AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Philippe Bouquet (Traducteur)Joëlle Sanchez (Traducteur)
EAN : 9782743621612
230 pages
Éditeur : Payot et Rivages (10/11/2010)
3.64/5   22 notes
Résumé :

Le puissant conglomérat propriétaire de la quasi-totalité de la presse (et donc de son marché publicitaire) est menacé par lettre anonyme : une bombe va faire exploser son siège. Malgré les protestations de la direction, le commissaire Jensen est bien obligé d’ordonner l’évacuation. Aucune bombe n’explose, mais le préjudice est important et Jensen se lance à la recherche du coupab... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Mimeko
  17 octobre 2021
Branlebas de combat au commissariat du seizième district de la ville, suite à la réception d'un lettre anonyme par le très puissant groupe d'édition, installé dans l'Immeuble de trente étages, qui domine la ville. Une lettre de représailles suite "au meurtre du 31ème étage". le commissaire Jensen est envoyé sur les lieux pour superviser l'évacuation et, la menace s'avérant une fausse alerte, enquête pour identifier l'auteur de cette lettre. Il doit rapidement se confronter au management du groupe d'édition, qui lui fait bien sentir le pouvoir de quasi-monopole qu'il exerce dans le monde de l'édition, et qui permet de diffuser le modèle de société idéale, qui fait la fierté des élites politiques. Jensen dispose d'une semaine pour identifier l'auteur et se lance dans l'identification des anciens employés ou les laissés pour compte de l'entreprise.
Bienvenue dans le politiquement correct, la langue de bois et le monde idéal que promeut le groupe d'éditions au travers d'une multitude de parutions, notamment des hebdomadaires, qui diffusent les bonnes nouvelles, les bons comportements, évitant soigneusement tout ce qui pourrait heurter la sensibilité du citoyen au dessus de tout soupçon...Et pourtant, le modèle social est loin d'être idyllique, avec en particulier une explosion du nombre d'alcooliques et de suicides. Avec un flegme qui frise l'indifférence voire la froideur, le commissaire Jensen, éternellement assailli de douleurs gastriques, avance à son rythme malgré la pression de sa hiérarchie, dans un monde de manipulation et de non-dits.
Meurtre au 31ème étage est une enquête dans la Suède des années 1970, qui s'attelle à la critique féroce de la presse et surtout de la promotion qu'elle fait du modèle social à la suédoise, respectueux des citoyens, alors qu'au travers des interrogatoires menés par Jensen, ce sont les dessous d'une société malade qui se fait jour, alcoolisme, chômage, opposition muselée, syndicats affaiblis. Une critique de Per Wahlöö, militante et peut-être exagérée, avec un héros peu sympathique, se bourrant de bicarbonate de soude pour calmer ses aigreurs d'estomac (probablement héritées de la pression que lui met sa hiérarchie) et une intrigue lointaine uniquement imaginée pour sa dénonciation d'une presse au service d'une politique bienpensante.
Un premier volet d'un dyptique instructif mais un peu décevant sur l'intrigue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
pompimpon
  27 novembre 2018
Dans un monde où chaque citoyen est surveillé, de sa façon de s'habiller à la moindre de ses paroles, le commissaire Jensen est chargé d'enquêter sur un attentat à la bombe avorté contre le trust qui contrôle la presse.
Ce roman policier a été publié en 1964. Il dépeint dans un futur proche une société aseptisée en apparence, où la censure se pare de responsabilité morale et atteint jusqu'au plus intime de chacun. La culture est brocardée, toute critique impensable, les organes de presse n'informent plus mais distraient la population pour éviter tout désordre.
L'écriture est volontairement dépouillée. C'est à travers de nombreux dialogues que l'enquête et le portrait de cet univers progressent le plus. Quelques descriptions glaçantes viennent compléter l'ensemble, très maîtrisé.
Le personnage central, Jensen, est à peine esquissé. On devine ce qu'il ressent mais rien n'est jamais dit, et il ne semble pas remettre en cause le fonctionnement de la société dans laquelle il évolue. Ce sont les différents suspects qui s'en chargent, à leurs risques et périls.
J'ai trouvé cet ouvrage remarquable. Remarquable.
A partir d'une intrigue très simple et d'un personnage lisse et neutre en apparence, Per Wahlöö s'interroge sur les dérives d'une société qui se modèle selon une certaine conception du "bonheur", de la "paix", de la "tranquillité" et des moyens d'y parvenir rappelant de solides précédents totalitaires, détruisant du même coup son humanité. Il anticipe l'évolution d'un monde qui fait curieusement écho à celui dans lequel nous vivons aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
Errant
  29 novembre 2021
Ce premier roman d'un diptyque étonne par son style et son propos social. L'enquête du commissaire Jensen porte sur une menace d'attentat à la bombe contre une multinationale qu'on devine omnipotente au fil des pages. Pas de travail d'équipe ici, ni de collaborateurs; Jensen donne des ordres, les autres obéissent au doigt et à l'oeil sans poser de questions ni, surtout, faire de commentaires. Car ceci se déroule dans une société autoritaire où crise du logement, criminalité et désordre de tout ordre ont été pratiquement éradiquées au prix cependant d'une augmentation spectaculaire de suicides et un taux galopant d'alcoolisme. On pense facilement dans ce contexte à “1984” ou à “Fahrenheit 451” et, à sa manière, ce livre s'inscrit aussi brillamment dans cette veine en exploitant la puissance des média. L'enquête en soi est intrigante, son déroulement atypique, son dénouement étonnant, tout cela dans un univers cauchemardesque. Vivement la suite.
Commenter  J’apprécie          70
caryatide
  21 avril 2017
J'ai pris récemment ce livre à la médiathèque, attirée par la quatrième de couverture. Je ne connaissais pas l'auteur, ne savait pas qu'il était le "fondateur" de la dynastie des "polars scandinaves".
Une lettre anonyme a menacé d'attentat l'immeuble de 30 étages qui domine la ville. La police est donc priée d'intervenir et va se poser plus de questions qu'elle ne trouvera de réponses. Il faut dire qu'on est plus devant un livre de "politique fiction" que devant un véritable polar.
Qu'y-a-t-il dans cet immeuble ? Les bureaux et imprimeries de tous les quotidiens, hebdomadaires...publiés dans le pays. le but de cette presse : surtout pas informer mais seulement distraire, détourner de tout ce qui pourrait provoquer une inquiétude, un souci, un désaccord de quelque sorte que ce soit.
Qui peut donc en vouloir à cette multi-maison d'édition ? Et pourquoi ?
Pourquoi le 31 ème étage puisqu'il n'y en a que 30 ?
Et puis...mais c'est une autre question, pourquoi dans ce pays où tout le monde est heureux , où la criminalité a presque disparu,mais où la consommation d'alcool est interdite (puisqu'on est tous heureux !) la police est-elle obligée de ramasser tous les soirs des hordes d'ivrognes qu'elle va relâcher le lendemain. Pourquoi doit elle enquêter pour vérifier que vous ne consommez pas d'alcool chez vous ? Pourquoi cette inquiétude que l'on ressent partout ?
On est dans les années 60 et on pense évidemment à Robert Hersant, dit le "Papivore" qui s'est constitué un empire de presse à cette époque au fait qu'il n'y avait que la télévision et la radio d'état.
L'auteur qui est mort jeune n'a pas connu le déclin de la presse écrite, l'explosion des chaînes télévisée et bien sûr Internet.
Qu'aurait-il pensé de tout cela ? Sommes nous mieux informés maintenant ?
Sommes nous plus heureux ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
katicha
  04 août 2020
Ceci est un roman policier. Un roman d'anticipation. Un drame psychologique. Ceci est un livre que j'aurais bien du mal à qualifier, alors j'ai choisi une étiquette au hasard.
