AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070326993
Éditeur : Gallimard (01/01/1992)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Valéry aborde la peinture, les mathématiques, l'architecture, la mécanique et la physique avec une aisance et une érudition déconcertantes. Par delà la réflexion à caractère scientifique, ce premier essai en prose contient les grandes lignes de l'esthétique de Valéry.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
NMTB
  19 décembre 2014
Paul Valéry a publié l'Introduction à la méthode de Léonard de Vinci en 1894. Il est revenu dessus en 1919 pour ajouter quelques approfondissements. Enfin, ce livre contient également une préface écrite en 1929, sous la forme d'une lettre intitulée Léonard et les philosophes. Ultime révision, il a corrigé et précisé l'ensemble de ces trois parties par des commentaires, écrits apparemment en 1930, que l'on retrouve dans les marges du livre.
L'essai originel n'a rien à voir avec une biographie et il n'est même fait mention qu'évasivement des oeuvres du maître florentin. Cet essai a plutôt un intérêt philosophique, celui d'une étude sur le fonctionnement de la conscience humaine. Comment l'homme perçoit les formes et les mouvements, quels rôles jouent le temps et l'espace, à quoi servent les analogies et les métaphores dans le langage, à quel moment l'imagination succède à la perception, la production à la compréhension et finalement qu'est-ce que la création ? Mais Paul Valéry préfère employer le terme de construire plutôt que de créer. Construire, trouver de nouvelles possibilités, de nouvelles combinaisons, faire des liens, pousser l'intelligence au-delà de ses limites jusqu'à l'imagination.
Quinze ans s'étaient écoulés lorsqu'en 1919 Valéry rajouta Note et digression. Il y précise ce qu'il a tenté de faire dans cet essai et à quel point sa situation personnelle, sa stérilité poétique et ses aspirations, étaient liées aux réflexions qu'il avait menées à cette époque sur la conscience humaine. Cet addendum est moins aride que l'Introduction à la méthode de Léonard de Vinci, même s'il est toujours beaucoup question de philosophie, notamment de la vision naturaliste qu'avait Léonard de la vie, de la mort et de l'amour. Tout cela aboutissant à une pensée de Valéry sur le Moi très épurée. Des réflexions passionnantes sur l'identité, la personnalité, la conscience de soi et l'universalité.
Dans Léonard et les philosophes, il est plus étroitement question de l'esthétique, de son évolution à travers les temps, de son impossibilité. Mais il aborde également l'éthique ou la métaphysique et le travail des philosophes en général. Sans porter de jugement, il analyse la situation de la pensée au début du vingtième siècle, les insuffisances du langage verbal et, finalement, assimile les philosophes à des artistes. C'est d'ailleurs une constante de ce livre, rechercher ce qui relie le scientifique et l'artiste, le savant et le créateur, les connaissances et les possibilités, l'universel et le personnel, leur complétude. Ce que Léonard de Vinci - architecte, peintre, ingénieur, anatomiste - représente parfaitement.
Paul Valéry est un écrivain extrêmement précis. Il y a dans son écriture une aisance crispée, une subtilité qui ne se trouve jamais assez subtile, qui rend chaque mot écrit par lui précieux. Cette conscience exacerbée le pousse dans une dialectique dont la résolution ne peut que demander un certain consentement du lecteur. L'Introduction à la méthode de Léonard de Vinci baigne donc dans une vague philosophie pourtant complexe. On n'y trouve aucune anecdote biographique. Même les oeuvres sont à peine évoquées, c'est seulement le processus créatif de Léonard qui a intéressé Paul Valéry, en ce qu'il reflétait son propre questionnement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ElGatoMaloElGatoMalo   02 décembre 2013
J'étais placé dans la nécessité d`inventer un personnage capable de bien des œuvres. J'avais la manie de n'aimer que le fonctionnement des êtres, et dans les œuvres, que leur génération. Je savais que ces œuvres sont toujours des falsifications, des arrangements, l'auteur n'étant heureusement jamais l'homme. La vie de celui-ci n'est pas la vie de celui-là : accumulez tous les détails que vous pourrez sur la vie de Racine, vous n'en tirerez pas l'art de faire ses vers. Toute la critique est dominée par ce principe suranné : l'homme est cause de l’œuvre - comme le criminel aux yeux de la loi est cause du crime. Ils en sont bien plutôt l'effet ! Mais ce principe pragmatique allège le juge et le critique; la biographie est plus simple que l'analyse. Sur ce qui nous intéresse le plus, elle n'apprend absolument rien... Davantage ! La véritable vie d'un homme, toujours mal définie, même pour son voisin, même pour lui-même, ne peut pas être utilisée dans une explication de ses œuvres, si ce n'est indirectement et moyennant une élaboration très soigneuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
JacopoJacopo   08 juin 2019
Intérieurement, il y a un drame. Drame, aventures, agitations, tous les mots de cette espèce peuvent s'employer, pourvu qu'ils soient plusieurs et se corrigent l'un par l'autre. Ce drame se perd le plus souvent, tout comme les pièces de Ménandre. Cependant, nous gardons les manuscrits de Léonard et les illustres notes de Pascal. Ces lambeaux nous forcent à les interroger. Ils nous font deviner par quels sursauts de pensée, par quelles bizarres introductions des événements humains et des sensations continuelles, après quelles immenses minutes de langueur se sont montrées à des hommes les ombres de leurs oeuvres futures, les fantômes qui précèdent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
NMTBNMTB   19 décembre 2014
Celui que n’a jamais saisi, fût-ce en rêve ! le dessein d’une entreprise qu’il est le maître d’abandonner, l’aventure d’une construction finie quand les autres voient qu’elle commence, et qui n’a pas connu l’enthousiasme brûlant une minute de lui-même, le poison de la conception, le scrupule, la froideur des objections intérieures et cette lutte des pensées alternatives où la plus forte et la plus universelle devrait triompher même de l’habitude, même de la nouveauté, celui qui n’a pas regardé dans la blancheur de son papier une image troublée par le possible, et par le regret de tous les signes qui ne seront pas choisis, ni vu dans l’air limpide une bâtisse qui n’y est pas, celui que n’ont pas hanté le vertige de l’éloignement d’un but, l’inquiétude des moyens, la prévision des lenteurs et des désespoirs, le calcul des phases progressives, le raisonnement projeté sur l’avenir, y désignant même ce qu’il ne faudra pas raisonner alors, celui-là ne connaît pas davantage, quel que soit d’ailleurs son savoir, la richesse et la ressource et l’étendue spirituelle qu’illumine le fait conscient de construire. Et les dieux ont reçu de l’esprit humain le don de créer, parce que cet esprit, étant périodique et abstrait, peut agrandir ce qu’il conçoit jusqu’à ce qu’il ne le conçoive plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JacopoJacopo   08 juin 2019
Mainte erreur, gâtant les jugements qui se portent sur les oeuvres humaines, est due à un oubli singulier de leur génération. On ne se souvient pas souvent qu'elles n'ont pas toujours été. Il en est provenu une sorte de coquetterie réciproque qui fait généralement taire, jusqu'à les trop bien cacher, les origines d'un ouvrage. Nous les craignons humbles ; nous allons jusqu'à redouter qu'elles soient naturelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ElGatoMaloElGatoMalo   28 janvier 2014
Le monde est irrégulièrement semé de dispositions régulières.
Commenter  J’apprécie          156
Videos de Paul Valéry (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Valéry
Un été avec Paul Valéry Régis Debray Éd. des Équateurs, France-Inter, collection Equateurs parallèles, avril 2019
Adapté d'une série d'émissions diffusées sur France Inter durant l'été 2018, l'ouvrage présente un portrait de P. Valéry, son oeuvre poétique, sa réflexion puissante sur l'Europe. L'homme sensuel, amoureux de la peinture, des femmes et de la musique, est également évoqué. ©Electre 2019
9782849906125 https://www.laprocure.com/ete-avec-paul-valery-regis-debray/9782849906125.html
Dans la catégorie : Peinture italienneVoir plus
>La peinture et les peintres>Histoire et géo. de la peinture>Peinture italienne (84)
autres livres classés : leonard de vinciVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
428 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre