AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709650487
Éditeur : J.-C. Lattès (06/01/2016)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 275 notes)
Résumé :
Lorsque Paul Arezzo, célèbre peintre français, débarque à Kerkennah en 2000, l'archipel tunisien est un petit paradis. L'artiste s'y installe et noue une forte amitié avec la famille de Farhat, un pêcheur, particulièrement avec Issam et Ahlam, ses enfants incroyablement doués pour la musique et la peinture. Peut-être pourront-ils, à eux trois, réaliser le rêve de Paul : une œuvre unique et totale où s'enlaceraient tous les arts.
Mais dix ans passent. Ben Ali ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (99) Voir plus Ajouter une critique
celdadou
  27 janvier 2016
Après avoir lu tous les livres sur le Terrorisme du juge Trevedic ... Je me doutais que son premier roman serait un gros coup de coeur.
Dans ce premier Roman , Trevedic nous raconte une belle histoire ou les thèmes d'art , amour , beauté des paysages sont mis en avant.il évoque ses connaissances précises sur l'endoctrinement ,le respect des règles primitives du prophète au 7 ème siecles, les salafistes...
En effet tout un chacun ne pourrait avoir une telle connaissance des manières si précises d'endoctrinement, des façons pervers d'agir en se servant des mots du prophète et en parlant en son nom.
Paul est un peintre Français qui a perdu ses parents dans un accident de voiture alors qu'il était jeune.
Il est peintre et adore venir sur l'île Tunisienne de Kerkennah , où il trouve l'inspiration .
Il va se lier d'amitié avec Farah , un pêcheur et deviendra un ami proche de la famille.
L'épouse de Farah , atteinte d'une leucémie foudroyante accepte que Paul l'emmène à Paris pour tenter une chimio de la dernière chance.
Paul fera tout son possible pour la la famille se déplace au chevet de Nora à Paris , cependant l'état en décidera autrement et ils n'auront pas les visas. Paul accompagnera Nora jusque dans son dernier souffle.
A son retour en Tunisie, Paul passe beaucoup de temps avec les enfants de Farhat et Nora.
Assam le garçon est passionné de peinture et Ahlam , la fille joue de la musique.
Les deux jeunes s'épanouissent et Paul leur promet qu'il les emmènera à Paris pour des expositions.issam est très doué et une carrière prometteuse l'attent.
La politique tunisienne est au plus mal , la chute de Ben Ali en 2010 fait basculer le pays entier.
Les frères musulmans, les salafistes veulent prendre le pouvoir et imposer la charia.
Issam va se laisser endoctriner par une connaissance du village. ...
Je trouve que ce passage est très important et on voit que c'est un homme de connaissance qui a écrit et décrit ce changement radical de personalité.
Le recrutement est sournois, insidieux... Pour ne pas dire pervers.trévédic est le spécialiste par excellence et pour moi qui connaît bien le sujet il me semble accessible à tout un chacun.
Quant à Ahlam, elle va devenir militante et se battre pour la liberté de la femme .
Elle est soutenue par sa famille contrairement a son frère qyui a décidé de quitter le domicile familial.
Parallèlement à toute cette violence qui envahit le pays , une belle histoire d'amitié entre une famille musulmane modérée et un chrétien non pratiquant est relatée avec intelligence.
Également Une merveilleuse histoire d'amour verra le jour avec des rebondissant surprenants.
Même nous ne sommes pas dans un des livres du juge Trevedic qui nous donne des explications sur les différents mouvements religieux musulmans, la montée de l'intégrisme .... Ce Roman est d'actualité et le fait d'être romancé .., il est très agréable a lire, bien écrit.
Il y a quand même une chose à retinir c'est qu'une histoire d'amitié entre en musulman modéré et un chrétien peu durer toute une vie !!!
J'ai adoré .. Merci Monsieur le juge et continuer d'écrire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          750
Yassleo
  04 avril 2016
Quand un juge ultra-médiatisé, ex-patron du pôle anti-terroriste, décide d'abandonner les tribunaux, les essais littéraires et les plateaux télés pour s'essayer au roman grand public, je me dis ouille ouille ouille, on l'a perdu. Et de m'arracher sauvagement les cheveux : encore un qui s'éparpille, s'en est fini de sa crédibilité, moi qui l'aimais bien il a tout brisé entre nous. Et de m'emballer : Trévidic t'es foutu, Babélio est dans la rue. Puis je retrouve la raison : tiens, si je lisais le bouquin plutôt que douter et critiquer le bonhomme? Pas idiot ça. Puis la calvitie ne m'ira pas de toute façon.
Et... Quand un juge ultra-médiatisé, ex-patron du pôle anti-terroriste, se sert de la fiction à des fins de vulgarisation et de sensibilisation sur un sujet aussi sensible que le fanatisme religieux et l'endoctrinement, je m'incline alors bien bas et réimplante mes cheveux.
Marc Trévidic se révèle un excellent conteur. Et rien n'échappe à son regard expert. En situant son roman sur plus d'une dizaine d'années dans la Tunisie de Ben Ali jusqu'à sa chute, il confirme adroitement que la menace des fondamentalistes fanatiques plane de longue date, les loups étant tapis dans l'ombre prêts à bondir à la première occasion, et soutenus par une effarante logistique. Ce roman est notamment un bon prétexte pour pointer de la plume l'incroyable et impitoyable organisation de ces extrémistes. A travers le personnage d'Issam, frère d'Ahlam, fragilisé par la mort de sa mère et tiraillé entre une famille pourtant aimante et bienveillante, un avenir prometteur loin des turpitudes tunisiennes, et des "amis" salafistes, Trévidic décortique patiemment la lente radicalisation des plus fragiles et l'impact sur leurs proches.
Et il excelle sur ces passages. Fort de son expérience de terrain, il met en exergue les techniques d'enrôlement des filières djihadistes, le djihad médiatique et ses montages vidéos visant une propagande de masse, la manipulation par le discours et l'image.
En parallèle, le roman appuie sur les faibles recours des proches, spectateurs impuissants et otages de la métamorphose de leur fils, frère, ami, de leur Tunisie toute entière. Se résigner, fuir ou lutter. Les armes (bien dérisoires mais ô combien symboliques) d'Ahlam et Paul : l'amour, la peinture, la musique. le climat bienveillant du début se dégrade au fil des pages pour faire place à un âpre combat entre le monde de l'art et la menace extrémiste.
Out donc le jargon juridico-politico-magistratico-toutrukenco. le style est propre, soigné, l'écriture appliquée, quelques touches de poésie pimentent le récit et une quiétude colorée se dégage finalement des décors tunisiens en opposition à une violence latente.
Plutôt réussi donc. Et zut. Je me suis arrachée les cheveux pour rien. Aucune matière à râler, mea maxima culpa, la crédibilité de monsieur le juge est sauve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          574
palamede
  23 août 2018
Après une période heureuse avec son ami Farhat et ses enfants à qui il a enseigné la peinture et la musique, Paul ressent un soir une grande angoisse. Pour la première fois depuis que le peintre français est en Tunisie, il pressent que ces détonations au loin annoncent la fin de l'insouciance.
Nous sommes le 11 septembre 2001, à New-York les tours du World Trader Center viennent de s'écrouler détruites par les avions de Ben Laden. Paul ignore encore que c'est ce que fêtent de jeunes salafistes tunisiens et que débute une autre ère qui aboutira au rejet du régime corrompu de Ben Ali. À une montée de l'intégrisme aussi, avant et après la révolution de jasmin, qui conduira les enfants de Farhat, devenus adolescents, à faire des choix douloureux.
J’avoue avoir fini ce livre uniquement parce qu'il s'agissait d'une lecture pour une de mes bibliothèques. Marc Trévidic, inconnu de moi mais apparemment pas de tout le monde, m'a passablement agacée avec ses théories sur l'art particulièrement fumeuses et prétentieuses (et interminables), sans parler de son histoire d’amour à l’eau de rose. Reste que ce monsieur est un magistrat spécialiste de l'anti-terrorisme qui montre très bien les discours, enchaînements et logiques qui fabriquent des islamistes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          635
jeunejane
  20 février 2017
Le récit commence en Tunisie en 2000 sous le régime de Ben Ali.
Paul Arezzo, célèbre peintre, arrive dans un petit village de pêcheurs. Il se lie d'amitié avec un pêcheur de l'endroit Farhat et sa famille très humaine, avec de belles valeurs.
L'amitié perdurera pendant tout le roman et Paul initiera Issam, le fils de Farhat, à la peinture et Ahlam, sa fille, au piano tout en nourrissant un grand rêve : réunir différents arts comme la peinture et la musique pour faire naître une grande oeuvre.
Quelques années plus tard, dans la prime adolescence des enfants, Ben Ali est chassé. le nouveau régime débridé, laisse la part belle aux islamistes très engagés dans leur "combat" mais aussi à une part de la population qui veut la liberté après la révolution des Jasmins.
Un des deux enfants va se faire embrigader et l'auteur analyse très bien, un peu trop longuement peut-être, cette montée avec toute son expérience de juge d'instruction au pôle antiterroriste.
Marc Trevidic est remarquable par la documentation dont il fait preuve sur les habitudes du pays et le passé proche de celui-ci, allant jusqu'à nous livrer des termes du terroir, heureusement pour nous, expliqués.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
JIEMDE
  12 février 2016
Deux - grands - plaisirs et un - petit - regret à la lecture d'Ahlam de Marc Trévidic, un des cinq finalistes du Grand Prix RTL-Lire 2016.
Tout d'abord, l'histoire, remarquable. Celle d'Ahlam et d'Issam, frères et soeurs tunisiens que Paul, célèbre peintre momentanément "exilé" à Kerkennah, va prendre sous son aile artistique, après la mort de leur mère. Des enfants qui vont grandir dans une Tunisie bouleversée. le garçon devenu jeune homme cédera peu à peu aux sirènes des fondamentalistes. La jeune femme se rebellera. Tous - mais certains bien plus que d'autres - en paieront le prix.
C'est une histoire forte, d'amitié d'abord, entre Paul et Fahrat, le père d'Issam et d'Ahlam. D'amour ensuite, mais chut : no spoil ! D'amour également envers la terre tunisienne, son histoire, ses habitants, sa lumière si particulière et ses paysages faits, normalement, pour n'aspirer qu'à la paix.
C'est surtout un regard romancé mais très avisé et documenté (avec un recul et une analyse digne de l'idée que je me faisais de l'auteur, qui force le respect) sur ces incroyables années de bouleversements que la Tunisie traverse depuis 10 ans, entre la fin de l'ère Ben Ali, la révolution de jasmin et ses espoirs, puis l'arrivée d'En Nahdha et ses cruelles déceptions. Une réflexion sur la nature même d'un pays et d'un peuple, peu à peu amené à se conformer à un fonctionnement contre nature, injuriant ce qu'il est et ce sur quoi il s'est construit. À l'image d'Issam, les plus faibles doutent, et à défaut suivent. À l'image d'Ahlam, les autres résistent, ou tentent de le faire. Et l'histoire n'est pas terminée...
Deuxième plaisir, l'approche artistique de Trévidic, un "terrain" où je ne l'attendais pas. le livre est une ode à l'art sous toutes ses formes, celui qui transcende tout, qui sauve de tout : la preuve, c'est toujours ce que les fondamentalistes s'acharnent à détruire, comme autant de traces gênantes de ce qu'ils ne seront jamais. Durables, rassembleurs, interrogateurs... Dans Ahlam, la peinture interpelle la musique et l'écriture, ce qui donne lieu à quelques belles pages, malheureusement inégales. Certaines réflexions sont belles et sensées. D'autres tirent un peu à la ligne.
Et c'est là mon regret : l'écriture et le style sont beaucoup trop hétérogènes à mon goût. Dès qu'il est dans l'histoire, Trévidic est dans son élément et sa plume est directe, factuelle, conforme au style nécessaire à nous plonger dans l'atmosphère de cette Tunisie déboussolée qu'il arrive à nous faire comprendre autant qu'aimer. Mais dans ses pages sur l'art ou sur l'amour, le (très) bon alterne parfois avec une certaine forme d'écriture naïve ne "collant" pas avec le reste. Dommage, mais le reste l'emporte très largement.
Et pour un premier roman, cela augure bien des prochains, que j'attends déjà avec impatience !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320

critiques presse (1)
Telerama   27 janvier 2016
Marc Trévidic s'appuie clairement sur sa connaissance précise des mécanismes d'embrigadement : son récit de l'évolution d'Issam et de ses amis (...) n'en est que plus glaçant.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
sand-rionssand-rions   06 septembre 2016
Ahlam
Marc Trévidic


Il avait pourtant avec lui, en permanence, un carnet et un crayon , au cas où le désir reviendrait. En vain. Le désir était resté en France, envolé comme sa maîtresse .Son amour avait disparu, et son désir de créer s'était évanoui devant la nécessité de disparaître

Avec Ben Ali, ce sont les lâches qui mangent. En Tunisie, il vaut mieux être un dromadaire.


- Tu vois, tu as oublié. Ais si tu sais écrire, tu peux l’écrire pour t’en souvenir plus tard. Et si tu sais lire, tu pourras la lire à tes enfants.


Farhat avait poursuivi l'école jusqu'au bac .il l'avait eu sans mention mais l'avait eu quand même .Pourtant il était rester a Kerkennah et ,aujourd'hui , il était pêcheur comme son père
.
L’archipel produisait de bons élèves et, ce faisant, disait adieu à sa jeunesse.

Il avait cru que Farhat, religion oblige, ne buvait pas. Il comprit vite le contraire. Deux camarades sur une felouque et sous un soleil de plomb avaient bien le droit au verre de l’amitié. Allah n’y trouverait rien à redire. Juste une petite réprimande peut-être, sous la forme d’une mauvaise conscience a posteriori.


- Ta femme sait que tu bois en cachette, Farhat ?
- Bien sûr que non, sinon ça ne s’appellerait pas « boire en cachette ».

Mais, si on ne fait rien, ils vont la laisser mourir ! C’est aussi transparent que l’eau de Kerkennah. Réveille-toi, Farhat ! Vous appelez les touristes anglais des moutons, mais qui sont les moutons dans ce pays ? Si un petit cousin de Ben Ali au sixième degré s’était présenté dans cet hôpital, le directeur lui aurait lavé les pieds. Regarde, j’ai prononcé la formule magique et maintenant….


Ne dites rien de plus. Vous êtes un con. Vous avez des années d’études à la place du cœur.

- … Je ne suis pas triste. Je suis jeune. J’ai le temps. J’ai été fou amoureux. J’ai été fou malheureux. Je cherche le juste milieu.
- Le juste milieu, ce n'est pas un endroit pour toi. Je vois la flamme en toi, parfois la colère, parfois l'amour...Au milieu rien.


Disons que je suis un peintre qui aime jouer de la musique. Ce n'est pas compatible. Mon père était d'origine italienne et musicien professionnel. Ma mère était artiste peintre.Ça a plutôt collé entre eux.
(…)
souvent, ma mere peignait quand mon père jouait du piano. Peut-être se mettait-elle à peindre parce que mon père était en train de jouer? Ou était-ce l’inverse? Mon père se mettait à jouer quand il voyait ma mere peindre. Ils dégageaient une grâce indéfinissable. Je n’ai jamais rien vu de plus beau que mes parents ensemble, l’un au chevalet, l’autre au piano.


… il voulait peindre. Il en rêvait. Il voulait apprendre à dessiner, mélanger les couleurs, reproduire ce qu’il voyait, et ce qu’il ne voyait pas mais ressentait.


Il devait faire attention, Paul était un Français. Ce qui signifiait : Paul est un chrétien. Farhat s’en moquait. Paul était bon. Il faisait du bien aux enfants. Il apportait de la beauté dans leur existence et de l’espoir pour leur avenir.


Il avait, depuis presque deux ans, épousé le mouvement lent d’un univers protégé des fureurs du monde. (…) Jamais Paul n’avait imaginé que, sur cette île, des hommes puissent se réjouir de la mort d’autres hommes à six mille kilomètres de là.
Paul était un artiste. Il ne vivait que pour son art. Il ne recherchait que le sens et la beauté. Le monde ne l’intéressait pas. Depuis qu’il était à Kerkennah, il ne lisait plus les journaux, ne regardait jamais la télévision, n’écoutait pas la radio.


… mais il était tunisien et c’était le mariage ou rien. Paul, c’était l’inverse, le sexe sans le mariage. Il faisait l’amour comme il peignait. Quand le tableau était fini, il remettait une toile sur le chevalet et partait pour une nouvelle aventure.


La musique est l’art de combiner les sons et les silences ; la peinture est l’art de combiner les couleurs et le blanc. Ce n’est pas un hasard si un blanc est un silence en musique et une absence de couleur en peinture. Dans la musique, le silence donne de la couleur aux notes. En peinture, le blanc donne de l’importance aux couleurs. Et enfin, très important : l’intensité d’un son peut se comparer à l’intensité d’une couleur ou d’une lumière.


Certes, c’était un salafiste qui voulait vivre comme au temps du Prophète et des ses premiers compagnons. Il pensait que l’Occident était pourri, qu’Israël devait être détruite, que les femmes, tentaion du diable, devaient être intégralement voilées, qu’on devait les lapider si elles commettaient l’adultère, qu’il était permis de prendre les biens des mécréants en butin, que les voleurs devaient avoir la main tranchée. Et alors ? Tout cela était le message d’Allah transmis par le Prophète. Ceux qui n’écoutaient pas brûleraient en enfer. Saber avait le cœur plein de haine et de certitude. L’une confortait l’autre et inversement. Il n’y avait que du tourment, jamais d’accalmie. Seul le sang pouvait purifier, seul le sang pouvait calmer. C’est tout ce qu’il réclamait, tout ce qu’il désirait : le sang.

Saber ne connaissait pas Al Qaida. Il n’avait aucun contact. Mais, en prison, il avait noué des relations. La prison lui avait ouvert des portes.

Saber ne donna pas de nouvelles, ni à sa mère ni même à Nourdine. Il était totalement dans le jihad. Il ne tua pas un seul Américain. Les Américains ne sortaient plus. La seule occupation de son groupe était de tuer les chiites. Et lui, Saber, goûtait enfin au sang des infidèles. Pas celui qu’il avait pensé boire, mais c’était bon tout de même. Les chiites, finalement, c’était encore meilleur. Il fallait les tuer tous. Après, on s’occuperait des autres. Seule une Oumma (la communauté des croyants) purifiée pouvait vaincre l’Occident. D’abord les chiites, puis les régimes apostats. Et après ce serait la révolution du véritable islam. L’Amérique et l’Occident mettraient le genou à terre et demanderaient grâce. (…) Avant, il fallait purifier, purifier, purifier par le sang. Se tenir prêt pour l’ultime combat et la fin du monde.

Et, les intellectuelles, ça réfléchit trop, ça discute politique, ça veut changer le monde. Nora détestait le régime Ben Ali, Fatima déteste le régime Ben Ali. Tout le monde déteste le régime Ben Ali. Moi, je m’en moque. Je suis pêcheur à Kerkennah. Personne ne m’a jamais interdit de pêcher à Kerkennah. Rien de ce qui est beau n’appartient à Ben Ali. Lui, il a seulement le pouvoir et l’argent. Mais la beauté de Kerkennah, le soleil, la mer, le vent, il nous les laisse. Il ne peut pas nous les voler. Et c’est tout ce que je demande.

Nourdine citait toutes les deux phrases un verset du Coran ou un hadith. Il en connaissait une vingtaine par cœur. Il ressortait toujours les mêmes. Au début, Issam avait été exaspéré par cette répétition monocorde, ce discours attendu, ces vérités puisées dans les textes mais jamais dans la réflexion personnelle. Il n’avait pas été élevé de cette façon, à chercher des réponses ailleurs que dans son cœur et sa raison. Cependant, cette musique qui répétait sans cesse les mêmes notes, ancrée dans la culture musulmane, hypnotisante et entêtante, était entrée en lui, avait fait tomber ses défenses. Pas toutes – il en restait, profondément enfouies, qui remontaient subitement à la surface comme des éruptions de raison.


Parce que là, avec le Français, c’est toi qui décides ? T’es un pion. En France, le shaytan (diable) va t’avoir. Petit à petit, il va te manger l’âme. Tu me fais pitié, va.


- Ce n’est pas moi qui refuse toutes les propositions, c’est Ahlam.
- Et c’est tant mieux. Ahlam a seize ans. Elle a bien le temps. Tu imagines ce joyau marié à un jeune coq de Kerkennah qui s’empressera de la couvrir des pieds à la tête… Pas de bijoux mais d’un tissu épais… pour être le seul à en profiter. Ta princesse dépérirait. Sa lumière s’éteindrait peu à peu. Ce n’est pas son avenir. Ce n’est pas ce qu’aurait voulu Nora.
- Nora, elle m’a bien épousé, moi, un simple pêcheur.
- Non, pas un simple pêcheur mais mon fils, un garçon éduqué, intelligent, sensible, un père attentionné qui cherche le bonheur de ses enfants. C’est ce garçon-là que Nora a épousé. Alors reste ce garçon-là. Quant à Ahlam, il faut qu’elle parte. Elle aura une vie exaltante, des amoureux. Pas un, vois-tu, mais plusieurs. Oh, je vois ta mine, l’idée même que ta fille ait des amoureux te chagrine. Mais ta fille est faite pour la musique, le succès et l’amour.

- Non, mais j’ai du mal à accepter que ce qui est beau puisse être mauvais.
- Parce que tu confonds le beau et le bien. Le bien est ce que nous enseigne Allah. Le beau est souvent un subterfuge du shaytan. ….

Quand l’horizon est trop lointain, on ne pense pas pouvoir l’atteindre, d’autant qu’il s’éloigne quand on s’en approche. Ces derniers jours, l’horizon avait été si proche qu’il aurait été possible de le toucher. Le rêve devenait réalité. C’est à cet instant précis que les rêves s’évaporent, au moment du réveil.

- As-tu pensé à Ahlam ?
Issam répondit brusquement, sans réfléchir :
- Oui, j’ai pensé à elle. Justement, ce n’est pas bien pour elle de continuer la musique. Ce n’est pas un métier pour une musulmane.
- Feuuuuh !
Fatima émit un sifflement.
- Tu peux nous répéter ça ?
- Parfaitement, une musulmane a d’autres choses à faire que de perdre son temps à jouer de la musique.
- Et tu proposes quoi pour ta sœur ? demanda Fatima, au bord de l’implosion.
- Elle devrait épouser un bon musulman, faire des enfants et respecter…
- Respecter qui, Issam ?
- Respecter les préceptes de notre religion.


Il faudrait qu’elle explique. A cette pensée, la honte et la peur l’envahirent. C’était un curieux mélange de sentiments. Pourquoi avait-elle peur ? Pourquoi avait-elle honte ? Il lui semblait que, si elle racontait ce qui s’était passé, il n’y aurait plus jamais de retour en arrière. Son enfance serait effacée, Nora serait morte pour de bon et la famille serait pulvérisée.


Et puis, comme un aimant, il s’é
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
YassleoYassleo   19 mars 2016
Tout le monde déteste le régime Ben Ali. Moi, je m'en moque. Je suis pêcheur à Kerkennah. Personne ne m'a jamais interdit de pêcher à Kerkennah. Rien de ce qui est beau appartient à Ben Ali. Lui, il a seulement le pouvoir et l'argent. Mais la beauté de Kerkennah, le soleil, la mer, le vent, il nous les laisse. Il ne peut pas nous les voler. Et c'est tout ce que je demande.
Commenter  J’apprécie          300
jeunejanejeunejane   20 février 2017
Il lui expliqua qu'il fallait se méfier de ceux qui avançaient des vérités sans avoir acquis la science pour cela. Nourdine était excessif. La peinture et le dessin n'étaient pas interdits.
Seule était interdite la reproduction des images humaines ou animales. Il lui rapporta une citation d'Allah par Ibn Abbas......
- Cela veut-il dire que je peux peindre des paysages et des formes qui ne représentent pas un être existant?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
celdadouceldadou   26 janvier 2016
Moi j'écoute ce qui est halal.je n'ai pas envie de finir en enfer. La musique de ta sœur, elle n'est pas halkal.Elle appelle qu pêché .Elle amène au désir . Regarde ta sœur, même pas un voile dans les cheveux. Elle porte des robes courtes et légères. Elle s'habille comme une pute .
Commenter  J’apprécie          160
palamedepalamede   24 août 2018
J'ai été fou amoureux. J'ai été fou malheureux. Je cherche le juste milieu.
Commenter  J’apprécie          502
Videos de Marc Trévidic (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marc Trévidic
Payot - Marque Page - Marc Trévidic - Ahlam
autres livres classés : tunisieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
299 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre
.. ..