AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290321447
80 pages
Éditeur : Librio (11/02/2004)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.68/5 (sur 287 notes)
Résumé :
"Monsieur le Commissaire, Vous avez peut-être une belle gueule mais, dans le fond, vous êtes un vrai con. En ce qui me concerne, j'ai tué en toute impunité. Salut et liberté", X.

Étranges, ces lettres anonymes que reçoit Adamsberg, et tout aussi singulière l'assiduité dont fait preuve le vieux Vasco à siéger sur ce banc, juste en face du commissariat... L'importun vieillard aux poches remplies d'objets insolites et au porte-manteau incongru attise l'e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Derfuchs
  19 décembre 2019
Un petit bouquin, contenant deux courtes nouvelles, bien dans le style de Fred Vargas avec un Adamsberg tel qu'on l'aime et un Danglard itou, c'est à dire le premier la tête dans les nuages et le second les pieds sur terre.
Dans la première nouvelle, Salut et liberté, il est question d'un bonhomme, proche du sdf-clochard, qui élit domicile sur un banc en face du commissariat.
Danglard veut le faire circuler car ça fait désordre mais Asamsberg s'y oppose, lui qui reçoit des lettres anonymes et qui n'est pas loin de penser que c'est ledit Vasco (comme de Gama) qui est, peut-être à l'origine de ces courriers. Aussi il tient à en savoir plus sur lui. Enquête et analyse de caractère de bonne facture avec une écriture à la hauteur.
La seconde nouvelle, La nuit des brutes, comme le nuit de Noël est un peu en dessous de la première. Adamsberg sait que, pendant cette nuit, là il se passe toujours quelque chose et quelque chose de pas forcément joli.
Aussi, outre les poivrots ramassés, une femme est repêchée dans la Seine. Il lui manque une chaussure et son sac à main. Important ces choses-là! Il faut découvrir où elles sont. Adamsberg lance ses limiers sur cette piste. Mal lui en prend et il se fourvoiera dans cette recherche. Un des poivrot mis en cellule de dégrisement, qui réclame, à cor et à cri, un cintre pour sa veste, dandy qu'il est malgré sa soulographie, aidera le commissaire dans sa recherche de la vérité.
Ici aussi l'écriture est, comme l'intrigue, bien enlevée.
Un petit bouquin vite lu, dans le plus pur style de Mme Vargas.
Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
bilodoh
  12 août 2020
J'aime beaucoup les polars de Fred Vargas, l'humour, le regard sur le monde qui semble tout léger mais qui ne manque pas de profondeur, la qualité de l'imaginaire et du suspens.

« Salut et liberté », c'est un tout petit recueil de deux nouvelles, un échantillon du mode de réflexion de l'enquêteur Adamsberg. C'est bref, disons un amuse-gueule plutôt qu'une nourriture substantielle.
Un petit livre qui prend presque moins de temps à lire que d'en faire la critique…
Commenter  J’apprécie          180
zabeth55
  07 décembre 2017
Et bien revoilà Adamsberg et Danglard à leurs débuts dans ces deux nouvelles.
Je dois dire que je les préférais à ce moment là, encore balbutiants.
Certes je les aime encore malgré leur différend dans « Quand sort les recluses », mais dans leurs enquêtes du début, tout était moins tarabiscoté, plus crédible, plus plausible.
Commenter  J’apprécie          190
Neneve
  06 mai 2018
C'est toujours un plaisir de retrouver la plume de Vargas, mais surtout, toujours du bonheur pour les yeux que de voir prendre vie Adamsberg, anti-flic, lent, rêveur, mais oh combien brillant ! Ici, deux courtes nouvelles, mais on ne boude pas son plaisir. L'esprit aiguisé de ce personnage aura le dernier mot, malgré la complexité des affaires. Bref, du bon Vargas, et mention spécial pour ce poète du banc de parc, ce voyageur tailleur, qu'est le personnage ''principal'' de la première nouvelle. Un p'tit bijou de caractère.
Commenter  J’apprécie          130
Gaoulette
  25 février 2020
Deux petites enquêtes avec l'emblématique commissaire Jean-Baptiste Ademsberg. Pas d'effusion de sang, de tueur en série. Deux simples enquête où encore une fois le commissaire montre tout son art pour résoudre une affaire.
J'aime beaucoup la touche Fred Vargas : son ambiance, sa plume, son héros récurrent. Bon parfois j'avoue ne pas être complétement connectée avec son héros qui a tendance à résoudre son enquête par un coup de baguette magique, du genre Colombo en plus stylé.
Ce héros a une aura plus surnaturelle… Je suis comme Danglaud, j'ai l'impression qu'il ne bosse jamais ce commissaire.
En tout un moment de lecture court et sympathique.
Commenter  J’apprécie          111

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
mgeffroymgeffroy   12 mars 2008
Forcément les gens s'exaspèrent. La tension de ce long compte à rebours au terme duquel doit jaillir l'insouciance, ça leur met les nerfs en bouillie, aux gens. Depuis cinq semaines, le vieux type à barbe blanche et robe rouge a envahi les murs, jovial et prometteur. Il est increvable, ce type. Il a pourtant la tête d'un gars qui a forcé toute sa vie sur le pinard. Mais rien à faire, inusable. Il n'a jamais l'air de sentir le froid, non plus. Jamais un rhume. C'est un héros béat et ses bottes sont rondes et propres.
Dès l'apparition du vieux type, la tension monte cran par cran. Le pays tout entier, soumis, se crispe et se prépare à son inévitable joie.
Noël tombe un jour comme les autres. Mais de partout, des êtres soucieux et muets se dirigent dans leurs habits neufs vers les pôles de la liesse. Chacun a pensé aux autres. Chacun part chargé d'offrandes. Noël, la nuit du don, de la grande trêve.
A Noël, tout le monde s'engueule, la majorité sanglote, une partie divorce, quelques-uns se suicident.
Et une toute petite partie, suffisante pour mettre les flics sur les dents, tue. C'est un jour comme les autres en beaucoup moins bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
DerfuchsDerfuchs   02 décembre 2019
- Je suis l'esthète qui flatte et corrige les vices de ce monde. Je guette les courbes et les contre-courbes de l'architecture de cette terre, au sol et au ciel.
- Je dirais que vous êtes surtout bourré.
- Je désirerais un cintre.
- Il n'y a pas de cintre.
Commenter  J’apprécie          100
MichelePMicheleP   26 mai 2013
Les deux hommes s'assirent dans la cuisine devant un bol de café. Vasco demanda du pain et des sardines pour tremper dedans. Adamsberg n'avait pas de sardines.
- Faut toujours avoir des sardines, dit Vasco d'un ton de reproche. On ne sait jamais.
Commenter  J’apprécie          100
Felicity1503Felicity1503   12 novembre 2015
Adamsberg traînait sur les quais de Seine. Comme beaucoup de provinciaux, il aimait cette ballade alors que les Parisiens trouvaient que ça sentait surtout la pisse. La grosse chaleur de la journée avait tiédi les pierres du parapet sur lequel il s'était assis. Le commissaire, patient, attendait l'orage. Celui-ci commença par un bon coup de vent et par de petites gouttes d'eau hésitantes qu'il lui firent craindre qu'il n'avorte. Mais, finalement, il y eut tout. Les explosions, les éclairs redoublés, le déluge de flotte. Assis, les mains posées sur le parapet, Adamsberg n'en perdait pas une miette. Les gens avaient fui en courant. Il était seul dans le nord, au bord de la Seine. De l'eau coulait déjà en torrents sous ses pieds. Ce vacarme venait à merveille après ces journées où il n'avait fait que boucler des dossiers, attendre le facteur et regarder Vasco de Gama cracher des noyaux. Son pantalon lui collait pesamment aux cuisses. Il avait l'impression de ne plus pouvoir bouger, d'être englouti sous la masse d'eau mais d'être en même temps le centre et l'ordonnateur de l'orage. Cette puissance immense acquise gratuitement sans effort ni mérite le ravissait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Missnefer13500Missnefer13500   26 juin 2015
A Noël, tout le monde s’engueule, la majorité sanglote, une partie divorce, quelques uns se suicident. Et une toute partie, suffisante pour mettre les flics sur les dents, tue. C’est un jour comme les autres, en beaucoup moins bien.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Fred Vargas (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fred Vargas
Fred VARGAS à propos de la grippe aviaire. En 2006.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Fred Vargas

Au fait, Fred Vargas, c'est...

Un homme
Une femme

10 questions
546 lecteurs ont répondu
Thème : Fred VargasCréer un quiz sur ce livre

.. ..