AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782080661937
407 pages
Éditeur : Flammarion (08/01/1992)
3.79/5   34 notes
Résumé :
De Flaubert, on connait la phrase provocante: " Madame Bovary, c'est moi."

Mais qui est exactement celui qu'on ne cesse, depuis Proust, de proclamer le père du roman moderne, sinon un amalgame de toutes les contradictions? Un fils de notable qui fut poursuivi pour " obscénités littéraires ".

Un provincial frileux qui parcourut, carnet en main, la France, l’Égypte, la Palestine, la Turquie, la Tunisie. Un amant volontiers impudique et s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Henri-l-oiseleur
  26 décembre 2019
Notes de relecture. Ce "Flaubert" de Troyat est identique aux autres biographies d'écrivains de cet auteur : le récit des circonstances de la vie est précis, et le biographe s'efface devant l'auteur dont il cite abondamment la correspondance, ou des témoignages d'amis et de contemporains. On retrouve le procédé dans les vies de Pouchkine, de Gogol, de tolstoï et de beaucoup d'autres. C'est peut-être là que le bât blesse un peu : Troyat insère de longs passages où l'auteur parle de lui-même, s'explique, se justifie, et nous laisse seuls juges de la pertinence et de la vérité de ces discours de l'écrivain sur lui-même. Cet effacement du biographe est aussi l'effacement du critique et du penseur. Les discours que Flaubert tient sur lui-même vont de l'anecdotique sans grand intérêt, à l'auto-justification, en passant par la mauvaise foi. Cela ne suffit pas à combler le lecteur qui aurait voulu en savoir plus. L'avantage de cet inconvénient, si j'ose dire, c'est que nous avons accès, en version abrégée, à l'immense correspondance de l'auteur, où il aurait été difficile de s'orienter sans un guide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
merveille
  12 janvier 2015
Lire une biographie de Flaubert écrite par Troyat, on s'y croit, on entend Flaubert lire ses textes à haute voix, gueuler, vivre, s'indigner.....
Commenter  J’apprécie          80
cvd64
  01 janvier 2018
un auteur biographiant un auteur qui de mieux placé et le résultat est à la mesure de l'oeuvre de ces 2 monstres sacrés
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   24 décembre 2019
(Lettre à George Sand, 5 décembre 1866)
Et puis, j'éprouve une répulsion invincible à mettre sur le papier quelque chose de mon coeur. Je trouve même qu'un romancier n'a pas le droit d'exprimer son opinion sur quoi que ce soit. Est-ce que le Bon Dieu l'a jamais dite, son opinion ? Voilà pourquoi j'ai pas mal de choses qui m'étouffent, que je voudrais cracher, et que je ravale. A quoi bon vous le dire, en effet ! Le premier venu est plus intéressant que monsieur Gustave Flaubert; parce qu'il est plus /général/ et par conséquent plus typique."

p. 244
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
QueicyQueicy   18 mai 2021
Après tout, le travail, c'est encore le meilleur moyen d'escamoter la vie !
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Henri Troyat (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Troyat
Retrouver l'émission ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/theresa-revay-la-nuit-du-premier-jour-52411.html
Après deux titres contemporains, Theresa Révay a choisi le roman historique dont elle est devenue l'une des meilleures représentantes. Avec « Valentine ou le temps des adieux » en 2002, les lecteurs découvrent alors une jeune auteur dont le travail d'écriture, le romanesque des situations, la psychologie des personnages et le cadre historique n'est pas sans rappeler Henri Troyat, Maurice Druon ou Françoise Chandernagor. Pour ma part, j'aime à dire que Theresa Révay peut être considérée comme la petite cousine de Ken Follett !
Après la révolution bolchevique dans « La louve blanche », l'Angleterre des années 20 dans « Dernier été à Mayfair », le Berlin de 1945 dans « Tous les rêves du monde » ou la fin de l'empire ottoman dans « L'autre rive du Bosphire », Theresa Révay n'a pas son égale pour nous faire voyager dans le temps et dans le monde. Par un sens de l'intrigue parfaitement construit, elle sait inventer des destins romanesques aux prises avec la grande histoire, sans rien sacrifier à la qualité de l'écriture.
Voici le 10ème roman de Theresa Révay, « La nuit du premier jour ». Nous sommes à Lyon à la toute fin du XIXème siècle, où Blanche s'étiole dans la bourgeoisie locale des soyeux, auprès de son mari Victor. de ce mariage arrangé sont nés deux enfants, Oriane et Aurélien que chérit leur mère. Et pourtant, par amour pour Salim, venu de son Orient natal pour affaires avec les soyeux, Blanche va tout quitter.
Au-delà de cette intrigue romanesque et des rebondissements liés à des secrets de famille bien enfouis, Theresa Révay nous entraine dans un formidable tourbillon de sentiments et de larmes, au coeur du premier conflit mondial mais aussi dans le soleil de la Syrie et du Liban, où le sang va couler également. Face à une Europe qui se déchire, à l'autre bout de la Méditerranée, Blanche va devoir affronter la révolte arabe face à l'empire Ottoman de Jamel Pacha.
Magnifique portrait de femme luttant par amour, pour ses enfants comme pour l'homme de son coeur, le nouveau roman de Theresa Révay est une grande fresque qui résonne avec notre époque contemporaine et nous offre un magnifique moment de lecture.
« La nuit du premier jour » de Theresa Révay est publié chez Albin Michel.
+ Lire la suite
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Henri Troyat

Né Lev Aslanovitch Tarassov en ...

1891
1901
1911
1921

12 questions
62 lecteurs ont répondu
Thème : Henri TroyatCréer un quiz sur ce livre