AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michèle Valencia (Traducteur)
ISBN : 2264019646
Éditeur : 10-18 (21/01/1994)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 38 notes)
Résumé :
Ce n'est pas ma première fois que l'inspecteur Napoléon Bonaparte doit arracher au Livre de la Brousse des indices qui lui permettront d'élucider un meurtre.
Ce n'est pas la première fois non plus qu'il doit le faire malgré l'opposition acharnée d'une tribu. Mais jamais auparavant, Bony n'avait dû compter avec les rites magiques des aborigènes. Or cette fois, l'os est pointé sur lui, le vouant à une mort certaine, à moins que...
C'est en relisant ce ro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
DOMS
  03 octobre 2014
Comme dans tous ses romans, Arthur Upfield, nous fait découvrir les grandes étendues sauvages de l'Australie au travers des aventures de son héros. Napoléon Bonaparte, (excusez du peu !) est un détective hors normes. de père européen et de mère aborigène, il vit et ressent les évènements qui l'entoure avec l'influence de ses deux cultures si différentes.
Le père du polar ethnologique nous transporte, autres temps autres procédures pour régler une enquête, laissant une grande part au surnaturel et au ressenti, à l'intuition. C'est passionnant.
Commenter  J’apprécie          50
hannah851
  26 avril 2014

Une nouvelle enquête de l'inspecteur Napoléon Bonaparte (Bony) qui m'a emmené dans la bush à la découverte des rites magiques des aborigènes. Lancé dans une course contre la montre, l'inspecteur doit résoudre un meurtre (trouver le corps et l'identité du meurtrier) tout en se battant contre la malédiction de l'os pointé qui le tue à petit feu. Arthur Upfield nous décrit longuement tel un ethnologue ce rite: ses origines mythiques, son déroulé et ses effets sur Bony. Ce roman est également l'occasion pour l'auteur de critiquer le système des réserves et l'occidentalisation forcée des aborigènes. Les relations entre la famille Gordon et la tribu Kalshut lui sert à démontrer qu'il aurait possible de vivre ensemble en se respecter les uns les autres.
Commenter  J’apprécie          20
Floccus
  17 juillet 2016

"Il était temps que le Créateur de l'homme anéantisse ce monstre appelé civilisation et recommence tout en partant des aborigènes." (147)
On nous vend ce sixième os de la série comme étant celui que Tony Hillerman a rongé, à la bibliothèque municipale de Santa Fe, avant de se lancer à son tour dans le polar ethnologique et géographique. Soit. La carte a ici une importance prépondérante, le paysage est examiné avec minutie. La culture aborigène est prégnante. En croisant un Horace Maginnis, tenancier de pub, page 160, je ne peux m'empêcher de penser que Tony Hillerman lui a fait un clin d'oeil avec son inénarrable Mc Ginnis, tenancier de comptoir d'échanges.
Je me suis parfois demandée si Arthur Upfield considérait la civilisation occidentale comme supérieure à la culture aborigène. Les multiples plaidoyers de ce roman viennent à point pour répondre à ma question :
"Et maintenant voilà que l'ombre de la civilisation les guette, même s'ils l'ignorent encore. La civilisation est venue les abattre, les empoisonner comme des chiens sauvages. Ensuite, dans ses journaux satiriques, elle a dépeint les victimes de sa malédiction sous les traits de faibles d'esprit, pour se donner une excuse, elle les a raillés en les qualifiant de sauvages nus, les a enfermés dans des réserves et des quartiers séparés. Elle leur a retiré leurs produits naturels et les nourrit de boîtes de conserves toxiques bien étiquetées." (145)
L'écriture et la construction de l'intrigue ont quant à eux les mêmes défauts que "Les sables de Windee". On y trouve un Bony volubile, assez pompeux, justifiant son personnage par des digressions détaillées. Les états d'âmes des personnages sont un peu lourds. La fin aux accents hollywoodiens – drame des lapins et sauvetage sentimental – rappellent l'incendie de Windee. L'auteur en fait un peu trop. Mais l'originalité des entraves chamaniques, l'art du traqueur et la vie des aborigènes mis en valeur sauvent la mise.

