AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782367628479
Éditeur : Audiolib (13/03/2019)
Édition audio (Voir tous les livres audio)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 389 notes)
Résumé :
Savez-vous qui vous êtes vraiment ?

Êtes-vous sûr de ne pas avoir vécu d'autres vies ?

René Toledano, professeur d'histoire, assiste à un spectacle d'hypnose au cours duquel il est choisi dans le public pour participer à une séance. Il se retrouve alors projeté dans ses vies précédentes et se demande s'il peut influer sur les événements.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (98) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  03 février 2019
Dans La boîte de Pandore, Bernard Werber plonge dans les trésors enfouis de notre mémoire, nous proposant un voyage surprenant dans les vies antérieures. Faut-il être spirituel et avoir la foi en cette théorie de la réincarnation pour lire la boîte de Pandore? Je dirai que non car Werber ne prend pas le parti de la polémique ni de la voix spirituelle ici. Bien dommage selon moi. J'aurai préféré une histoire bien plus tranchée sur ces vies antérieures qui peuvent avoir, selon moi, bien des conséquences sur notre vie actuelle. Phobies, toc, peurs, addictions, peut-être faut-il y chercher un sens loin dans notre inconscient.
René Toledano, 32 ans, professeur d'histoire est invité sur le plateau de la boîte de Pandore, un spectacle d'hypnose pour régaler les spectateurs.
Opale, l'animatrice le fait alors descendre dans les couloirs de son inconscient. Devant lui, une série de portes numérotées, correspondant au nombre de vies antérieures vécues de René. le voyant rouge s'allume sur l'une d'elles. René s'y engouffre et rejoint un moment crucial d'une de ses anciennes vies. En transe, il ressort de cette expérience traumatisé et perturbé.
C'est le début des complications pour René mais aussi des révélations sur les conséquences de cette vie sur sa vie actuelle. René n'est pas en reste et poursuivra l'exploration de ses vies antérieures.
On découvre ici de multiples sujets en rapport avec la mémoire: la maladie d'Alhzeimer dont en souffre le père de René, la manipulation, les souvenirs, le sommeil. Mais aussi d'autres thèmes abordés : l'histoire par exemple. René étant professeur d'histoire, tout tourne ici autour de ce thème ainsi qu'autour de l'éducation et l'enseignement. La philosophie et la mythologie grecque ont aussi la part belle dans ce roman.
Un roman de science-fiction un peu trop rocambolesque à mon goût qui m'a semblé aller un peu trop dans tous les sens. Une histoire qui ne régalera pas les fervents partisans de la réincarnation et de la spiritualité mais dépaysera les lecteurs avides de sensationnel.
Je ne me défais pas de mon affection pour l'Empire des anges qui restera selon moi, le meilleur roman de B. Werber.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          845
Ptitgateau
  03 janvier 2019
Après nous avoir introduits dans l'au-delà, au contacts de créatures diverses, et nous avoir présenté les Dieux de l'empire des anges, après avoir imaginé ce que pouvait être la vie d'un individu devenu pur esprit, communiquant par médium interposé, Bernard Werber exploite cette fois le sujet des vies antérieures et de la réincarnation.
C'est avec un style fort plaisant qu'il aborde ce sujet en donnant vie à René Toledano qui, sur commande, parvient par l'auto hypnose à remonter le temps et se servir de ses vies pour agir sur le présent.
Il ne se contente pas de ce thème. René Toledano, professeur d'histoire, soucieux de rétablir la vérité historique qu'il juge trop souvent falsifiée, au grand dam de ses élèves qui préparent le bac, démissionne de son poste d'enseignant et, après moultes péripéties, va tenter de réécrire le passé pour influer sur le présent, thème qui offre de grandes possibilités et sur lequel bien des écrits ont vu le jour.
Il en profite pour faire revivre les Atlantes, habitants de la mythique île engloutie, et présente l'Atlantide, sous la forme d'un paradis terrestre vieux de douze-mille ans, sur lequel les hommes ne connaissent ni peur, ni stress, ni guerre, ni convoitise. Les passages racontant cet Atlantide sont d'ailleurs très reposants. A l'Atlantide, l'auteur oppose avec compétence notre civilisation et ses travers.
Comme tout Werber qui se respecte, il entrecoupe les chapitres d'apports propres à cultiver le lecteur sur différents thèmes : la mythologie, l'histoire, la mémoire…
Dans une vidéo de présentation de son roman, Bernard Werber affirme prendre la parole en tant que scientifique, ce dont je ne doute pas, toutefois j'ai lu ce livre en considérant au contraire que ses textes sont fort peu scientifiques puisqu'il émet des hypothèses qui proviennent de son imaginaire très riche, et produit une histoire que je qualifierais de fantaisiste dans laquelle aucune rigueur scientifique n'a sa place.
Je peux cependant affirmer que j'ai passé un excellent moment de lecture car j'ai retrouvé le grand Werber qui dans certains de ses derniers romans, a pu me faire pester parce que je jugeais que ses écrits perdaient en qualité, et qui à nouveau, m'amène à me demander en refermant le livre : « à quand le prochain Werber ??? »
Challenge pavé
Challenge multi-défis
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          740
gruz
  26 septembre 2018
Être habitué aux romans de Bernard Werber, c'est un peu comme faire un voyage dans des conditions connues… vers l'inconnu. Il a sa méthode bien à lui de nous emmener en balade, on reconnait immédiatement sa manière de construire ses histoires, entre spiritualité et anecdotes (historiques ou autres), qui en disent long sur la compréhension de notre monde.
La boîte de Pandore est, à mon sens, son roman le plus réussi depuis plusieurs années. Il y a mis beaucoup de coeur, de fantaisie, d'émotions, d'informations en 550 pages passionnantes de bout en bout.
Il faut dire que le sujet ouvrait un immense champ des possibles. Encore fallait-il réussir à construire un récit qui ne se délite pas. C'est réussi.
« Hypnoses et mémoires oubliées. Saurez-vous vous rappeler qui vous êtes vraiment ? » est un spectacle qui propose de vous plonger dans vos vies antérieures. Un soir, René Toledano découvre qu'il est particulièrement réceptif pour progresser à travers ses régressions.
Bernard Werber crée sa propre cosmogonie autour des vies antérieures. Mais pas que… Il pousse le concept vers des chemins insoupçonnés. Il pousse son principe des trois « ique » (mythique, mystique, scientifique) très loin, avec une visible envie de s'amuser et de partager.
On le sent particulièrement inspiré par son intrigue et les voies (voix ?) empruntées par son imagination. Sans jamais perdre de vue l'aspect ludique, il compose une partition aux influences multiples, ouverte sur le monde visible et sur l'univers invisible. le tout aux côtés de personnages bien sympathiques, ce qui ne gâche rien.
Imaginez que vous puissiez communiquer avec les esprits de vies antérieures, profiter de leurs talents spécifiques, remonter toujours plus loin pour découvrir que l'Histoire n'est pas toujours celle qu'on raconte dans la version officielle.
Sans s'encombrer de concepts trop abscons, avec toujours la volonté de raconter au plus grand nombre, l'écrivain en profite pour nous conter une Histoire décalée. Il nous montre à quel point les stéréotypes véhiculés par les biographes accrédités ont la vie dure et sont parfois bien loin de ce qui s'est vraiment passé.
La boîte de Pandore est un roman fort divertissant, puissamment instructif, diablement imaginatif. Bernard Werber y est particulièrement inspiré. Peut-être s'est-il fait aider dans cette tâche par quelques ancêtres d'âme ?
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
Elodieuniverse
  26 septembre 2018
Quels impacts nos vies antérieures ont-elles sur nos vies? L'auteur nous emmène dans un voyage passionnant dans l'univers de l'inconscient et des vies antérieures. C'est un livre instructif et enrichissant: comprendre notre monde, notre histoire, L Histoire. Entre science et science fiction, la frontière est parfois bien mince. Les personnages, dont René, vont vivre une palpitante aventure. L'expérience est à ne pas manquer! (...)
Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
Lien : http://auchapitre.canalblog...
Commenter  J’apprécie          480
Ode
  20 avril 2019
Depuis des années, j'apprécie Bernard Werber pour ses idées, non pour son style. La boîte de Pandore m'a confortée dans cette perception. J'ai trouvé le thème captivant : dans la lignée de l'Empire des anges ou des Thanatonautes, l'auteur explore ici la réincarnation, la mémoire personnelle et la mémoire collective. Cependant, le roman est desservi par des phrases plates, des personnages pétris de naïveté et une intrigue trop rocambolesque pour être crédible.
Le récit débute dans un futur très proche. René Toledano, jeune professeur d'histoire au lycée Johnny Halliday (saluons au passage le trait d'humour de l'auteur), assiste avec une amie à un spectacle d'hypnose. Choisi par Opale, l'hypnotiseuse, pour monter sur scène, il réussit à plonger dans une de ses vies antérieures : un jeune soldat français à la veille d'une bataille décisive de la première guerre mondiale. Sans le savoir, René vient d'ouvrir la boîte de Pandore de son subconscient. Cette expérience traumatisante déclenche une série d'événements imprévus et dramatiques qui entraîne René et Opale dans une expérience incroyable sur le chemin de l'histoire humaine.
Re-né symbolise le pouvoir de la réincarnation et de la prédestination. Chez Bernard Werber, le subconscient est une porte cadenassée au bas d'un escalier. Avec une hypnotiseuse talentueuse (Opale) et un patient réceptif (René), cette porte s'ouvre sur le couloir des vies antérieures, chacune représentée par une porte avec un numéro. Avec un peu d'entraînement, René arrive à se concentrer suffisamment pour descendre à volonté dans ce couloir et rendre visite à ses anciens « moi » féminins ou masculins, chacun porteur d'un pouvoir ou d'une signification particulière.
Sur terre, sur mer, de Paris à l'Égypte, se servant de ses anciennes vies pour échapper à ses poursuivants ou résoudre l'énigme de l'Atlantide, les aventures de René deviennent bien vite farfelues. Les extraits du journal de René recensant les « mensonges » de l'Histoire officielle procurent quelques pauses dans le récit ; mais je n'ai pas toujours goûté le ton à l'emporte-pièce de ces chroniques. Il me semble qu'en se focalisant sur un seul thème, par exemple la réincarnation et le cheminement des âmes, l'auteur aurait pu produire un roman plus concis et réaliste, donc à la portée plus forte.
Précision d'importance : j'ai écouté le livre en Audiolib et la voix de l'acteur Aurélien Ringelheim m'a d'abord paru d'une neutralité presque mécanique, comparable à l'option qui lit les textes à haute voix sur mon ordinateur. Ce n'est qu'au bout de plusieurs chapitres que j'ai commencé à percevoir de véritables nuances dans sa voix, surtout lorsqu'il interprète les personnages féminins. A choisir, je préfère une lecture active à partir d'un vrai livre, plus pratique pour comprendre le nom des personnages, recommencer une phrase, un chapitre ou capturer une citation... Comme si, avec l'écoute seule, le texte m'échappait. Pour tout dire, il m'est arrivé de m'assoupir en écoutant sur plusieurs semaines les 135 plages de ces 2 CD, d'une durée totale d'environ 14 heures. A croire que, parfois, Opale est vraiment arrivée à m'hypnotiser... Merci à Babelio et à Audiolib pour cette séance d'essai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          193
Citations et extraits (169) Voir plus Ajouter une citation
Veronique14Veronique14   24 mai 2020
René avait retenu que ce qu'on connaît du passé ce n'est qu'une caricature de propagande répandue par les historiens pour faire plaisir à leur puissant commanditaire. Et après cette conversation édifiante sur Marignan, René avait spontanément créé son fichier de texte "Mnemos", livrant la vraie version peu connue d'évènements historiques qu'il ne voulait surtout pas oublier.
Commenter  J’apprécie          00
mimo26mimo26   04 novembre 2018
– Vous n’êtes pas seulement ce que vous croyez être. Alors je vous pose la question : saurez-vous vous rappeler qui vous êtes vraiment ?

L’hypnotiseuse Opale se prépare à enchaîner avec son tour final, le clou du spectacle. Elle scrute de ses grands yeux verts rehaussés de khôl noir l’assistance, à la recherche d’un volontaire.

– Qui parmi vous souhaite découvrir les mémoires enfouies au fond de son propre esprit ?

Personne ne réagit, tous baissent le regard. Elle relève une mèche de ses longs cheveux roux ondulés qui lui tombe sur les yeux.

– Personne ? Dans ce cas je vais désigner l’un d’entre vous au hasard. Lequel vais-je choisir ?

Pourvu que cela ne tombe pas sur moi.

Elle darde un index parfaitement manucuré en direction de la salle, le faisant passer sur chacun des spectateurs qu’elle examine les uns après les autres, avant de s’arrêter sur l’un d’entre eux.

– Vous !

Zut. Pas de chance.

– Oui, vous, monsieur. Pouvez-vous venir avec moi s’il vous plaît ?

L’homme se lève en laissant échapper un soupir. Il s’avance et monte sur scène, un sourire crispé sur le visage. Face à son peu d’enthousiasme, Opale demande à la salle de l’encourager.

Pourquoi c’est toujours sur moi que cela tombe ?

La salle de la péniche-théâtre La boîte de Pandore contient à peu près trois cents personnes. Elles applaudissent avec d’autant plus d’énergie qu’elles sont soulagées de ne pas avoir été elles-mêmes choisies.

Sur scène, l’hypnotiseuse et son cobaye s’observent. Elle, sculpturale, vêtue d’une robe noire au large décolleté dans lequel plonge un pendentif en forme de dauphin en lapis-lazuli. Lui, cheveux bruns, yeux noisette, lunettes fines en métal doré, vêtu d’un polo, d’un jean et de chaussures à semelle de crêpe épaisse.

– Merci pour votre spontanéité, l’accueille-t-elle non sans ironie. Comment vous appelez-vous et quel âge avez-vous ?

– René Toledano. 32 ans, répond-il avec une mauvaise volonté évidente.

– Que faites-vous dans la vie ?

– Je suis professeur d’histoire au lycée Johnny-Hallyday.

– Pourquoi êtes-vous ici, monsieur Toledano ?

– Avec ma collègue Élodie (il désigne une dame blonde aux cheveux courts qui salue timidement au troisième rang), nous avons un rituel : tous les dimanches soir nous assistons à un spectacle avant d’aller dîner dans une pizzeria.

– Ah ! Donc demain c’est la rentrée des classes pour vous deux. Beaucoup de stress en perspective pour parvenir à gérer nos chères têtes blondes, n’est-ce pas ?

Quelques rires retentissent dans la salle.

– Absolument. Élodie et moi voulions profiter de cette dernière soirée de vacances pour nous détendre avant le tourbillon de l’année scolaire.

– Et pourquoi avez-vous choisi mon spectacle ?

– J’aime la magie et Élodie l’hypnose. Dimanche dernier elle m’a accompagné voir un prestidigitateur, c’était mon tour de lui faire plaisir.

– Juste un échange de bons procédés, donc ?

– Je dois dire que le titre du spectacle, « Hypnose et mémoires oubliées », m’a intrigué.

Avec un sourire, la femme aux longs cheveux roux l’invite à s’asseoir sur le fauteuil de velours rouge au centre de la scène, surmonté d’une immense photo représentant un œil vert assez similaire au sien. Elle reprend :

– Laissez-moi vous poser une question, monsieur Toledano. Pour vous, l’expression « mémoire oubliée », qu’est-ce que cela évoque ?

Intéressé par la question, René rebondit, plus détendu :

– En tant que professeur d’histoire, j’ai l’impression que le monde devient amnésique. Du coup on répète les erreurs du passé puisqu’on a oublié leurs conséquences.

Encouragé par une rumeur d’approbation venue de plusieurs personnes dans la salle, René poursuit :

– Et comme, à notre époque, tout va plus vite, j’ai l’impression que tout est oublié aussi de plus en plus rapidement.

L’hypnotiseuse reprend la parole.

– Ça c’est la « mémoire collective », mais quel est votre rapport à votre… « mémoire individuelle » ?

J’ai l’impression qu’elle attend quelque chose de moi. Qu’est-ce qu’elle cherche à me faire dire ?

– Plutôt satisfaisant, je peux me rappeler d’infimes détails de l’histoire de France. Mais depuis peu j’ai des trous de mémoire qui m’inquiètent. Par exemple il m’arrive de plus en plus souvent d’oublier où j’ai rangé mes clefs, où j’ai garé ma voiture. La semaine dernière, j’ai oublié mon code de carte bleue. Pour être tout à fait sincère, j’ai peur de terminer comme mon père qui souffre de la maladie d’Alzheimer.

– Pour un professeur d’histoire, perdre la mémoire ce serait un comble, n’est-ce pas ?

Au lieu de répondre, René jette un regard dans la salle en direction de sa collègue.

Je suis sûr qu’Élodie aussi se demande pourquoi on perd du temps avec ces questions très personnelles au lieu de commencer le numéro.

Il a l’impression que cette salle aux hublots donnant sur le fleuve est une prison dont il doit s’échapper et que sa geôlière, la belle hypnotiseuse, n’en a pas fini avec lui. Elle tourne autour de son fauteuil comme un serpent encercle sa proie.

– Là je ne vous parle pas de mémoire à court terme, ni de mémoire à long terme, monsieur Toledano, mais de mémoire… « profonde ». Très profonde même. Ensemble, nous allons chercher à découvrir les sous-couches de votre mémoire qui sont cachées sous la surface de votre mémoire consciente. Êtes-vous prêt à découvrir cette mémoire profonde qui fait que vous êtes précisément ce que vous êtes ?

De quoi elle me parle ?

– « Mémoire profonde » ? Désolé. Je ne sais pas ce que cela veut dire.

– Vous allez pouvoir le découvrir si vous acceptez de tenter l’expérience. Je veux être parfaitement honnête et vous informer que c’est la première fois que je l’accomplis sur scène.

Quoi ? Je suis le premier ? Si ça se trouve elle maîtrise mal son numéro. Il faut que je réponde quelque chose, tout le monde me regarde, ils doivent me trouver ridicule. Bon, de toute façon c’est trop tard pour faire demi-tour.

Après une moue, il hoche la tête en signe d’approbation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LadybirdyLadybirdy   01 février 2019
On se prépare une prochaine génération d’incultes et d’ignares. Ils répètent le programme, l’actualité, ce que disent leurs parents, la pub, Internet, ils n’ont aucune pensée personnelle ni aucune envie de la développer. Ils veulent juste adhérer à la pensée toute faite comme ils vont au fast-food. C’est de la fast pensée prémachée : cela n’a pas de goût, mais ça s’ingère facilement.
Commenter  J’apprécie          413
AntyryiaAntyryia   27 septembre 2018
Avant que le nouveau-né sorte du corps de sa mère, un ange vient mettre son doigt sur sa lèvre supérieure et lui dit : "Oublie", pour que l'enfant ne soit pas gêné par le souvenir de sa vie précédente. Du geste de l'ange, il lui reste une trace : le petit creux entre notre lèvre supérieure et la base de notre nez, qu'on nomme "l'empreinte de l'ange". C'est pour cela qu'on ne se souvient plus de nos vies antérieures : pour qu'elles ne viennent pas nous traumatiser dans notre vie actuelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
LadybirdyLadybirdy   02 février 2019
Notre système arrive à un stade d’épuisement. Il faudra bien trouver autre chose. Regarde les gens autour de nous : ils sont tous stressés, malades, frustrés. Ils sont insatisfaits dans leur travail, insatisfaits dans leur couple, insatisfaits dans leur corps. Ils se rassurent en se bourrant de tranquillisants, de somnifères, d’antidépresseurs, et ils passent de plus en plus de temps hypnotisés par leurs écrans qui leur livrent les quatre mêmes informations : «Consommez», «Votez», puis «Vieillissez» et «Mourez». Si on ne fait rien pour empêcher l’histoire de se poursuivre dans la mauvaise direction, les gens vont devenir de plus en plus… cons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
Videos de Bernard Werber (110) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Werber
Bernard Werber : la rétro interview
autres livres classés : hypnoseVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..