Le hasard, c'est précisément une donnée absente du monde que Per Wahlöö nous décrit. Car le hasard est porteur d'angoisse, et aucune angoisse n'est tolérée dans cet univers. Rien ne doit inquiéter les citoyens. Pas même les journaux. Surtout pas les journaux.
C'est pourtant au siège d'un conglomérat de presse écrite que nous faisons la découverte du commissaire Jensen, face à une sombre histoire de lettre anonyme, qui annonce l'explosion d'une bombe, et provoque l'évacuation de milliers d'employés.
Jensen, un ulcère sur pattes. Un type méthodique. Un incorruptible. Un pion dans les rouages du pouvoir, qui fait de son mieux pour découvrir le coupable, mais le mieux est parfois l'ennemi du bien ...
Je ne vais pas , évidemment, vous livrer toute l'histoire. D'autant que tout le plaisir consiste à se laisser berner, justement, par le récit alambiqué de l'auteur... Mais ceux qui aiment les univers à la Orwell, les dystopies, vont se régaler, j'en prends le pari !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MimekoMimeko   16 octobre 2021
Bien que combattu très activement, l'alcoolisme sur la voie publique ne cessait d'augmenter et, depuis que le gouvernement avait fait adopter une nouvelle loi interdisant la consommation excessive d'alcool même en privé, la tache de la police était devenue pratiquement surhumaine. Deux à trois mille personnes plus ou moins ivres mortes étaient arrêtées chaque soir; la moitié était des femmes. Jensen se rappelait que, du temps où il était agent de police, le chiffre de trois cents poivrots le samedi soir paraissait très élevé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MimekoMimeko   16 octobre 2021
- Dans la pratique, cela signifie que le groupe contrôle tous les journaux du pays, n'est-ce pas ?
- Si on veut. Mais je tiens à vous faire remarquer que leurs publications sont extrêmement variées, admirables à tous points de vue. Les hebdomadaires, en particulier, font preuve d'une remarquable capacité à satisfaire, de façon raisonnable, tous les goûts légitimes. Auparavant, la presse avait souvent pour effet d'exciter et d'inquiéter les lecteurs. Tel n'est plus le cas. Maintenant la forme et le fond ont pour but d'être utile au lecteur...
Il jeta un coup d’œil sur son dossier et tourna la page.
... et de les distraire. Ils s'adressent à la famille toute entière et s'efforcent d'être lisibles par tous, de ne pas susciter l'agressivité, le mécontentement ou l'inquiétude. Ils satisfont également le désir naturel de divertissement de chacun. Bref, ils concourent à la bonne entente nationale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
NebulasNebulas   19 septembre 2013
Dans tous les domaines, on essayait de rapprocher les opinions. Ce n'était peut-être pas une mauvaise idée, mais les méthodes utilisées avaient presque uniquement pour principe de passer sous silence contradictions et difficultés. On masquait les problèmes, on les faisait passer après une constante amélioration du niveau de vie, on les enveloppait dans des mots creux crachés par radio, la presse et la télévision. Tout cela portait le nom de « divertissement inoffensif ». L’idée était naturellement que tous ces kystes guériraient d’eux-mêmes avec le temps. Mais cela n’a pas été le cas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
caryatidecaryatide   20 mars 2017
- C'est dégueulasse, poursuivit le médecin. On instaure un impôt de 500% sur l'alcool. Ensuite on crée des conditions de vie telles que les gens sont pratiquement obligés de se saouler à mort et, pour couronner le tout, on rafle trois cent milles couronnes par jour en amendes pour alcoolisme, rien que dans cette ville.
- Voue devriez faire attention à ce que vous dites, fit le commissaire Jensen.
Commenter  J’apprécie          20
caryatidecaryatide   21 mars 2017
- N'oubliez jamais que c'est moi qui ai eu l'idée de l'horoscope sur huit pages, des romans photos en cinémascope et des feuilletons sur la vie des mères des grands hommes. Ce sont des séries qui sont encore en vogue. sans parler de l'encart en quadrichromie sur les animaux domestiques.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : roman d'anticipationVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3742 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..