Lien : http://versautrechose.fr/blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Coccinelle2
  10 janvier 2011
L'os est pointé est un roman d'Arthur Upfield paru en janvier 1994 aux éditions 10/18 dans la collection Grands détectives (351 pages, 7,40 €, ISBN 2-264-01964-6.
The bone is pointed est traduit de l'anglais par Michèle Valencia.

Pour le défi Littérature policière sur les 5 continents, j'avais choisi de lire une des aventures de l'inspecteur Napoléon Bonaparte mais je ne savais toujours pas laquelle. Après avoir fait un deuxième tour (et même un troisième !) à ce défi, il me restait les romans policiers d'Océanie à lire et il était temps que je m'y mette si je voulais terminer mes tours de défi avant la fin de l'année ! C'est sur les conseils de B. que j'ai lu L'os est pointé (qui est la sixième enquête de Napoléon Bonaparte) : pourquoi ai-je attendu si longtemps pour lire Arthur Upfield ? J'ai en effet ressenti à la lecture de ce roman australien le même genre de choses que pour les aventures de Mma Ramotswe au Botswana : c'est frais, passionnant, on apprend des tas de choses sur le personnage, le pays, la façon de vivre, les traditions, etc. Il paraît que certaines aventures sont moins réussies que d'autres mais quand même, je vais me lancer à la découverte de l'Australie et des Aborigènes !

Bien qu'officier de police judiciaire, l'inspecteur Napoléon Bonaparte, un métis (mère aborigène et père européen) surnommé Bony par ses amis, ne se considère pas comme un vrai policier mais il est tenace et résout toutes les enquêtes car il ne s'arrête jamais avant d'avoir trouvé la réponse (quitte à ce que son supérieur de Brisbane le rappelle, le menace et le vire !).
[...]
Lien : http://laculturesepartage.ov..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Coccinelle2Coccinelle2   10 janvier 2011
Vous savez, Blake, si je n'étais pas rebelle à la bureaucratie et à la discipline, je compterais parmi les policiers ordinaires qui vont ici et là et font ceci ou cela, conformément aux ordres qu'ils reçoivent. Ils appellent ça du travail d'équipe. Je ne fais jamais partie d'une équipe. L'équipe, c'est moi. Comme je vous l'ai dit, il me semble, une fois que je commence une investigation, je ne la lâche pas jusqu'à la fin. L'autorité hiérarchique, le temps ne représentent pas grand chose pour moi, l'enquête en revanche, tout. C'est là-dessus que se fondent mes succès. (page 52)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Coccinelle2Coccinelle2   10 janvier 2011
Pourtant il savait qu'il ne céderait jamais à cette tentation. La fierté était son arme ; sa réputation son armure. Il irait de l'avant même s'il perdait son poste, même s'il perdait sa vie. Dès l'instant où il serait conscient de l'échec, ce serait pour lui le commencement de la fin. (page 166)
Commenter  J’apprécie          100
hannah851hannah851   26 avril 2014
Prends un drame, ajoute une pincée de comédie, remue la cuiller de la tranquillité, et tu obtiendras le gâteau de la vie dit-il au corbeau à l'affût. Un drame sans comédie ou une comédie sans drame donne la pâte lourde de la fantasmagorie.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Arthur Upfield (1) Voir plusAjouter une vidéo

Arthur Upfield : crime au sommet
Olivier BARROT se trouve toujours dans les Blue Mountains en Australie pour présenter son panorama des écrivains australiens. C'est depuis un promontoire qu'il présente aujourd'hui sa chronique consacrée au romancier Arthur UPFIELD et à son dernier roman "crime au sommet" paru dans la collection "10/18 grands détectives".
autres livres classés : australieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1644 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre