AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782709606004
Éditeur : Hachette (08/04/1992)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
poésie
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
candlemas
  13 février 2017
Quel étrange militaire qu'Alfred de Vigny... son cor preux de Roland, le soir au fond des bois, n'émeut pas tant que les pleurs de la biche aux abois ; son déluge a beau prendre des accents hugoliens, c'est sa romantique Dolorida, beauté couchée sur son lit d'azur qui m'émeut le mieux.
C'est un vrai romantique, aux élans sincères, qui, en des vers simples et des rimes riches, verse un amour de méditant, avec la hauteur de vue de Shakespeare, mais sans l'énergie qui enflamme.
Sa symbolique interroge l'homme, mais ne donne pas de leçons, et, modeste, l'invite plutôt à des contemplations douces et patientes, parfois amères.
Un classique du romantisme donc, mais personnage fort différent des turbulents Lamartine , Hugo ou De Nerval. La beauté calme de ses vers désenchantés annonce d'une autre manière Les Poètes Maudits qui suivront...
Commenter  J’apprécie          132
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
candlemascandlemas   13 février 2017
Aux souffles purs d'un soir de l'ardente saison

S'ouvre sur le balcon la moresque fenêtre ;
Une aurore imprévue à minuit semble naître,

Quand la lune apparaît, quand ses gerbes d'argent
Font pâlir les lueurs du feu rose et changeant ;

Les deux clartés à l'oeil offrent partout leurs pièges,
Caressent mollement le velours bleu des sièges,

La soyeuse ottomane où le livre est encor,
La pendule mobile entre deux vases d'or,

La Madone d'argent, sous des roses cachée,
Et sur un lit d'azur une beauté couchée.

(...)
Dolorida. n'a plus que ce voile incertain,
Le premier que revêt le pudique matin

Et le dernier rempart que, dans sa nuit folâtre,
L'amour ose enlever d'une main idolâtre.

Ses bras nus à sa tête offrent un mol appui,
Mais ses yeux sont ouverts, et bien du temps a fui

Depuis que, sur l'émail, dans ses douze demeures,
Ils suivent ce compas qui tourne avec les heures.

Que fait-il donc, celui que sa douleur attend ?
Sans doute il n'aime pas, celui qu'elle aime tant.

A peine chaque jour l'épouse délaissée
Voit un baiser distrait sur sa lèvre empressée

Tomber seul, sans l'amour; son amour cependant
S'accroît par les dédains et souffre plus ardent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
claudeparisclaudeparis   12 novembre 2013
Quand un grave marin voit que le vent l'emporte
Et que les mâts brisés pendent tous sur le pont,
Que dans son grand duel la mer est la plus forte
Et que par des calculs l'esprit en vain répond ;
Que le courant l'écrase et le roule en sa course,
Qu'il est sans gouvernail, et partant sans ressource,
Il se croise les bras dans un calme profond.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Alfred de Vigny (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alfred de Vigny
Alfred de Vigny – La passion de l'honneur Documentaire de 1972.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
808 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre