AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Martine Bercot (Éditeur scientifique)
EAN : 9782253098300
222 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/10/1996)
  Existe en édition audio
4.14/5   916 notes
Résumé :
Poèmes saturniens est le titre du premier recueil de poèmes de Paul Verlaine, publié en 1866.

On sait peu de choses de la genèse du premier recueil poétique de Verlaine.

La matière en aurait pour l'essentiel été composée, selon leur auteur, à l'époque où ce dernier était au lycée, « en rhétorique et en seconde, plusieurs même en troisième (pardon !) »

La critique moderne n'a pourtant pas accueilli sans une certaine circo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
4,14

sur 916 notes
5
22 avis
4
15 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

Nastasia-B
  21 mars 2014
" le Poëte, l'amour du Beau, voilà sa foi,
L'Azur, son étendard, et l'Idéal, sa loi ! "
Vous aurez reconnu ici deux des vers du prologue, qui résument avec une assez grande fidélité (de même que l'épilogue), la profession de foi d'un de nos plus grands poètes, toutes époques confondues, et du XIXème, assurément.
À la lecture de ces pages, Verlaine se révèle être le poète de la cadence, voire de la scansion. Une rythmique incomparable, différente de celle de ses contemporains ou de ses proches aînés du Grand Siècle Romantique. Jugez plutôt :
" Mets ton front sur mon front et ta main dans ma main
Et fais-moi des serments que tu rompras demain, "
" D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre [...] "
" Et son âme d'enfant rayonnait à travers
La sensuelle ampleur de ses yeux gris et verts. "
" Nuit mélancolique et lourde d'été,
Pleine de silence et d'obscurité,
Berce sur l'azur qu'un vent doux effleure
L'arbre qui frissonne et l'oiseau qui pleure. "
" Lançant dans l'air bruni son cri désespéré,
Son cri qui se lamente et se prolonge, et crie,
Éclate en quelque coin l'orgue de Barbarie :
Il brame un de ces airs, romances ou polkas,
Qu'enfants nous tapotions sur nos harmonicas
Et qui font, lents ou vifs, réjouissants ou tristes,
Vibrer l'âme aux proscrits, aux femmes, aux artistes.
C'est écorché, c'est faux, c'est horrible, c'est dur,
[...]
Les notes ont un rhume et les do sont des la,
Mais qu'importe ! l'on pleure en entendant cela ! "
Vous l'aurez compris également, chez Verlaine, Paris rime avec pourris et la Seine avec malsaine. On est bien dans l'esprit mi-spleen, mi-décadence, entre Baudelaire et Huysmans.
Bien évidemment, tout n'est pas, tout ne peut pas être, aussi fin, sobre et relevé (personnellement j'aime un peu moins les poèmes sur les personnages historiques) que sa sublime Chanson d'Automne, dont les sanglots longs, difficilement égalables, n'ont pas fini de s'en aller, au vent mauvais, frapper à notre coeur, ou à défaut, notre âme. Mais lorsque vous achetez un album musical, pouvez-vous prétendre que chaque titre vous envoûte ? Alors ici, faites de même, et quoi qu'il en coûte, goûtez tous ces poèmes ...
" Et dans une harmonie étrange et fantastique
Qui tient de la musique et tient de la plastique "
C'est volontairement aujourd'hui que je me suis effacée derrière l'auteur lui-même, car il est et restera toujours son meilleur défenseur. Si vous aimez quand le verbe se fait musique, quand la langue disparaît derrière des accords majeurs, alors c'est pour vous que Verlaine a écrit. Mais cela, bien sûr, n'est que mon petit avis sur de la grande poésie, c'est-à-dire, pas grand chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          923
JacobBenayoune
  15 novembre 2015
On a souvent acclamé la précocité de Victor Hugo et d’Arthur Rimbaud, mais on ne mentionne que rarement celle de Verlaine, lui aussi poète à seize ans voire à quatorze ans (le poème intitulé "La Mort" de 1858, le choix du sujet annonçait déjà une certaine maturité). De même que lorsqu’on parle de Verlaine c’est pour discuter surtout de sa relation tumultueuse avec Rimbaud (qui a duré tout au plus quatre à cinq ans), une relation que je résume peut-être à sa petite contribution à l’Album zutique, car pendant cette période, aucun recueil ne paraît. Autre caractéristique qu’on ne cesse de répéter quand on parle de tous ses recueils est sa musicalité. On cite toujours ce vers célèbre qui est devenu une marque indélébile sur la réputation du poète :
De la musique avant toute chose.
En 1866, paraît son premier recueil. Il avait auparavant publié quelques poèmes dans le Parnasse contemporain. Le recueil des "Poèmes saturniens" divisé en sections comme "Les Fleurs du mal" comporte des pièces hétéroclites. On peut le qualifier de plurivoque. Il incarne parfaitement cette diversité extraordinaire de la poésie verlainienne qui est une expérience singulière dans la poésie française du siècle. Verlaine tout au long de sa carrière de poète n’a cessé d’écrire des arts poétiques ("Le Prologue" et "L'Épilogue" du recueil, "Art poétique" dans "Jadis et Naguère", ou encore "Prologue d’un livre dont il ne paraîtra que les extraits ci-après" dans "Parallèlement") et de positionner sa poésie à chaque fois dans une vague différente (les parnassiens, les symbolistes). Il assume volontiers son admiration et son respect pour les Maître et la Tradition, et revendique son apport nouveau, sa touche personnelle, sa "petite manière" qui le mèneront vers l’éternité :
Afin qu’un jour, Le chef-d’œuvre serein,
Fasse dans l’air futur retentir notre nom.
Cette maîtrise paraîtra dans des pièces comme "La Mort de Philippe II" (veine hugolienne) ou "Çavitri" (inspiré des poèmes de Leconte de Lisle). Certaines idées qu’on retrouve à la fin du "Prologue", figurent déjà dans la préface aux "Poèmes antiques" de Leconte de Lisle. L’autre grande source d’inspiration, on le sait tous est sans doute "Les Fleurs du mal". Les grands poèmes de ce recueil sont teintés de spleen et de nostalgie (la section "Melancholia"). Ces poèmes constituent un effort vers l’Expression, vers la Sensation rendue comme il l’annonce à son ami Mallarmé.
Placé au début du recueil, le poème "Les sages d'autrefois" nous rappelle l’histoire fantastique de ce "Chevalier double" de Gautier, mais cette fois notre chevalier Verlaine a subi l’influence maligne d’un seul astre; Saturne. Il a eu une "bonne part de malheur et bonne part de bile. Alors que l’Imagination, inquiète et débile, vient rendre nul en eux l’effort de la Raison". Vient ensuite ce fameux "Prologue" où Verlaine nous explique son choix poétique et la position qu’il prend :
Le Poète, l’amour du Beau, voilà sa foi,
L’Azur, son étendard, et l’Idéal, sa loi !
Ne lui demandez rien de plus, car ses prunelles,
Où le rayonnement des choses éternelles
A mis des visions qu’il suit avidement,
Ne sauraient s’abaisser une heure seulement
Sur le honteux conflit des besognes vulgaires,
Et sur vos vanités plates ; et si naguères
On le vit au milieu des hommes, épousant
Leurs querelles, pleurant avec eux, les poussant
Aux guerres, célébrant l’orgueil des Républiques
Et l’éclat militaire et les splendeurs auliques.
Sur la kitare, sur la harpe et sur le luth,
S’il honorait parfois le présent d’un salut
Et daignait consentir à ce rôle de prêtre
D’aimer et de bénir, et s’il voulait bien être
La voix qui rit ou pleure alors qu’on pleure ou rit,
S’il inclinait vers l’âme humaine son esprit,
C’est qu’il se méprenait alors sur l’âme humaine.
"Melancholia" comporte les poèmes (sept sonnets et un sonnet inversé) les plus prisés du recueil. Le titre (et même le contenu) nous rappelle ce fameux vers de Nerval "le soleil noir de la Mélancolie". Verlaine lui aussi est ténébreux, veuf et inconsolé :
(…) le gémissement premier du premier homme
Chassé d’Éden n’est qu’une églogue au prix du mien !
Verlaine change de ton dans la section suivante et rappelle cette alchimie qui existe entre peinture et poésie (lui qui était un dessinateur) et célèbre l'art de l'eau-forte. Ces impressions exprimées et ces sensations rendues apparaissent dans la troisième section "Paysages tristes". Ici apparaît sa musicalité dans des poèmes comme "Soleils couchants" ou "Chanson d’automne" :
Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon cœur
D’une langueur
Monotone.
"Caprices" regroupe des poèmes d’une veine capricieuse et plaisante ou apparaît l’humour verlainien ("La chanson des ingénues", "Une grande dame", "Monsieur Prudhomme"). Les derniers poèmes du recueil n’appartiennent à aucune section. On appréciera des poèmes d’une grande perfection ("Nocturne parisien") où l’on devine l’apport des parnassiens avec la préciosité et la poésie impersonnelle.
L’Épilogue qui clôt le recueil est un excellent poème sur le métier de poète mélange d'inspiration ( "Ah ! l’Inspiration superbe et souveraine") et de travail acharné ("C’est l’effort inouï, le combat nonpareil, c’est la nuit, l’âpre nuit du travail").
Après vingt trois ans, dans un autre recueil intitulé "Parallèlement", apparaissent des réminiscences de cette époque saturnienne dans deux poèmes :
Dans le premier intitulé "Poème saturnien", Verlaine commence par ce vers qui décrit, peut-être, toute cette expérience verlainienne, "ce long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens" comme le décrit si bien Rimbaud :
Ce fut bizarre et Satan dut rire.
Dans le deuxième poème intitulé cette fois "Prologue d’un livre dont il ne paraîtra que les extraits ci-après", Verlaine le rappelle encore une fois :
J’ai perdu ma vie, et je sais bien
Que tout blâme sur moi s’en va fondre ;
A cela je ne puis que répondre
Que je suis vraiment né Saturnien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          672
Blacksad
  29 mars 2013
La musicalité des vers de Verlaine est envoûtante, et ici plus qu'ailleurs encore. Il faut se laisser porter au fil des mots, tant leur beauté réside dans l'entêtante musique dont Verlaine est l'artisan.
Le poète subjugue, et au fil de ce superbe recueil, on n'est jamais lassé de la virtuosité, si ce n'est du génie, dont il fait montre ici.
Je vous fait partager ici un poème issu du recueil, et que je trouve magnifique, intitulé "Marine":
"L'Océan sonore
Palpite sous l'oeil
De la lune en deuil
Et palpite encore,
Tandis qu'un éclair
Brutal et sinistre
Fend le ciel de bistre
D'un long zigzag clair,
Et que chaque lame,
En bonds convulsifs,
Le long des récifs,
Va, vient, luit et clame,
Et qu'au firmament,
Où l'ouragan erre,
Rugit le tonnerre
Formidablement."
Commenter  J’apprécie          531
Winter-
  30 août 2017
Verlaine est un poète qui me touche par ses mots. Ce recueil est marqué par la sensibilité et la mélancolie d'un jeune homme perdu. Verlaine réussit à exprimer ses états d'âme avec brio, il nous emmène dans un univers envoûtant et unique. Ces vers auraient été composés alors que le poète était encore au lycée. Verlaine était précoce, il a su écrire un très bel ouvrage dont les premières pages nous transportent rapidement. Chaque poème est d'une grande beauté et d'une riche profondeur. Il ne faut pas négliger ce classique de la littérature française qui est d'une sensibilité surprenante.
Commenter  J’apprécie          510
Nowowak
  20 mars 2021
Le matin je me sens mal armé vers l'aine, vers l'âme davantage beau de l'air. Il ne me vient pas encore d'ondes saturniennes mais en regardant la lune déjà levée à moins que ce soit le soleil quelques odes à l'aube m'inspirent quelques vers de ciel. Malzieu qui m'embrouille ! m'exclamationne pour moi-même quand une ombre se glisse derrière moi. Ouf plus de désir que de peur. C'est la femme de ma vie qui demande à l'homme de sa vie s'il vient déjeuner. L'homme de sa vie est un tantinet ailleurs, entre ciel et terre, entre Baudelaire et Verlaine. Son coeur balance, la raison s'échappe, la folie guette, le café attendra. La belle de ses jours et de ses nuits aussi. Oui c'est certain, il y a plus dans l'attente de quoi nourrir des recueils de poèmes que dans le bonheur consommé dès le petit déjeuner. Cons sonnets qui vous alpaguent la plume qui file au vent telle une horde sauvage. La mélancolie est son dada, le voilà qui enfourche son lyrisme son délire déliquescent de troubadour des basses-cours.
Oh oui le poète brasse tout, mélange confusément, aligne les allées et venues dans ses prairies épidictiques (j'adore ce mot qui ne veut rien dire et je le place dans tous mes textes, zavez remarqué ?) cherche ses maîtres dans ces langueurs océanes, dans ce fatras de mots bile être dont lui seul (ô funeste destinée des inventeurs de la langue) n'a pas la clef des songes et le voilà qui écrit sans repos, avec la fièvre palpable et caractéristique de ceux qui mangent des phrases de bon matin, se shootent à la syntaxe, se parfument à l'alexandrin. Ô combien l'appétit féroce les sort du lit aussi sûrement qu'une paire de bas résille ou qu'une voile s'éloignant vers le large.
Nowowak

Lien : https://pasplushautquelebord..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          495

Citations et extraits (134) Voir plus Ajouter une citation
OrpheaOrphea   11 juin 2009
Mon rêve familier

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime,
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon cœur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d’être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? — Je l’ignore.
Son nom ? Je me souviens qu’il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L’inflexion des voix chères qui se sont tues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1292
SirennaSirenna   29 janvier 2018
Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime,
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon cœur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d’être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? — Je l’ignore.
Son nom ? Je me souviens qu’il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L’inflexion des voix chères qui se sont tues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          688
LydiaBLydiaB   18 juin 2010
NUIT DU WALPURGIS CLASSIQUE

C’est plutôt le sabbat du second Faust que l’autre.
Un rhythmique sabbat, rhythmique, extrêmement
Rhythmique. — Imaginez un jardin de Lenôtre,
Correct, ridicule et charmant.

Des ronds-points ; au milieu, des jets d’eau ; des allées
Toutes droites ; sylvains de marbre ; dieux marins
De bronze ; çà et là, des Vénus étalées ;
Des quinconces, des boulingrins ;

Des châtaigniers ; des plants de fleurs formant la dune ;
Ici, des rosiers nains qu’un goût docte effila ;
Plus loin, des ifs taillés en triangles. La lune
D’un soir d’été sur tout cela.

Minuit sonne, et réveille au fond du parc aulique
Un air mélancolique, un sourd, lent et doux air
De chasse : tel, doux, lent, sourd et mélancolique,
L’air de chasse de Tannhäuser.

Des chants voilés de cors lointains où la tendresse
Des sens étreint l’effroi de l’âme en des accords
Harmonieusement dissonants dans l’ivresse ;
Et voici qu’à l’appel des cors

S’entrelacent soudain des formes toutes blanches,
Diaphanes, et que le clair de lune fait
Opalines parmi l’ombre verte des branches,
— Un Watteau rêvé par Raffet ! —

S’entrelacent parmi l’ombre verte des arbres
D’un geste alangui, plein d’un désespoir profond,
Puis, autour des massifs, des bronzes et des marbres
Très lentement dansent en rond.

— Ces spectres agités, sont-ce donc la pensée
Du poète ivre, ou son regret, ou son remords,
Ces spectres agités en tourbe cadencée,
Ou bien tout simplement des morts ?

Sont-ce donc ton remords, ô rêvasseur qu’invite
L’horreur, ou ton regret, ou ta pensée, — hein ? — tous
Ces spectres qu’un vertige irrésistible agite,
Ou bien des morts qui seraient fous ? —

N’importe ! ils vont toujours, les fébriles fantômes,
Menant leur ronde vaste et morne et tressautant
Comme dans un rayon de soleil des atomes,
Et s’évaporent à l’instant

Humide et blême où l’aube éteint l’un après l’autre
Les cors, en sorte qu’il ne reste absolument
Plus rien — absolument — qu’un jardin de Lenôtre,
Correct, ridicule et charmant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
palamedepalamede   24 décembre 2016
Vœu

Ah ! les oaristys ! les premières maîtresses !
L'or des cheveux, l'azur des yeux, la fleur des chairs,
Et puis, parmi l'odeur des corps jeunes et chers,
La spontanéité craintive des caresses !

Sont-elles assez loin toutes ces allégresses
Et toutes ces candeurs ! Hélas ! toutes devers
Le printemps des regrets ont fui les noirs hivers
De mes ennuis, de mes dégoûts, de mes détresses !

Si que me voilà seul à présent, morne et seul,
Morne et désespéré, plus glacé qu'un aïeul,
Et tel qu'un orphelin pauvre sans sœur aînée.

Ô la femme à l'amour câlin et réchauffant,
Douce, pensive et brune, et jamais étonnée,
Et qui parfois vous baise au front, comme un enfant !

Joyeux Noël à tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          285
SirennaSirenna   14 mars 2017
Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon coeur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? - Je l'ignore.
Son nom ? Je me souviens qu'il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260

Videos de Paul Verlaine (79) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Verlaine
Paul VERLAINE — Un poète face à la Musique (France Musique, 1996) Les deux émissions des "Imaginaires", par Jean-Michel Damian, diffusées le 7 et 14 décembre 1996 sur France Musique. Présences : Guy Goffette, Vincent Vives, Gilles Vannier, Pierre Brunel, Eugène Green, Catherine Dubosc et Michel Fleury.
autres livres classés : poésieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Complétez ces vers ... de Verlaine

Dans l'interminable Ennui ... La neige incertaine Luit comme du sable.

de ma peine
de la plaine
des Ardennes
des étables

10 questions
27 lecteurs ont répondu
Thème : Paul VerlaineCréer un quiz sur ce livre

.. ..