AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290306109
438 pages
Éditeur : J'ai Lu (10/08/2000)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 68 notes)
Résumé :
De jour en jour, la situation en Russie s'aggrave. L'armée a été battue par les japonais, des troubles ont éclaté dans les provinces baltes, en Pologne et à Moscou même. Beaucoup s'interrogent sur l'avenir du régime tsariste; certains travaillent à le renverser. Officier de carrière dévoué au tsar, Akim Arapoff est de ceux, nombreux encore,.pour qui émeutes et revers ne sont qu'un orage passager.Aussi aveugle que lui, mais par frivolité, sa soeur Tania mène à Mosco... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
TheWind
  19 août 2019
Ce troisième tome narre les évènements de 1912 à 1914.
Entre politique et romanesque, la saga suit son cours brillamment.
Dans un premier temps, on suit les troubles menés par les révolutionnaires et une certaine prise de conscience par les milieux bourgeois et intellectuels d'une nécessité de renouveau pour le régime tsariste. On reproche à Nicolas II tant de choses : la tragédie de la Khodynka, la guerre russo-japonaise, la présence à la cour de l'ignoble Raspoutine et même l'hémophilie du tsarévitch.
Puis, la première guerre mondiale s'annonce. Les esprits s'échauffent entre ceux qui veulent maintenir la paix à tout prix et les partisans de la guerre. Et puis, lorsque la guerre semble inévitable, le peuple russe oublie tout: conflits sociaux et politiques pour ne faire plus qu'une seule patrie unie face à l'ennemi allemand.
Les causes de la première guerre mondiale m'ont toujours paru très difficiles à comprendre. Chaque nation porte en elle des raisons économiques, des revanches territoriales à assouvir, un élan de patriotisme, des alliances à respecter...
J'avoue que je m'y perds un peu mais la plume d'Henri Troyat si fluide et si vivante m'a permis de mieux appréhender ce passage de l'Histoire.

Se mêlent toujours bien sûr aux éléments historiques les éléments romanesques. Volodia, coeur d'artichaut et bourreau des coeurs , n'arrive décidément pas à trouver la femme qui parviendra à lui mettre la bague au doigt. Peut être que la femme de sa vie n'est pas si éloignée de lui... Tania est comblée : mère de deux enfants, une belle maison, un train de vie luxueux, et un mari aimant. Mais la belle inconstante s'ennuie avec cet époux qui la délaisse pour ses affaires et qui parle de la guerre lors de leurs réunions mondaines. La trahison n'est pas loin...
J'ai trouvé ce troisième tome un peu moins exaltant que les deux autres. Chaque personnage reste fidèle à lui-même et l'effet de surprise est moindre.
Pour autant, je l'ai tout de même lu très rapidement et j'entame la suite : le sac et la cendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
litolff
  30 mars 2011
Tant que la terre durera est un monument colossal qui plonge le lecteur dans une atmosphère de fin du monde, celle de l'effondrement d'un Empire gigantesque ;
Dans la grande Russie, de sanglants événements se trament ; à Moscou, le peuple gronde et prépare la révolution.
Et depuis l'attentat de Sarajevo, un autre conflit imminent menace l'Europe tout entière... Pris dans la tourmente de l'Histoire, chacun tente de conjurer le sort.
Au fil des pages, trois familles enjambent le cours de la révolution de 1888 aux années 1930, celle des Danoff du Caucase, celle de Volodia d'Ekaterinodar et celle de Tania et ses frères, Nicolas et Akim. Les étapes de la vie se succèdent, alors que naissent l'amour, les vocations et les convictions des protagonistes, au tournant de l'histoire russe.
J'ai adoré cette saga qui est à mon avis une réussite romanesque et historique magistrale.
Commenter  J’apprécie          60
dadotiste
  23 février 2016
Suite directe du tome précédent.
En réalité, ces trois premiers tomes ne pourraient en faire qu'un. Je trouve d'ailleurs un peu dommage qu'ils aient été séparés par l'éditeur alors que les césures ne correspondent pas à grand chose.
Ayant plus ou moins enchainé les tomes de ce cycle, je peine à me rappeler exactement quels événements font partie de ce tome précisément puisqu'il s'agit d'un tout...
En conclusion, il s'agit d'un très bon cycle. Basé sur des faits historiques, il nous apprend beaucoup de chose sur la vie des russes pendant la période précédent la révolution et surtout, sur la mise en place de cette dernière. Un peu moins tout de même que « Les héritiers de l'avenir ». L'écriture de Troyat reste simple et facile à lire. Il existe quelques longueurs par moments mais cela reste assez minime.
Pour ma part, je ne vais pas tarder à entamer le second cycle de cette histoire, « le Sac et la cendre », qui étant donné la fin de celui-ci devrait être la suite directe.
Commenter  J’apprécie          10
meknes56
  10 août 2019
Toujours basé sur des faits historiques,ce troisième tome nous apprend beaucoup de chose sur la vie des russes pendant la période précédent la révolution. L'écriture de Troyat limpide, facile à lire nous enchaine irrémédiablement à son récit..
Commenter  J’apprécie          00
vf
  15 juillet 2014
Ce troisième tome est principalement consacré à Vladimir Bourine et bien sûr Tania. On suit l'histoire avec autant d'intérêt que les deux premiers tomes, on s'attache aux personnages... Toujours aussi bien écrit.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   14 août 2014
La guerre est une invention capitaliste, une affaire de marchands de canons, et les prolétaires se prêteraient à cette tractation macabre ? Il existe un trust international de l’explosif et du blindage, du patriotisme et de la panique, où sont rassemblés les Krupp, les Schneider, les Vickers-Maxim… Est-ce pour servir les intérêts de cette clique que nos braves gars vont se faire trouer la peau ? Les ouvriers, qu’ils soient Russes, Allemands, Autrichiens, Serbes, Français, sont frères par leur travail, par leur misère ; leur devoir est de s’unir contre les puissants de ce monde et non de s’entre-tuer pour les enrichir. Les socialistes de tous les pays sont contre la guerre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   14 août 2014
La révolution, pour être efficace, devait opérer simultanément dans l’âme de chacun et dans le monde de tous. Secrète et personnelle, en même temps que publique et universelle. Que deviendrait la liberté, si ceux qui l’instituaient par la force étaient indignes de la penser par le cœur, si les hommes de demain s’employaient à régénérer le pays avant de s’être régénérés eux-mêmes ?
Commenter  J’apprécie          31
rkhettaouirkhettaoui   14 août 2014
La liberté pour tous. L’égalité pour tous. La fortune pour tous. Les loisirs pour tous. La dignité, le talent, l’instruction, la chance, le clystère, le caviar, la vodka, le spasme hebdomadaire et le crachoir nickelé pour tous. Tout pour tous ! Voilà ce que les intellectuels socialistes avaient trouvé pour soulever le monde. Ils n’avaient pas cherché loin. Ils avaient misé sur la plus sotte, la plus vulgaire, la moins réalisable de toutes les idées humaines. Et, parce que cette idée était sotte, vulgaire, irréalisable, elle avait embrasé les masses. La Russie entière avait la danse de Saint-Guy. La Russie entière partait pour une croisade contre les nuages. On appelait ça : l’éveil du peuple. Il aurait mieux fait de dormir, le peuple !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
rkhettaouirkhettaoui   14 août 2014
Si on donnait la parole aux peuples, il y aurait moins de guerres. Ce sont les dirigeants qui veulent la guerre, pour devenir des personnages historiques. On connaît ça ! Croyez-vous que l’homme de la rue souhaite en découdre ? À Saint-Pétersbourg, il ne pense qu’aux grèves, en Angleterre qu’aux sports, en Allemagne qu’à la bière, à Paris qu’au procès Caillaux et il a bien raison.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   14 août 2014
Le monde était injuste, bête et cruel. On se détestait. On s’insultait. On s’égorgeait. On proclamait des victoires. On digérait des défaites. Partout, régnaient la jalousie, la haine, la cupidité, l’ambition, la souffrance. Que ne pouvait-il être égoïste et indifférent, comme autrefois : « Les Russes fuient ? Eh bien, qu’ils fuient ! Ils se battent ? Eh bien, qu’ils se battent ! Ils meurent ? Eh bien, qu’ils meurent ! Qu’est-ce que ça me fait, à moi qui suis vivant ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Henri Troyat (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Troyat
“Les Âmes mortes” de Nicolas Gogol par Henri Troyat. Première diffusion le 22 juin 1953 sur La Chaîne Nationale. “Les Âmes mortes” ? Le rôle de Pouchkine, les doutes immenses qui tourmentent Gogol, avant, pendant et après l’écriture : doutes d’écrivains, puis tourments d’un homme qui a reçu un don de Dieu et qui croit ne pas savoir offrir un don à Dieu ; qui se reproche la peinture de la bêtise et de la médiocrité…et pense que décrire “de belles âmes” serait d’essence supérieure… Gogol qui avait croisé un illuminé au terme de sa brève-vie (d’autant plus brève qu’il y avait eu cette rencontre). Les doutes et les tourments de Gogol qui confie dans une lettre à un ami qu’il a chargé ses héros de ses propres indignités ? Nous pouvons ne pas les connaître, nous pouvons lire “Les Âmes mortes” et considérer, comme Henri Troyat tout jeune garçon, qu’il s’agit du “livre le plus drôle de toute la Littérature”.
Thèmes : Littérature| Littérature Russe| Les Âmes mortes| Henri Troyat| Nikolaï Gogol
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : russieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Henri Troyat

Né Lev Aslanovitch Tarassov en ...

1891
1901
1911
1921

12 questions
55 lecteurs ont répondu
Thème : Henri TroyatCréer un quiz sur ce livre