AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782290003442
374 pages
Editions 84 (04/01/1999)
3.85/5   184 notes
Résumé :
Les "Eygletières", c'est le patronyme d'une famille bourgeoise habitant le quartier St Germain des Prés (rue Bonaparte exactement) à la fin des années 50.

Philippe, le père, la cinquantaine triomphante remarié avec Carole la séductrice de 20 ans plus jeune que lui, (et qu'il trompe sans vergogne), ses trois enfants issus de son premier mariage : Daniel le clown de la famille (16 ans), Françoise la fausse coincée (18 ans), et Jean-Marc l’aîné de 20 ans... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
allyx76
  02 janvier 2022
Excellente étude de moeurs d'une famille bourgeoise dont on suit l'évolution de 3 adolescents, élevés par leur père et leur trop séduisante belle-mère, qui mènera cette famille au bord de l'implosion.
Henri Troyat, en 3 tomes, toujours excellent comme il nous y a habitués.
Commenter  J’apprécie          201
ADAMSY
  29 août 2016
Les Eygletière : une famille aisée à Paris dans les années 60. Philippe, le père, est divorcé et remarié avec une personne plus jeune que lui. Cela ne l'empêche pas de tromper sa femme et de donner des conseils à son fils aîné pour qu'il suive la même voie que lui, finalement au détriment des deux. La société change et les jeunes filles hésitent moins à avoir des rapports sexuels avant leur mariage. C'est le cas de sa fille et de son autre fils, qui lui se voit même dans l'obligation de se marier. Quand à sa fille, elle va quitter elle aussi l'aisance familiale pour vivre avec un homme plus âgé qu'elle et sans argent. Puis il y a la tante en Normandie qui débarque quand tout va mal... Chacun des personnages s'exprime l'un après l'autre et on sait donc ce qui les torture au fond d'eux-mêmes.
J'avais adoré ce roman alors que j'étais ado mais il ne m'a pas fait le même effet à la relecture. Il a fallu que je lise une centaine de pages avant d'entrer dans leur histoire et j'ai eu des difficultés à m'attacher aux personnages. Ce qui est cependant intéressant, c'est de suivre l'évolution de la société et comment les jeunes passent difficilement de l'adolescence aux responsabilités d'adulte, ce qui est encore vrai aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
anne-7
  01 août 2014
Les Eygletières, c'est l'histoire d'une famille française. il y a le père, avocat, remarié avec Carole, qui multiplie les aventures avec d'autres femmes. Ses enfants: Jean-Marc étudiant en droit et qui aura une aventure avec Carole sa belle-mère; Françoise étudiante en langues orientales, amoureuse de son professeur de russe et qui ne sait plus où elle en est; et enfin Daniel étudiant au lycée et qui décide de partir en Afrique. Autour de ce petit monde gravite leur tante Madou, le refuge, celle qui écoute, qui essaie de raisonner tout ce petit monde.
Commenter  J’apprécie          70
Bouton
  17 janvier 2022
Dans la famille Eygletière, il y a la tante Madeleine qui s'est occupée de longues années de ses trois neveux et nièce avant que leur père se remarie avec Carole. le père avocat trompe sa femme, son fils ainé Jean-Marc suit ses traces, Françoise est secrètement amoureuse de son professeur de russe et le benjamin, au lycée décide de voyager en Afrique.
Un roman qui sent bon la France d'avant. Les descriptions des personnages sont très réalistes et on apprend à les connaître tout au long du roman. Une histoire de famille très bien écrite pour les amateurs du genre.
Commenter  J’apprécie          50
Blandine80
  26 décembre 2014
Troyat, grande figure des romanciers français. on adhère. Certes cela peu sembler vieillot mais c'est tellement bien écrit
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
HermessHermess   16 avril 2013
Alexandre Kozlov avait raison ! Chaque être avait le Dieu qu'il méritait. Il existait un Dieu sévère, tatillon et vieux qui habitait l'église et que les fidèles retrouvaient, le dimanche, à la messe ; et un autre Dieu, à l'esprit large, qui vivait dehors. C'était avec ce Dieu-là qu'elle voulait avoir affaire. Lui la comprenait, l'encourageait dans sa folie. Parce que tout ce qui était jeune, insensé, généreux, lui était aimable. Elle détacha les yeux du clocher aux pierres grises et les leva vers le ciel, si vaste, si lumineux que son âme en fut éblouie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ladesiderienneladesiderienne   07 janvier 2013
Un an de vie conjugale insipide, sans brumes, sans tempêtes, sans éclairs, puis la guerre, l'exode. Hubert avait été tué à Dunkerque. Elle ne l'avait appris que trois mois plus tard. Son chagrin lui avait paru conventionnel, comme les condoléances qu'elle recevait. Déguisée en veuve de héros, elle avait l'impression de tromper son monde. De ce mariage, il ne lui restait qu'un petit capital que gérait son notaire et dont les revenus étaient suffisants pour vivre et un nom de famille dont la consonance lui déplaisait : Mme Gorget. Son nom de jeune fille était tellement plus harmonieux : Eygletière !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ADAMSYADAMSY   29 août 2016
- Le bien et le mal sont des données relatives, dit Alexandre Kozlov. On ne peut opposer Dieu au diable. Il faut les nier l'un et l'autre ou les adorer ensemble. A mes yeux, ils sont comme le côté ombre et le côté lumière d'un même objet. Je considère qu'il est aussi absurde d'aimer Dieu et de détester le diable que d'aimer le côté droit de cette bouteille parce qu'il est éclairé et de détester le côté gauche parce qu'il ne l'est pas. D'autant que, si je déplace cette lampe, ce sera le côté gauche de la bouteille qui recevra la lumière et le côté droit qui plongera dans la nuit. Non ! tout est plus confus, plus complexe que nos maîtres à penser ne le prétendent. Ils construisent des systèmes pour capter l'univers. Mais l'univers fuit à travers leurs axiomes comme l'eau par les trous d'un tamis. Etre en harmonie avec l'univers cela consiste à se laisser guider par son instinct. La seule règle qui compte, c'est de ne pas nuire à autrui. On ne fait pas le mal tant qu'on ne fait de mal à personne !...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
HermessHermess   16 avril 2013
Une fois sous le charme d'une femme, l'homme le plus résolu ne pouvait espérer retrouver dans la camaraderie le bonheur sain et naïf de ses jeunes années. C'était pour lui le début d'une déchéance qui le conduisait à l'égoïsme de l'âge mûr. Jean-Marc plaignait Didier Coppelin de le croire encore capable de fraternité virile, alors qu'il était avili et rongé par l'amour.
Commenter  J’apprécie          30
BoutonBouton   17 janvier 2022
Les mille conventions sociales ne servent qu'à masquer la brutalité, l'injustice, l'appétit qui règlent l'existence secrète des individus.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Henri Troyat (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Troyat
Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/theresa-revay-la-course-parfaite-53094.html
Depuis vingt ans, Theresa Révay s'est imposé comme un auteur majeur fédérant autour d'elle un public fidèle et enthousiaste, friand de ces romans historiques dans lesquels elle raconte les 50 premières années du XXème siècle. Depuis « Valentine ou le temps des adieux » à « La nuit du premier jour », ce ne sont pas moins de huit titres qui font de Theresa Révay une digne héritière d'Henri Troyat ou de Maurice Druon. Emportés par le vent de l'Histoire, les personnages qu'elle invente nous entrainent aux quatre coins du monde et nous font vivre leur passion, dans des décors et des ambiances parfaitement reconstitués, avec un souffle romanesque qui ne trahit en rien une belle qualité d'écriture. Quant à la précision historique, fruit de recherches de longue haleine qui caractérise le travail de Theresa Révay, elle est reconnue par les spécialistes des périodes dans lesquelles elle place ses intrigues. On ne s'étonnera pas ainsi que la romancière ait reçu le prix Historia en 2014 pour son livre « L'autre rive du Bosphore ». Romancière jusqu'au bout des ongles, Theresa Révay ne s'était jamais aventuré dans la biographie, même si l'envie n'était pas loin. Mais le hasard fait parfois bien les choses. Pour l'écriture de son précédent roman, Theresa Révay côtoie dans ses recherches Nathalie Mathet dont le beau-père n'est autre que François Mathet, le célèbre entraineur hippique. A écouter la jeune femme lui confier des secrets de famille, la romancière se dit qu'il y a là matière à un nouveau livre. Voilà comment nait « La course parfaite » publié chez Tallandier. Né en 1908, engagé dans l'armée française en 1939 en tant qu'officier de cavalerie, assistant impuissant à la débâcle, François Mathet se fait un nom dans le monde des courses. Il a un don particulier pour comprendre les chevaux, les entrainer et leur faire gagner les plus grands prix. Veillant sur les chevaux de l'Aga Kahn ou de la famille Rotschild, il fut aussi celui qui entraina Yves Saint Martin sur la plus haute marche du podium, faisant de lui le plus célèbre jockey français. C'est l'histoire de cet homme discret, taiseux mais passionné et généreux que raconte Theresa Révay, l'histoire d'un homme qui se calque sur celle de son époque et que traversent les grandes personnalités d'alors. Une biographie passionnante qui ravira les passionnés de chevaux et de sports équestres mais aussi tout ceux qui s'intéressent aux destins exceptionnels liés à la grande Histoire. « La course parfaite, François Mathet, portrait du maitre entraineur » de Theresa Révay est publié chez Tallandier.
+ Lire la suite
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Henri Troyat

Né Lev Aslanovitch Tarassov en ...

1891
1901
1911
1921

12 questions
67 lecteurs ont répondu
Thème : Henri TroyatCréer un quiz sur ce livre