AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2260020429
Éditeur : Julliard (07/03/2013)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.12/5 (sur 882 notes)
Résumé :
Ce fut une enfant adorable, une jeune fille charmante, une femme compatissante et dévouée. Elle a traversé la Bretagne de part en part, tuant avec détermination tous ceux qui croisèrent son chemin: les hommes, les femmes, les vieillards, les enfants et même les nourrissons.

Elle s'appelait Hélène Jégado, et le bourreau qui lui trancha la tête le 26 février 1852 sur la place du Champs-de-Mars de Rennes ne sut jamais qu'il venait d'exécuter la plus terr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (234) Voir plus Ajouter une critique
Malaura
  18 juillet 2013
Oyez ! Oyez ! Bonnes gens, oyez !
L'histoire d'Hélène Jégado, venez écouter !
L'une des grandes criminelles en série,
Qui, au mitan du 19ème siècle, sévit.
On la surnomme Fleur de tonnerre,
Ajoutez-y foudre et éclairs,
Car dans ses yeux bleus mer de chine
Brillent une lueur maligne.
De toute jeune fille à son vieil âge,
Son chemin de vie est un carnage,
Ecumant la côte bretonne,
Sans que jamais on n'la soupçonne,
Hélène, pendant plus de trente ans,
Va semer morts et tourments.
Servir l'Ankou est son seul voeu ;
L'Ouvrier de la Mort est son seul Dieu ;
Abreuvée de contes et légendes,
De menhirs dressés sur la lande,
De rites païens, mythes druidiques,
Vierge Noire et potions magiques,
Tout un folklore régional,
Dont elle use pour faire le mal.
Et si ses plats ont saveur mystique,
C'est qu'ils sont faits à l'arsenic…
De la cuisine d'un presbytère,
Au salon blanc d'une rombière,
Elle parcourt le Finistère
Avec la mort en bandoulière.
Père, mère, cousine ou soeur,
Familles nobles, amant de coeur,
Paysans, marins, vagabonds…
Nul n'échappe à ses poisons.
Hélène ne fait pas de quartier,
Tous finiront pas y passer,
Chargée d'une mission divine,
C'est même la mort qu'elle assassine !
Si vous trouvez un goût acerbe,
A sa fameuse soupe aux herbes
Malheur à vous ! C'est qu'la diablesse
Veut vous expédier ad patres !
Ce sont pissenlits par la racine,
Qu'elle vous fait bouffer la coquine,
Alors ne soyez pas jaloux
De son exquise soupe aux choux,
Car la Jégado sème le deuil
Chaque fois qu'elle franchit un seuil,
Et à grand coups de mort-aux-rats
Vous fait passer d'vie à trépas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11921
Lolokili
  03 mai 2014
Elle aurait pu gagner Top Chef ou Un dîner presque parfait. Sûr qu'elle y aurait fait des étincelles Fleur de Tonnerre, Hélène Jégado qu'elle s'appelait pour de vrai. A son actif, une bonne soixantaine de médailles recensées aux jeux olympiques de Plouhinec 1851, discipline repos éternel assisté par arsenic (tiens, ça sonnerait presque breton), record mondial du crime au féminin invaincu à ce jour...
Du lourd.
Ce nouvel opus de Jean Teulé effleure le profil psychologique singulier d'une tueuse en série, rendant celle-ci (presque) aimable. Conditionnée par le folklore des superstitions locales, légion à l'époque en ces contrées celtiques, Hélène Jégado apparait comme un esprit simple et dénué d'affect, persuadé d'être investi d'une « mission » et résolu à dispenser tout naturellement la mort pour conjurer les terreurs primaires qui l'obsèdent. Ceci n'excusant pas cela mais l'approche est intéressante.
Pourtant loin de s'attirer d'emblée les foudres de ses contemporains, Fleur-de-Tonnerre, ravissante et habile cuisinière, choyait son petit monde, le régalant de ses recettes inédites et changeant opportunément de secteur après chaque trépas malencontreux des membres de son entourage du moment. Une employée modèle qu'on vous dit, ne fut-ce un menu problème de main un peu lourde sur la mort-aux-rats mais personne n'est parfait et le choléra a bon dos. Morora, cholé-rats... difficile à l'époque de faire le distinguo.
Effarant oui, mais non. La petite Fleur dégomme à tout va et le lecteur se bidonne. Car Jean Teulé a toujours la verve intrépide et le verbe fleuri, aussi leste que la main de sa fâcheuse héroïne. le périple meurtrier de la belle Hélène à travers la Bretagne profonde se parcourt ainsi paradoxalement avec une gourmandise jubilatoire. Ça ironise, ça croustille, ça fume, ça gueule, ça dézingue et certaines âmes précieuses s'en offusqueront sans doute. Pourtant Teulé connait bien son affaire et sait jouer la subtilité jusque dans ses truculences outrancières que j'aime décidément toujours autant (j'ai dû être un mec dans une autre vie).
Bon et à part ça, qui c'est qui reprendra du kouign amann ?

Lien : http://minimalyks.tumblr.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11510
carre
  19 septembre 2013
Allez les gourmands, un petit gâteau à la Hélène Jégado, ça vous dit, fait maison, "Fleur de Tonnerre" est une sacrée cuisinière.
L'ami Teulé s'intéresse cette fois, à cette terrifiante empoisonneuse qui fit passer de vie à trépas un nombre ahurissant de ces concitoyens dans la Bretagne du XiXème siècle. de Ploemeur à Hennebont de Lorient à Rennes, La belle Hélène, bonne poire sème la mort comme on sème les cailloux. Et le chemin est tortueux.
On retrouve tout le charme des lectures de Teulé. Car si l'auteur notamment du "Montespan raconte des horreurs, il le fait avec une délectation jubilatoire, jouant avec les mots avec humour et malice.
Mais tout n'est pas parfait, j'ai trouvé au final son récit un peu trop long, répétitif (on sait très vite que la Jégado toute maline qu'elle est n'a pas la lumière dans toutes les pièces) et que sa folie assassine sera mise à jour.
Teulé à tendance à grossir les traits ce qui nuit à la crédibilité de cette histoire pourtant vraie. Et puis, la présence de deux normands qui suivent sans le faire exprès le parcours de l'empoisonneuse, n'a pas d'intérêt si ce n'est d'ajouter des scènes cartoonesques. Malgré ces petits bémols , Jean Teulé en vieux briscard et talentueux conteur nous amuse une nouvelle fois. Un divertissement agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          861
LydiaB
  15 juillet 2014
Fleur de tonnerre, surnom donné par ses parents, se nomme en fait Hélène Jégado. En bonne Bretonne, elle est nourrie des légendes et mythologies celtiques. Il en est une cependant qui va déterminer toute son existence, et croyez-moi, le mot n'est pas trop fort : celle de l'Ankou. Était-elle déjà fragile psychologiquement ? L'Histoire ne nous le dit pas mais le fait est qu'Hélène va se croire investie d'une mission : elle sera l'Ankou ! Et quoi de mieux pour tuer un maximum de personnes que d'être cuisinière ?

Une fois de plus, Jean Teulé s'intéresse à une personne ayant marqué L Histoire pour en faire une biographie romancée. L'écriture est toujours très agréable et j'ai avalé ce roman en très peu de temps. L'histoire (avec un petit 'h' cette fois) fait froid dans le dos et on se demande encore comment cette empoisonneuse a pu tuer autant de personnes sans que personne ne lève le petit doigt ! Il faut dire qu'elle avait des alliées de poids : en ce XIXe siècle, les épidémies de choléra faisaient rage...

Comme il s'agit ici d'une biographie romancée, Jean Teulé joue, bien entendu, avec les pensées et sentiments de ses personnages, qu'il s'approprie avec brio, comme à son habitude (vous le savez, j'en suis fan - donc peu objective - mais quand même...). Il conviendra donc de déceler le réel de l'imaginaire, sachant quand même qu'il se base sur bon nombre de documents.
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          772
seshat123
  27 septembre 2013
Wik... Wik... Wik....
fait le grincement de l'essieu de la karriguel (charrette) de l'Ankou (l'ouvrier de la mort) qui s'éloigne emmenant une dépouille
ou alors s'agit-il des ongles d'Hélène griffant un tissus ou une porte la nuit ?
non? ... ses dents qui grincent peut-être ?
Wik... Wik... Wik...
Elle sillonne la Bretagne du 19° la belle Hélène, et telle une incarnation de l'Ankou - l'ange de la mort breton - elle fauche sans distinction tous les pauvres malheureux que le destin a placés sur son chemin, non loin de ses casseroles.... il faut dire que sa cuisine est mortelle !
Cette flippante créature est une empoisonneuse en série authentique. Et oui, c'est sans doute cela le plus terrifiant, Hélène Jégado a existé, c'est une histoire vraie que nous conte Jean Teulé.
Ne cherchez pas une raison à ses meurtres, elle empoisonne parce qu'elle croit être l'Ankou, en clair elle a "une araignée au plafond". Pas de préférence non plus concernant le profil des victimes. Leur seul point commun ? Ils ont tous goûté à ses petits plats...
Donc pas de profilage façon série américaine dans ce roman, Jean Teulé, de sa plume vive et entraînante, nous détaille sa vie, ses pérégrinations à travers la Bretagne semant les cadavres derrière elle, jusqu'à une fin inéluctable.
Un bon roman historique sur une tueuse en série dont je n'avais jamais entendu parler. A noter qu'il s'agit aussi d'une vraie plongée au coeur des légendes bretonnes, des croyances païennes et de la vie rurale de l'époque.
J'ai apprécié l'écriture de l'auteur, fluide, agréable, très imagée, non sans humour (noir bien sûr). le rythme est relativement vif, pas de répit pour l'Ankou, pas de temps mort
mais pas de suspense ni d'enquête non plus: juste la vie d'Hélène. Un reproche ? J'aurais préféré un roman plus court, les cadavres s'amoncellent au fil des pages et cela devient répétitif (je sais c'est horrible à dire).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5911

critiques presse (7)
LeFigaro   06 mai 2013
[...] Fleur de tonnerre, cette ballade funèbre pleine de poésie et de drôlerie où le bruit des pages qui se tournent résonne comme le son tragique et cocasse d'une cornemuse.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Lexpress   29 avril 2013
Il a toujours eu de l'affection pour les filles bancales et les gars qui ont un grain. Après avoir tâté de la bande dessinée puis de la chronique télévisée, Jean Teulé s'est tourné vers la fiction, concentrant ses histoires sur des personnages qui ne deviendraient jamais des héros.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Actualitte   16 avril 2013
Si le ton n'est jamais tragique, le roman s'offre parfois de belles scènes poétiques, assurément pathétiques notamment lorsque la Jegado justifie ses actes meurtriers [...] l'Histoire, racontée par Jean Teulé, est, à chaque fois, UNE histoire passionnante, drôle et érudite, bien vivante et moderne, qui donne de la joie, étonne et rend curieux.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LeFigaro   29 mars 2013
À la manière d'un alchimiste, Jean Teulé transforme un terrible fait divers breton du XIXe siècle en une épopée surréaliste transcendée par les contes et légendes celtiques. [...] La mort, la folie, l'amour, le sexe: Teulé transcende le tout, sourire en coin, dans un style littéraire pétaradant et dérangeant.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Lexpress   29 mars 2013
Las! si la description des Assises, qui enflammèrent Rennes en décembre 1851, relève du meilleur Teulé, le reste sonne creux. Comme si, victime de son sujet, l'auteur peinait sur l'une de ces rédactions qu'il tenait en horreur, enfant [...].
Lire la critique sur le site : Lexpress
LaLibreBelgique   12 mars 2013
Jean Teulé signe un roman divertissant qui fait pourtant froid dans le dos.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LesEchos   12 mars 2013
Restent de belles scènes poétiques, dramatiques, lyriques ou drolatiques : les naufrageurs pilleurs d'épaves, la mort du père de Fleur de tonnerre, les scènes de bordel à Port-Louis ou les pathétiques aventures des Bouvard et Pécuchet de la quête capillaire à l'enseigne de la « Bouclette normande ». Kenavo.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations et extraits (98) Voir plus Ajouter une citation
LolokiliLolokili   05 mai 2014
– Quel est le prochain ?
– Ce marin lourdaud qui vient vers toi en ôtant sa grande culotte de matelot, répond François Aupy. Il n’est certainement pas joli mais avec un corps bâti comme le sien il y a de la ressource.
– Eh ! Mais comme il est emmanché ! Mes doigts ne feraient pas le tour de son mât.
– A bord des vaisseaux, on l’appelle Sabre d’Attila.
Commenter  J’apprécie          240
joedijoedi   30 mai 2013
Après l'eau-de-vie plus quelques bouteilles de mauvais cidre, l'imagination rêve ici. Quand la nuit sera bien noire, ils conteront plus d'une histoire à faire froid dans le dos. Dans cette étouffante chaumière privée d'air, les volutes des émanations de la cheminée et des pensées s'entremêlent. "J'ai vu passer une étoile filante. Un curé va se pendre !"
Commenter  J’apprécie          240
LolokiliLolokili   05 mai 2014
– Vous voudriez travailler chez moi ? Avez-vous bien compris qu’à « La Sirène », vous n’auriez pas seulement à récurer les casseroles ?
– Que voulez-vous que je comprenne, mon cher monsieur ?
– Dans une taverne-bordel militaire se mijote aussi un peu l’amour. Y seriez-vous disposée ?
– Je ne suis pas ennemie d’un tout petit brin de fleurette.
Commenter  J’apprécie          240
seshat123seshat123   01 octobre 2013
Wik. Wik...
- Ce n'est pas le son d'une carriole qui s'approche et va me dépasser. Je l'aurais entendu venir de loin.
Wik! Wik!...
Le grincement criard est de plus en plus bruyant et plus proche. Assourdissant, il résonne même si près.
Wik!!! Wik!!! ...
- Est-ce la karriguel de l'Ankou ?
La fille de Plouhinec se retourne. Rien derrière elle. La domestique reprend sa route.
- Ah ben non, c'est moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
LolokiliLolokili   03 mai 2014
A l’intérieur d’une niche murale se trouve la statue polychrome en plâtre d’un saint breton qui, lorsqu’il n’exauce pas les prières, est vigoureusement fouetté.
– Saint-Yves-de-Vérité, tu étais juste de ton vivant. Montre que tu l’es encore, nom de Dieu !
– Mes profits au magasin sont presque nuls. T’as intérêt à arranger mes affaires !
– Je t’avais pourtant prévenu que je ne voulais pas que le gars Le Rouzic m’engrosse. Et depuis deux mois les Anglais n’ont toujours pas débarqué sous ma jupe. T’en veux une ?!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Jean Teulé (76) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Teulé
Bande annonce de Fleur de tonnerre, adaptation du roman de Jean Teulé
autres livres classés : bretagneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Fleur de tonnerre

Quel était le nom de famille de cette vilaine Hélène surnommée Fleur de Tonnerre ?

Jéjado
Gégado
Jégado

10 questions
62 lecteurs ont répondu
Thème : Fleur de tonnerre de Jean TeuléCréer un quiz sur ce livre