, lui qui voulait voir « à quoi ressemblent les Américains aujourd'hui ».
A la lecture on ressent une certaine nostalgie d'autant plus que l'auteur se savait malade, alors était-ce un voyage d'adieu ?
Il est à signaler que deux ans plus tard, John Steinbeck a reçu le Prix Nobel de littérature et il est décédé en 1968.
C'est un auteur de romans mythiques tels que : « A l'Est d'Eden », « Les Raisins de la Colère », ou « Des Souris et des Hommes », qui ont été portés à l'écran.
Si au début ses livres n'ont pas connu un grand succès, la gloire lui est venue un peu plus tard et son oeuvre se montre souvent cocasse avec quelques traits d'humour.
Pour ne rien gâcher, il sait très bien dépeindre l'amitié et la solidarité de façon bien émouvante.
Voilà donc un bon voyage que j'ai refait au milieu de mes valises, avant d'entreprendre le mien qui ne sera pas, lui, un tel périple (en tout cas pas cette fois).
Par contre j'émets une petite réflexion sur la couverture de mon livre (c'est rare) : on y montre un homme, certainement l'écrivain, avec un chien tout blanc dans les bras et ce n'est pas un caniche. de plus, dans le récit le chien est gris-bleu !?
Où est l'erreur ? J'aurais préféré que cette couverture soit conforme au récit. Mais bon, je ne vais pas chipoter car on me dira (et c'est vrai) : « ce n'est pas le contenant le plus important, c'est le contenu ». N'empêche….
Pour terminer, je voudrais dire que ce livre m'a remis à l'esprit la chanson de Bernard Lavilliers, écrite par Willie Nelson : « On the road again » et elle trottine dans ma tête :
On the road again
Goin' places that I've never been
Seein' things that I may never see again
And I can't wait to get on the road again..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          356
Loutre_des_Rivieres
  03 octobre 2015
En 1960, John Steinbeck, déjà plus de toute première jeunesse, décide de partir pour plusieurs semaines, avec pour seule compagnie, son énorme caniche français, Charley, afin de retrouver l'Amérique profonde, de rencontrer des gens et de prendre le pouls de cette Amérique qu'il n'a pas revu depuis si longtemps.
Du Maine à Seattle en passant par le Montana, la Californie et le Texas, John Steinbeck parcourt des milliers de kilomètre, réfléchit aux voyages, à l'écriture, à ses rencontres, à la différence entre les états et à la mutation de l'Amérique.
Je me suis attendri face à cet homme un peu vieillissant et à son chien Charley (on ne se rends pas compte que c'est le grand John Steinbeck qui conduit son camion-maison rebaptisé Rossinante, celui qui deux ans plus tard recevra le prix nobel de littérature).
Un récit de voyage original, subtil, attendrissant et plein de réflexions et de rapports sociologiques sur l Amérique en 1960.
Commenter  J’apprécie          140
Livrepoche
  17 janvier 2021
Comme beaucoup et avec seulement 4 livres lus (À l'est d'Eden, Des souris et des hommes, La Perle et Rue de la Sardine) je suis sous le charme de la littérature de John Steinbeck. Voyage avec Charley, c'est différend car c'est un récit, un récit dans lequel il nous raconte son périple à la rencontre de son pays, un pays qu'il s'avoue ne plus connaitre.
Déjà connu et reconnu, l'auteur n'hésite pourtant pas à se mettre en danger pour se remettre en adéquation avec ses contemporains. Il aménage un camion et part seul, si ce n'est avec son chien, Charley, un caniche français. Si vous aimez la prose de John Steinbeck, il y a de grandes chances que vous aimez l'homme.
Dans Voyage avec Charley, je découvre un homme extraordinaire. Et je pèse mes mots. Avant tout, c'est l'humilité et l'humanité de John Steinbeck que je remarque. Il ne se place jamais comme détenteur du savoir, de la connaissance ou de la vérité et il laisse la place à la possibilité que ce soit l'autre, aussi bouseux soit-il, qui soit dans le vrai.
La suite dans la chronique…

Lien : http://livrepoche.fr/voyage-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
Isabelio
  24 avril 2019
Un périple et le témoignage d'une Amérique au tout début des années 60, au travers de sensations et réflexions existentielles du voyageur. Son questionnement sur l'époque, tout en résonance avec l'état actuel du monde ; et en prime, la connivence qu'il entretient et nous dévoile avec son compagnon de route, attendrissant, et donnant un récit riche du regard qu'il pose sur le genre humain...
Commenter  J’apprécie          20
Taramacha
  08 décembre 2019
Le road trip de John Steinbeck à la fin des années 60, à bord de Rossinante, avec pour seul compagnon son chien. Un récit qui nous donne un panorama des Etats-Unis de l'époque et un aperçu des réflexions du grand auteur. Charley, personnage à part entière, amène une petite touche sentimentale et humoristique. D'ailleurs, je ne m'explique pas le choix de l'éditeur pour la couverture de ce livre. Charley est un caniche et donc ce n'est pas lui sur la photographie. Mais on peut trouver facilement sa photo sur le net si l'on souhaite mettre un visage sur un nom.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
michemuchemichemuche   03 août 2018
En un certain sens, le voyage est comme le mariage. L’ erreur première est de croire qu’ on peut le gouverner.
Commenter  J’apprécie          470
exbrayat-wexbrayat-w   31 octobre 2018
Ce qui suivit fut une histoire d'amour.
J'aime le Montana. Pour d'autres États, j'éprouve du respect, de l'admiration, de la reconnaissance, voire de l'affection, mais pour le Montana, c'est de l'amour. Et l'amour est difficile à analyser quand vous le ressentez.
Commenter  J’apprécie          140
nadiouchkanadiouchka   23 août 2017
Le Maine semblait s’étendre à l’infini. L’impression que je ressentais avait dû être celle éprouvée par Peary au moment d’atteindre ce qu’il croyait être le pôle Nord. Mais je voulais voir le comté d’Aroostook, la province la plus septentrionale du Maine.
P.81
Commenter  J’apprécie          140
michemuchemichemuche   09 août 2018
J’ ai vu des enfants noirs incapables d’ apprendre, ceux - là surtout qui, dès leur naissance,ont entendu dire qu’ ils étaient des êtres inférieurs.
Commenter  J’apprécie          200
nadiouchkanadiouchka   01 décembre 2017
Quand j’ai commencé ce récit, je savais que tôt ou tard, j’aurais à aller au Texas et je le redoutais. J’aurais pu éviter le Texas à peu près aussi aisément que le voyageur de l’espace peut éviter la Voie lactée. Il installe sa grande queue de poêle au nord, et s’installe le long du Rio Grande. Lorsqu’on est au Texas, on a l’impression de ne jamais pouvoir en sortir et cela arrive à certains.
P.275
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de John Steinbeck (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Steinbeck
OBLIQUES A BLOC #1 Une émission réalisée par les libraires d'Obliques librairie indépendante à Auxerre
Dans cette émission, on vous présente :
"La terrible histoire de petit biscuit" de Carl Norac et Magali le Huche : https://www.librairie-obliques.fr/livre/16336275-la-terrible-histoire-de-petit-biscuit-norac-le-huche-sarbacane
"Le prince cruel" de Holly Black traduit par Leslie Damant-Jeandel : https://www.librairie-obliques.fr/livre/16534179-le-prince-cruel-holly-black-rageot-editeur
"Des souris et des hommes" de Rebecca Dautremer et John Steinbeck traduit par Maurice-Edgar Coindreau : https://www.librairie-obliques.fr/livre/17290819-des-souris-et-des-hommes-john-steinbeck-tishina
"Midi pile" de Rebecca Dautremer :
https://www.librairie-obliques.fr/livre/15497905-midi-pile-une-aventure-de-jacominus-gainsborough-rebecca-dautremer-sarbacane
+ Lire la suite
autres livres classés : récit de voyageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Des souris et des hommes

En quelle année est paru ce roman de John Steinbeck ?

1935
1936
1937

10 questions
749 lecteurs ont répondu
Thème : Des souris et des hommes de John SteinbeckCréer un quiz sur ce livre